Quand L’Art Concourt à L’Histoire Du Luxe Et De La Mode

Les incursions de l’art dans le story-telling des icônes du luxe et de la mode ont tout de la prophétie d’Andy Warhol… D’Alessandro Michele à David Lynch en passant par Cindy Sherman pour Comme Des Garçons — passage en revue des histoires les plus abouties!

En 1977, dans The Philosophy of Andy Warhol (From A to B  and  Back Again), Warhol prophétisait: « Tous les musées deviendront des grands magasins et tous les grands magasins deviendront des musées. » Si la fusion n’a pas encore tout à fait eu lieu, il n’en reste pas moins que les directeurs artistiques des grandes maisons en appellent de plus en plus à l’art pour conter efficacement l’histoire de leur icône. Et celui qui tient aujourd’hui le haut du panier n’est autre qu’Alessandro Michele, pour la maison Gucci. En poste depuis 2015, l’Italien n’a eu de cesse de pousser la fusion de l’art et de la mode. Il a guccifié l’art tout en faisant de Gucci une maison bien plus arty. Son oeuvre la plus récente? Les Gucci Art Wall. Des fresques à tendance street art réparties dans les plus grandes capitales du monde. L’idée? Faire sortir les campagnes publicitaires des magazines, de la même façon que le street art est parvenu à extraire l’art des seules galleries!

En 2018 toujours, il injecte un nouveau sens à l’imaginaire de la maison Romaine — l’idée? Extraire des plus grands tableaux de l’histoire la composition des campagnes Gucci. En vedette, toujours, les codes et pièces iconiques de la maison. Jérôme Bosch, John Everett Millais ou encore Jan Van Eyck servent désormais la vison loufoque mais géniale de Michele pour Gucci. La web vert-rouge-vert, le sac bambou. Il ne manque rien! Avant lui déjà, en 2013, Dior reprenait le Déjeuner Sur L’Herbe de Manet pour mettre en vedette l’icône Lady Dior dans une veine un brin plus mystique. Ce même Déjeuner Sur L’Herbe qui, en 1998, inspirait le plus artiste des couturiers: Yves Saint Laurent. Une campagne capturée par Mario Sorrenti où Kate Moss, vêtue du mythique smoking, renverse l’équilibre de Manet. Elle est habillée, ses prétendants, eux, complètement dévêtus! Une façon inspirée et subtile d’attester de l’esprit féministe et libérateur de l’icône Yves Saint Laurent!

En 2007, lorsque David Lynch et Christian Louboutin collaborent à une campagne, c’est aussi pour mieux souligner l’aspect reliquaire et fétichiste de la semelle rouge! Une chaussure iconique, certes, mais surtout une chaussure qui déclenche toutes sortes de désirs! Possession ou fantasme, la vison de Lynch et Louboutin se développait ensuite autour d’une exposition. De quoi renforcer l’image sacro-sainte d’une icône bien de notre temps.

Dans une veine un brin plus révolutionnaire, Comme Des Garçons s’associait en 1994 à Cindy Sherman. Combinant, là encore, l’ADN anti-déjà vu de Rei Kawakubo à l’imagerie anti-mass media de Cindy Sherman. Une rencontre au sommet pour une campagne non moins iconique! Autre campagne venue défier les normes de la mode — celle de Kenzo qui, en 2013, invitait Maurizio Cattelan à combiner sa vision espiègle à l’esprit funky et empreint de surréalisme de la maison Kenzo…

Enfin, c’est en 2016 qu’Hermès aboutit à l’une des incursions artistiques les plus explicites. Dans son magasin de Tokyo, la maison conviait l’artiste Tokujin Yoshioka à réaliser une installation des plus poétiques. De chaque côté de l’iconique carré Hermès, la vidéo d’une femme qui, en soufflant, fait s’envoler le carré avec une légèreté ahurissante. Une façon de renforcer l‘image aérienne, légère et multiple du mythique bout de soie! Et puisque le sujet est d’actualité, le Musée des Arts Décoratifs de Paris inaugurera, le 4 Mai 2020, une exposition baptisée: L’Art Dans La Pub. De quoi faire réfléchir!

Icônes De L’Art Et Icônes Du Luxe: Quand Les Premières Remodèlent Les Secondes

Nombre des pièces iconiques tenant de notre patrimoine universel s’appuient sur l’art et les artistes pour renouveler leur quotient de désirabilité. Une affaire très inspirée!

