Hennessy Master Blender’s Selection N°3 : Mets Audacieux Pour Cognac Sur-Mesure

Renaud Fillioux de Gironde initie en qualité de Maître Assembleur la troisième déclinaison du cognac sur-mesure signé Hennessy — s’associant dans le même temps à la fine bouche Hugo Desnoyer.

Lorsqu’en 2016 le Maître Assembleur d’Hennessy propose le Master Blender Selection N°1, il est clair que le cognac jamais ne sera le même. Cet homme, c’est Yann Fillioux, oncle et prédécesseur de Renaud Fillioux de Gironde — la huitième génération de Maître Assembleur Hennessy. C’est qu’en qualité de premier garant du goût de cette maison bicentenaire, l’homme veille à la constance d’une qualité exemplaire. Ainsi Renaud Fillioux de Gironde, nommé en poste en 2017, reprend la charge de cette composition hautement symbolique. La famille de cognacs sur-mesure, ou Master Blender Selection, compte désormais un nouvel assemblage ; le numéro 3.

Hennessy Master Blender’s Selection N°3 se déguste comme une ode à la créativité et l’excellence de ces savoir-faire. « Les eaux-de-vie que j’ai sélectionnées expriment à la fois souplesse et rondeur propres au style de certaines belles eaux-de-vie de notre maison. Master Blender’s Selection n°3 incarne ces caractéristiques, aisément identifiables tout en proposant un assemblage original qui ne sera jamais reproduit » indique Renaud Fillioux de Gironde. Une véritable édition limitée, puisque ce cognac jamais ne sera reproduit — mais volontiers partagé !

À la différence d’un vin, un tel cognac n’accompagne pas la saveur des mets ; il se pense au diapason. C’est donc tout naturellement vers la fine bouche Hugo Desnoyer, maître artisan boucher de longue date des cuisines de l’Elysée ou celle de l’Assemblée, que s’est tourné Renaud Fillioux de Gironde. Un boucher célèbre depuis 30 ans pour redonner à la viande tout son sens et sa tradition d’excellence ; un Maître Assembleur fort d’un héritage inégalable… Il n’en fallait pas plus pour composer une expérience gustative hautement singulière autour du Master Blender’s Selection N°3. Un accord Viande & Cognac notamment décliné autour d’un Ceviche de veau de lait, une Simmental d’Autriche et d’un onglet de bœuf de race limousine au poivre de Tellichery. Une oeuvre culinaire à déguster jusqu’au 30 novembre 2019 à la Boucherie Restaurant Hugo Desnoyer, 28 rue du Dr Blanche, Paris 16.

Moët & Chandon, Créations Pour Fêtes Magistrales

capture_decran_2018-12-10_a_00.23.48.png

Fondée en 1743, Moët & Chandon est désormais une gamme de champagne d’exception — et cette année, le Champagne le plus vendu au monde exalte l’art de vivre à la française ! Deux créations rendent ainsi un hommage au patrimoine français et champenois. L’idée est aussi simple que renversante : célébrer trois monuments emblématiques autour de deux compositions non moins admirables ! Il y a d’abord l’Orangerie Moët & Chandon à Epernay. Ce symbole de l’héritage et du rayonnement de la maison a accompagné ce nom tout au long de son histoire… Aujourd’hui, c’est un dessin qui comme un sceau vient concrétiser l’avènement de ce champagne.

 

Dans un second temps, c’est l’Arc de Triomphe qui honore de sa silhouette l’habillage des bouteilles Moët. L’édifice fut construit par Napoléon et, l’empereur fut aussi et surtout l’un des premiers amateurs de ce champagne… Peu étonnant à ce qu’à présent le nom ‘Impérial’ de la cuvée lui rende hommage. Enfin, la Tour Eiffel, ce joyau de l’architecture et fleuron de l’Exposition Universelle de 1889, fait référence à la conquête des nouveaux marchés entreprise par la maison dès le XIXème siècle. De cet héritage, Moët & Chandon façonne donc un traditionnel flacon de Moët Impérial, sublimé par une couverture dorée et délicate ! Aussi, un jéroboam magnifié aux couleurs de ces monuments emblématiques fut ciselé ton sur ton afin d’enivrer avec prestige les plus belles tables de ce réveillon ! Une beauté mise en bouteille disponible uniquement aux Galeries Lafayette Gourmet, Publicis Drugstore et à la Grande Épicerie de Paris.

