Chanel Va A La Conquête De La Lune

Une nouvelle campagne très inspirée met en scène les derniers nés de la collection Haute Joaillerie — ou, quand le Camélia s’envole pour la rêverie céleste.

Les Bijoux De Coco Sur La Lune

Après avoir fait littéralement décoller une fusée lors du défilé Automne/hiver 2017 sous la nef du Grand Palais, Chanel renoue avec ses envies d’évasion céleste. Cette nouvelle collection de Haute Joaillerie est aussi une collection hautement inspirée — l’iconique Camélia en vedette, la ligne distille la distinction Chanel autour d’un jeu inédit avec les atours.

« Mes (bijoux) sont souples et démontables. […] On peut démonter la parure et l’employer par motifs au chapeau ou à la fourrure. Ainsi une parure n’est plus une chose immuable. La vie la transforme, et la soumet à ses nécessités. » Les mots de Coco résonnent tout particulièrement avec cette nouvelle collection car, pour la seconde fois, Chanel compose avec l’idée de bijoux changeant.

Après avoir imaginé l’an passé une collection où le camélia passait allègrement d’un sautoir à une broche jusqu’à constituer l’accessoire cheveux le plus chic de la galaxie… Voilà que cette collection-ci imagine la fleurs préférée de Chanel en bijoux transformables.

La Double Bague Chanel

La bague aux trois boutons de camélia, coulée en or rose et diamants, se transforme ainsi… Elle se porte sur un doigt ou deux, tant il suffit de la replier sur elle-même. Véritable innovation à la Chanel, c’est à dire discrète et infiniment chic, les nouveaux atours Haute Joaillerie offrent une lecture très poétique des icônes Chanel.

En parlant d’icône, la montre Première Rock est ici introduite en Pink Blossom — un intemporel qui flirte avec l’imaginaire. D’ailleurs, le court métrage qui introduit cette nouvelle collection est lui-même une narration bien ciselée.

Dans un ascenseur en partance pour la Lune, quatre inconnus se rencontrent, se plaisent et finalement, s’amusent du voyage; un brin ralenti. Et puisque le voyage compte plus que la destination, autant le passer dans une ambiance chaude mais chic — éminemment Chanel, en somme. A découvrir ici.


Chanel A Courchevel, Une Etoile De Plus

Chanel inaugure sa boutique hivernale dans la vallée la plus étoilée au monde — on parle ici des palaces et des tables iconiques de Courchevel.

Courchevel, Station De Ski La Plus Luxueuse

Si les pistes de Courchevel peuvent aussi servir au ski chrono, on s’y rend d’abord pour ses nombreux palaces et lieux hautement luxueux. Plantée au coeur d’une vallée se dégageant de la montagne de la Savoie, Courchevel fait figure de station de ski hautement distinguée. Il n’y qu’à lister ses palaces iconiques pour s’en rendre compte.

Le Barrière Courchevel, premier hôtel perché à la montagne pensé par les pionniers du tourisme luxe — la famille Barrière. Ici, on se laisse bercer par le bois de mélèze, les étoffes soyeuses… On s’émerveille devant le feu de cheminée. Barrière Courchevel, c’est le charme des montagnes qui s’harmonise avec un design très moderne et franchement génial.

Et puisque le luxe n’est pas qu’une question de sensations, l’hôtel sert aussi la grande gastronomie dans la mythique brasserie Fouquet’s. Mieux? Son spa, tout bonnement grandiose. Avec ses 1 000m2, c’est le plus grand de la station de ski ! A l’intérieur, une piscine majestueuse et un jacuzzi extérieur mettent les sens à l’honneur. Une expérience émotionnelle unique.

Lieu de rêves et d’utopie à Courchevel, le palace Cheval Blanc mêle sans façon 5 étoiles et authenticité. Il faut dire qu’au départ, Bernard Arnault voulait en faire son chalet personnel. Sans obtenir l’autorisation, il a fait du Cheval Blanc le joyau de la région. Le secret? Tout le chic du groupe LVMH.

