Sous le Signe du Lion, Le Nouveau Chapitre Joaillier de Chanel

img.png

Août 1920. Coco Chanel est dévastée. Son grand amour, Boy Capel, vient de disparaître dans un accident… Et c’est à Venise et son charme chimérique que la couturière doit sa rémission. Là, au coeur de la cité des Doges, Coco découvre la présence réconfortante d’un animal totem. Son signe astrologique, en même temps que le gardien de la Sérénissime — le Lion devient l’élément du langage symbolique de la rue Cambon ! Quelques années plus tard, en 1932, la toute première ligne de joaillerie composée par Chanel met en vedette des bijoux tous fait de diamants, mettant en scène le lion… 

 

Mais devant la bronca des joailliers de la place Vendôme, Chanel est forcée à la démonter. Entièrement. C’est en ce sens que la collection de Haute Joaillerie Sous Le Signe du Lion célèbre depuis 2013 l’oeuvre magistrale de Mademoiselle. La collection s’ouvre cette fois sur un nouveau chapitre et, autour de 8 pièces aussi inspirées qu’audacieuses, place le lion au coeur de bijoux magistraux ! Des médailles bleu lapis et blanc astral — référence au lion de la place Saint Marc. Des bagues lion en or jaune 18 carats, diamants et lapis-lazuli décalquent dans une splendeur rare le lion sculptural de Venise. Celui-là même qui trône dans un style baroque vénitien ! Des pièces à l’allure astrale, infiniment chargées de mystère…

Le Coeur Chopard, Celui d’un Joaillier au Grand Coeur

chopard-happy-diamonds-pendentif-or-blanc-18k-2.jpg

Il y a de ça 158 ans, le talent d’horloger-joaillier de Louis-Ulysse Chopard attire à lui des clients aussi prestigieux que le Tir Fédéral, la société Suisse des chemins de fer et le Tsar Nicolas II. Il faut dire que l’artiste mêle comme nul autre esthétique mirifique et techniques savantes procédant de pièces aussi belles que complexes… Ses superbes garde-temps lui valent très vite une réputation de faiseur de merveilles — des pièces fiables et de haute qualité qui se perpétuent aujourd’hui encore. Mais la maison Chopard est depuis passée maître dans la Haute Joaillerie. Emblème intemporel du savoir-sublimer les pierres, le coeur en est la signature iconique ! 

 

L’attachement de Caroline Scheufele au cœur dénote d’un détail particulier. « Si j’associais Chopard à un objet, ce serait un grand coeur, car il y a une famille derrière. » La famille est le fil conducteur de la maison — fondée par Louis-Ulysse Chopard, elle est rachetée en 1963 par Karl Scheufele. L’homme l’ancre vers la modernité et, avec le soutien inconditionnel de sa femme, parvient à léguer à ses deux enfants Caroline et Karl-Friedrich, une maison joaillière éminemment prospère. Une famille unie autour d’un cœur pour emblème, Chopard exprime à travers ce symbole universel toute la pertinence de l’amour cosmique. Et c’est niché dans ses plus belles créations que le messager des déclarations d’amour en distille tout le mysticisme. 

 

Venant ainsi ponctuer la Palme d’Or, le coeur Chopard signe d’une précieuse allégresse l’un des trophées les plus convoités au monde. Mieux, en 2015, la maison étoffe la symbolique de sa signature autour d’une collection Happy Hearts venant conjuguer la grandeur des diamants à l’iconographie du coeur — l’expression absolue des sentiments ! Chopard produit ici une collection dont le goût et la générosité se destinent à orner des femmes au grand cœur. Bijoux talisman, les coeurs Chopard varient à l’infini pour associer les couleurs les plus nobles à la somptuosité des diamants…  Le bonheur éternel capturé dans une figure immuable ! 

Les Diamants Chopard

chopard-kalahari-banner-1.jpg

Chopard n’a pas son pareil pour exalter la majestueuse beauté de la Nature — piqués en solitaire, pendant au cou ou d’oreille, les diamants constituent pour le joaillier Suisse une source intarissable d’enchantement. Et les précieuses créations signées de la maison se révèlent bien souvent complices de joie et de bonheur. Des dîners aux chandelles au tapis rouge, Chopard honore ainsi l’excellence du hasard autour d’un travail raffiné de joaillerie —  des pièces uniques qui rendent un éblouissant hommage à la plus précieuse des pierres. Chacun des bijoux qui porte la signature Chopard possède, conte et distille une histoire particulière…. Celle d’une expertise, véritable coeur battant de la maison ; une conception du diamant centrée autour du concept de 5C. 

 

Les diamants, Chopard les conçoit comme un éblouissant hommage à l’histoire, à la lumière et aux couleurs de la Nature. La maison cherche à sélectionner chaque pierre individuellement de façon à dénicher celle à la pureté exceptionnelle. Mais c’est la combinaison avec les autres C qui confère toute leur beauté aux diamants Chopard. Carat, Clarté, Coupe et Couleurs ! Formés il y a des millions d’années, les diamants peuvent être compris comme l’oeuvre maîtresse de la Nature — soumis à des conditions de température et de pression extrêmes, c’est lors de ce processus de cristallisation que des inclusions se forment dans la pierre. La pureté du diamant, elle, se lit au nombre, à la taille et à la nature de ces imperfections. Les pierres les plus rares sont certes incolores et transparentes, mais elles gagnent leur magnificence lors de la coupe réalisée par les maîtres artisans de la maison Chopard. Et c’est dans ce jeu avec la lumière, par sa façon de capturer et de réfléchir qu’un diamant révèle tout son éclat.