Rencontre avec Liu Bolin, Artiste de la Réinterprétation Ruinart 2018

liubolin1.jpg

Née au siècle des Lumières, la Maison Ruinart initie dès le tournant du XVIIeme siècle une forme de collaboration appuyée avec les artistes — c’est que quelque chose s’est passé ce jour de 1896, sur la colonne Morris qu’André Ruinart découvrit. De cette première réclame de l’histoire du champagne travaillée par le jeune Tchèque Alphonse Mucha, toute une voie fut pavée pour des collaborations aussi poétiques que ludiques. En 2018, c’est à l’artiste chinois Liu Bolin que Ruinart confie la mise-en-scène de son héritage ! Le résultat : un artiste qui s’efface en même temps que l’humain pour laisser étinceler les gestes et un savoir-faire dans une ambiance surréaliste. Tout simplement bluffant ! 

S.G. Qu’est-ce qui vous a marqué lors de votre première visite de la Maison Ruinart ?

Ce qui m’a vraiment impressionné la première fois que j’ai visité la Maison Ruinart, c’est l’implication, la fidélité et le sérieux de l’ensemble des employés. L’expertise manifeste et l’utilisation des ressources naturelles… J’ai pris conscience de l’unique savoir-faire de la plus ancienne Maison de champagne et de l’aspect exceptionnel du site historique classé au patrimoine mondial de l’Unesco. Des vignes aux crayères… Les collaborateurs de Ruinart tirent parti de la nature sans la dévoyer.

S.G. Quelle a été la première étape de votre démarche pour cette collaboration avec Ruinart ?

La première étape a consisté en un repérage. Trois jours surréalistes qui m’ont permis de voir tout le processus d’élaboration du champagne depuis les vignobles jusqu’aux crayères, dont la température et l’hygrométrie idéales à l’élaboration des vins, ainsi que les différentes étapes de production… C’est ce travail, le travail des collaborateurs de Ruinart, que j’ai voulu mettre en avant dans cette série. 

S.G. Quels aspects essentiels de la Maison Ruinart avez-vous voulu capturer dans vos œuvres ?

Lorsque j’ai commencé à me documenter sur la Maison Ruinart, j’ai compris la force du savoir-faire de cette Maison bientôt tricentenaire. La longue histoire de la Maison aussi. Ayant toujours été impressionné par les acteurs de la production, j‘ai voulu capturer ceux qui sont pour moi les maillons essentiels de ce savoir-faire. 

S.G. Quels symboles visuels de Ruinart avez-vous voulu représenter dans votre collaboration artistique ?

En disparaissant derrière les acteurs de la Maison Ruinart, j’ai représenté les principales étapes de composition du champagne. Depuis le vignoble jusqu’au remuage, le dégorgement et enfin le flacon… Tout cela s’exprime dans cette collaboration. 

S.G. En ce mois d’octobre 2018, la Fiac bat son plein ; pouvez-vous nous dire ce que l’on y trouve ?

Vous trouverez notamment à la FIAC les trois images réalisées avec la Maison Ruinart. C’est-à-dire Vignes, Ligne de Dégorgement et Gyropalettes ! 

Propos recueillis par Sébastien Girard

 

À découvrir aussi durant la FIAC, une installation éphémère de la Maison Ruinart. Imaginée par la scénographe Nathalie Crinière, l’installation conte l’histoire, le patrimoine artistique et le savoir-faire de la Maison autour d’une expérience gustative inédite. Concoctée à quatre mains entre Emmanuel Renaut, chef triplement étoilé du Flocons de sel et Liu Bolin, l’expérience inédite offre des dégustations en présence d’œnologues de la Maison. Uniquement sur réservation. Du 18 au 22 octobre.

Hennessy Very Special : retour sur la Collaboration Hennessy Vhils.

hennessy_vs_edition_limitee_par_vhils_jean-marc_lubrano-filmography_5343.jpg

S.G. : Parlez-nous de votre première visite de la maison Hennessy à Cognac ?

Vhils : Lors de ma première visite à Cognac, j’ai été particulièrement enthousiasmé par le nombre de points communs entre mon travail et celui de Hennessy. La maison Hennessy comme moi, nous travaillons des matières premières auxquelles le temps seul peut donner ce caractère exceptionnel. J’aime à croire que creuser dans les couches du temps, ce n’est pas revenir en arrière, mais plutôt faire remonter à la surface des couleurs, des dessins, des lettres du passé pour les rendre visibles.