Si la filiation entre mode et art ne fait plus aucun doute, la capacité de l’un à repositionner l’autre reste à explorer. En effet, nombre d’artistes ou plus largement de pratiques artistiques ont pu compter sur la mode pour les introniser au plus haut niveau. Plus les univers semblent antinomiques, à première vue, plus la révolution est totale. Preuve s’il en faut, l’oeuvre du plus adroit des designers en la matière. 2001, Marc Jacobs parvient en effet à conjuguer au patrimoine de l’une des maisons les plus respectées, une pratique jusqu’alors dénigrée.

En 2001 donc, il invite l’artiste et designer Stephen Sprouse à dérider la mythique toile de Louis Vuitton. A coup de graffitis colorés et apposés de façon quasi-exagérée sur le monogramme, le duo fait entrer dans le même temps le luxe dans un autre univers; tout en plaçant le street art au panthéon des pratiques les plus cool de ce début de siècle.

S’en suit une ribambelle de collaborations artistiques qui toutes réinventent l’habillage des icônes de la maison Vuitton. En 2004 c’est à Takashi Murakami qu’il confie le même travail. Mais cette fois, l’univers pop et bigarré de Murakami vient jouer du monogramme jusqu’à provoquer un trompe l’oeil des plus psychés. En 2012, c’est au tour du damier de côtoyer l’oeuvre de Daniel Buren. L’apothéose est atteint en 2017 lorsque Jeff Koons et Louis Vuitton révèlent une série de sac décalquant pêle-mêle le Titien, Da Vinci, Gauguin, Van Gogh et autres sur les iconiques sac Speedy, et Neverfall.

En 2008 déjà  la maison Fendi en appelait aux artistes les plus en vue de l’art contemporain pour réinventer l’iconique sac Baguette. Le premier it-bag de l’histoire, crée en 1997, prouve en passant à travers la créativité d’André, Sylvie Fleury, Jeff Koons, Tom Sachs ou encore Damien Hirst, sa capacité à épouser l’époque. C’est ainsi que le logo même de la maison Romaine — le double F, pour ‘Fun Fur’ — passe, en 2018, entre les mains de l’artiste digital Reilly. Quoi de plus logique à une époque où l’art se consomme sur Instagram, quand il ne vient à l’oeil du public au détour de memes décapants..

Du côté du 30 Avenue Montaigne, l’arrivée de Kim Jones et Maria Grazi Chuiri a un peu plus encore resserré les liens déjà très grands entre Dior et l’art. Il y eut d’abord Kim Jones qui rappelle à nous l’emblème, ou plutôt le grigri de Monsieur Dior. L’abeille chère à Christian est de retour dès la première collection du Britannique. Mais, en 2018, celle-ci se joue des traits de la figure de Kaws, artiste clé de l’époque. Présente ici sur le Saddle, là sur les nouveaux sacs imaginés à partir de cannages iconiques des salons de la maison Dior… L’abeille, comme les icônes Dior, s’acoquine de la légèreté du temps

Car voici encore un intérêt à ce que les icônes de mode et celles de l’art se rencontrent — les secondes aident les premières à rester désirables au delà des contraintes commerciales. Pour s’en convaincre, l’exemple du Lady Dior est tout bonnement parfait. Un sac resté dans l’ombre des ateliers jusqu’à ce que Bernadette Chirac vienne faire l’acquisition du prototype pour l’offrir à la Princesse Lady Di en visite à Paris… Voici comment une icône fut intronisée et ainsi produite pour le public. Aussi lorsque le projet Art Lady Dior voit le jour, il fait fi des obligations marchandes pour laisser libre court à l’imagination de John Giorno, Jack Pierson et Lee Bul. En 2016, Maria Gazia Chuiri en lance la version féminine et féministe — le résultat? Une série de sacs Lady Dior aussi divine et révolutionnaire que les oeuvres d’Olga De Amaral, Polly Apfelbaum, Burçak Bingöl ou encore Pae White…

Dans le même esprit, Hermès poursuit sa recherche d’imprimés fantasques et originaux, inspirée de l’élan créatif de Robert Dumas. L’esprit derrière le premier carré Hermès. Sous le nom ‘Hermès Editeur’ le projet fait appel de façon sporadique à des artistes, afin d’imaginer de nouveaux imprimés pour le mythique carré. Là encore, loin des contraintes qui astreignent habituellement à la mode… C’est ainsi que Daniel Buren, imagina 365 carrés pour Hermès — un pour chaque jour de l’année. De quoi raviver le quotient désidérabilité d’une icône née en 1937!

