Le Damier, la Toile Exclusive de Louis Vuitton

Le damier Louis Vuitton n’est pas qu’un simple imprimé — devenu un code la maison détourné de Marc Jacobs à Virgil Abloh, il est d’abord un pare-feu à la contrefaçon.

Le Damier LV Aussi Vieux Que la Tour Eiffel

En 1889, tout Paris s’affaire et bouillonne à l’approche de l’Exposition Universelle qui se tient cette année-là entre le 5 mai et le 31 octobre. C’est que, celle-ci est particulière – pour le centenaire de la Révolution Française, on promet en effet aux visiteurs et aux Parisiens une nouveauté sans pareille : une construction toute en fer, trônant sur un Paris sublimé par l’Art Nouveau.

Et, c’est dans ce contexte que Georges Vuitton, fils de Louis, imagine un imprimé plus complexe encore que la toile rayée : une toile à damier où est inscrite, ou plutôt ancrée la signature “L. Vuitton, marque déposée“. Aussi ancienne que la Tour Eiffel donc, la toile à damier est elle aussi née de cette période de grande créativité.

Mais déjà la France et ses prouesses techniques et esthétiques font l’objet de nombreuses convoitises. Les pièces du malletier Louis Vuitton n’y échappent pas. S’il apparaît aujourd’hui évident que la contrefaçon va de paire avec cette maison, cette relation tumultueuse a en fait début dès la fin du XIXe siècle.

Louis Vuitton et la Contrefaçon

Ainsi, lorsque l’héritier de la griffe, Georges Vuitton imagine la toile à damier, c’est pour tuer dans l’oeuf l’imposteur. Cette toile à motifs différents fut imaginée afin de distinguer la griffe, de la protéger, mais aussi et surtout pour permettre de distinguer les malles Louis Vuitton d’un seul coup d’œil. Plus tard, la maison développera d’ailleurs une serrure incrochetable, qu’une seule et unique clé peut ouvrir.

À la fois solide et souple et totalement imperméable, la toile damier est d’abord tissée – ce n’est qu’avec l’apparition des toiles enduites que le damier devient véritablement un imprimé. Il conserve ainsi en trompe l’oeil l’aspect d’un tissage de nattes permettant l’apparition rythmique de la fameuse inscription qui scelle la marque déposée.

Devenu un code exclusif de Louis Vuitton au même titre que le monogram, le damier illustre la grande force de l’empire : le caractère visionnaire qui habite le fondateur et ces nombreux successeurs.

Pourtant, en 1896, la maison cesse la production de la toile Damier ; ce n’est qu’en 1996, 100 ans après, que le malletier renoue avec sa griffe, grappe à l’arrivée de Marc Jacobs.

De Marc Jacobs à Nicolas Ghesquière, la Second Vie du Damier LV

Dès lors, la toile est réintroduite dans les collections sous le nom de ‘Damier Ébène’ – le succès est aussi immédiat que sensationnel. Nombres de toiles damiers furent depuis imaginées : Damier Azur, Damier Graphite pour le 120ème anniversaire de la toile, le Damier Infini en cuir embossé, ou encore le Damier Aventure…

En 2001, après les attentats du 11 Septembre, Marc Jacobs décide de repeindre la mythique toile à damiers – le coloriste Japonais Takashi Murakami s’en empare donc. C’est un triomphe.

2013, la maison signe une collection hommage à sa toile iconique – c’est avec la collaboration de Daniel Buren pour la scénographie que Marc Jacobs lance sur le podium une myriade de pièces à la géométrie spectaculaire, vivement calquée sur le damier.

Le directeur artistique d’alors pense le damier comme « un motif en mouvement, un rythme, une équation mathématique, une sorte de mouvement et de changement perpétuel. » Depuis, c’est Nicolas Ghesquière qui se trouve aux commandes de la création Louis Vuitton chez les femmes.