 

S.G. : Quelle a été la première étape de votre démarche pour réaliser la bouteille Very Special édition limitée 2018 ?

Vhils : Pour moi, la procédure naturelle a été de me plonger dans les archives de la maison. Riches en symboles et en découvertes fascinantes… Quand j’ai découvert l’histoire derrière Hennessy, j’ai réalisé que cette collaboration correspondait parfaitement à mon art et à mes idéaux. J’ai repoussé les limites pendant 10 ans, mais ensuite j’ai réalisé que Hennessy le faisait depuis plus de 250 ans ! La sérénité de la tradition, un savoir-faire hors du commun et une ouverture sur le monde ! Qu’il s’agisse d’exposer la nature d’une ville ou de mélanger un Cognac parfait, pour nous deux, l’essentiel est le temps. Vous devez l’attendre, le laisser faire son travail, puis travailler avec les couches que le temps a façonné. Il n’y a pas d’accélération du processus et il y a toujours un élément de prise de risque. Et c’est là que se forge tout l’aspect d’un cognac rarissime.

 

S.G. : Qu’est-ce qui vous rassemble, vous et la maison Hennessy, selon vous ?

Vhils : Pour Hennessy, mon approche à l’égard de mon art est une métaphore appropriée de l’art de la fabrication du Cognac : tous deux nous nous appuyons sur la force imprévisible et immuable du temps et des éléments. Pour chacun d’entre nous, le processus créatif est une quête poétique pour rendre visible l’invisible. Rendre le cognac iconique. 

 

S.G. : Il y a une véritable obsession au temps dans votre oeuvre, autre point commun avec le cognac ?

Vhils : Le cognac est par nature une œuvre qui nécessite du temps. Il faut également être capable de tenir dans le temps une création. Que 10 ans, 50 ans, 100 ans plus tard, cette création soit la même. Identique. Immobile. Capable de transcender les goûts et les nouveaux savoir-faire. Là, la maison confronte ces piliers avec le travail artistique qui par nature est un bon capteur du temps. Elle met face à face des icônes de la création actuelle avec une icône qui remonte pour certains flacons au début du XIXème. Le savoir-faire, manuel, le respect de la tradition, en sont d’autres. Ce ne sont pas les seules.

 

S.G. : Quels symboles avez-vous identifiés et représentés sur la bouteille ?

Vhils : Pour Hennessy Very Special, il y a tout d’abord l’ultime symbole Hennessy : le bras armé. Il y a aussi sur l’étiquette les grappes de raisin qui viennent de la vigne, élément clé d’un cognac original. Il y a un visage aussi que vous verrez mieux quand vous reculez ou avec l’appareil photo de votre mobile, certains visages que vous voyez mieux qu’à l’oeil nu. Ce cognac se déguste de la même manière, sous différentes enveloppes. Vous avez après ce que l’on appelle le damier sur la capsule de la bouteille. Il y a aussi d’autres codes de la maison qui sont utilisés comme les trois étoiles qui est le nom original du Hennessy Very Special.

 

S.G. : Quelles techniques ou matières avez-vous utilisées pour cette bouteille ?

Vhils : Pour la bouteille Hennessy Very Special, je n’ai pas utilisé mon marteau-piqueur mais j’ai repris mes techniques sérigraphiques habituelles. En effet, j’ai ajouté de l’encre et de l’acide sur le papier afin de créer une oeuvre texturée, dynamique, constellée de noirs et de jaunes profonds, évoquant un cognac tout en nuances et lumières. 

 

S.G. : Une exposition a été créée pour cette collaboration, pouvez-vous nous dire ce que l’on y trouve ?

Vhils : L’exposition démarre par les archives qui ont nourri mon travail. J’ai dressé un parallèle entre les pierres des murs de Lisbonne et les pierres lithographiques qui étaient utilisées pour produire les étiquettes Hennessy au XIXe siècle. Dans les œuvres en papier et métal que j’ai réalisées, on retrouve les symboles d’Hennessy, le bras armé, les 3 étoiles, les grappes de raisin, le damier, entre autres éléments iconographiques du passé, bien entendu revisités, remixés subtilement. 

 

S.G. : On dit de vous que vous êtes un artiste qui aime expérimenter. Qu’en pensez-vous ? 