 

L’un des diamants les plus fous jamais travaillé par la maison est Le Queen of Kalahari… En 2016, ce diamant rare de 342 carats a ainsi donné naissance à The Garden of Kalahari — un ensemble de vingt-trois diamants, dont cinq de plus de 20 carats. La virtuosité des ateliers Chopard, sublimant avec maestria chaque rai de lumière, a ici permis la composition de six atours aussi sublimes qu’hypnotiques ; un audacieux ballet de symboles poétiques et oniriques faisant de ces pièces de Haute Joaillerie un raffinement absolu ! L’histoire d’une pièce parfaite qui ne peut que secouer le coeur d’émotions. 

Elizabeth Taylor et Bulgari, une Affaire de Parures Légendaires

bulgari_serpenti.jpg

Elizabeth Taylor était une actrice à part — de celles à l’aura de divas capables de transmuer toutes pièces en légende. La belle aux yeux couleur d’améthyste avait par exemple la particularité d’agrémenter ses tenues de scènes au gré d’atours personnels. D’ailleurs, dès 1962, sur le tournage de Cléopâtre, l’oeuvre de sa vie, l’actrice s’éprend d’une montre-bracelet vénéneuse… Une pièce sulfureuse signée de la maison Bulgari. Coulée dans un or pur, la montre s’enroule autour du poignet, laissant ainsi la tête et la queue du serpent pavées de diamants ; les yeux en émeraudes ! Photographié au poignet d’une Elizabeth Taylor dans son rôle de Cléopâtre, le bijou Bulgari est immédiatement érigé au rang d’icônes. C’est que, sur le tournage de Cléopâtre, Elizabeth Taylor bientôt scandalisera le monde au bras d’un certain Richard Burton. 

 

Lorsqu’ils se rencontrent sur le tournage du film, à Rome, Burton et Taylor sont tout les deux mariés. Mais qu’importe puisque l’amour vient de frapper ! Les paparazzis les harcèlent ; leur romance s’affiche en Une des tabloïds — le scandale est tel que le Pape lui même se dit choqué. Forcé dans un premier temps de vivre cet amour loin des caméras, c’est en Bulgari que se vit la relation. « Richard était tellement romantique qu’il trouvait toujours une excuse pour m’offrir un bijou » écrit plus tard la dernière icône d’Hollywood. Richard Burton, lui, se rappelle: « J’ai fait connaître la bière à Liz et elle m’a fait connaître Bvlgari. » Témoins muets de cet amour hors norme, les bijoux Bulgari deviennent éminemment associés au personnage d’Elizabeth Taylor. 

 

Richard Burton s’en amusait… « Le seul mot que connaît Elizabeth en italien est Bulgari. » Cet amour du sublime, cette passion pour la magnificence Bulgari ont ainsi conduit Elizabeth Taylor à constituer une collection spectaculaire. En 2013, Bulgari a donc regroupé les pièces portées ou collectionnées par l’actrice pour les présenter au public à travers une exposition toute aussi spectaculaire ! A Pékin, Shanghai, Londres, le monde est littéralement tombé en pâmoison. C’est que, devant tant de grandeur, la beauté vénéneuse du Serpent Bulgari ne peut qu’envoûter toute personne s’y approchant d’un peu trop près.

 

Elizabeth Taylor et Bulgari, Quelques Dates Clés

2016 : Bulgari réalise une exposition sur les bijoux Bulgari de Elizabeth Taylor à Londres. 

2016 : Dans la Galerie Nationale de Victoria à Melbourne, Bulgari réalise une nouvelle exposition sur les bijoux Bulgari des grandes personnalités, dont la parrure en émeraudes et diamants d’Elizabeth Taylor portée dans le film Cléopatre. 

2015 : Bulgari réalise une exposition sur les bijoux Bulgari de Elizabeth Taylor du 29 mai au 9 juin à Shanghai. 

2015 : Bulgari réalise une exposition sur les bijoux Bulgari de Elizabeth Taylor du 29 avril au 12 mai à Pékin.

2013 : Bulgari organise un événement durant lequel la maison présente les bijoux portés par Elizabeth Taylor.

2011 : La parure de Elizabeth Taylor est fait désormais parties des listes de la maison des enchères Christies. 

2002 : Le livre « My Love Affair with Jewerly » reprenant les mots de Elizabeth Taylor est publié : elle évoque sa fascination pour les bijoux Bulgari.

1972 : Burton offre à Elizabeth Taylor pour ses 40 ans un collier saphir Bulgari.

1966 :  Elizabeth Taylor porte la parure Bulgari en diamants et émeraudes lors des Academy Award.

1963 : Elizabeth Taylor posséde désormais le bracelet en émeraudes et diamants.

1962 : Elizabeth Taylor porte un collier Bulgari en émeraudes et diamants offert par Richard Burton durant le tournage de « Cléopâtre ».

Le Mythe Serpenti de Bulgari

serpenti_tubogas_1.jpg

L’esthétique exquise des atours Bulgari se façonne à l’époque du fondateur. Fin du XIXe siècle, Sotorio Bulgari quitte la Grèce et sa famille d’orfèvres pour l’Italie. Sans le savoir, le joaillier est sur le point de donner au luxe italien une toute nouvelle identité. En conjuguant ici les influences perse, grecque et latine, Sotorio Bulgari s’assure d’un art relevant d’un raffinement universel. Une liberté de joaillier mêlée à une rigueur d’orfèvre : la vision Bulgari s’incarne dans le premier fétiche de la maison, le serpent. Déjà en 1932, le serpent est le personnage clé de la collection ‘Tubogas’ ; dénomination du bracelet caractéristique où de fines lames d’or s’enroulent autour d’un support plat.