Quand Luxe Et Art Contemporain Font Les Icônes De La Mode

Nombre des pièces les plus iconiques de notre histoire sont nées de cette filiation aussi sublime que décriée. Ou quand art et mode se rencontrent, bien souvent pour le meilleur.

Printemps/Eté 2014, la collection Chanel orchestrée par Karl Lagerfeld s’inscrit dans une dialectique entretenue depuis longtemps — cette fois, le podium s’est mue en une galerie d’art. Ça et là, les gimmicks de l’art contemporain se mêlent à ceux du luxe de la rue Cambon. Le propos est limpide: la mode est un art, certes, mais la rencontre entre mode et art tient encore plus de l’expression sacrée! Il n’y a qu’à voir du côté des pièces iconiques, désirables au possible non par le simple ajout d’un logo, mais bien en ce qu’elles ont révolutionnées, un jour, l’interaction entre l’art passé et le corps présent.

Et il suffit de regarder du côté de Cristobal Balenciaga pour s’en convaincre. Le couturier a habilement pioché dans l’oeuvre des grands peintres Espagnols, la grammaire, les lignes et les silhouettes qui l’ont rendu célèbre dans le monde entier. Il donna vie au drapé légendaire de Goya, quand Ignacio Zuloaga lui inspira ses robes cocktail tout en volants. Mais c’est entre les mains d’Yves Saint Laurent que la dialectique art et mode devient véritablement révolutionnaire.

Il ne s’agit plus pour le couturier de décalquer les brocards, broderies et autres dentelles des maîtres de l’académisme… Non. Yves Saint Laurent préfère, lui, magnifier le corps autour d’un mouvement inédit. « Mon but n’est pas de me mesurer avec les maîtres de la peinture, j’aimerais juste tirer profit de leur génie. » Sa collection Printemps/Eté de 1981 est ainsi dédiée aux impressionnistes. Celle de l’hiver de la même année à Matisse. Celle de 1988 s’intitule ‘Collection cubiste, hommage à Braque’. Il joue comme au casino, et gagne à tous les coups — l’oeuvre d’Yves Saint Laurent est la première à entrer dans un musée, sous le patronage de Diana Vreeland. C’était en 1983, au Costume Institute du Metropolitan Museum of Art de New-York. Le point culminant du plus artiste des couturiers? En 1969, il habille de mousseline les deux moulages réalisés par Claude Lalanne.

Mais c’est la mythique robe Mondrian, en 1965, qui a ouvert la voie au vêtement-tableau. La mode, plus que jamais, transcende l’art et lui donne vie. Karl Lagerfeld, en 2005, marche sur ses traces lorsqu’il fait défiler pour la collection Haute Couture de Chanel une robe réifiant la forme et élégance de l’oeuvre de Yahoi Kusama. Et tout comme Yves Saint Laurent a donné une nouvelle cote à Piet Mondrian, Karl Lagerfeld a largement contribué à ainsi faire émerger l’oeuvre allumée de Yahoi Kusama

Avant eux, déjà, Elsa Schiaparelli collaborait avec ses amis surréalistes à l’élaboration d’un art portable. La mode, en somme. Le chapeau-chaussure ou la robe homard réalisés en 1937 en collaboration avec Dali cherchaient à faire sortir la fantaisie du cadre des tableaux surréalistes. Est-ce un hasard si, en 2018, Maria Grazia Chiuri s’appuie sur l’oeuvre de Nikki de Saint Phalle pour raviver la silhouette de la parisienne? Pas vraiment.. Première femme à assurer la direction artistique de la maison Dior, elle transcende alors sa position à travers l’oeuvre d’une artiste féministe — surtout à rebours des normes imposées!

Car voilà aussi ce que cherche Raf Simons lorsqu’il imprègne Calvin Klein des oeuvres de Warhol: une critique de la société Américaine, à l’orée du plus pop des artistes critiques. Car Crashes, Knives, Electric Chair, d’un certain Andy Warhol viennent s’imprimer sur des pièces au basic racé. Son oeuvre déborde d’un tel cynisme acidulé que Gianni Versace lui-même y trouve son compte en 1991. Jamais le luxe et l’art contemporain ne s’était mêlés si habilement que dans ces combinaisons aux imprimés inspirés des peintures colorées d’Andy Warhol! Sauf, peut être, en 2019, lorsque Nicolas Ghesquière fit entrer avec génie l’architecture art deco dans le répertoire Louis Vuitton… Une série de pièces follement luxe et si désirables, inspirée du Chrysler building de New York. Une véritable interaction entre l’art et la mode. L’art total, en somme.