Vhils : J’aime bousculer les certitudes, en questionnant ce qui est visible de ce qui ne l’est pas. On peut y voir aussi un message social. On n’aurait pas tort. Il y a aussi ce polystyrène, des extrusions de mur. De face, c’est comme si le visage venait nous parler. De côté c’est une skyline, en écho au côté urbain de mon travail. Il y a toujours plusieurs niveaux de lecture. Je joue, j’expérimente, avec mon équipe. Ce qui me caractérise en dehors de mon histoire dans l’art urbain, je dirais que c’est ma capacité à savoir expérimenter. Je transforme, détruis, reconstruis, réinvente. Je tords la réalité et en fait autre chose… Mais Hennessy porte aussi en lui cet héritage — repousser les limites, réinventer sans cesse la sublimation du cognac, faire de son passé le tremplin vers un futur où le cognac devient icône plutôt qu’archive… 

 

S.G. : Avez-vous apprécié la collaboration pour la bouteille Very Special édition limitée 2018 d’Hennessy ?

Vhils : Je savais que Hennessy travaillait avec des street artistes depuis plusieurs années déjà. Ils m’ont donné la liberté de créer ce que je voulais. J’ai eu accès à leurs archives et j’ai pu visiter Cognac pour mieux comprendre l’impact que cette industrie avait eu sur la communauté locale. Donc c’était une aventure très intéressante pour moi. C’était une vraie collaboration car outre la bouteille édition spéciale, j’ai créé plusieurs œuvres suite à ce que j’ai découvert dans les archives. Hennessy soutient également plusieurs de mes projets personnels dont mon exposition à Paris et mon studio. Ils respectent vraiment l’identité de mon travail. J’ai ainsi essayé de transmettre ce respect mutuel, cet échange d’identités dans cette nouvelle carafe. Une harmonie entre lumière et design urbain, en somme. 

Propos recueillis par Sébastien Girard

 

L’exposition « Make the Invisible Visible » sera accessible lors des Journées Particulières les 12, 13 et 14 octobre prochain. À l’occasion de ce week-end exceptionnel, la Maison Hennessy propose de découvrir plusieurs lieux dont certains sont habituellement fermés au public. En plus de l’exposition de Vhils vous pourrez ainsi découvrir les Visites Hennessy, véritable plongée dans les coulisses de la Maison avec une expérience immersive sur l’art de la sélection dans le Chai du Fondateur. Également à l’honneur, le Château de Bagnolet, ancienne demeure de la famille Hennessy, dont le jardin d’hiver a été restauré en 2018 en faisant appel à des métiers d’art. Enfin, pour la première fois, la Maison Hennessy va ouvrir au public le nouveau site d’embouteillage de Pont Neuf, inauguré en 2017. Inscriptions dès le 22 septembre sur www.lesjourneesparticulieres.fr

L’édition limitée Hennessy V.S.O.P Privilège En Célèbre les 200 ans

image002.jpg

La maison Hennessy n’a pas son pareil lorsqu’il s’agit de célébrer les anniversaires. Pour son 200e, en plus d’une bouteille produite en quantité ultra-limitée, Hennessy propose une expérience inédite pensée autour de la mixologie.  L’édition limitée Hennessy V.S.O.P Privilège se distille ainsi dans une bouteille au design inspiré d’archives datant de la moitié du XIXe siècle — une bouteille connue sous le nom de “charentaise”. Et c’est dans la boutique des Visites Hennessy que se tient l’évènement clé de cette célébration! 

La maison de cognac propose en effet une nouvelle expérience autour de la mixologie — jusqu’à fin septembre, un rituel hautement sophistiqué vient compléter la dégustation de la visite ‘Hennessy Signature’. Située à Cognac, la boutique-atelier Visites Hennessy offre ainsi une plongé fascinante au coeur d’une maison riche de deux siècles d’histoire! Le cognac Hennessy V.S.O.P Privilège Sunset se vit ici à travers des recettes de cocktails innovantes et originales. Un évènement rare et privilégié à réserver dès à présent! 

La Part des Anges Met en Vente l’Hennessy Edition Particulière N°5

hennessy_edition_particuliere_n5_5366-e1531144599586.jpg

A Cognac, l’hôtel Les Chais Monnet servira d’écrin hyper moderne à la Part des Anges. Sous le parrainage de Thierry Marx, la 11e édition de cette vente aux enchères de cognacs rassemblera des crus étourdissants! Parmi eux, une édition unique signée Hennessy, composée par Renaud Fillioux de Gironde. Fruit d’une collaboration exclusive, l’Edition Particulière N°5 célèbre le savoir-faire et la transmission d’une famille de Maîtres Assembleurs! 

