Le Yatch Club De L’Hôtel De Crillon

Ou quand un yacht improbablement arty accoste au légendaire 10 place de la Concorde.

C’est le genre de terrasse qui pop-up joliment en été — l’Hôtel de Crillon, lieu emblématique de la vie Parisienne, accueille jusqu’en Octobre prochain un bien drôle de yacht. Accosté au coeur de la Cour Gabriel. On retrouve derrière la manoeuvre aussi folle que délicieuse, la direction artistique d’Alexandre Benjamin Navet. Une scénographie théâtrale aux couleurs vivantes qui vient en fait célébrer le centenaire du Negroni.

Cocktail iconique de la Dolce Vita, voici qu’à Paris, le Negroni sert de prétexte à une métamorphose onirique — un écho facétieux aux souvenirs d’escapades en bateau au bord des criques turquoises de la mer Adriatique! Durant quelques mois, le Chef Exécutif de l’Hôtel de Crillon Boris Campanella et ses brigades concocteront ainsi un menu pareil à une parenthèse enchantée… Il suffit de fermer les yeux, de goûter pour entendre la mer chuchoter son éternelle poésie. En bouche, pâtes ‘à la serviette’, tresses de mozzarella, poulpe grillé, culatello di Zibello tranché à la minute, sans oublier une coppetta di gelato maison… Le tout pour accompagner le plus emblématique des aperitivo Italiens!

Legacy Store S’Installe à l’Hôtel Barrière Le Fouquet’s Paris

Au 46 avenue George V, Legacy Store signe une boutique spécialement conçue pour l’hôtellerie de luxe — un store nouvelle génération.

On retrouve derrière Legacy Store le duo Sébastien Chapelle et BOW Group — le premier, ancienne tête pensante du pôle horlogerie et high tech chez colette, a cette fois su imaginer une boutique pour le futur, lovée dans un écrin de prestige. « J’ai toujours rêvé de créer une expérience unique pour les visiteurs du monde entier, leur permettant de découvrir des créations exclusives dans des lieux mythiques. »

Il est vrai que l’Hôtel Barrière Le Fouquet’s Paris a tout du lieu historique. D’abord en ce qu’il s’inspire de la brasserie mythique Le Fouquet’s, fondé en 1889. C’est là que, par exemple, le pionnier des pilotes, Alberto Santos-Dumont célébra le 23 juin 1903 son premier vol libre motorisé. Celui qui inspira à Cartier la non moins mythique montre Santos, est le premier à faire du Fouquet’s le lieu de rendez-vous du Tout-Paris.

Alors si aujourd’hui Legacy Store s’associe à l’Hôtel Barrière Le Fouquet’s Paris, c’est que l’innovation est de taille. Dans les alcôves du rez-de-chaussée, c’est l’ambiance boudoir comme dessinée par le décorateur Jacques Garcia, qui accompagne avec le charme d’antan un concept inédit — une expérience personnalisée et authentique. Comme un trait d’union entre labels les plus pointus du moment et l’univers historique de l’hôtel classé Monument Historique. Au programme? Une sélection de pièces exclusives, des créations recherchées dans les univers du high tech, de l’art de vivre, de l’horlogerie, de l’accessoire et de la joaillerie — le tout accompagné d’éditions limitées et de collaborations exclusives; parfois contées dans de beaux livres.

Le Nouveau Soin Signature Du Four Seasons Hotel des Bergues

Il est un lieu enchanteur, posé sur les bords du Lac Léman — le Four Seasons Hotel des Bergues présente un nouveau soin signature à la hauteur de son histoire exceptionnelle.

Avec son architecture néo-classique, son intérieur somptueux et raffiné, le Four Seasons Hotel des Bergues conte l’histoire du plus ancien palace suisse. Fondé en 1834, l’hôtel est vite devenu la référence absolue d’un savoir-recevoir bien rare. Artistes, écrivains, politiques et têtes couronnées, nombreuses sont les personnalités à avoir ici trouvé un lieu à la hauteur de leur attente.

Il distille tour à tour le long de ses six étages, la poésie des lointains sommets enneigés des Alpes, des vues enchanteresses sur Genève et toute la fougue émanant du lac Léman. Ainsi donc lorsque le palace genevois fait peau neuve en 2005, c’est à l’architecte d’intérieur Pierre-Yves Rochon que l’on confie la création des chambres et des suites. Une atmosphère riche mais chaude, charmante et éminemment sophistiquée. Orchestrée dans le restaurant étoilé Il Lago, la cuisine italienne se fait délicate ; le bar et sa vue époustouflante accompagnent des cocktails franchement inspirés. Ne manquait au Four Seasons Hotel des Bergues qu’un soin signature alliant avec allégresse les desseins de beauté pure aux pouvoirs de la Nature.