Et, pour la saison Printemps/Eté 2017, il réinvente une fois de plus le mythique assemblage damier dans d’une robe plus qu’avant-gardiste. Une preuve, s’il en faut, de l’inépuisable évidence de la toile à damier, depuis devenue le motif iconique des créations du 101 Avenue des Champs-Élysées.

L’Histoire Du Carré Hermès

Le Carré Hermès est bien plus qu’un foulard — il est un graal que l’on se passe de génération en génération. Versatile, coloré et éminemment luxueux.

L’Origine du Carré Hermès

C’est en s’inspirant des mouchoirs à la gloire de Napoléon, mais aussi des mouchoirs d’instruction portés par les soldats pendant la Première Guerre mondiale que Robert Dumas donne vie à l’une des pièces les plus iconiques de l’histoire de la mode…

Seulement lui y injecte l’esthétique du monde équestre — chère depuis toujours à la maison Hermès. Robert Dumas parvient ainsi à couper son carré dans la même matière que celle des casaques de jockeys, le twill de soie.

Prenant ainsi la première direction artistique du carré – titre depuis transmis de père en fils – Robert Dumas dessine le tout premier carré de l’histoire. Intitulé Jeu des Omnibus et Dames Blanches, la pièce s’inspire en fait d’un thème particulier pour l’époque… celui du transport en commun Parisien, alors émergeant.

Mais la puissance d’Hermès se niche dans les détails. Robert Dumas prend en fait le soin d’y ajouter une pointe d’humour avec cette amusante inscription « Un bon joueur ne se fâche jamais. » La légèreté du carré rompt ainsi avec l’austérité de l’époque.

L’Esprit Du Carré Hermès

Son esprit bohème et fantaisiste séduit instantanément la clientèle, qui s’en empare avec enthousiasme. Cette malice devient par la suite la signature même d’Hermès – les thèmes apposés sur les carrés sont variés, allant du monde équestre, en passant par des hommages à l’Histoire Française, l’amour, les voyages ainsi que les éternels codes de la maison.

Mais le succès du carré repose aussi et surtout sur le savoir-faire exceptionnel de sa fabrication. C’est à Lyon, berceau de la soierie Française, que sont reproduit les mêmes gestes, et ce, depuis l’impression du premier carré en 1937.

Ces techniques précieusement transmises aux nouvelles générations par les artisans font qu’ils se définissent eux-mêmes comme des « passeurs ». Certains de ces savoirs sont uniques au monde; exclusivement détenus par la maison Hermès… Le fameux sabrage de la soie par exemple, dont seules trois personnes connaissent le secret.

Entre la conception du dessin et la finalisation du carré par son roulotté à la française, il faut deux ans aux ateliers… En moyenne, près de 27 couleurs sont présentes sur un seul carré — une véritable prouesse d’impression ! Et c’est ainsi que le carré Hermès se fait porteur de narration une fois déplié. Mais une fois noué, dans les cheveux, sur un sac ou au cou d’un toutou, le carré compose un véritable chatoiement de couleurs !

Le Hermès Carré Club

Aujourd’hui, avec environ deux mille dessins, le carré est le témoin inestimable des évolutions artistiques de ces dernières années. Jackson Pollock, Daniel Buren… ils sont nombreux à avoir paré le carré de leur imaginaire.

Le plus célèbre de ces dessins est peut être celui d’Hugo Grykar, Brides de Gala. Et parce qu’il ne faut pas se murer dans son intemporalité, le carré innove sans cesse — toujours disponible dans de nouveaux coloris et de nouvelles matières.

Chaque année, en plus des nouveaux dessins, cinq anciens dessins sont réédités dans des couleurs différentes. En 2017, pour son 180e anniversaire, le carré rend par exemple hommage à la Russie impériale… Elle qui a d’ailleurs joué un rôle majeur dans l’histoire du sellier.