La Fiac, L’Incontournable de l’Art Contemporain

Entre oeuvres iconiques et galeries prestigieuses, la Fiac, pinnacle de l’art contemporain, inaugure sa 46e édition.

Comment un rendez-vous initié sans grand tapage en 1974 est devenu un incontournable du circuit l’art contemporain international? Inaugurée pour sa première édition dans l’ancienne gare de la Bastille, la Fiac se tient chaque mois d’octobre à Paris, depuis 1974. Voilà pour l’histoire. Mais ce qui a rendu ce rendez-vous si iconique tient bel et bien à autre chose. Il y a d’abord la volonté de Paris de se placer au coeur du circuit de l’art contemporain. Piqués au vif face à l’ampleur prise par le phénomène Art Basel, les galeristes Parisiens comptent bien rendre à Paris sa gloire d’antan.

La première édition rassemble 110 exposants; parmi eux, l’artiste Ben qui, trouve les mots justes pour définir le concept même d’art contemporain. « Quoi que vous fassiez ici, c’est périmé d’avance. C’est-à-dire la forme, la couleur le machin est accepté d’avance, donc périmé d’avance. » Oui car à la Fiac, on parle de nouveautés, mais on cherche surtout l’artiste qui renversera tout les codes et concepts dès lors institutionnalisés.

Vient ensuite l’installation dans sous la Nef du Grand-Palais. Dès 1977, la FIAC devient ainsi la plus grande Foire Internationale d’Art Contemporain, car la plus prestigieuse. Dans son écrin tout fait de fer et de sophistication, elle rassemble alors le plus pointu de la création artistique — des maîtres modernes du début du XXe siècle aux tendances les plus émergentes… La Fiac s’ouvre dès les années 1980 à la photographie. Lui consacrant par là-même toute une section.

Toujours en quête d’innovation, la Fiac rassemble en 2010 près de 195 galeries, venues de 24 pays. Parmi lesquels des pays jusque là peu mis en avant — l’Irlande, le Mexique et la Corée. Des performances et des conférences viennent compléter le tableau. Mais c’est bien en 2011 que la Fiac trouve un point d’ancrage aussi inédit qu’engagé; elle franchit une nouvelle étape en se démocratisant hors les murs. Le Jardin des Tuileries accueille ainsi les oeuvres iconiques de Calder; tandis que sur la Place Vendôme, une polémique éclate en 2014 avec le Tree de Paul McCarthy. L’oeuvre est sabotée dès son installation. Cette année, c’est l’artiste Yayoi Kusama qui prend possession de la célèbrissime place, avec une oeuvre bien un brin moins obsessionnelle. Pour le public en tous cas.

Mais plus violente encore fut la censure de The Mad Dog d’Oleg Kulik, en 2008. Une série de photo datant de 2004 témoignant de la performance de l’artiste Russe devant la Guelman Gallery de Moscou… Nu et tenu en laisse, il aboyait et sautait alors sur les passants. La police Française se rend au Grand-Palais, et décroche les photos. Le prétexte? Elles défendraient la zoophilie. Oleg Kulik, lui, voulait plutôt dénoncer le rapport hypocrite de l’homme face à l’animal. En lui, et face à lui!

Mais voilà, l’art contemporain n’est pas là pour plaire à tout le monde. Et cette année encore, la Fiac compte bien exposer aux yeux du monde entier des oeuvres aussi iconiques que révolutionnaires. Car la force de l’art contemporain tient bien de cela: repousser les limites de ce qui peut ou non faire art, dans une recherche de dépassement du simple entendement. Parmi les 199 exposants parmi les plus pointus, on retrouvera du 17 au 20 Octobre… La galerie Gagosian avec notamment Willem De Kooning et Georg Baselitz. La galerie Lelong & Co, avec des oeuvres d’Antoni Tapiès, Jaume Plensa et David Hockney. La White Cube présentera des oeuvres de Gilbert & George et Ibrahim Mahama. David Zwirner, lui, exposera l’incontournable Franz West. Et il ne s’agit que des plus connus! Ce puisque plus d’un tiers des artistes représentés cette année sont des artistes émergents. Affaire à suivre…

Legacy Store S’Installe à l’Hôtel Barrière Le Fouquet’s Paris

Au 46 avenue George V, Legacy Store signe une boutique spécialement conçue pour l’hôtellerie de luxe — un store nouvelle génération.

On retrouve derrière Legacy Store le duo Sébastien Chapelle et BOW Group — le premier, ancienne tête pensante du pôle horlogerie et high tech chez colette, a cette fois su imaginer une boutique pour le futur, lovée dans un écrin de prestige. « J’ai toujours rêvé de créer une expérience unique pour les visiteurs du monde entier, leur permettant de découvrir des créations exclusives dans des lieux mythiques. »

Il est vrai que l’Hôtel Barrière Le Fouquet’s Paris a tout du lieu historique. D’abord en ce qu’il s’inspire de la brasserie mythique Le Fouquet’s, fondé en 1889. C’est là que, par exemple, le pionnier des pilotes, Alberto Santos-Dumont célébra le 23 juin 1903 son premier vol libre motorisé. Celui qui inspira à Cartier la non moins mythique montre Santos, est le premier à faire du Fouquet’s le lieu de rendez-vous du Tout-Paris.

Alors si aujourd’hui Legacy Store s’associe à l’Hôtel Barrière Le Fouquet’s Paris, c’est que l’innovation est de taille. Dans les alcôves du rez-de-chaussée, c’est l’ambiance boudoir comme dessinée par le décorateur Jacques Garcia, qui accompagne avec le charme d’antan un concept inédit — une expérience personnalisée et authentique. Comme un trait d’union entre labels les plus pointus du moment et l’univers historique de l’hôtel classé Monument Historique. Au programme? Une sélection de pièces exclusives, des créations recherchées dans les univers du high tech, de l’art de vivre, de l’horlogerie, de l’accessoire et de la joaillerie — le tout accompagné d’éditions limitées et de collaborations exclusives; parfois contées dans de beaux livres.

La Palme d’Or Du Festival De Cannes, Un Graal d’Orfèvre

Elle est sans doute la récompense la plus convoitée de la galaxie cinéma – la Palme d’Or du Festival de Cannes n’existe pourtant que depuis 1975. 

Le manque de moyen et les rebonds de l’histoire ont souvent freiné l’avènement du Festival de Cannes. En 1975, tout semble concourir à l’ancrage glamour et féérique de l’évènement. 

Des années durant, les films récompensés l’étaient en effet par le simple titre de « Grand Prix du Festival International du Film. » Claude Lelouche pour Un homme et une femme en 1966, Francis Ford Coppola avec Conversation en 1974… Voici donc l’année 1975 où le Festival de Cannes, renouant avec son prestige originel, confie à la joaillière Lucienne Lazon l’élaboration de sa récompense. Glissée dans un bel écrin en cuir rouge, capitonné de veau velours blanc, la Palme décalque les armoiries de Cannes et les palmiers qui bordent la Croisette. Si sous le soleil Méditerranéen, l’histoire du Septième art reprend ses lettres d’or, le trophée devient bijou en 1990. 

Le trophée au 118 grammes d’or est alors confié au maître incontesté de la haute joaillerie, la maison Chopard! La Palme d’Or devient dès lors cette pièce iconique, faite à la main. Dans les ateliers Chopard de Meyrin, près de Genève, la Palme Cannoise se monte ainsi sur un socle en coeur, signature de la maison depuis des siècles! Pensée par Thierry de Bourqueney, la Palme tient désormais sur un cristal massif et électrisant. 

Moins de dix ans plus tard, Caroline Scheufele en reprend le travail: « Je suis très heureuse et fière que la Palme d’Or, que j’ai redessinée en 1998, puisse aujourd’hui bénéficier d’un or traçable, extrait dans des conditions respectueuses des hommes et de l’environnement. » Et il est vrai que le trophée a tout du graal – une prouesse éblouissante et responsable! Ne reste plus qu’à savoir celui qui, parmi les cinéastes sélectionnés, repartira avec la palme aux 19 feuilles plaquées d’or pur… Pedro Almodovar? Quentin Tarantino? Bong Joon Ho? Réponse le 25 Mai 2019! 