Renaud Fillioux de Gironde en figure en effet la huitième génération — de cet héritage sans pareil, l’homme parvient à conjuguer hommage à ses prédécesseurs et assemblage inédit… Un assemblage d’eaux-de-vie provenant des dames-jeannes du Chai du fondateur d’Hennessy. L’Edition Particulière N°5 vient ici agrandir la collection des cognacs rares de la maison — une édition renfermée dans une carafe en cristal qu’a tenu à réaliser l’illustre maison Baccarat. 

Scellée à l’aide d’un ancien procédé, le baudruchage, connu des seuls artisans expérimentés de la Maison Guerlain, l’Edition Particulière N°5 a tout de l’objet du désir. Une concoction précieuse et raffinée; une carafe sertie d’un fil de soie… Le 20 septembre prochain,  l’heureux propriétaire qui remportera l’enchère aura aussi l’occasion de rencontrer Renaud Fillioux de Gironde, lors d’une visite à Cognac — une rencontre où il sera question d’approcher la dégustation autour des secrets de la maison de Richard Hennessy, et ceux de ses dames-jeannes du Chai! Prix de départ: 25 000€.

 

L’Evidence Moët & Chandon

20180705cpmoetchandonroses1.002.png

Bien qu’elle fut fondée en 1743, la maison Moët & Chandon règne aujourd’hui sur l’art du champagne. Grâce à un savoir-faire hors du commun qui mêle avec style trois célèbres cépages champenois, Moët & Chandon propos des champagnes élégants, puissants et savoureux. Et pour accompagner les belles soirées d’été, la maison introduit deux vins aux arômes frais et fruités — les Moët Impérial Rosé et Moët Ice Impérial Rosé. 

Nés d’un assemblage inédit de l’intensité du Pinot Noir, la rondeur du Pinot Meunier et l’élégance du Chardonnay, ces champagnes portent au palet un style unique et éminemment raffiné! Le Moët Impérial Rosé est d’ailleurs l’expression la plus spontanée de Moët & Chandon — un bubbly qui intègre toute la richesse et la complexité des terroirs et des vendanges de Champagne.

Le Moët Ice Impérial Rosé, lui, démontre le goût prononcé de la maison pour l’innovation. Oui, le Moët Ice Impérial Rosé est ce champagne d’exception; le premier champagne rosé spécialement composé pour être dégusté sur un lit de glace… Deux champagnes divins à découvrir dès à présent! 

L’Edition Limitée Talisker Bodega 40 ans

talisker_bodega_-_image.jpg

1830, sur l’île de Skye, la distillerie Talisker est fondée au coeur de la nature sauvage. Produisant au fil du temps l’un des plus grands Single Malts Ecossais, la maison gagne son statut autour d’une technique de distillerie très spéciale. Vieillis dans d’anciens fûts de Sherry, incontournables pour obtenir des whiskies d’exception, les Single Malts obtiennent ainsi des notes boisées incomparables… 

Disponible dès Septembre prochain, la série Talisker Bodega prône la rencontre entre la nature sauvage de l’île de Skye et la chaleur de l’Espagne. Et le lien n’est pas nouveau puisque Talisker faisait autrefois du commerce avec Delgado Zuleta; cave qui fournissait son vin au roi d’Espagne… Aujourd’hui, le maître distillateur Dr Craig Wilson a voulu recréer ce lien d’antan — un hommage appuyé à l’histoire d’un voyage qui, depuis Skye jusqu’aux vignobles côtiers historiques du ‘triangle d’or du Sherry’, a mené la maison à cette rencontre. 

La série Talisker Bodega combine ainsi compétences artisanales traditionnelles et techniques modernes de maturation… Le résultat: whisky à l’or profond et limpide; des notes tourbées et salées remarquablement complexes et intenses! Une ambroisie servie dans  un  coffret raffiné, inspiré des  arches  distinctives des caves de Sherry. Mais seules 2 000 bouteilles sont disponibles dans le monde — 40 en France. D’autres  créations sont à venir…  

Hennessy V.S X Vhils, La Collaboration Street Art…

hennessyvslimited.jpg

Cette collaboration entre l’artiste et la Maison s’inscrit dans le cadre des éditions limitées que la maison confie chaque année à des artistes contemporains de renom international pour qu’ils réinventent la carafe de Hennessy Very Special. Avant Vhils, la maison avait collaboré avec JonOne, Shepard Fairey, Futura, Os Gêmeos ou encore Ryan McGinnes.