Niché au sixième et dernier étage, le SPA Mont Blanc introduit son soin signature en collaboration avec la maison Docteur Burgener — un soin inédit aux cristaux des Alpes suisses. L’expertise du Dr. Pauline Burgener aidant, le SPA est aujourd’hui en mesure d’offrir une expérience à nulle autre pareille : marier l’eau dynamisante à la rose des neiges, et la fleur de l’edelweiss… Ces fleurs d’une grande rareté se conjuguent ainsi jusqu’à mettre en exergue leurs propriétés anti-âges, régénérantes et antioxydantes. Un soin radical. « Ce partenariat entre la marque de cosmétiques de Dr. Pauline Burgener et l’Hotel des Bergues est une magnifique association des valeurs d’excellence, d’innovation et de recherche constante de l’expérience inoubliable. Nous mettons au centre de nos préoccupations le bien-être et la pleine satisfaction de nos clients » indique la Directrice du Spa Mont Blanc, Virginie Descombes-Fliegans. Il faut dire que l’Ultra Luxe prend un tout autre sens à l’Hotel des Bergues ; un sens certainement plus enchanteur.

Les Folles Rencontres du Crillon 

capture_decran_2018-09-19_a_21.37.09.jpg

Le Crillon fourmille de petites histoires sur ses hôtes de prestige. Alors lorsque pour la première fois de son histoire le Musée Grévin autorise la sortie de 17 de ses illustres statues de cire, c’est à Emanuele Scorcelletti qu’il confie la mise en place d’une exposition très particulière. Du 18 Septembre au 25 Novembre 2018 ‘Les Folles Rencontres du Crillon’ célèbrent ainsi les noces de coton de la réouverture du chef d’oeuvre de la Place de la Concorde — une réouverte tout en beauté et décontraction ! 

 

Juillet 2017. Le Crillon rouvre ses portes après ce qui est tenu pour être un ‘ravalement de beauté’. Cet écrin de luxe et de savoir-recevoir, jadis décrit par Salvador Dali comme le « symbole du raffinement parisien », est aussi un hôtel légendaire. L’un des plus anciens hôtels au monde fut ainsi la maison de passage pour nombre d’artistes — Piaf, Hendrix ou encore Hemingway : voilà que le photographe Emanuele Scorcelletti compose aujourd’hui des rencontres loufoques et rêvées entre ces personnalités hors norme… 

 

Du Général de Gaulle à Louis de Funès, d’Édith Piaf à Madonna, les ors du cinq-étoiles content une nouvelle histoire à partir de légendes bien gardées. L’interprète de ‘La Vie en rose’ aimait par exemple pousser la chansonnette dans l’ancien bistrot de l’hôtel, qui se trouvait au sous-sol. Au bar Les Ambassadeurs, qui souvent accueillait Ernest Hemingway ou Charles Aznavour, Mick Jagger reprend sa position sur le zinc — le leader des Rolling Stones aimait y chanter haut perché ! Quelques mètres plus haut, la suite Bernstein, avec sa terrasse privée offrant une vue imprenable sur le Grand Palais et la Tour Eiffel, sert désormais de scène à un Jimi Hendrix survolté ! Oui, les ‘Folles Rencontres du Crillon’ auront de quoi générer de drôle de souvenirs.

L’Hôtel Bulgari Milano, Luxe au Cœur de la Ville

jcr-content-2.jpeg

Il faut se faufiler le long d’une petite rue située entre Via Montenapoleone, Via della Spiga, la Scala et l’Académie de Brera… C’est là que se plante le Bulgari Hotel, au cœur même de la vie culturelle et commerciale de Milan. Inauguré le 18 Mai 2004, le lieu reprend tout de la façade d’une demeure milanaise datant du XVIIIe siècle – mais derrière ces hauts murs un peu austères, se cachent d’étonnantes cours et espaces verts. Dans son design, l’hôtel révèle des lignes délicates dans un équilibre de matériaux lourds et solides, à l’instar du bronze et du marbre noir du Zimbabwe… Il faut croire qu’à Milan, les couturiers sont à raison considérés comme les nouveaux Medicis ! 

 

Les architectes renommés Antonio Citterio et Patricia Viel sont ainsi parvenus à distiller autour d’un édifice résolument moderne tout de l’univers éminemment magnifique de Bulgari. C’est par exemple le lin qui se lie au crème autour d’un mobilier d’un cachet certain. Dans les 58 chambres et suites que comptent l’hôtel, ce sont des croquis encadrés des emblématiques bijoux Bulgari qui ont été ça et là disposés afin d’immerger le client dans l’univers si feutré de l’atelier de diamants. Autre proposition forte du luxe Bulgari, le Spa recouvert de pierres d’or de Vicence, disposées dans des motifs irréguliers, faisant écho à des vitres vertes. Le plus sublime : la baignoire composée d’or et de mosaïque d’émeraude. Tout le savoir recevoir se comprend aussi autour des trois gammes de produits exclusives Bulgari mises à la disposition des clients du Spa…

 

La Mer avec son léger Miracle Broth, Amala certifié 100% nature et le sieur Sothy’s… Finalement, le design contemporain épouse tout le charme du baroque pour suggérer une atmosphère de kief – un bien être absolu. Mais c’est le jardin botanique qui exprime sans détour la finesse et la sophistication du lieu… Un véritable havre de paix dont les premières traces et fleurs plantées remontent à 1305. C’est ici tout le luxe Bulgari qui s’écrit — une délicatesse qui transcende le temps. 

 

L’Hôtel Milano de Bulgari, Quelques Dates Clés

2020 : Jean Chistophe Babin annonce vouloir ouvrir une vingtaine d’hôtels Bulgari d’ici 2020, dont un à Paris. 

2019 : Bulgari envisage d’implante un nouvel hôtel à Moscou.

2018 : Bulgari envisage d’implanter un nouvel hôtel à Shanghai.

2017 : La chaîne youtube de la maison publie une vidéo sur l’inauguration d’un hôtel Milano à Beijing. 

2017 : La maison prévoit d’ouvrir des hôtels Milano à Dubaï, Beijing.

2015 : Bulgari ouvre un Hôtel Milano à Shanghai.

2014 : Bulgari annonce sur Facebook « le Bulgari hôtel offre à ses client une grande expérience de mode comme personne d’autres. Les hôtes de la suite Bulgari auront un accès sans précédent de l’intérieur de la Fashion Week. ».

2014 : Pour marquer le lancement de la collection Automne-Hiver, la maison programme un diner à l’Hôtel Milano à Milan. 

2014 : L’ Hôtel Milano fête son 10ème anniversaire en rénovant les chambres et les espaces publics, auxquels on ajoute un nouveau spa et des prestations culinaires. 

2012 : L’Hôtel Milano s’implante à Londres.

2006 : Le groupe implante une nouvelle adresse d’hôtel à Bali.

2004 : La maison implante son premier Hôtel Milano au cœur de Milan.  

2001 : Bulgari s’associe au Ritz-Carlton Hôtel Company, branche haut de gamme du géant Marriot International et fonde la société Bulgari Hotel & Resort.

Ritz, le Prestige a 120 ans

ritz.jpg

Juin 2016, après quatre ans de rénovation, le mythique Palace de la Place Vendôme réouvre ses portes – à l’intérieur demeurent tout du faste, du charme et de l’illustre histoire du Ritz ! Inauguré le 1er Juin 1898, le Ritz procède de l’audace et de l’influence du suisse César Ritz… L’homme qui introduit, sinon inventa, l’art nouveau de l’hôtellerie chic et de la haute gastronomie. Oui, le Ritz respire le bon goût à la Française ; en même temps qu’il en ancre les jalons dans l’éternité. Mobilier précieux, dorures, moulures, éclairage par de fabuleux lustres scintillants de diamants – dès son ouverture, le Ritz compte parmi sa clientèle ce que le monde à de plus distingué… Les Rothschild, la comtesse de Pourtalès, Galouste Gulbenkian, le grand-duc Michel en exil de la cour de Russie, Anna Goud, Boni de Castellane.

En 120 ans, le Ritz a attiré plus d’un(e) élégant(e) ; conquis par son service, son restaurant et ses suites impressionnantes de beauté. Et lorsque l’on conte l’histoire de Paris, c’est souvent le Ritz qui tient lieu d’épicentre ! Bercé par la magie de son décor feutré, Cole Porter qui pouvait rester huit heures d’affilées assis au piano – on raconte qu’il y composa Begin the Beguine. Le roi d’Espagne Alphonse XIII y dégustait du Dom Pérignon accompagné de cognac avec des fraises. Marcel Proust y observait la haute société, Maria Callas la charmait. Coco Chanel y vécut les dernières trente-quatre années de sa vie.

« Lorsque je rêve d’un après-midi au paradis, l’action se passe toujours au Ritz à Paris » écrivait jadis Ernest Hemingway. Lui n’a rien de moins que célébrer la libération de 1944 au bar qui aujourd’hui porte son nom. Et les murs du Ritz ont aujourd’hui tellement plus à raconter. « Le Ritz a gardé son style, à la fois fastueux et intimiste. C’est un palace et un mythe, un hôtel connu dans le monde entier qui sort incontestablement du lot » remarque Stéphane Aubert, directeur associé d’Artcurial pour la vente “Il était une fois… le Ritz Paris” qui s’est tenue en Avril dernier. On y déambule comme on le ferait dans un palais du bon goût Français – on voyage à travers le temps, transporté par la magnificence d’un lieu à tout jamais nourri de rêveries, à tout jamais là pour protéger les grands trésors d’un siècle passé !

L’Hôtel Fairmont Monte Carlo, ou le Prestige Monégasque

a598_ho_00_p_2048x1536.jpg

L’Hôtel Fairmont Monte Carlo distille sur les sept étages que comptent la bâtisse tout de l’esprit de Monaco. Un casino, un Nobu, un Nikki Beach, et un point du vue imprenable sur le mythique circuit de F1… Face à la Méditerranée, l’hôtel Fairmont Monte Carlo est ainsi comme posé sur le tunnel clé du circuit de Monaco – un point stratégique où l’épingle, suivie du tunnel, fait monter les compteurs à plus de  300 km/h !

Des chambres, c’est ainsi toute l’énergie de l’iconique Grand Prix de Formule 1 qui est ressentie ; une sorte de vrombissement souterrain qui scelle l’excitation des visiteurs. Justement, des stars comme George Lucas à la jet-set internationale, le Prix de Monaco se vit ici comme nul part ailleurs. Au Fairmont Monte-Carlo, l’étape la plus lente et la plus courue du Championnat du Monde de F1 se vit dans le confort cossu d’un quatre étoiles. Parfois dans la suite même d’une des légendes du Grand Prix.

La suite « Ayrton Senna » fut ainsi inaugurée en 2017 – une suite en souvenir du pilote Brésilien invaincu de la piste monégasque ! La première fois qu’il remporta le Grand Prix de Monaco, c’était en 1987. Depuis, Ayrton Senna dénombre pas moins de six victoires, dont cinq d’affilées entre 1989 et 1993 ! Il est ainsi peu étonnant de voir aujourd’hui la grandiose suite qui lui est dédiée offrir une vue imprenable sur le virage du Portier… Depuis la terrasse de la chambre, le virage en épingle le plus lent du championnat se dévoile – là même où Ayrton Senna, largement en tête devant Prost, subit une sorti de piste, à 11 tours de l’arrivée. Légendaire !

Les Thermes de Monaco, Un Lieu Nommé Désir

thermes-marins-de-monte-carlo-24h-dans-la-peau-d-une-princesse.jpg

« Ici, nous devons donner du rêve », déclarait l’homme derrière le Casino, François Blanc le 27 avril 1877 dans son discours à l’assemblée de la Société des Bains de Mer et du Cercle des Etrangers à Monaco. En 1908, le Prince Albert 1er lui emboite le pas et initie la construction d’un centre thermal en plein cœur de Monaco – détruit par les bombardements de la seconde guerre mondiale, l’établissement ne retrouve toute sa splendeur qu’en 1995. Dès lors, le complexe de 6 600m² dédié au bien-être et à la détente devient le haut lieu des palaces Monégasques. Véritable référence dans toute l’Europe, l’établissement thermal attire rapidement les beautiful people du monde entier.

Au cœur du Carré d’Or, directement reliés à l’Hôtel de Paris Monte-Carlo et à l’Hôtel Hermitage Monte-Carlo, les Thermes distillent soins et bien vivre dans le Monaco des arts et de la culture. Une destination de cure singulière qui, durant l’étape Monégasque du Grand Prix de F1 trouve un écho un peu plus particulier. Il faut dire que l’intensité de la course trouve ici son pan de relaxation – les Thermes Marins Monte-Carlo concilient toutes les passions !

Pour assister à l’une des compétitions les plus attendues dans le Championnat de Formule 1, les Thermes constituent l’emplacement idéal ; au-dessus du circuit… Avec une vue imprenable sur la sortie du tunnel et la chicane du port, rares sont les points de vue offrant autant de grâce et de volupté. Un lieu d’harmonie, de plaisir, de santé et de bien-être où se presse une prestigieuse clientèle ! De quoi être en excellente compagnie pour savourer le spectacle offert par les meilleurs pilotes sur monde entier – Lewis Hamilton sur Mercedes, Sebastian Vettel sur sa Ferrari ou encore Daniel Ricciardo et Max Verstappen, les deux pilotes de l’écurie Red Bull ! Affaire à suivre dès Dimanche, 15 heures 10 !

 

L’Hôtel Hermitage Monte-Carlo

lhotel_hermitage_monte-carlo-1200x900.jpg

Construit au tournant du siècle, c’est à l’architecte Nicolas Marquet, aidé par Gustave Eiffel, que l’on doit la magnificence de l’Hôtel Hermitage. Depuis classé monument historique, l’Hermitage distille tout le charme et le raffinement d’une époque ô combien salutaire – sa façade à encorbellements, ses fresques, ses colonnes de marbre rose et son jardin d’hiver coiffé d’une éclatante coupole de verre et d’acier… Tout ici n’est que luxe et volupté ! Et à l’heure du Grand Prix de Monaco, l’Hôtel Hermitage fait figure de retraite où apprécier le plus fin des arts de vivre.

Tourné à la fois sur le port de Monaco, le palais princier et la cathédrale de la Principauté, le palace capture une vue époustouflante sur la richesse du Rocher. Une richesse qui s’apprécie notamment dans l’assiette – son restaurant gastronomique, une étoile au Guide Michelin, Le Vistamarn fut ainsi longtemps chapeauté par le Chef Joël Garault. « Cette étoile salue le travail acharné de toute une équipe. Nous avons su nous remettre en question et l’arrivée de recrues provenant d’établissements étoilés nous a permis […] d’améliorer encore nos plats dans les cuissons, les assaisonnements mais aussi l’esthétique. Nous avons réagi avec promptitude et le résultat est là ! Mais au-delà de cette étoile, la fidélité de notre clientèle demeure la gratification la plus importante. »

Il est vrai que la clientèle vient des quatre coins du monde pour apprécier, la parenthèse de l’instant, tout le faste et la noblesse du savoir recevoir de l’hôtel Hermitage. Si le palace est tenu au secret, on raconte que les têtes couronnées du monde entier et les plus grandes stars concourent à la sublime réputation du lieu. Un lieu qui offre aussi un Spa des Thermes Marins Monte-Carlo sur plus de 7000m2. Le luxe absolu se niche dans le détail de ces thermes somptueux. De véritables joyaux…

Le Casino de Monte-Carlo

casino-monte-carlo.jpg

Monaco fait figure d’ilot du glamour sur le continent Européen – et la naissance du premier Casino de Monte-Carlo n’y est pas étrangère. Composé et imaginé par l’architecture de l’Opéra de Paris, Charles Garnier, le Casino prend forme en 1863, adossé à la mer Méditerranée… Majestueux, le lieu l’est certainement – boiseries et dorures accompagnent ici des fresques exécutées à la manière du peintre Boucher, des bas-reliefs, des sculptures et cariatides, et un atrium éblouissant tout de marbre et d’or ! Le Casino, Charles Garnier l’a ainsi pensé dans une architecture sensible et solennelle, poétique et éminemment renversante. C’est que, en 1868, Monte-Carlo est une toute nouvelle ville sur le plateau des Spélugues.

Sept ans auparavant, les villes de Menton et de Roquebrune, à l’époque 80 % du territoire Monégasque, furent officiellement cédées à la France. Appauvrie, la Principauté avance une idée qui, à tout jamais, fera d’elle l’épicentre du luxe et du glamour…  « Charles III eut donc l’idée des jeux de casino, interdits dans les pays voisins, pour permettre à la Principauté de s’enrichir et de se développer rapidement » rappelle la Société des Bains de Mer. Ce tournant ainsi orchestré ; la construction du Casino tout juste achevée – un mythe prenait vie ; son histoire écrite en lettres d’or!

Poker, Black Jack, Bandit-manchot, Roulette Anglaise ou Baccara… Le Casino de Monte-Carlo accueille aujourd’hui les joueurs, amateurs et stars du monde entier ! Le prestige est tel que l’on se presse pour jouer en toute liberté aux tables de la Terrasse Salle Blanche, en profitant d’une vue panoramique sur la Riviera. Partout la beauté et la magnificence du lieu distillent une aura de glamour et de décadence. Pourtant, « les Monégasques […] ne peuvent, dans les maisons de jeux, participer à ceux-ci » – un article toujours en vigueur aujourd’hui, né sous l’ordre Prince Charles III.