Art Basel Miami, Ou L’Insolence Prodige

stem-miamibeachfl.jpg

Initiée à Bâle en 1970, Art Basel prend ses quartiers au coeur de Miami Beach en 2002. Seize ans plus tard, l’édition 2018 sur le point de s’ouvrir annonce une nouvelle flopée d’oeuvres aussi délirantes que savantes. C’est que les galleries du monde entier se sont ici données rendez-vous — 200 des galeristes les plus influents de l’art contemporain exposant ainsi près de 4000 artistes. Peinture, sculpture, installation, photographie, art digital… Parmi eux, des artistes sulfureux, des noms iconiques, et des oeuvres follement cotées. Arman, Miles Aldridge, Martin Creed ou encore Peter Doig…

 

Mais Art Basel 2018, c’est aussi cette année le pop-up club ‘Prada Mode’ et la Red Auction en faveur de la lutte contre le VIH. Fruit de la collaboration entre Bono, l’artiste Theaster Gates et l’architecte Sir David Adjaye, la troisième édition de la Red Auction présentera aux enchères des œuvres offertes par Ai Weiwei, Frank Gehry, Wangechi Mutu ou encore Jenny Saville… Puis c’est Prada qui inaugura les festivités avec son pop-up club articulé comme un événement festif et multiforme, culturel mais clairement désinvolte ! Affaire à suivre.

Schiele et Basquiat se Côtoient à la Fondation Louis Vuitton

capture_decran_2018-11-27_a_23.41.48.png

L’un est fauché par la grippe espagnole en 1918 ; l’autre par une overdose au plus haut de l’épidémie d’héroïne sévissant dans les années 80 — pour la première fois, l’oeuvre d’Egon Schiele dialogue avec celle de Jean-Michel Basquiat. Si ce rapprochement semble au premier coup d’oeil quelque peu exagéré, c’est que leur oeuvre doit être avant tout comprise pour ce qu’elle est : un art tout en choc ; en rupture d’une époque. D’un côté, le Viennois Schiele et son trait tenant de l’expressionnisme clame avec rage sa volonté de s’extraire d’une société austro-hongroise verrouillée d’interdits et d’hypocrisie. En ce début du XXe siècle, le contemporain de Freud hystérise les gestes de sa peinture pour admettre les corps et les désirs qui l’animent ! 

De l’autre, l’Américain Basquiat place l’homme noir au delà de l’image projetée par une Amérique raciste —  le trait vif et radical là encore, le silence en porte-à-faux du minimalisme en vogue à l’époque. L’un dans l’autre, ces deux artistes projettent de nouveaux espaces de réflexion et, habilement, mettent en branle le statut-quo de sociétés toutes deux plus malades que ces artistes à qui l’on prête encore de drôles de qualificatifs. À voir jusqu’au 14 Janvier 2019, l’exposition à la Fondation Louis Vuitton déploie sur huit niveaux un ensemble d’oeuvres pertinentes, dont certaines ne furent jamais exposées en Europe… C’est dire à quel point cette exposition tient de l’évènement !

Rencontre avec Liu Bolin, Artiste de la Réinterprétation Ruinart 2018

liubolin1.jpg

Née au siècle des Lumières, la Maison Ruinart initie dès le tournant du XVIIeme siècle une forme de collaboration appuyée avec les artistes — c’est que quelque chose s’est passé ce jour de 1896, sur la colonne Morris qu’André Ruinart découvrit. De cette première réclame de l’histoire du champagne travaillée par le jeune Tchèque Alphonse Mucha, toute une voie fut pavée pour des collaborations aussi poétiques que ludiques. En 2018, c’est à l’artiste chinois Liu Bolin que Ruinart confie la mise-en-scène de son héritage ! Le résultat : un artiste qui s’efface en même temps que l’humain pour laisser étinceler les gestes et un savoir-faire dans une ambiance surréaliste. Tout simplement bluffant ! 

S.G. Qu’est-ce qui vous a marqué lors de votre première visite de la Maison Ruinart ?

Ce qui m’a vraiment impressionné la première fois que j’ai visité la Maison Ruinart, c’est l’implication, la fidélité et le sérieux de l’ensemble des employés. L’expertise manifeste et l’utilisation des ressources naturelles… J’ai pris conscience de l’unique savoir-faire de la plus ancienne Maison de champagne et de l’aspect exceptionnel du site historique classé au patrimoine mondial de l’Unesco. Des vignes aux crayères… Les collaborateurs de Ruinart tirent parti de la nature sans la dévoyer.