Cette année, c’est à l’artiste Portugais Vhils que la mythique maison de Cognac Hennessy a confié la composition de ses non moins iconiques bouteilles V.S – un street artiste à la dimension internationale qui vient envelopper de sa signature graphique le sceau magistral d’Hennessy. Connu dans le monde entier pour ses immenses portraits creusés à même la matière – des visages anonymes creusés au creux des murs, au marteau piqueur, à l’acide ou à l’explosif – Vhils imprègne aujourd’hui de sa griffe l’habillage de Very Special.

« J’aime contrôler les couleurs. Lorsque je retire les couches, je trouve les couleurs Et je ne sais jamais ce que je vais trouver. » L’approche de Vhils, une fois appliquée au V.S Hennessy, rend ainsi un vibrant hommage à l’héritage de la maison. . Au nez, Hennessy Very Special rassemble un caractère intense et fruité avec des notes boisées ; en bouche, les saveurs puissantes évoquent les amandes grillées, soutenues par les notes fraîches et vives des raisins… Deux ans, c’est aussi le temps pris par Vhils pour mettre au point une étiquette comme une oeuvre constellée de noirs et de jaunes profonds, évoquant le cognac le plus vendu au monde.

« Qu’il s’agisse d’exposer la nature d’une ville ou de mélanger un cognac parfait, pour nous deux, l’essentiel est le temps : il faut l’attendre, le laisser faire son travail, puis travailler avec les couches que le temps a façonnées. Il n’y a pas d’accélération du processus et il y a toujours un élément de prise de risque » précise l’artiste. Frappées du légendaire bras armé, sceau même du fondateur Richard Hennessy, les bouteilles V.S de Vhils jouent des textures… De l’encre et de l’acide furent ajoutés sur le papier afin de créer une oeuvre dynamique et éminemment symbolique. Des bouteilles à acquérir dès à présent au prix de vente conseillé de 35 €.

Les 200 ans du Champagne Rosé Veuve Clicquot

birthday-cake.jpg

Si la maison de la Veuve Clicquot fait figure de référence ultra-chic en matière de champagne, c’est qu’elle a su innover et changer les règles afin d’ouvrir de nouvelles perspectives. Tant pour sa robe que pour son goût et ses arômes, la Veuve chercha à composer un champagne rosé de caractère – un champagne appelé à bouleverser les codes mêmes de son élaboration. Visionnaire et audacieuse, la Veuve Clicquot un jour aurait souligner d’une phrase qui comme un couperet asséner l’un des grands principes de la maison. « Nos vins doivent flatter à la fois l’oeil et le palais. »

En 1818 donc, la Veuve Clicquot eut l’idée de conjuguer à ses vins blancs tranquilles son vin rouge. Ainsi venait-elle d’élaborer le tout premier rosé d’assemblage connu – un vin pétillant comme un véritable acte de créativité. Son secret repose sur l’assemblage inédit ; 50 à 60 crus différents sont nécessaires à sa composition. Veuve Brut Carte Jaune, Pinot Noir, Meunier et Chardonnay… « Chez Veuve Clicquot, nous élaborons toujours notre champagne rosé en l’assemblant à du vin rouge, selon la méthode de Madame Clicquot inventée il y a 200 ans », explique Dominique Demarville, Chef de Caves Veuve Clicquot. « Ce savoir-faire traditionnel nous permet de créer des cuvées de rosé à la fois précises, intenses et élégantes. » Le résultat ? Un champagne Rosé d’exception ; une robe rose lumineuse aux reflets cuivrés.

Première sensation en bouche, l’attaque est franche – mais les saveurs et le style Veuve Clicquot Rosé très vite laissent éclore un nez généreux et élégant. Un nez complété avec des arômes de fruits rouges frais (framboise, fraise des bois, cerise, mûre) menant à des notes biscuitées (amande, abricot et brioche). Une sensation fruitée et harmonieuse au palais qui, à l’occasion des 200 ans du Champagne rosé, se présente dans un format inédit. Le nouveau jérobam non-millésimé, en édition limitée.