 

« Pour réussir, vous devez associer le monde passé, présent et futur. Tel est le défi qui nous attend, et les perspectives sont nombreuses. » L’affirmation de Nicola Bulgari, arrière-petit-fils de Sotorio, capture l’esprit pionnier de la maison. Le Serpenti, lui, toute l’essence de son succès. Le mythe Serpenti relève ainsi de la rencontre entre un style inspiré de modèles antiques et la découverte joaillière datant de la seconde moitié du XIXe siècle… Cet ingénieux système, articulé par des charnières d’or, accorde à l’objet, par un ressort caché, une souplesse reptilienne. Et le Serpenti Bulgari distille plus d’une symbolique. Le bijou s’enroule ainsi jusqu’à sept fois autour du poignet — figure des 7 péchés capitaux. Mais l’ornement antique devient entre les doigts de ces maîtres joailliers un mécanisme horloger. 

 

Ici, la gueule du serpent s’ouvre pour permettre d’y loger un cadran horloger. Mieux, en référence à l’esthétique industrielle en vogue à l’époque, Bulgari conjugue la Haute Joaillerie aux procédés nouveaux ; prenant soin de nicher son objet dans une magnificence toute absolue. Mélange singulier de symbolisme, d’esthétique et de technologie donc, la beauté vénéneuse du totem Bulgari s’ancre à son tour dans l’éternité. Dans sa version la plus fascinante, le bracelet reptilien se met en scène dans des écailles d’émail coloré. Long de trente-quatre centimètres, fin de moins de deux centimètres, le corps du serpent s’achève sur une tête piquée de diamants ; une tête hypnotisant avec ses yeux rouges rubis. Une pièce du répertoire Bulgari qui, en 1962, fut catapultée au rang de mythe ; immortalisée au poignet d’Elizabeth Taylor dans le film Cléopâtre. 

 

Le Mythe Serpenti de Bulgari, Quelques Dates Clés

Symbole de sagesse, les collections Serpenti continuent de faire la renommée de la maison italienne.

Mai 2018 : Le modèle Lily Aldrige érige la campagne publicitaire pour la nouvelle collection Serpenti Irresistible temptations

2018 : 4 nouvelles variations de la Serpenti Twist Watch viennent animer la collection Automne-Hiver.  

Printemps-Eté 2018: La maison réalise une nouvelle gamme de lunettes Serpenteyes

Août 2017 : La marque poste une vidéo sur sa chaîne YouTube à l’occasion de l’Exhibition SerpentiForm à Singapour.

2016 : Une nouvelle collection, Serpenti Incantati, se veut être plus abordable.

2015 : A Baselworld, un nouveau design “Head Over Tail” propose des bracelets formés d’une façon à ce que la tête se repose sur la queue du serpent. 

2014 : Un rare bracelet Serpenti de 1965 s’est vendu aux enchères à un prix record de 1.107.038 $. 

2014 : Pour ses 130 ans, le joaillier dévoile un collier Serpenti Ultimate temptation.

2013 : L’édition du livre « Bulgari Serpenti Collection” marque le symbole de la collection Serpenti avec des photos sur les collections Serpenti par Marion Fasel et publié par Assouline. 

10 au 29 février 2013 : A l’occasion du nouvel an chinois placé sous le signe du serpent, Bulgari expose ses collections Serpenti dans son flagship de la 5ème Avenue à New York.

2012 : L’exposition à la Biennale des Antiquaires à Paris présente un collier Serpenti de 1100 carats, un bracelet en or avec plus de 200 rubis et un long collier recouvert de diamants. 

2011 : Un nouveau bracelet Serpenti à sept tours de poignet est créé.

2010 : Une campagne photos Eccentric Charisma met en scène l’actrice Julianne Moore portant des bijoux Serpenti.

2009 : A l’occasion de ses 125 ans, la maison organise des expositions, comme celle du Grand Palais à Paris dans laquelle elle expose ses bijoux Serpenti.

Début des années 1980 : La maison multiplie l’utilisation du motif Serpenti qui s’étend désormais dans la maroquinerie et dans toutes les gammes d’accessoires. 

1975 : Diana Vreeland, rédactrice en chef du Vogue américain commande un long collier Serpenti en émail rose et blanc qui se porte également en ceinture.

1970 : Un nouveau bracelet Serpenti en or et émail blanc et rose et aux yeux en saphir est disponible en édition limitée. 

Vers 1970 : La marque effectue une campagne publicitaire pour les montres et les bracelets Serpenti.

1968 : Une montre-bracelet Serpenti en or jaune sertie de jade, rubis et diamants sort. 

1967 : Une montre-bracelet Serpenti en or jaune et platine sertie d’émeraudes et de diamants sort.

1967 : Une nouvelle montre-bracelet Serpenti en or jaune et platine sertie d’émeraudes et de diamants fait son apparition.

1966 : Les trois fils de Giorgio Bulgari étendent la collection Serpenti en y ajoutant des ceintures.

1965 : Une montre-bracelet Serpenti en or jaune sertie d’émaux polychromes et de 2 émeraudes taille poire sort. 

1962 : L’actrice Elizabeth Taylor porte le bracelet-montre Serpenti en or, diamants et émeraudes sur le plateau du film Cléopâtre de Joseph L. Mankiewicz.