S.G. Quelle a été la première étape de votre démarche pour cette collaboration avec Ruinart ?

La première étape a consisté en un repérage. Trois jours surréalistes qui m’ont permis de voir tout le processus d’élaboration du champagne depuis les vignobles jusqu’aux crayères, dont la température et l’hygrométrie idéales à l’élaboration des vins, ainsi que les différentes étapes de production… C’est ce travail, le travail des collaborateurs de Ruinart, que j’ai voulu mettre en avant dans cette série. 

S.G. Quels aspects essentiels de la Maison Ruinart avez-vous voulu capturer dans vos œuvres ?

Lorsque j’ai commencé à me documenter sur la Maison Ruinart, j’ai compris la force du savoir-faire de cette Maison bientôt tricentenaire. La longue histoire de la Maison aussi. Ayant toujours été impressionné par les acteurs de la production, j‘ai voulu capturer ceux qui sont pour moi les maillons essentiels de ce savoir-faire. 

S.G. Quels symboles visuels de Ruinart avez-vous voulu représenter dans votre collaboration artistique ?

En disparaissant derrière les acteurs de la Maison Ruinart, j’ai représenté les principales étapes de composition du champagne. Depuis le vignoble jusqu’au remuage, le dégorgement et enfin le flacon… Tout cela s’exprime dans cette collaboration. 

S.G. En ce mois d’octobre 2018, la Fiac bat son plein ; pouvez-vous nous dire ce que l’on y trouve ?

Vous trouverez notamment à la FIAC les trois images réalisées avec la Maison Ruinart. C’est-à-dire Vignes, Ligne de Dégorgement et Gyropalettes ! 

Propos recueillis par Sébastien Girard

 

À découvrir aussi durant la FIAC, une installation éphémère de la Maison Ruinart. Imaginée par la scénographe Nathalie Crinière, l’installation conte l’histoire, le patrimoine artistique et le savoir-faire de la Maison autour d’une expérience gustative inédite. Concoctée à quatre mains entre Emmanuel Renaut, chef triplement étoilé du Flocons de sel et Liu Bolin, l’expérience inédite offre des dégustations en présence d’œnologues de la Maison. Uniquement sur réservation. Du 18 au 22 octobre.

Les Nouveaux iPhones XS et XR : Beauté et Technologie, Sans Concession

iphone-compare-models-201809.jpeg

La nouvelle a agité le monde de la tech autant que celui de la mode — on sait l’influence et les bouleversements qu’Apple a engendré dans le secteur ces dix dernières années en mettant au monde des objets aussi sublimes qu’efficaces. Cette fois, Apple revient avec de nouveaux iPhones aux écrans bien plus confortables, et des performances nettement supérieures. Les iPhone XS, iPhone XS Max et iPhone XR. Avec un écran Super Retina développé en deux tailles, dont le plus grand jamais présenté par Apple, ces versions font la part belle aux technologies hyper avancées. Dotés de la puce A12 Bionic, le plus puissant atout jamais intégré à un smartphone, ces bijoux de technologie assurent une utilisation poussée au maximum des possibles. 

 

Face ID plus rapide, paiement sécurisé en un regard, les iPhones se composent désormais d’un double appareil photo d’avant‑garde — le secret ? L’écran LCD le plus sophistiqué au monde et un contrôle de la profondeur enfin rendu possible ! Et les innovations ne se contentent pas des performances. Ces iPhones se font étanches aux différents liquides tels la bière, le vin ou encore l’eau salée. Mieux, résistant à l’eau jusqu’à 1 mètre de profondeur pendant 30 minutes, l’iPhone accompagne désormais n’importe quelle activité. Des prouesses tant attendues par les utilisateurs rendues possible par une composition inédite. 

 

L’iPhone XS est en effet composé d’acier inoxydable pour le châssis, et de verre à l’arrière. Quant à l’iPhone XR, une simple couche d’aluminium le rend insensible aux petits drames du quotidien ! De la même manière, Apple a corrigé nombre d’incohérences — une recharge sans fil plus rapide, et de nouvelles habitudes d’utilisation en font le plus pertinent des objets de désir ! Un luxe inouï doublé d’une technologie savamment développée ; ces appareils sont disponibles depuis le 21 Septembre 2018 pour l’iPhone XS et XS Max puis à partir du 26 octobre 2018 pour l’iPhone XR.