Bois nobles et cuirs patinés se mêlent ici à des équipements high-tech hyper pointus. Puis vient la passion de Bernard Arnault pour l’art contemporain. Paola Pivi, Jeff Koons  et Xavier Veilhan… Les oeuvres sont distillées un peu partout. Comme ce Cheval de Troie de Bruno Peinado — majestueux. Le spa est lui l’affaire de Guerlain. Haut rendez-vous des maisons de luxe, les soins développés ici sont spécifiquement taillés pour les sports d’hiver.

Le White 1921, dernière création du groupe LVMH sur le domaine de Courchevel, est, elle, tout aussi dédiée au bien être. Si l’hôtel ne dispose pas de restaurant, c’est qu’il préfère se concentrer sur les soins après une longue journée sur les pistes. Se relaxer dans le sauna ou le hammam… Pour les plus sportifs, c’est une salle de sport hyper-moderne qui accompagne l’entraînement quotidien. Enfin, pour celles et ceux avides de détente intellectuelle, l’hôtel propose une bibliothèque qui saura enchanter tout vagabondage de l’esprit.

A Courchevel Les Palaces Se Suivent Mais Ne Se Ressemblent Pas…

Enfin, sauf pour leur luxe extrême. Les Airelles de Courchevel fut ainsi adoubé du qualificatif de ‘meilleur hôtel de montagne au monde’. Pourquoi? Ce château à l’allure de conte de fée niché dans les vallées enneigées de la Savoie offre une véritable avalanche de bien-être qui forge la réputation du palace.

Bâti en 1850 dans un style architectural italo-tyrolien-hongrois des plus enchanteur, les Airelles est décoré de boiseries, d’objets chinés et de tapis anciens. Les 37 chambres et 14 suites qui le composent se conçoivent lambrissées de bois ancien, associé à des céramiques faites main. Côté gastronomie, le Chef étoilé Pierre Gagnaire excelle; plusieurs tables à la fois.

Pour le déjeuner, le généreux buffet de la Table du Jardin Alpin. Pour le diner c’est le Cala di Volpe pour les Airelles qui vient proposer une cuisine italienne et Sarde. Pierre Gagnaire pour Les Airelles, avec ses 2 étoiles au guide Michelin, travaille ainsi ce haut lieu de la gastronomie – avec les spécialités de la région à base des meilleurs fromages, évidemment  !

Le Spa Cellcosmet pour Les Airelles offre un moment de pure relaxation: massages, soins cellulaires, piscine et entrainement personnalisé, espace fitness, saunas à thème, hammam, bains à remous intérieurs et extérieurs, douches sensorielles, sans oublier l’exceptionnelle et unique grotte à neige. Le tout au cœur de la station de ski française la plus en vogue.

Autre lieu où dormir à Courchevel, le K2 —  le palace aux allures de chalet Himalayen. Les lignes du K2 ne pouvaient être qu’inspirées de cette région  montagneuse, et particulièrement belle du Tibet et du Népal où les temples sont comme suspendus entre ciel et terre. Et il est merveilleux: en puisant son sens et ses origines dans le défi et l’accomplissement d’un rêve, le K2 prend alors des airs de hameau de luxe situé en plein cœur des vallées enneigées de la Savoie.

5 chalets privés imaginés par Philippe Capezzone, s’égrènent au cœur de la montagne, tandis que les 29 chambres et suites de l’hôtel illustrent son caractère exceptionnel. Quant au spa, le Goji Spa, qui comprend 550m2 répartis sur deux niveaux, il jouit d’un savoir-faire ancestral remis au goût du jour par des équipes aussi expertes que dévouées.

Un autre restaurant à Courchevel? Le K2 accueille le Kintessence, restaurant gastronomique qui a décroché une seconde étoile au guide Michelin en 2014. Une récompense méritée pour la cuisine du Chef Nicolas Sale, inspirée, épurée, et qui ne cesse d’étonner en magnifiant produits locaux et circuits courts ! Rigoureuse et sincère, la cuisine du Kintessence ouvre ses portes lorsque la nuit apparaît dans la magie d’un lieu hors-norme.

Mais de grands restaurants à Courchevel, il y en a plein ! Le Comptoir de l’Apogée par exemple. Connu pour être cette brasserie sous la houlette de Jean-Luc Lefrançois — en vedette? Crémeux de topinambour, fine quenelle de volaille truffée; jarret de veau caramélisé au miel de sapin, mousseliner de panais…

Le Chabichou de Courchevel, La Formidable Saga Familiale

C’est le le petit préféré de Courchevel. Cet hôtel ayant obtenu ses quatre étoiles, où le blanc sur blanc surplombe les pistes de ski, est l’oeuvre d’un jeune couple d’alors, Michel et Maryse Rochedy. En 1963, ils acquièrent un petit chalet de 9 chambres. C’est un petit hôtel où Michel se charge du restaurant, Maryse de l’hôtellerie – leur but: fabriquer du bonheur au pieds des pistes de ski.

Les débuts sont délicats et, quand les neuf chambres par chance sont louées, les Rochedy dressent pour eux un lit de camp dans la salle à manger… Mais la dévotion est telle que dès 1970, le Chabichou gagne ses premiers galons dans l’hôtellerie lorsqu’il se voit attribuer 2 étoiles. Petit à petit, le couple et leur équipe cherchent à procéder une ambiance, une atmosphère enveloppant de douceur et discrétion, comme pour libérer l’imaginaire des invités.

En 1984, c’est la table du restaurant de l’hôtel qui se fait remarquer et, voici que le Chef Michel Rochedy décroche un 2ème macaron au Guide Michelin pour son restaurant, déjà consacré par le Bottin Gourmand et le Gault et Millau. Un restaurant doublement étoilé donc qui bientôt contribuera à la réputation de l’hôtel, devenue incontestable grâce à cette cuisine. Une cuisine néoclassique toute à la fois inventive et saisonnière qui tend à sublimer les meilleurs produits de la région.

En 2003, pour ces 40 ans le Chabichou opère un lifting et se pare d’un manteau blanc. Il sera désormais la perle blanche de Courchevel. Deux élégants chalets de bois blanc, 41 chambres et 8 suites constituent à présent des cocons d’amour au raffinement et confort absolus.

D’autant plus que son magnifique spa Cha’Banya, ouvert fin 2011, est un délice de 1100 m² sous la piste de ski…

Courchevel, C’est 14 Etoiles Pour 2400 Habitants — Et Chanel !

En cette saison hivernale, la maison Chanel a en effet choisi de s’installer de nouveau dans la mythique station de sports d’hiver de Courchevel. Sur la place du Rocher, les lettres Chanel viennent désormais s’illuminer de néons rouges.

Un contraste graphique qui n’est pas sans rappeler la force de la mode de Coco Chanel. Un style qui se retrouve sur la façade blanche où sont encastrées des vitrines liserées de noir. À l’intérieur, les références à la mode tenant déjà de l’activewear de Coco se condensent… Le noir, le blanc, le beige, le rouge et le kaki se mêlent au tweed. L’escalier en fer forgé rappelle celui du 31 rue Cambon.

Une boutique de 160m2 donc, qui accueille la collection Croisière 2019/20 et la ligne Coco Neige imaginées cette fois par Virginie Viard. Les sacs et accessoire icônes se mêlent aux pièces horlogères et joaillières. De quoi rappeler la simplicité du style Chanel — tout se mélange, dans une totale liberté de ton. Un lieu qui vient compléter le charme des vacances au ski. Mais en version mega-luxe.

Le Défilé Chanel Métiers d’Art 2020

Autour de l’escalier mythique de la rue Cambon, c’est toute la grammaire de la maison au double C qui fut, une nouvelle fois, magnifiée… En vedette, la petite veste noire, le tailleur tweed et le N°5. En Version sautoir.

Depuis que la maison Chanel a cherché à préserver les savoir-faire Français d’une disparition certaine, le groupe est l’heureux détenteur des plus beaux artisans de l’hexagone. Lesage, Massaro, Maison Michel… Ils sont mis à contribution d’une collection unique en son genre, puisqu’elle n’appartient qu’à Chanel. La collection Métiers d’art 2020 fut ainsi l’occasion pour Virginie Viard d’orchestrée sa vision magnifiée des icônes Chanel. Le résultat?

Une pléthore de silhouettes aussi suaves que désirables, défilant autour du mythique escalier de la rue Cambon, reproduit pour l’occasion avec la participation de Sofia Coppola. Cet escalier résonne aujourd’hui comme le point de départ des collections Chanel par Virginie Viard: « Je pense d’abord à l’escalier : j’imagine une fille qui le descend. Avec quelle robe ? Quels souliers ? » Mais s’il s’agit bien de la première collection Métiers d’Art post-Lagerfeld, c’est toujours la nef du Grand Palais qui accueille l’évènement. Sur le podium donc, l’artisanat éminemment précieux du luxe Français épousait avec allégresse les codes Chanel.

Le tailleur en tweed iconique trouva ainsi un nouvel équilibre autour d’une taille légèrement plus basse que la normale. Tandis que son illustre petite veste, elle, se réduisit dans des lignes plus graphiques. Le camélia, grâce aux génies Lesage et Lemarié, se trouva quant à lui sculpté à même les bombers du soir, quand il n’était imprimé sur des plumes aériennes. Mieux encore, le légendaire soulier bi-colore imaginé par Massaro en 1957 pour Chanel est ici orné de petits nœuds en cuir or. « Les Métiers d’art m’apportent leur savoir-faire. Ils subliment nos créations » précise Virginie Viard. Et il est vrai que cette collection a quelque chose de plus essentielle; comme une volonté de laisser parler le talent des artisans des trente-trois maisons qui composent les Métiers d’Art. « Il y a une forme de simplicité à revenir à l’abécédaire de Chanel. Nous n’avons pas besoin d’en faire trop » explique l’actuelle directrice artistique de la maison.

Une façon très Parisienne finalement de concevoir l’allure — et ce grin de folie qu’on lui connait trouve ici son apogée dans un sac cage… Un clin d’oeil franc et efficace à la publicité non moins iconique imaginée par Jean-Paul Goude. Vanessa Paradis en oiseau Chanel. D’ailleurs, le flacon du N°5, inspiré de la forme de la Place Vendôme, joue de sa taille, cette fois en sautoir. L’esprit Chanel, tout magnifiquement.

Les Nouveautés J12, Première, Boy∙Friend et Code Coco Chanel au Baselworld 2019

Les icônes de la rue Cambon ne changent pas. Elles poétisent le temps, le comprennent pour mieux se réinventer — elles sont J12, Première, Boy∙Friend ou Code Coco.

S’il fallait conter l’odyssée horlogère de la Maison Chanel, on commencerait évidemment par rappeler la Première — une pièce exclusivement créée pour les femmes en 1987. C’est que l’icône Première distille déjà beaucoup de la grammaire iconique de la rue Cambon : forme octogonale empruntée au bouchon du flacon N°5, celle même de la place Vendôme… Un bracelet multiple reprenant les mythiques lanières de cuir tressées dans la chaîne du 2.55. Voici donc qu’en 2019, la collection Première s’enrichit d’une version phare en or jaune sur bracelet effet velours ; quand la Première ne se dévoile pas dans une version inédite teinte d’un noir intense. La Première Rock.

La métamorphose clé présentée à Baselworld 2019 concerne la montre J12 — à l’orée de ses 20 ans, la J12 se transforme sans se dénaturer. C’est Jacques Helleu, alors directeur artistique des parfums et de l’horlogerie Chanel, qui la dessine sportive, toute noire et intemporelle. La J12, il la dessine pour lui. Inspiré de deux univers qu’il aime plus que tout, l’automobile et la voile. D’autant que la silhouette des voiliers de l’America’s Cup donne le ton des courbes de la montre. Bientôt, elle prendra le nom de ces mêmes voiliers. Les J12. Sacrée première icône horlogère du 21ème siècle dès sa commercialisation, la J12 de Chanel révolutionne le monde de l’horlogerie avec sa robe de céramique noire. Aujourd’hui, Arnaud Chastaingt lui offre une cure de jouvence en augmentant délicatement l’épaisseur de sa boîte.