1932 : Apparition de la première collection de bijoux à l’allure serpentine, baptisée « Tubogas » en référence à l’esthétique industrielle de l’époque.

Les Liens de Chaumet

chaumet_083054_liens_seduction_wg_dia_ring_-side_view_cmjn_1.jpg

Manifestes universels d’un amour éternel, les liens Chaumet apparaissent dans le répertoire du joaillier dès 1780. Fraîchement inaugurée au 12 de la Place Vendôme, la joaillerie Chaumet n’est encore que celle de Marie-Étienne Nitot lorsqu’elle compte parmi sa fidèle clientèle la Reine Marie-Antoinette. Mais très vite, l’histoire de France rattrape celle de la joaillerie — la Révolution de 1789 abolie la royauté. Quelque année plus tard, la France devient un empire et Napoléon, son premier empereur. Devenant ainsi dès 1802 le joaillier officiel de l’empereur, Chaumet signa, pour l’Impératrice Eugénie, des créations époustouflantes. Parmi elles, les bijoux du mariage, et la couronne du sacre de Napoléon! 

Ainsi inscrit dans la tradition des Bijoux de Sentiments, les liens Chaumet s’inscrivent aussi et surtout dans la tradition scellant les plus belles histoires d’amour. Et l’on retrouve des traces passées de ces liens Chaumet dans les archives datant de la Belle Epoque. Jamais la maison de Haute Joaillerie n’a cessé d’explorer les possibilités infinies d’un tel symbole. Sur les dessins préparatoires de diadèmes, de broches et de colliers… Partout, les liens trouvent une place singulière; celle d’un talisman venant sceller notre rapport au monde et aux autres. Les Liens Chaumet ainsi content l’universel — la destinée, l’amour, l’amitié, bref, les liens entre les hommes, suspendus à la course du temps. 

La symbolique, Chaumet en fait ses lettres de noblesses. Entrelacés, les liens Chaumet sont placés de façon aérienne, au-dessus d’une pierre semblant elle-même suspendue. Une géométrie subtile où deux liens pavés de brillants se croisent et se recroisent… Le tracé vaporeux, la ligne sculpturale — les bijoux Liens de Chaumet sont ainsi des joyaux savamment tissés dans un empierrage précieux. Des pièces éminemment éloquentes, qui, avec le savoir-faire hors norme des maîtres joailliers, donnent un sens à tous les sentiments de l’intime! 

Les Liens de Chaumet, quelques dates clés

2018 : Chaumet réalise une collection éphémère « Choose your Valentine » pour la Saint Valentin et se part des couleurs de l’amour.

2017 : La collection « Jeux de Liens » s’habille de nouvelles nuances, nacre blanc et nacre noir sur or blanc, ou fins pavages de diamants.

2017 : Chaumet décide de revenir sur les origines des Liens avec les vidéos publicitaires Stories of Liens : « Dancer in the streets of Paris », « Acting students playing in the library of the Sorbonne », « Loving couple in a Parisian park ».

2017 : La collection de bijoux « Liens Séduction » vient enrichir la ligne Liens et compléter les collections « Liens Evidence », « Liens Mariage », « Jeux de Liens ».

2017 : Chaumet lance la collection « Gaité Parisienne » qui propose certains bijoux Liens.

2016 : Kim Min Hee porte un bracelet lien serti de diamant à la conférence de presse « the Handmaiden ».

2016 : La collection « Jeux de liens » est revisitée pour l’été en un camaïeu de bleu et de blanc.

2016 : La collection de bijoux « Liens Lumières » vient enrichir la ligne Liens.

2012 : Chaumet célèbre les 100 ans de la coupole des galeries Lafayette en revisitant le pendentif Liens. 

2012 : 35 ans après avoir présenté son premier bijou Liens, Chaumet réédite son modèle dans une version graphique en céramique noire.

2012 : La chaîne youtube de la maison publie une vidéo sur les bijoux liens iconiques. 

2013 : La maison créé ses premières montres bijoux Liens, déclinées en six modèles, dont un modèle unique en or blanc, diamants et saphirs.

2013 : La maison complète sa collection Liens avec un nouveau bracelet manchette, disponible en deux modèles.

2007 : Chaumet lance sa nouvelle collection Liens d’Amour.

2015 : Les joailliers créent une montre Liens en or rose et diamants.

2013 : Les créateurs réalisent des boucles d’oreilles Liens en diamants, cristal de roche et perles.

2008 : L’actrice Lou Douillon est choisie pour représenter la bague « Premiers Liens ».

2008 : La bague Liens réapparait dans la collection « Premiers Liens » et est disponible désormais en or jaune, gris, rose, sur laquelle on peut graver quelque chose.

2008 : Sophie Marceau devient l’égérie de la maison Chaumet et met parfaitement en valeur les bijoux Liens.

1977 : La première version de la bague Liens d’or se porte en guise d’alliance.

1964 : Pierre Sterlé réalise pour Chaumet une collection particulière avec un sac du soir en or tressé et diamants baguettes.

1907 : Les liens apparaissent désormais de manière récurrente avec notamment le collier serre cou articulé, transformable en bandeau en or, argent, saphirs et diamants.

1780 : Dans les pièces de Chaumet, on retrouvait déjà des bijoux Liens. 

