Le Rouge Coco de Chanel

Une femme qui retouche sa bouche avec du rouge à lèvres… c’est si beau. S’éclipser un tout petit instant, puis revenir maquillée, la bouche en cœur. Mettre du rouge à lèvres matin, midi et soir ; laisser des secrets sur un col de chemise… Le Rouge Coco, c’est ça : un léger claquement d’air aussi coquin qu’un baiser volé. « Puisqu’il est convenu que les yeux sont le miroir de l’âme, pourquoi ne pas admettre aussi que la bouche soit l’interprète du cœur. » Mademoiselle Chanel a toujours été obsédée par le rouge à lèvres. En 1954, la dame aux camélias imagine un raisin onctueux qu’elle loge dans un tube rectangulaire – le tube reprenant exactement les lignes d’un vaporisateur de N°5. Ce rouge, Gabrielle le conçoit pour suivre les femmes à chaque instant de leur vie, et lui réserve même le fameux fourreau de cuir intégré à l’intérieur de chaque sac 2.55. Aujourd’hui, Lucia Pica, Creative Desgner de la maison pour le Maquillage et la Couleur, revisite entièrement l’essentiel féminin. Le Rouge Coco se pare ainsi d’une nouvelle peau : le métal. Un moyen de retrouver aisément son rouge à chaque fois que l’on plonge la main dans son sac.

La nouvelle ligne Rouge Coco peut se comprendre comme le prêt-à-porter du rouge à lèvres. Irrésistiblement hydratant, son complexe Hydraboost galbe et embellit les lèvres. Un seul passage sur les lèvres suffit à les pigmenter. C’est pourquoi la palette de couleurs se fait accessible ! Si l’on retrouve les teintes iconiques, comme Sari Doré, née avec le tout premier Rouge en 1954, ou Rouge Noir lancée en 1996, Lucia Pica expérimente des variations très subtiles : des demi-nuances de rose, de rouge ou de brun. La ligne se décompose comme suit : les roses, les bruns, les beiges, et les rouges. Au total, le rouge légendaire de Mademoiselle se décline en 20 nuances ; 20 nuances dont la texture et les couleurs, absolument élégantes, permettent toutes les folies. Ne reste qu’à s’autoriser toutes ses envies !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *