Noël Au Soleil, Luxe Et Volupté aux Canaries

Entre neige et soleil, sable et volcans — l’archipel dévoile le meilleur spot de cette fin d’année. En même temps que la voie lactée !

La destination la plus luxe de cette fin d’année? Les îles Canaries. Lieu de naissance du superbe Manolo Blahnik, les îles Canaries sont surtout celles d’où l’on perçoit la douceur et le luxe de vivre ! L’archipel de sept îles est caressé par les alizés, lové dans l’anticyclone des Açores. Petit coin de douceur absolue à tout moment de l’année, il constitue aussi et surtout le lieu de prédilection pour une fin d’année bien inspirée. Entre baignade porte-bonheur au douze coups de minuit, sous l’un des cieux les plus étoilés au monde, en passant par les traditionnels fruits de mer de la Nochebuana (le réveillon de Noël) — les Canaries ont plus d’une finesses à offrir.

On pose ses valises au Gran Hotel Bahía Del Duque ou à l’iconique Ritz-Carlton, Abama, pour un séjour où la tradition rencontre la surprise. Au détour de l’un des nombreux marchés de Noël, c’est le Mont Teide qui, sous un climat flirtant avec les 22°C en plein mois de décembre, dévoile au loin ses neiges. Mieux, observer le lever du soleil sur le Mont Teide et son manteau blanc contrastant avec la lave noire est une expérience à couper le souffle. C’est tout ça, les fêtes de fin d’année aux Canaries. Un brin moins alambiqué que le film ‘The Man Who Killed Don Quixote’ de Terry Gilliam; tourné sur l‘archipel durant 17 ans… Mais tout aussi iconique !

Deauville, Ville d’Art et De Plaisirs


Elle a inspiré Monet et Chanel, Proust et Sagan. Sortie de terre au milieu du XIXe siècle, Deauville distille un art de vivre bien à elle.

1858. Lorsque le Duc de Morny, demi-frère de Napoléon III, sur les conseils de son médecin, découvre les bains de mer à Trouville, la vogue pour les ‘douches de vagues’ est déjà bien installée. C’est sur cette plage, en 1836, que Gustave Flaubert fait la rencontre d’Elisa Schlésinger. Un amour absolu mais impossible qui hante son premier roman, Mémoires d’Un Fou. Là aussi que Flaubert, enfant de la côte Normande, plante le décor de son roman iconique Madame Bovary. Mais lorsque le Duc de Morny séjourne à Trouville ce qui le frappe, lui, c’est cette bande de sable vierge, 160 hectares complètement vides. C’est décidé, Morny veut y faire construire la “ville chic des plaisirs“.

Il confie à l’architecte Breney, déjà derrière la réalisation du casino de Trouville en 1847, la construction de sa ville. Deauville. Se basant sur le principe développé par le Baron Haussmann à Paris, Breney conçoit Deauville sur ces mêmes codes urbains; de façon à ce que « la haute société se retrouve pour ainsi dire chez elle » selon l’expression consacrée de Pierre de Régnier. Juillet 1863 marque ainsi l’inauguration de Deauville — son golf, ses bains, et surtout son hippodrome. Tout juste sorti de terre, l’endroit devient le rendez-vous de la saison. Et pour cause! Morny, dandy et entrepreneur, s’est assuré la promotion de tout ce que Paris compte de gens importants. Têtes couronnées et banquiers, mondaines et demi-mondaines, actrices et personnalités en vues gravitant autour du luxe et de la mode — le Tout-Paris est là, et déjà, le Tout-Paris veut faire construire sa villa. Les plans s’enchaînent, et en 1897, le Figaro écrit: « La terrasse du casino semble un prolongement du boulevard des Italiens. »

L’hippodrome devient un podium géant, où il n’est pas rare de croiser Jeanne Paquin et ses modèles. Déjà Deauville a tout de la vie mondaine Parisienne — mais plus calme, sans doute. Monet y peint. Proust, habitué de l’hôtel Les Roches noires, y trouve l’inspiration de son mythique A La Recherche Du Temps Perdu. Plus tard et jsuqu’à la réhabilitation de l’hôtel, c’est Marguerite Duras qui trouvera sur les plages de Deauville l’écho à son Indochine natale. Mais voilà, avec la chute de l’Empire à la fin du XIXe siècle, Deauville, connotée frivole et impériale, tombe en désuétude. C’est en 1910 avec l’arrivée de Cornuché que la ville que l’on connaît et admire tant aujourd’hui prend sa forme quasi-définitive.

L’homme derrière la glorieuse réputation de Maxim’s y plante le “plus bel hôtel du monde“, le Normandy, mais aussi Les Cures Marines, et le merveilleux Casino de Deauville. Son théâtre, inspiré du Petit Trianon de Versailles, accueille pour l’inauguration non moins que Diaghilev et Nijinski en personne pour une représentation inédite des Ballets Russes. C’est d’ailleurs à cette époque, nichée dans l’artère creusée à l’arrière du Normandy que Coco Chanel inaugure sa seconde boutique, avec l’aide de Boy Capel. Là encore que la jeune couturière trouve tour à tour un public influent sensible à ses créations, et l’inspiration de ses codes les plus iconiques. Le beige Chanel. La marinière. Le jersey.

Là encore que les années folles battent leur plein — la vedette Mistinguett en goguette! Deauville avait là tout pour devenir la ville cinématographique qu’elle est aujourd’hui. Pas moins de cinquante films y furent tournés. ‘Les Liaisons Dangereuses’ de Roger Vadim en 1960, avec Jeanne Moreau et Boris Vian. Mais aussi et surtout l’icône absolue du cinéma Deauvillais, ‘Un Homme et Une Femme’ de Claude Lelouch. L’icône de la Côté Fleurie avait alors tout pour accueillir un festival d’envergure. En 1975, c’est Deauville qui fut choisie par André Halimi et Lionel Chouchan pour être le théâtre du Festival du Cinéma Américain!

Dès lors, le passé Belle Epoque de Deauville épouse son présent et fait briller son art de vivre dans le monde entier. Nichés dans un décor Normand et art déco, nombre de restaurants distillent tout ce savoir vivre autour de plats exceptionnels servit dans une simplicité salvatrice. C’est Les Vapeurs et ses fruits de mers. La Villatara et sa vision précise des traditions Deauvillaises. Mais Deauville, c’est surtout la station balnéaire de tous les possibles. Là où, un 8 août, Françoise Sagan gagnait aux jeux sa demeure légendaire. « Nous étions le 8 août, à présent, j’avais gagné avec le 8, il la vendait 8 millions anciens, il était 8 heures du matin, que vouliez-vous que je fisse contre tout cela ?… Je tirai les billets de mon sac à main du soir, qui en débordait, et je les lui mis dans la main, avant d’aller me coucher triomphante, dans ce qui allait être- et qui est resté jusqu’ici -mon seul bien sur la terre, une maison toujours un peu déglinguée, sise à trois kilomètres d’Honfleur (et douze de Deauville). »

La 45e Edition Du Festival Du Cinéma Américain De Deauville


Les mythiques planches de Deauville s’apprêtent à accueillir une édition placée sous la présidence de Catherine Deneuve!

Du 6 au 15 septembre 2019, l’icône de la Coté Fleurie servira une nouvelle fois de ville hôte au plus cool des festivals de cinéma. Et c’est peu dire. L’ambiance qui règne au Festival du Cinéma Américain de Deauville n’est à nulle autre pareille — entre humour, détachement et approche peu compétitive de l’exercice, les acteurs et actrices, aussi glorieux soient-ils, trouvent ici l’occasion de lâcher prise. Comme voulue par le Duc de Morny, Deauville est toujours cette station balnéaire où il fait bon être vu, tout détendu.

C’est par exemple Danny Kaye qui, en 1980, inaugure le festival en arrivant à quatre pattes sur la scène du cinéma du Casino. Buzz Aldrin en tenue d’astronaute sur la plage de Deauville. Ou encore la projection du mythique Flashdance d’Adrien Lyne qui, une fois terminée, voit le public refuser de quitter la salle de projection! Oui, au Festival du Cinéma Américain de Deauville, les stars côtoient leurs fans dans une ambiance très déridée!

Et cette année, c’est l’actrice la plus exaltante de la galaxie, Catherine Deneuve, qui présidera le Festival. Non-compétition oblige, le palmarès, déjà connu, récompensera pêle-mêle: ‘Les Misérables’, de Ladj Ly, du Prix d’Ornano-Valenti. ‘Wasp Network’ d’Olivier Assayas, dont le directeur du festival Bruno Barde dit: « Il y a chez Olivier Assayas le plaisir du cinéma, du filmage et de sa ponctuation que l’on sent à chaque plan, chaque séquence et chaque scène. Une hélice d’avion, un vol, une perspective, un baiser, un travelling. Olivier applique parfaitement l’adage de Truffaut : un bon film est un film qui a un point de vue sur le monde et un point de vue sur le cinéma. »

Diffusé en avant-première de sa sortie Française aussi, le très attendu film de Woody Allen, ‘Un Jour de Pluie à New York’. Avec Elle Fanning, récompensée par le prix Nouvel Hollywood à Deauville l’an dernier. Oui, car si le Festival compose la plus belle vitrine du cinéma Américain, il n’en oublie pas moins de faire le lien entre les icônes passées d’Hollywood et leur pendant contemporain. Et puisqu’il s’agit bien souvent de rappeler le passé au présent, la maison Chanel compte cette année parmi les partenaires luxe du Festival — un hommage appuyé à tout ce que Coco doit à Deauville. Son beige, sa marinière, le jersey iconique mais surtout, ce style qui n’appartient qu’à cette ville… Glamour et chic, jamais ampoulée!

Vacances: Les Destinations De rêve Des stars

L’été constitue toujours une période idéale pour partir en vacances et oublier le stress du quotidien. Comme les simples particuliers, les célébrités ont également besoin de souffler et de rompre avec le rythme effréné du travail. Par contre, les stars ont leurs destinations privilégiées afin de se ressourcer et de refaire le plein d’énergie.

Long Island et les Hamptons pour s’éloigner de la frénésie new-yorkaise

New York n’a rien d’une destination extraordinaire à première vue. Pourtant, il existe une région de la Grosse Pomme que les stars, comme Mick Jagger ou Jennifer Lopez, adorent tout particulièrement. Il s’agit de Long Island, plus précisément des Hamptons. Situés dans le nord-est de l’île, les Hamptons constituent un vrai havre de paix pour tous ceux qui cherchent le calme et la tranquillité. Chaque été, elle accueille un grand nombre de célébrités.

Montauk fait partie des nombreuses attractions des Hamptons. Station balnéaire à l’extrémité est des Hamptons, elle est plutôt calme et reposante. Sur la plage, à proximité du phare, les vacanciers peuvent profiter d’une magnifique vue. Montauk est très appréciée par les surfeurs professionnels pour ses vagues, au spot de Montauk’s Ditch Plains. East Hampton et Amagansett sont aussi à visiter pour leurs belles plages de sable fin.

L’île touristique d’Ibiza pour faire la fête et des virées en mer dans les Baleares

Située au cœur de la Méditerranée, Ibiza est une des destinations prisées des athlètes et des stars. Cristiano Ronaldo y passe ses vacances pour profiter pleinement du soleil, des plages et de la mer. Depuis des années, Ibiza est également une destination incontournable pour ses soirées festives et ludiques. L’île la plus touristique des Baléares compte de nombreuses discothèques célèbres et accueille d’illustres DJ pour animer des fêtes grandioses et spectaculaires.

Ibiza regorge de lieux attractifs. Bâtie dans une crique naturelle, Sant Antoni de Portmany est la deuxième plus grande ville de l’île. Outre sa vie nocturne, elle propose une large variété d’activités en journée comme le nautisme de plaisance, la plongée, etc. Playa d’en Bossa figure aussi parmi les destinations à ne pas rater pour les amateurs de sport nautique. Cette station balnéaire possède un grand parc aquatique.

L’archipel d’Hawaii pour des vacances mémorables dans un cadre paradisiaque

Sans l’ombre d’un doute, Hawaii est également une destination de rêve pour de nombreuses actrices, chanteuses et autres célébrités telles que Julia Roberts ou Britney Spears. Composé de 6 îles principales et d’une centaine de petites îles, cet archipel est un vrai paradis pour les amoureux de la mer et de la nature. Hawaii est parfaite pour faire du surf, de nager avec des dauphins dans des eaux cristallines, etc.