Le Blé Chaumet

6c7d872f9196d7d5b62dc04e0b2ac8af.jpg

 

Dès sa fondation en 1780, la maison Chaumet s’est illustrée à travers la composition de pièces de Haute Joaillerie éminemment inspirées. Des atours imaginés comme des joyaux, puisant, dans les merveilles de la Nature, vigueur, ligne et couleur… Un raffinement extrême;  une mythologie de l’enchantement qu’incarne l’une des signatures iconiques de Chaumet, le blé.  Déjà présent sur le poinçon du fondateur, Marie-Etienne Nitot, le blé est si intrinsèquement lié à l’histoire de Chaumet qu’il devient, au tournant du XIXe siècle, le motif favori de l’impératrice Joséphine. Il faut dire que Joséphine et la maison Chaumet partagent un amour immodéré pour la Nature et ses prodiges. 

On raconte ainsi que le blé, symbole de la vie, serait un cadeau fait aux hommes par des dieux bienveillants; somptueuse moisson blonde de Cérès, le grain se fait nourricier! Symbole d’opulence et de bonheur aussi, le blé cultive avant tout l’amour le plus sincère — l’amour maternel. Devenu ainsi l’un des éléments phares de la grammaire Chaumet, le blé est adopté par l’Impératrice Joséphine, puis par l’Impératrice Marie-Louise. 1811, Nitot réalisa ainsi la coiffe Impériale; le diadème d’épis de blé de style néoclassique qui, autour d’épis taillés dans les pierres, l’or et l’émeraude, signe ici toute la sophistication de cette souveraineté. Tout en mouvement, ce bouquet de neuf épis de blé balayés par le vent exprime avec force la modernité de l’Empire! 

Et sous l’impulsion de la maison Chaumet, c’est bientôt toute la joaillerie de la Place Vendôme qui revisite ce motif antique. Habillant le cou, la chevelure ou le corsage, le blé Chaumet distille tout de la majesté et de la grâce d’une Nature qui rencontre le travail des diamants… Et l’art subtil des nuances et de la composition maîtrisé par Chaumet n’a pas son pareil pour sublimer une telle symbolique! Toute en vivacité, le blé Chaumet décalque grâce et virtuosité sur des lignes sans cesse réinventées. En Juin 2018, pour la première fois, la maison expose à Tokyo « Le monde de Chaumet » — une exposition dans laquelle l’épi de blé tient une place d’honneur, à l’instar du chef d’oeuvre qu’est la tiare Epis de blé de Joséphine. Un symbole si précieux que cette même année, Chaumet mettait sur le marche la bague L’épi de blé , disponible en 40 unités seulement. Ou quand l’extase esthétique se fait éminemment iconique! 

L’épi de blé de Chaumet, quelques dates clés

2018 : Pour la première fois, la maison Chaumet expose à Tokyo pour l’exposition « Le monde de Chaumet » dans laquelle l’épi de blé est prédominant, comme avec la tiare Epis de blé.

2018 : Les créateurs réalisent la bague « L’épi de blé » disponible en 40 unités.

2018 : La maison organise les expositions« l’art du dessin » et « l’art du trait » dans lesquelles des dessins de pièces sont exposées et parmi elles des bijoux en référence à l’épis de blé.

2017 : Chaumet lance la collection « Gaité Parisienne » qui propose certains bijoux blés.

2016 : La chaîne youtube de la maison publie plusieurs vidéos publicitaires pour sa nouvelle campagne « La Nature de Chaumet ». L’une d’elle fait écho à l’épis de blé.

2016 : La maison lance sa collection « La Nature de Chaumet ».

2016 : La maison réalise la collection « Offrandes d’été » avec un diadème, des boucles d’oreilles, un collier en or blanc, serti d’un diamant poire, en forme d’épis de blé.

2016 : La maison sort la collection « Moisson sous le vent » avec notamment une bague bé en or jaune et diamants.

2016 : Les créateurs réalisent la bague « Champs de lumière » en forme d’épi de blé, en or blanc et diamants, sertie d’un saphir Padparadscha taille coussin.

2015 : La maison réalise une broche « Épi de Blé » en série limitée, en or jaune serti de diamants, qui s’accompagne de bagues, de bracelets, de boucles d’oreilles

2015 : La maison fait de sa boutique située au 12 place Vendôme à Paris un musée où est exposée la parrure  en forme d’épi de blé de l’impératrice Joséphine.

1970 : Les joailliers créent un grand clip et une paire de boucles d’oreilles blé en rubis et diamant.

1910 : Les premiers dessins d’un nouveau diadème blé sont réalisés.

1909 : Les créateurs réalisent une paire de broches blés en roseaux, portables également en diadème.

1905 : Un nouveau diadème blé est réalisé.

1900 : Les créateurs réalisent les premiers dessins d’un diadème blé et graminées.

1900 : La maison présente son nouveau bijou aigrette aux épis de blés noués.

1890 : Les créateurs réalisent les dessins d’un collier blé et de coquelicots.

1811 : Chaumet utilise pour la première fois le symbole de l’épi de blé avec la création du diadème pour l’impératrice Marie Louise.

La Collection Joséphine de Chaumet

chaumet-eclat-floral-josephine-diamond-ring.jpg_1536x0_q75_crop-scale_subsampling-2_upscale-false.jpg

C’est dans la luxuriante Martinique que grandie celle qui devient, au tournant du XIXe siècle, la première Impératrice des Français. Riche d’une passion pour le dessin et les plantes rares, Joséphine, épouse de Napoléon Ier, a très vite développé un goût particulier. S’appropriant les codes esthétiques du XVIIIème siècle, la muse des joailliers conjugue délicatesse et fantaisie au rigorisme du style Empire. Au gré d’un imaginaire nourri d’arabesques, de rinceaux, de feuillages et de fleurs, Joséphine développe une sensualité poétique toute faite de grâce, de courbes et d’éléments de surprises. Dès 1796, date de son mariage avec Napoléon, elle initia auprès de Chaumet quelques-unes des plus merveilleuses commandes jamais réalisées.