Ornement royal autour de la chevelure de la Reine Elizabeth II, pièce de prêt-à-porter pour Jean Paul Gaultier, souvenir ému de la France pour le voyageur, porteur de patrimoine pour d’autres, illuminateur d’humeur pour certains… De génération en génération, le carré Hermès a su marquer les esprits et séduire toute une diversité d’adeptes.

Et les nouvelles technologies ne font que souligner la versatilité du Carré. En 2019, l’exposition ‘Hermès Carré Club’ embarquait ainsi les spectateurs du Carreau du Temple dans une virée immersive au coeur même de son procédé de fabrication… C’est Pierre-Alexis Dumas résume parfaitement l’audace qui sied aux instigateurs du Carré : « Ils ne savaient pas que c’était impossible alors ils l’ont fait. »

Le Carré de Hermès en quelques dates

2018 : Hermès lance un projet spécial pour une édition limitée du Carré avec l’artiste Hiroshi Sugimoto.

2017 : Création du Carré « Fleurs et papillons de tissus », dessiné par Christine Henry, en hommage à l’amitié entre la maison Hermès et le musée des tissus de Lyon.

2017 : Le Carré de Hermès se décline au masculin.

2016 : Une édition limitée du Carré est créée avec l’artiste Rei Kawakubo.

2015 : Blake LivelyCharlotte de Monaco et Kate Middleton sont photographiées en portant le Carré de Hermès.

2015 : Naissance du carré Caducée Rock, imaginé par le japonais Daisuke Nomura.

2014 : Il est temps d’un court-métrage dédié au Carré et signé par l’artiste visuelle Olivia Bee.

2014 : Hermès lance une collection capsule révérant l’art ancestral de la teinture à l’indigo naturel.

2013 : Hermès lance le projet pour une édition limitée avec l’Institut Imagine.

2013 : Pour la 13ème édition de ses timbres en forme de cœur, La Poste fait appel à la maison Hermès et à son iconique Carré pour fêter la Saint Valentin.

2013 : Collaboration avec Hiroshi Sugimoto.

2012 – 2013 : Hermès lance l’emblématique campagne publicitaire pour la collection Automne/Hiver ou les modèles sont photographiées avec des Carrés comme des ailes d’un papillon.

2012 : Le Carré «habille» le parfum 24, Faubourg d’Hermès.

2012 : Hermès présente une édition limitée vendue à des fins caritatives.

2012 : Le dessinateur Kiraz signe un carré à la gloire des Parisiennes.

2012 : Pour la collection Printemps/Eté, Hermès lance une nouvelle campagne aux tons orangés avec la mannequin Coco Rocha.

2011 : Collaboration avec le pape de l’art cinétique et optique Julio Le Parc, avec un véritable hymne à la couleur.

2011 : Hermès lance une collection capsule du Carré en collaboration avec l’artiste de rue Kongo.

2010 : Ouverture d’un site totalement dédié à une nouvelle collection exclusive du Carré en twill de soie « J’aime mon Carré ».

2010 : Hermès réalise pour Colette une collection en édition limitée du modèle culte « Brides de gala ».

2010 Collaboration avec Daniel Buren un des grands noms de l’art contemporain.

2010 : Le Carré est protagoniste dans la grande exposition dédiée à Grace Kelly au musée Victoria and Albert de Londres.

2008 : Projet Hermès éditeur : début des collaborations avec des artistes de renommée internationale pour repenser le carré de soie Hermès.

2008 : Le Musée des Tissus et des Arts décoratifs de Lyon consacre une  exposition temporaire pour ce foulard mythique.

2008 : Collaboration entre Hermès et Josef Albers.

2007 : Pour fêter ses 70 ans le Carré Hermès sort dans de nouvelles dimensions : 70*70 cm.

2007 : Cyrille Diatkine fut convié à livrer son interprétation personnelle du premier modèle du carré de soie à l’occasion du 70ème anniversaire.

2006 : Dans Le Diable s’habille en Prada de David Frankel, Meryl Streep achète des Carrés par dizaines.

Années 2000 : Encouragé par Christophe Goineau (directeur de la soie masculine), la maison Hermès se lance dans les Carrés au masculin.

2003 : La créatrice de mode Bali Barret arrive chez Hermès et prend la direction artistique du Carré. Elle conçoit une nouvelle collection et révolutionna le Carré tant au niveau des dimensions que des motifs.

2003 : Catherine Deneuve porte le Carré sur les écrans avec la série à succès Les Liaisons Dangereuses.

2000 : Apparition du Twilly.

1997 : Dans le film Le Mariage de mon Meilleur Ami de P.J Hogan, Cameron Diaz embourgeoise le carré Hermès.

1995 : Luciano Pavarotti est photographié en portant un Carré Hermès pendant un spectacle en Modena quand il parle à Lady Diana.

1986 : La reine Elizabeth II d’Angleterre est une grande admiratrice du Carré. Dans plusieurs occasions, elle est photographiée en portant le Carré Hermès. Cette fois c’est le tour d’une photo officielle pour des timbres qui célèbrent son soixantième anniversaire.

1972 : Jackie O a été vue avec le modèle « Astrologique ».

1961 : Audrey Hepburn apparait vêtu d’un Carré de soie noué sur la tête dans le film Diamant sur Canapé.

1960 : Brigitte Bardot crée l’hystérie en nouant son foulard juste sous le menton.

1957 : Hugo Grygkar imagine le Carré le plus célèbre au monde baptisé « Brides de Gala ».

1957 : Sophia Loren porte le carré “Brides de Gala”.

1956 : Grace Kelly, accompagné de son caniche Oliver, porte le fameux foulard Hermès.

1956 : Grace Kelly transforme le foulard Hermès en élégante prothèse pour soutenir son bras cassé.

1948 : Le Carré est porté par Sophie Desmarets, dans Croisière pour l’inconnu de Pierre Montazel.

1937 : Création du premier Carré de soie par Roger Dumas imaginé par la styliste Lola Prusac « Jeu d’Omnibus et de dames blanches ».

1937 : Début de la soie chez Hermès.

Pourquoi Le Bling Versace Est Iconique? La Robe Oroton

La maison Versace a défini la mode et l’esthétique des années 80 — le vêtement le plus iconique? La Robe Oroton, et elle a beaucoup à dire sur le savoir-faire estampillé de la Médusa.

Gianni Versace, Le Bling à L’Italienne

Gianni Versace fut un couturier hors-norme : du bling, l’Italien tira le beau, le sublime même. L’attrait de tout ce qui brille l’amena ainsi à créer au plus près du style de la Calabre, cette région Italienne située à l’extrême sud-ouest de la péninsule.  La famille Versace vient de là — une région délaissée économiquement qui ne manque pas de piquant ! Et encore moins de style.

De cet héritage très haut en couleurs, Gianni a bâti l’empire Versace, résumé par la volonté d’élever le corps au rang des idoles Italiennes. Il le disait d’ailleurs : « J’aime le corps humain. J’aime créer tout ce qui pourrait toucher au corps humain. » Et il l’a fait.

La Mode Des Années 80 : Versace et Rien d’Autre

Dans les années 80, la mode est à l’excès, au baroque et à tous les possibles. Les corps sont sculptés, les femmes sont magnifiées et… Dans cette sphère, c’est Versace qui domine. En 1982, le couturier à l’idée d’une création qui donnerait l’illusion à celle qui la porte d’être recouverte d’or, liquide et mega-précieux.

C’est ainsi de cette fascination pour l’or qu’est née la robe Oroton. Gianni a travaillé une matière couplant la souplesse de la soie à la texture unique du métal. Versace crée alors des pièces si sensuelles qu’elles deviennent l’apanage des héroïnes eighties. On ne parle pas encore des ‘Glamazones Versace’ mais les plus belles femmes du monde arborent déjà la robe Oroton.

La Robe Oroton, Un Savoir Faire Très Italien

La technique consiste à assembler, sans les relier, de petits disques de métal entre eux, en les attachants en 4 points à une maille, elle aussi faite en métal. La fluidité de la matière donne ce sentiment très spécial que le corps est couvert d’or liquide.

Et on reconnait aisément une création Versace à ce tombé simplement parfait. En plus d’avoir créé une matière absolument unique, Versace se fera prodige en la travaillant comme n’importe quel autre tissu — faisant fi des difficultés de montage.

Avec un sens de l’artisanat d’exception, l’artiste su ainsi célébrer les formes féminines, donnant le pouvoir à toutes les femmes du monde. Car chez Versace, une femme peut être sexy et intelligente; belle et frondeuse. Cette femme Versace incarnée par les Supermodels que sont Cindy Crawford, Naomi Campbell, Linda Evangelista, Claudia Schiffer et Helena Christensen. Et lors du défilé anniversaire de la mort de Gianni, Donatella ne s’y trompe pas.

La collection Printemps/Eté 2018 s’achève sur un moment comme seule la mode sait les faire — les Supermodels réunies, toutes arborent la mythique robe Oroton. Création iconique de Versace, qui élève la femme au rang de déesse. Confiance et pouvoir inclus!

Le Sac De La Saison? Le Daria Par Chloé

Natacha Ramsay-Levi a distillé l’élégance très décontractée de Chloé dans un sac à l’image de la maison — iconique et franchement désirable. Il s’appelle Daria.

Le Sac De La Saison Est Un Chloé

Et la maison n’en finit pas de produire des pièces à la fois simples et hyper-stylisées. Dernier fait en date donc, le sac Daria. En franche ligne avec la collection Printemps/Eté 2020 — tout en subtilité et rigueur d’un tailoring aérien, oui, très Chloé — on retrouve donc aux bras des filles Chloé ce petit dernier.

Exquis et rigoureux, le Daria propose un volume généreux dans un format plutôt compact. Un idéal de la vie de tous les jours, mais la vie d’une fille Chloé. Sans chichi et avec beaucoup de régal, le Daria flotte aux bras de ces nymphes 3.0, éminemment féminines mais outrageusement indépendantes ! Et c’est bien ça l’équation de la femme Chloé. Une femme sophistiquée et bohème, délicate et sérieuse, romantique et boyish en même temps.

info@imaxtree.com

La Parisienne Chloé A Le Chic De L’Effortless

Car si elle est apprêtée, cette même fille Chloé n’en fait jamais trop. L’essence de cette Parisienne se lit ainsi dans un sac costaux mais très raffiné. Du blanc éclatant au beige iconique en passant par un cuir teinté noisette, à patine antique, le Daria joue d’un ouvert-fermé des plus inspirés.

Laissant entrevoir une toile intérieure tout en renfermant l’essentiel, il se complète d’une poignet en tresse qui dit beaucoup de l’architecture-nature de la maison Chloé. Et pour ne rien enlever au nouvel objet du désir, il distille le charme des sacs parfaits de jour, comme de nuit. Disponible en boutique dès le 15 Février 2020; il sait aussi se faire attendre.

La Air Jordan Signée Dior

L’objet du désir de cette saison 2020 est signé Kim Jones pour Dior — une collaboration inédite entre la maison de l’Avenue Montaigne et la marque Jordan aboutit en effet sur la Air Jordan 1 High OG Dior. Une basket très spéciale.

La Collection Capsule Dior x Jordan

C’était à Miami, il y a quelques mois. Dior Homme présentait sa collection Automne/Hiver 2020 avec, en prime, une collection capsule réalisée en collaboration avec la marque Jordan. Une ligne de prêt-à-porter complétée d’une basket hautement symbolique. La jonction de deux mondes jusque là opposés qui, sous la houlette du très talentueux Kim Jones, ouvre des perspectives inédites.

Transcendant avec talent le sportswear et le tailoring, cette collection met surtout en vedette l’iconique Swoosh de Nike piquée du légendaire logo Dior Oblique — évidemment teinté de la couleur clé de la maison, le gris Trianon.

Travis Scott En Vedette

Cette vision contemporaine et décomplexée du luxe achève de se mettre en scène à travers la personne de Travis Scott. Le rappeur Américain prend la pose dans ce nouvel objet icône en prenant soin de célébrer le Jump Man, aka Michael Jordan. Un effet graphique qui fait écho à la Air Jordan 1 High OG Dior — prônant non sans une certaine subtilité, la liberté créative et l’audace de Kim Jones. Attention, l’objet sans doute très demandé sera disponible dès Avril 2020.

La Virgule de Nike, l’Histoire Simple d’Une Icône

Que veut signifie la virgule Nike? Histoire d’un logo devenu le plus connu au monde.

L’Histoire Du Logo Nike

L’histoire du logo le plus célèbre au monde s’écrit en 1971. Phil Knight, le créateur de Blue Ribbon Sport, futur distributeur de la marque Nike, cherche à définir une identité visuelle pour sa compagnie. Quelques temps plus tôt, l’homme avait fait la rencontre d’une étudiante en graphisme dans une université de la ville de Portland aux Etats Unis. Elle s’appelle Carolyn Davidson, et elle ne s’imagine pas être sur le point de mettre au monde l’un des logos les plus emblématiques de l’histoire.

En attendant, Phill Knight l’approche avec un projet pour une nouvelle ligne de chaussures de sport – l’entrepreneur cherche un graphiste assez créatif pour mettre au point un logo simple, et lisible. Phil Knight, alors maître assistant en comptabilité au sein de l’université, l’aurait interpellé : «Excusez-moi, c’est bien vous qui n’avez pas les moyens de vous inscrire au cours de peinture à l’huile?» Carolyn Davidson accepte de travailler pour lui pour la modique somme de 2$/heure.

Un peu moins de 20 heures de travail furent nécessaires à Davidson pour imaginer un logo comme une virgule dessinée à l’envers et mise ensuite à l’horizontale. Soit 35$.

Le Coup Du Siècle

L’effet est là : efficace, dynamique, mémorable. Pourtant, Phil Knight veut en voir plus. Carolyn Davidson lui soumet alors une dizaine de déclinaisons de logos. Aucune ne retient vraiment l’attention. Mais voilà, l’échéance de commercialisation approche… Phil Knight n’a plus le temps, et c’est la virgule inversée qu’il choisit – le Swoosh est né.

Philip Knight n’est pas convaincu : « Je ne l’aime pas, mais je finirai par l’aimer. » Davidson, elle, fut en charge de l’aspect graphique de Nike, jusqu’à ce que l’entreprise devienne trop importante et fasse appel à une agence de communication.

Le succès est total — surprenant pour bel et bien complet. En 1983, Nike remit à Carolyn une bague en or représentant le logo qu’elle avait créée à l’époque — un geste symbolique fort qui s’accompagne aussi d’un paquet d’actions de Nike. Le montant ne fut jamais dévoilé.

Le logo, lui, a entre temps beaucoup évolué. C’est en 1995 qu’il adopte l’aspect définitif qu’on lui connait aujourd’hui : une virgule tout en épure, débarrassée du nom ‘Nike’. Le signe que la virgule suffit à signifier l’ADN d’une des marques les plus encensées et les plus recherchées de la planète.

La Collection Tod’s Et Le Gommino De l’Automne/Hiver 2020

Première collection de Walter Chiapponi pour la maison Tod’s, celle-ci puise dans les racines de la griffe l’attitude de l’Automne/Hiver 2020. Et si l’élégance était l’ultime pied-de-nez au conformisme?

L’Homme Élégant S’Habille En Tod’s

Pour sa première collection au poste de directeur artistique de la maison Tod’s, Walter Chiapponi réactive le T Club — ces hommes qui ont fait du savoir-faire Tod’s l’élément clé de leur vie. Plutôt de leur savoir-vivre. Connue pour son travail onctueux et exquis sur le cuir, la maison offre depuis longtemps un vestiaire précis mais nonchalant. Un vestiaire coupé au cordeau pour des hommes en quête de beauté. Et c’est précisément ce vestiaire que Walter Chiapponi a réactivé pour l’Automne/Hiver 2020. Il précise « J’ai commencé par étudier les archives de cette maison vraiment à part, mais ma plus grande inspiration cette saison, c’est Monsieur Diego Della Valle. Un homme de goût qui possède une immense collection d’art et de beaux objets. »

Le Style A L’Italienne? Le Gommino Tod’s

Pour sa première collection, Walter Chiapponi, ancien de Givenchy, Valentino, Gucci ou encore Bottega Veneta, distille ainsi une aura très familière. Beaucoup du style à l’Italienne, mais version Tod’s. « Je voulais retrouver ce buon gusto typiquement italien » — là où les maisons se lancent dans une créativité débridée, il fait de Tod’s le garant d’un vestiaire noble et racé.

Mais attention, il y a une grande part de rébellion là dedans. Le genre de rébellion portée par les dandys. A contre-courant, les hommes Tod’s arborent ainsi les classiques avec fracas. A leur pieds, l’iconique Gommino distille son caractère quasi-éternel mais, cette fois, piqué du T réapparu des archives.

Oui, le T récemment vu sur le Timeless bag, fait son retour et signe les Gommino de l’Automne/Hiver 2020. Coupé dans le cuir de veau ou le daim, formel ou chunky, le Gommino ne perd en rien son caractère plus que parfait. Au contraire — sous l’impulsion de Walter Chiapponi, il flirte avec une allure vintage dès plus actuelle.

Un brin seventies, toujours aussi allurées, les silhouettes des hommes Tod’s de la saison prochaine achèvent de répondre à la question — l’artisanat et l’élégance du geste sont assurément le dernier rempart au conformisme

Jean Paul Gaultier Dit Au Revoir A La Couture

Le couturier le plus populaire de son temps ferme avec un défilé hautement inspiré près de 50 années de carrière dans la mode — une mode aux antipodes des us et coutumes du milieu.

La Dernière Collection Jean Paul Gaultier 2020

Pour sa dernière collection, Jean Paul Gaultier a une nouvelle fois fait tout différemment. Il est de coutume de réduire son défilé à l’essentiel — élaguer, encore et toujours, jusqu’à ne garder qu’une soixantaine de silhouettes. Maximum. Il a pourtant essayé de réduire, mais non: Jean Paul Gaultier n’a décidément rien fait comme les autres !

A l’heure où défilait son ultime collection Haute Couture, les thèmes initiés par Jean Paul Gaultier au cours de ses 50 années d’exercice virtuose, sont désormais les faits d’arme d’une génération entière. L’abolition des frontières du genre, le recyclage ou upcycling, une mode durable, inclusive, sans base ni sommet… Tout cela fut travaillé, stylisé et hautement déridé entre les doigts géniaux de Jean Paul Gaultier. D’ailleurs, n’est-pas auprès de lui que ce sont formés les Martin Margiela, Dries Van Noten, Nicolas Ghesquière, Isabel Marant, Christian Louboutin et Viktor&Rolf, pour ne citer qu’eux?

Sur le podium niché au coeur du Théâtre du Châtelet, c’est donc la grammaire Gaultier qui a une nouvelle fois éblouie, surpris, détonnée, enchantée, a fait se tordre de rire ou de larmes une assistance haute en couleurs. A l’instar de sa collection Haute Couture 2020, toute la mode Jean Paul Gautier est une ode à l’indivdualisme, fort et fier de sa différence. Et les vêtements alors?