Cependant, Hawaii n’est pas uniquement célèbre pour ses belles plages comme Magic Sands Beach ou Mauna Kea Beach. Cet archipel attire aussi pour ses volcans encore en activité et la beauté des paysages qui les entourent. Une visite à Hawaii Volcanoes National Park permet d’admirer le volcan Kilauea, en éruption depuis plus de 35 ans. Enfin, le Jardin botanique de Wahiawa, avec ses 11 Ha de forêts tropicales, est un véritable trésor.


Portofino, Icône Romantique de la Jet Set

Un ancien village de pêcheur niché au coeur de la Riviera, Portofino n’a qu’un mot pour plaire à la jet set— la discrétion.

« Ce petit village s’étend comme un croissant de lune autour d’un calme bassin. » Les mots de Guy de Maupassant capturent toute la finesse et l’enchantement de Portofino. Un petit village devenu lieu de villégiature iconique de la jet set — une histoire d’amour, d’amitié et de plaisir qui a su attirer plus d’un illustres visiteurs. L’amitié, d’abord. Lorsque l’acteur phare de ‘My Fair Lady’, Rex Harrison découvre Portofino, il y acquiert un domaine et ne tarde à y inviter ses amis. Clark Gable, Greta Garbo, Truman Capote, Maria Callas et Aristote Onassis.

L’amour, ensuite. En 1958 Fred Buscaglione chante ‘Love In Portofino’, véritable hymne à la Dolce Vita. Mais version jet set. C’est ici que Liz Taylor a vécu ses huit lunes de miel. Au coeur du Belmond Hotel Splendido, l’hôtel iconique de Portofino inauguré en 1901, qui compte dans son livre d’or les figures phares de la jet set. Hemingway, mais aussi le Duke et la Duchesse de Windsor. Pour ne citer qu’eux.

Tous sont venus trouver à Portofino l’enchantement. Au détour de ses petites rues, colorées et nichées dans une végétation luxuriante et simplement magnifique… Une magnificence que capture le film ‘Par-Delà Les Nuages’ de Michelangelo Antonioni et Wim Wenders — l’histoire d’une destination mirifique qui sert de théâtre aux histoires les plus folles. De la villa hantée qui fut le tombeau de Lord Carnarvon, lors même qu’il venait de déterrer celui du Pharaon Toutankhamon, en passant par la série de films Dior Cruise 2012 réalisée par Ellen von Unwerth… Portofino a tout de la destination romantique et légendaire!

Capri, Destination Glamour de la Jet Set

Une île à la végétation luxuriante qui attire les jet setters et inspire les couturiers!

Si l’engouement pour Capri semble avoir connu son âge d’or dans les années 1950, l’île est déjà connue des têtes couronnées dès la fin du XIXe siècle. C’est le docteur et philanthrope Axel Munthe qui, s’y installant en 1887, attire avec lui la Reine de Suède, et de fait, bien d’autres encore. « Ma maison doit être ouverte au soleil, au vent et aux voix de la mer, comme un temple grec, et à la lumière, la lumière, la lumière partout ! » La villa San Michele qui lui survit transpose son désir; devenue depuis l’icône de Capri — un havre de paix et de communion avec la nature. C’est cette vision d’une île idyllique qui plus tard attire Oscar Wilde, Jean Cocteau, André Gide ou encore le Prince Rainier et Grace Kelly.

Mais la bâtisse qui fit de Capri une icône populaire, c’est la Casa Malaparte. Construite pour l’écrivain Italian Malaparte, elle est une sorte d’aimant à artistes. Jean-Luc Godard d’abord qui y planta la scène de son film iconique ‘Le Mépris’, avec Brigitte Bardot en 1963. Karl Lagerfeld ensuite. Dans les années 1990, il voyage à Capri et revient avec un album photos capturant cette maison hors du temps. Vide de toutes influences. Car c’est bien Capri seule qui inspire les jet setters. Et non l’inverse.

Le pantalon Capri par exemple. Une création née dans les années 40, des mains de la styliste Allemande Sonja De Lennart. De passage à Capri, l’été est si chaud qu’elle en vient à drastiquement réduire la longueur de ses pantalons. Quelques décennies plus tard, c’est Jackie O. qui introduit au monde la mode du pantalon Capri, affirmant dans le même temps l’uniforme de ces villégiatures — pantalon blanc, t-shirt noir, et maxi lunettes. Mais c’est un autre couturier qui fait de Capri sa terre de prédilection.

Emilio Pucci ne s’en est jamais caché — il a puisé dans ses eaux cristallines, ses roches divines et les couleurs de son paysage les traits et les motifs de son style iconique. C’est là qu’en 1957 il fonde son premier salon de Haute Couture. A Capri aussi, il y a le Grand Hotel Quisisana — lieu incontournable de l’île où les poètes, les aristocrates et les rockstars prennent leur quartier depuis 1845. Car il y a peu de choses à faire à Capri, sinon laisser courir son imagination. A l’instar de Tod’s qui, chaque saison, donne à son mythique Gommino les teintes d’un été à Capri. Un été tout en prose et beauté, que l’on savoure bien entouré à la Conca Del Sogno, restaurant iconique de l’île planté dans un décor hors de ce monde!

Mykonos, l’Île Magique De La Jet Set


C’est une fois encore l’histoire d’une île de pêcheurs devenue le haut lieu de la jet set — où la nature, l’ésotérisme, le chic et le fun font très bon ménage!

Si la jet set répond aujourd’hui à mille et un synonymes, il est ici question de son âge d’or. Epoque où, dans les années 1950, un certain Aristote Onassis mouille par hasard son yatch dans les eaux sublimes et tranquilles d’une petite île de pêcheurs. Mykonos et sa nature sauvage. Mykonos et ses moulins iconiques. Mykonos et son insolente beauté deviennent rapidement le royaume dont la jet set rêvait. Il faut dire que les soirées initiées par Aristote Onassis avaient tout pour attirer ses amis. Sophia Loren et Paul Newman. Maria Callas. Grace Kelly et le Prince Rainier. Tous y ont trouvé le charme d’un luxe discret.

Sur l’île à l’atmosphère pittoresque, les légendes se forgent encore en 1958. Cette année là, c’est un pêcheur qui, sauvant un pélican d’une mort certaine, attire à Mykonos cette faune. Il se surnomme Petros, et Petros est le premier pélican de l’île — autant dire une icône! C’est aussi dans les années 1960 un film qui pique la curiosité de Jackie Kennedy. ‘Jamais le Dimanche’, film qui raffle tout aux Oscars de 1961, en même temps qu’il lance la mode des vacances en Grèce. Celles de Jackie seront ses premières — une visite non-officielle qui déclenche pourtant des scènes d’hystérie à son passage sur l’île. Mykonos, que l’on dit être l’île de naissance du dieu Apollo, vient de trouver sa déesse.

Car une fois Jackie devenue Jackie Onassis, celle-ci fait de Mykonos sa destination de prédilection. Elle y initie une Dolce Vita toute Grecque où, chaussée de sandales Liontis – dorées et ornées de feuilles d’olives – elle devient la muse autant que le modèle. Une décennie plus tard, c’est la liberté et le cadre à couper le souffle qui fait de Mykonos le lieu favori de la communauté gay. Mais pas n’importe laquelle — Jean Paul Gaultier et Valentino en tête… On la perd justement dans le club iconique de l’époque, Piero’s. Aujourd’hui encore, l’île fait pâlir Ibiza quand Scorpios ou Cavo Paradiso attirent à eux les Djs internationaux, autant que les personnes qui comptent. Car, peut être aujourd’hui plus qu’avant, la jet set trouve à Mykonos cette insouciance devenue bien rare!

Saint Tropez, Eternelle Icône de la Jet Set

Paul Signac en a fait une toile. La Nouvelle Vague en a fait une muse. Brigitte Bardot en a fait un mythe.

Saint Tropez, au début du siècle dernier, n’est qu’un village lorsque Paul Signac le découvre. Attiré par sa lumière et son paysage si sauvage, le peintre n’hésite pas une seconde — il convie ses amis à y passer l’été 1904. Parmi eux, Matisse. Touchés par ce décor hors du temps, les peintres du nouveau siècle croquent Saint Tropez à coups de couleurs et de pointillés. Avant eux, Maupassant, sillonnant la Méditerranée à bord du Bel Ami, tombait lui aussi en pâmoison ; “c’est ce coin que j’aime le plus. Je l’aime comme si j’y étais né, comme si j’y avais grandi“ écrit-il en 1887.

On ne sait si Boris Vian, Juliette Gréco et les autres ont eu vent de ces notes où si c’est une autre brise qui les mena à faire de Saint Tropez leur quartier d’été. Qu’importe puisqu’avant BB, voici la bande de Saint-Germain-Dès-Près en quête de chic radical dans les rues de ce village de la Côte d’Azur. Ils logent à l’Hôtel de La Ponche. Parviennent même à y faire ouvrir un jazz club — Paul Eluard, Maurice Merleau-Ponty, Simone de Beauvoir… Tous assistent aux boeufs endiablés au Club St-Germain-Dès-Près La Ponche.

Mais le mythe de Saint Tropez doit tout à Roger Vadim et Brigitte Bardot. 1956, il fait du village et de la plage de Pampelonne le lieu de tournage du scandaleux et iconique ‘Et Dieu… Créa La Femme’. L’impression sur les spectateurs est telle… La vogue de Saint Tropez est lancée! Henri Salvador y chante l’amour en 1959. Cinq ans plus tard, la mode du monokini y prend vie. On déambule pieds nus entre ses ruelles rupestres, histoire de montrer sa liberté d’esprit. On sillonne ses eaux en bateaux Riva. On joue à la pétanque avec les locaux. Mais surtout, on jouit d’une atmosphère festive, sans limite. Eddie Barclay ainsi attire tout le gratin lors de ses mémorables soirées blanches dans sa Villa Du Cap Camarat.

C’est que les paysages de Saint Tropez se prêtent à la vie comme nuls autres. Au coeur de cette même villa, ‘La Piscine’ avec Alain Delon, Romy Schneider et Jane Birkin achève de faire de Saint Tropez l’icône éternelle de la jet set. Dans les années 1970, au Byblos Hotel, Bianca Perez épouse Mick Jagger dans un smoking blanc signé Yves Saint Laurent. Iconique. Au Club 55, Grace Jones, Elton John ou Cher font la légende des nuits tropéziennes. Et aujourd’hui? On danse avec la même légèreté aux Caves Du Roy. La plage de Pampelonne a retrouvé toute la volupté de son luxe sauvage grâce à Philippe Starck pour La Réserve Ramatuelle. Puis il y a le Sénéquier. Garant de l’effronterie de Saint Tropez, depuis 1887. Là où l’on peut déguster tarte tropézienne, nougat ou chocolat glacé, accoudé à Kate Moss, Rihanna ou Jacques Chirac. A voir !

Le Prix Diane Longines, Course Hippique Et Glamour Iconique

Le Prix Diane Longines, Course Hippique Et Glamour Iconique

2019 marque la 170ème édition du derby de pouliches le plus distingué au monde — Le Prix De Diane Longines, une consécration auréolée du glamour d’antan.

Le 16 Juin prochain, c’est une nouvelle fois sur le magnifique domaine de Chantilly que les pouliches âgées de 3 années viendront du monde entier pour disputer l’une des courses les plus prestigieuses. Couru en 2019 pour la 170ème fois, le Prix de Diane tient de la vraie consécration. D’abord en ce que toutes les grandes championnes se sont distinguées sur l’hippodrome de Chantilly. Highclere, pouliche appartenant à la Reine d’Angleterre, fut par exemple sacrée en 1974. Ensuite parce que le Prix de Diane a su maintenir, pour la faire revivre, une tradition aussi vielle qu’iconique.

En effet, chaque deuxième dimanche du mois de juin où il se tient, le Prix de Diane donne lieu à un véritable concours d’élégance. N’ayant aucun dress-code à strictement parler, les fantaisies et autres folies-élégantes sont plus que les bienvenues. Il faut dire qu’après avoir été ‘marié’ à la maison Hermès durant 25 ans, c’est désormais Longines qui veille à la bonne tenue de ce rendez-vous hautement iconique. Ainsi, le pique nique dominical aux courses retrouve son charme et sa sophistication d’antan; tandis que les femmes concourent au prix Mademoiselle Diane par Longines, faisant tinter leur coupe de champagne autour d’un déjeuner concocté par Fauchon.