Parmi ses réalisations, joyaux et pierres les plus rares sonnent l’amour, et racontent le bonheur… Depuis, la maison de Haute Joaillerie Chaumet a su distiller le goût précieux de l’Impératrice autour d’une collection éponyme. Un hommage à la légèreté et l’éclat des créations qu’elle sut inspirer. « Joséphine est une marraine symbolique, c’est davantage sa personnalité et son audace qui ont inspiré cette ligne que les images d’archives » raconte Lionel Giraud, directeur artistique de Chaumet. 45 pièces d’exception perpétuent ainsi le style Joséphine, celui-là même qui forgea les codes d’une élégance aujourd’hui révérée. 

En conjuguant ainsi le raffinement du dessin à la flamboyance des pierres, la collection Joséphine de Chaumet replace au coeur de la joaillerie une tradition vielle de 230 ans! Une tradition qui exhume dans des dessins de la Belle Époque réalisés entre 1900 et 1915, des projets de colliers, pendentifs, diadèmes et aigrettes… Ainsi composées dans une sophistication exemplaire, les pièces Chaumet de la collection jouent des motifs géométriques en provenance du répertoire architectural de l’époque. Et ce, dans le seul but de leur faire épouser la grâce et la vivacité des mouvements! Ainsi composé, l’atour capture la fugacité de l’eau semblant jaillir, semblant scintiller dans l’air… Mariage de la beauté et de la force, de la délicatesse et de la vivacité — cette collection est à l’imagine de Joséphine, une femme; une Impératrice affirmant le prima de la sensualité. 

Joséphine de Chaumet, quelques dates clés

 

2018 : La bague Joséphine Aigrette Impérial est exposée lors de l’exposition Le Monde de Chaumet. 

2018 : Chaumet lance la campgane « Crown your love » qui permet aux clients de constituer eux-même leur bague.

2017 : Chaumet lance la collection « Gaité Parisienne » qui propose certains bijoux Joséphine.

2017 : Les créateurs réalisent la bague Joséphine Aigrette en diamant et rose gold.

2016 Laetitia Casta porte les boucles d’oreilles Joséphine « Eclat Floral » sur le tapis rouge du 69èmefestival de Cannes.

2016 : Kim Min Hee porte la bague Joséphine « Rondes de Nuit » ainsi que les boucles d’oreilles Joséphine « Eclat Floral » à la conférence de presse « the Handmaiden »

2016 Natacha Régnier porte le collier Joséphine « Rondes de Nuit » sur le tapis rouge du 69èmefestival de Cannes.

2016 : Les pièces des collections Joséphine sont au cœur de la campagne « Bridal », la collection Mariage de Chaumet.

2015 : Chaumet lance la collection Joséphine « Ronde de Nuit ».

2015 : Chaumet lance la collection Joséphine « Aigrette Impériale ». 

2015 : Chaumet lance la collection Joséphine « Eclat Floral ».

2015 : Chaumet lance la collection Joséphine « Aube printanière ».

2015 : L’impératrice est de nouveau à l’honneur pour les nouvelles collections.

2010 : La maison signe une collection de diadème contemporain et choisit Sophie Marceau pour égérie. 

1796: Chaumet réalise les parrures de Joséphine de Beauharnais, y compris celle de son mariage avec Napoléon.

1780 : Joséphine est la première cliente de Chaumet. 

La Nature Par Chaumet

wide-inspi-nature-lys-4583.jpeg

Fondée au 12 Place Vendôme, la maison Chaumet figure très vite l’excellence de la Haute Joaillerie Parisienne. Liée à l’histoire de France, sa fondation coïncide de peu avec l’arrivée de Napoléon au pouvoir — dès lors, l’art si précieux de la joaillerie trouve auprès de l’Impératrice Joséphine une admiratrice de premier plan. Il faut dire que le savoir-faire Chaumet transfigure avec une dextérité folle tout le sublime de la Nature. Tiges graciles, lys volumineux, feuilles légères, plantes sauvage… La Nature est ici célébrée autour d’une virtuosité mise au service de l’enchantement. En dépassant ainsi la tension entre nature et culture, les ateliers Chaumet ont su conjuguer inspiration sauvage et raffinement des plus extrêmes! Un naturalisme aujourd’hui au fondement même de la Haute Joaillerie. 

Depuis ses origines, Chaumet décline donc le merveilleux spectacle d’une nature libre et généreuse! Les ateliers de la Place Vendôme ont ainsi su développer une dextérité sans pareille — une virtuosité capable de décalquer sur des atours légers et précieux la fabuleuse histoire de la Nature. Source d’inspiration intarissable et foisonnante, la Nature ancre Chaumet dans l’union immuable entre passé, présent et futur. Depuis toujours, les créateurs font le choix de plantes de jardins, mais aussi de sous-bois et de champs… Le laurier, le blé, le chêne et le lys sont ici des attributs chers à la maison joaillière. Des symboles dont les maîtres joailliers traduisent la grâce sur des bijoux extrêmement sophistiqués! 