Les Vêtements Jean Paul Gaultier

Tous les vêtements ayant fait la gloire et la réputation de sa maison étaient ravivés d’une haute dose de désirabilité. De l’up-cycling donc, Jean Paul Gaultier donnait une véritable leçon — cravates, gants et surtout le denim, sa matière de prédilection, servaient ici l’élaboration de ces pièces de haute voltige. On est roi de la couture, ou on ne l’est pas. Et on ne finit pas par habiller Madonna de son mythique corset conique pour rien.

Tout devient entre les mains de Gaultier le tissu idéal aux volumes imposants, finissant par faire des pièces grandiloquentes ! Il n’y a qu’à voir son interprétation Couture 2020 de la marinière. Portée par Gigi Hadid, elle distille toute l’espièglerie tintée d’érotisme propre à Jean Paul Gaultier.

Suivent ainsi le tailoring gender-fluid. Les trompe-l’oeil. Les inspirations Russes et punk. L’ode au piercing et aux vamps ! Boy George pour le grand final, ce défilé était une ode à la joie de vivre.

« Un joyeux bordel » des mots même du couturier qui ajoute dans le communiqué presse… « Rassurez-vous, la maison de Couture Gaultier Paris continue, avec un nouveau projet dont je suis l’instigateur et qui vous sera révélé prochainement. » Longue vie à l’espièglerie à la Gaultier !

La Collection Haute Couture 2020 De Chanel

Virginie Viard a fait du passé de Gabrielle Chanel un écho chic et spirituel.

Qui était Mademoiselle Chanel?

Virginie Viard a remonté le fil, a puisé dans la genèse de la créativité de Coco, le propos de sa collection Haute Couture 2020. Là où, enfant, Gabrielle Chasnel fut, avec ses soeurs, déposée par leur père… L’abbaye d’Aubazine fut en effet le point névralgique de la mode de la future Coco Chanel. Car en plus d’y apprendre la couture, elle y côtoie l’austérité des soeurs, le vocable géométrique propre aux abbayes, leur sol, leur vitrail. Là que Chanel tira, une fois aux commandes de sa maison, son mythique double C, sa grammaire géométrique, et sa mode dépouillée.

On retrouve ainsi tout au long de cette collection ayant défilée dans une reproduction quasi-parfaite du jardin de l’abbaye, tout le vocable de la Rue Cambon. Le noir et le blanc. Les silhouettes austères mais hautement stylisées.

Mais aussi et surtout, des motifs graphiques, une nouvelle fois inspirés des vitraux — recouverts de paillettes mates et pastel, cette fois ! Car au langage originel de Gabrielle, Virginie Viard a ajouté la touche des maisons hautement virtuoses qui appartiennent désormais au groupe.

La maison Lesage a ainsi travaillé toute la légèreté gracieuse de cette silhouette autour d’une grande cape de taffetas ivoire sur robe de taffetas bleu marine —  étagée en crêpe et rehaussée d’une ceinture trompe-l’œil entièrement brodée de paillettes par les talents Lesage.

Le Tailleur En Tweed Et La Mariée Chanel


Dernier fait d’arme de la couturière, en 1954, l’iconique tailleur en tweed qui habilla les grandes Dames, à l’instar de Jackie Kennedy; ce même tailleur est aujourd’hui retravaillé dans un beige glacé. Fermé de boutons bijoux sertis d’étoiles ou de fleurs — autres grammaires chères à Mademoiselle depuis Aubazine — il se présente avec un col haut ou rabattu… Son tweed beige flirte avec l’esprit champêtre, souligné ou non de fines cordelettes tressées.

La note finale? La mariée Chanel, toute en simplicité, fait un écho net à la rigueur monacale des abbesses — une mariée dans une robe en crêpe Georgette rehaussée d’un triple col Claudine en tulle. Complété d’un voile brodé de branches de glycine; ultime écho au jardin d’Aubazine. Simplifié mais hautement subtil — tout le chic Chanel en somme.