Mais ce n’est pas tout. 30 000 spectateurs se réunissent ainsi chaque année pour assister au couronnement d’un jockey. Le plus récompensé reste aujourd’hui encore Yves Saint-Martin, véritable légende du hippisme Français. Cinq victoires à Chantilly, avec notamment La Sega (1962), Allez France (1973), et Madelia (1977). De Coco Chanel en passant par Jean Cocteau ou aujourd’hui Aishwarya Rai, nombre de gens de goûts et d’esthètes ont ici foulé l’herbe tendre du domaine de Chantilly. Assistant avec beaucoup de plaisir et de malices à ce rendez-vous mêlant habillement Haute Couture et courses effrénées! Rendez-vous donné le 16 Juin prochain pour une nouvelle édition, qui annonce avec douceur sa sophistication.

Le Panama, des Villages de l’Équateur à Roland Garros

Comment un chapeau né dans les champs d’Amérique du Sud est devenu le itdes tribunes  VIP du très chic Roland Garros !

Roland Garros est le théâtre de mondanités à l’élégance inégalée – aussi courus que les terrains de terre battue, les gradins font l’objet d’une attention toute particulière de la part de photographes venus du monde entier. Il faut dire que les stars et autres personnalités y affichent plus d’un amours naissants. Et sur leur tête, toujours, le panama devenu iconique. Avant d’atterrir sur les gradins de l’événement sportif le plus chic de la galaxie, le panama est déjà l’objet de céramiques datant de 4 000 ans avant J.C. En Equateur, son pays d’origine, ce chapeau de paille tressée fait partie intégrante du costume traditionnel. La pièce sert principalement au travail des champs.

Lorsque les Espagnols débarquent sur les côtés Amérindiennes, ils ne s’y trompent guère.  Au XVIe siècle, fascinés devant une telle finesse de tissage, les voilà convaincus qu’il s’agit de pièces confectionnées à partir d’ailes de chauves-souris ! En réalité, les natifs ont su développer une fibre végétale appelée ‘Pajamocora’; extraite d’un  palmier qui ne pousse qu’en Equateur. Forts d’une grande habilité quant au travail de cette fibre, les natifs de la région sont parvenus à composer une pièce d’une blancheur exceptionnelle. Sa finesse et sa souplesse font aussi et surtout du panama un chapeau capable d’être roulé, plié, rangé sans jamais en abîmer l’attrait. Dès 1850, plus de 200 000 panamas s’exportent chaque année vers les États-Unis. Pratique, le chapeau séduit les Européens qui le  découvrent en 1855, à l’occasion de l’Exposition universelle de Paris…

1906, alors en visite sur les chantiers du canal de panama, le président Roosevelt l’arbore pour adopter la tenue des ouvriers Équatoriens – il n’en faut pas plus pour l’ennoblir. Depuis, on le voit protéger du soleil les présidents et têtes couronnées du  monde entier,  les  plus grands acteurs et actrices Hollywoodiens comme Humphrey  Bogart ou Sean Connery. Et très souvent, cela se passe à Roland Garros.

Sobre, élégant et léger, il est ainsi devenu un indispensable du tournoi – un tournoi où le tennis se pratique avec chic et décomplexion! Leonardo DiCaprio, Pippa Middleton, Elsa Zylberstein, Jean Dujardin,  Hugh Grant et Jean Paul Belmondo; les plus grands matchs du tournoi Parisien se passent depuis longtemps déjà sous l’oeil attentif des stars… «On remarque que la seconde semaine du tournoi, le public est de plus en plus élégant. Paris est reconnu pour cette French touch » assure Edouard Bardon, responsable de la griffe Roland-Garros. Un chic-discret parfaitement incarné dans le panama. Une pièce iconique du tournoi Français, qui, cette année plus que jamais, assure la continuité lors même que le physique du stade, lui, est en plein bouleversement.