Référence culturelle significative, la Nature prête son graphisme, ses teintes et ses complications à la Haute Joaillerie Chaumet. Un jardin symbolique où nombre d’éléments concordent… Une branche juste coupée est agrémentée d’un ruban noué. Un simple épi de blé se transmue en une bague or jaune satiné rhodié brun, sertie de diamants taille brillant… Le lierre, lui, devient un bracelet aux feuilles coulées en émail, diamants et perles fines baroques — création datée de 1847. Et c’est en transmettant l’excellence Chaumet d’un chef d’atelier à un autre depuis plus de 230 ans que la maison est en mesure d’élever les plantes les plus simples au rang de joyaux… Une narration épatante, éminemment iconique! 

 

La Nature de Chaumet, quelques dates clés 

2018 : Pour la première fois, la maison Chaumet expose à Tokyo pour l’exposition « Le monde de Chaumet » dans laquelle l’épi de blé est prédominant, comme avec la tiare Epis de blé.

2018 : Les créateurs réalisent la bague « L’épi de blé » disponible en 40 unités.

2018 : La maison organise les expositions « l’art du dessin » et « l’art du trait » dans lesquelles des dessins de pièces sont exposées et nombreuses d’entre elles font références à la Nature.

2018 : Chaumet lance la campagne « Summer Spirit » et publie sur sa chaîne youtube des vidéos sur les éléments naturels que sont le ventl’eau et le soleil.

2018 : Chaumet revisite la collection « Bee My Love » nouvelle collection, avec Hannah Quinlivan pour modèle.

2017 : Dans la collection « Gaité Parisienne », nous retrouvons de nombreuses pièces en rapport avec la nature. 

2016 : Chaumet lance sa collection « La Nature de Chaumet » et place le Lys, le Chêne, le Laurier et le Blé au cœur de cette collection.

2016 : La maison réalise la collection « Offrandes d’été » avec un diadème, des boucles d’oreilles, un collier en or blanc, serti d’un diamant poire, en forme d’épis de blé.

2016 : La maison sort la collection « Moisson sous le vent » avec notamment une bague bé en or jaune et diamants.

2016 : Les créateurs réalisent la bague « Champs de lumière » en forme d’épi de blé, en or blanc et diamants, sertie d’un saphir Padparadscha taille coussin.

2016 Alice Isaaz illumine le tapis rouge du 69èmefestival de Cannes avec les boucles d’oreilles et le bracelet Hortensia « Aube Rosée ».

2016 Natacha Régnier porte les boucles d’oreilles Hortensia sur le tapis rouge du 69èmeFestival de Cannes.

2016 Bérénice Béjo porte les boucles d’oreilles et le bracelet « Lumières d’Eau » sur le tapis rouge du 69èmeFestival de Cannes.

2016 Rebecca Hall porte le bracelet Hortensia ainsi que les boucles d’oreilles Hortensia sur le tapis rouge du 69èmeFestival de Cannes. 

2016 Michelle Yeoh porte sur le tapis rouge du 69èmeFestival de Cannes une bague, un bracelet et un collier de la collection « Lumières d’Eau ».

2016 : Chaumet lance la collection Hortensia « Voix Lactée ».  

2015 : Chaumet ouvre un musée éphémère intitulé « Promenade Bucolique » où l’on retrouve le thème de la Nature.

2015 : La maison réalise une broche « Épi de Blé » en série limitée, en or jaune serti de diamants, qui s’accompagne de bagues, de bracelets, de boucles d’oreilles

2015 : La maison fait de sa boutique située au 12 place Vendôme à Paris un musée où la maison dévoile ses plus belles pièces influencées par la nature.

2015 : Chaumet lance sa nouvelle collection « Hortensia ». 

2015 : Chaumet réalise une nouvelle montre Hortensia.

2014 : Pour le lancement de la collection « Lumière d’eau », la maison publie des vidéos mettant en valeur le travail des artisans.

2014 : Chaumet lance la collection « Lumière d’eau ». 

2011 : Une nouvelle collection « Bee My Love » est réalisée.

1970 : Les joailliers créent un grand clip et une paire de boucles d’oreilles blé en rubis et diamant.

1910 : Les premiers dessins d’un nouveau diadème blé sont réalisés.

1909 : Les créateurs réalisent une paire de broches blés en roseaux, portables également en diadème.

1905 : Un nouveau diadème blé est réalisé.

1900 : Les créateurs réalisent les premiers dessins d’un diadème blé et graminées.

1900 : La maison présente son nouveau bijou aigrette aux épis de blés noués.

1890 : Les créateurs réalisent les dessins d’un collier blé et de coquelicots.

1811 : Chaumet utilise pour la première fois le symbole de l’épi de blé avec la création du diadème pour l’impératrice Marie Louise.

 

Le Serti Van Cleef & Arpels

ml116-clip-pochette-2002-guy-lucas-de-pesloc3bcan.jpg

L’histoire Van Cleef & Arpels s’amorce lorsqu’en Juin 1895, Estelle Arpels, fille d’un négociant en pierres précieuses, épouse Alfred Van Cleef, fils de lapidaire. A eux deux ils fondent, au 22 Place Vendôme, la maison qui portera leurs noms aux confins des rêves joailliers. Et l’une de leurs plus grandes révolutions techniques figure encore aujourd’hui au summum des techniques joaillières —  la technique du Serti Mystérieux. Brevetée en 1933, le procédé consiste à sertir des pierres éminemment précieuses sans qu’aucune griffe de métal ne vienne perturber l’oeil de cette présente. 

Complexe, la technique du Serti Mystérieux inventée par Van Cleef & Arpels nécessite un tel niveau d’expertise qu’elle n’est maîtrisée que par une poignet de maîtres joailliers — on les appelle les ‘Mains d’or’. « Certains n’y arrivent jamais. On doit être beaucoup plus rigoureux que dans la joaillerie classique. Il faut un oeil, un équilibre, une perfection dans le calibrage des montures » raconte M. Marino, trente-quatre ans de métier. Plus de 200 heures de travail sont nécessaire à la réalisation d’un solitaire; chaque pierre facettée est insérée dans une fine résille d’or épaisse de moins de deux dixièmes de millimètres… Le secret? Des rails en or! C’est dans ce circuit quelque peu pré-établi que les pierres viennent, une à une, s’ajuster et se compléter dans une orchestration savante ne laissant nulle place à la chance. 

Rubis, émeraudes ou saphirs composent ici un opéra somptueux à l’éclat velouté! Mais, à l’instar des choses les plus époustouflantes, la maison ne peut réaliser que quelques pièces chaque année. En 1937, Marlène Dietrich, ambassadrice de la maison, commande le bracelet Jarretière — une monture en Sertie Mystérieux faite de rubis et de platine. 1967, c’est Maria Callas qui fait l’acquisition du clip Fleur serti de rubis. Les pièces Serti Mystérieux de Van Cleef & Arpels donnent toutes une impression quasi-irréelle de surface étincelante; l’impression que la pierre flotte littéralement autour du poignet ou du doigt de l’élégante qui l’arbore… comme déposer sur un écrin précieux. La perfection, et rien d’autre. 

 

La technique du Serti de Van Cleef & Arpels, quelques dates clés

2015 : Les créateurs réalisent le clip fée Ailes Mystérieuses en serti.

2015 : Les créateurs réalisent la bague Coquillage Mystérieux en serti.

2013 : La chaîne youtube de la maison publie un documentairesur la technique du serti et ses Mains d’Or.

2012 : Les créateurs réalisent le collier Trèfles Mystérieux en serti. 

2011 : La maison réalise l’exposition Set in Styleau musée Cooper-Hewitt à New York.

2010 : La collection de Haute Joaillerie Les Voyages Extraordinairesest réalisée. 

2010 : Les créateurs réalisent le clip Perroquet Mystérieux en serti.

2010 : les créateurs réalisent la bague Montgolfière Mystérieuseen serti. 

2009 : La collection California Rêverieest réalisée.

2009 : La maison réalise une exposition « The Spirit of Beauty » à Tokyo où elle présente ses plus belles pièces réalisées avec la méthode du Serti.

2008 : La collection de Haute Joaillerie les Jardinssort.

2007 : La collection de Haute Joaillerie l’Atlantidesort.

2006 : La collection de Haute Joaillerie Trésors Révélésmet en valeur la technique du serti comme avec le clip Feuille Mystérieuse.

2004 : La collection Couturerend hommage au savoir-faire des Mains d’Or de la maison et donc à leur technique d’exception comme le Serti Mystérieux.

2000 : Pour célébrer le millénaire, la maison créé le Clip du Millénaire.

1994 : Lors de la cérémonie des Academy Awards, Sharon Stone porte la broche Dagronfly faite en Serti Mystérieux. 

1992 : Van Cleef & Arpels est présente à la première exposition au Musée de la Mode et du Costumeau Palais Galliera à Paris, expose plusieurs pièces en serti, dont la parure Galliera réalisée pour l’occasion. 

1990 : La maison dépose une nouvelle technique pour pouvoir monter le serti sur des plus petites pièces.

1972 : La maison réalise la broche Walska : une monture de la forme d’un oiseau portant un diamant jaune,  serti d’émeraudes et de saphirs.

1967 Maria Callasfait l’acquisition du clip Fleur serti de rubis.

1965 : La maison réalise le collier serti de son saphir « Blue Princess ».

1955 : La broche Dragonfly, faite en Serti est réalisée. 

1950 : La maison réalise une parurepour la Maharani de Baroda comprenant un collier composé de 13 émeraudes de Colombie taille poire, pour un poids total de 154 carats, chacune suspendue à un motif en fleur de lotus serti d’un pavage de diamants.

1944 : L’héritière Barbara Huttoncommande la broche Fée Spirit of Beauty, sertie de diamants, d’émeraudes et de rubis.

1943 : Le premier clip Ballerineen serti est réalisé.

1942 : Les joailliers réalisent les premiers clips sertis de pierres précieuses, en forme d’oiseaux, avec le clip Oiseau de Paradis.

1941 : Le clip Danseuse Espagnoleen serti est réalisé.

1940 : Le premier clip Féeen serti est réalisé.

1940 : Les joailliers de la maison réalisent les premiers clips Ballerine et Fée, dont les tenues sont serties de pierres précieuses.

1937 : Les créateurs réalisent le clip Pivoineen serti.

1937 Marlène Dietrich, ambassadrice de la maison, commande le bracelet Jarretière, dont la monture est sertie de rubis et de platine.

1935 : Les joailliers réalisent également le modèle de la montre Cadenasconstituée de pierres montées en Serti et le déposent.

1935 : Les joailliers de Van Cleef & Arpels réalisent un nouveau modèle iconique,  le bracelet Ludo Hexagone, dont les pierres sont montées en Serti étoilé. 

1936 : La maison perfectionne sa techniquepour l’adapter au style de ses créations.

1933 : La maison brevettela technique du Serti Mystérieux.