Mais la nouveauté la plus époustouflante de ce Baselworld 2019 est bien la nouvelle collection ‘Mademoiselle Privé’. Conçue comme la collection « dévoilant les symboles que Mademoiselle chérissait et les éléments dont elle aimait s’entourer », elle présente des pièces littéralement uniques car produites en un seul exemplaire. C’est, cette année, l’univers poétique desparavents de Coromandel qui inspire au Studio de Création de l’Horlogerie Chanel une pièce comme l’expression des savoir-faire d’excellence des Métiers d’Art. Le Sautoir Mademoiselle Privé Coromandel. Une pièce en or beige 18 carats, rassemblant près de 400 diamants pour un total de 7,62 carats… Une pièce d’exception, et c’est peu dire à la vue du résultat tout juste époustouflant — oeuvre d’émailleurs, graveurs, ciseleurs, sertisseurs… Un numéro 5 merveilleusement entrelacé aux branches de cerisiers.

La Nouvelle Campagne Chanel Code Coco : Ritzy !

ho2018_0023.jpg

Elle se ferme d’un clic, comme le sac 2.55 — la Code Coco est à la maison Cambon un condensé de signes iconiques. Il y a d’abord le matelassé qu’il ne s’agit plus de présenter, puis, cette nouvelle version en céramique noire, référence à la couleur absolue de Mademoiselle. Mais en campagne, la Code Coco semble vouloir retrouver les traces de l’immense couturière… Mise en scène au début de l’année au 31 rue Cambon, dans l’appartement même de Gabrielle, voilà la Code Coco jouant le chic désinvolte au coeur de l’autre maison de Chanel. 

 

Et c’est bien au Ritz que la montre Code Coco joue cette fois les vedettes. Sur un poignet tenant la rampe d’escalier, c’est la détermination de Chanel qui se met en scène. Sur Soo Joo Park, Code Coco joue les femmes fatales. Au bar Hemingway, Nozomi Iijima et Alma Jodorowsky laissent deviner l’allure et la légèreté d’une Chanel ! Le Ritz, plus que jamais la maison de la Code Coco.

La Croisière Chanel s’Amuse à Bangkok

chanel_croisiere.jpg

Le 31 octobre dernier, la collection Croisière de Chanel amarrait à Bangkok — avec elle, les créations de Karl Lagerfeld et les ambassadrices Chanel. Soo Joo Park, Pharrell Williams et Gaspard Ulliel, Lily-Rose Depp, Tilda Swinton et Caroline de Maigret accompagnaient de leur énergie la présentation de cette collection joyeuse et hautement iconique. Il faut dire que pour cette saison un brin particulière, Lagerfeld avait mis en vedette une silhouette connue et reconnue de tous — une allure boyish et confortable, couplée du mythique duo chromatique. Du noir et du blanc. 

Présentée à Paris en mai dernier, la collection cette fois se meut sous la douce brise de Bangkok. Dans ce décor thaïlandais, la palette acidulée de coton, de soieries et de tweeds trouve un écho très apprécié… Ainsi amarrée à l’entrepôt désaffecté de Sermsuk, réinventé pour l’occasion en marina enjouée, c’est à la nuit tombée que La Pausa se transforma en scène de célébration. Le réalisateur Apichatpong Weerasethakul, les actrices et mannequins Aokbab et Linn Mashannoud, les acteurs Nittha Jirayungyurn et Anne Thongprasom ont ainsi pu goûter au vrai mélange de nonchalance et de style signé Chanel. Avec un Pharrell Williams en maître de cérémonie.

Coco Pharrell, la Plus Attendue des Collections Capsules

l-instant-mode-pharrell-williams-signe-une-collection-capsule-pour-chanel.jpg

Celui qui compte parmi les favoris de Karl Lagerfeld depuis 2014 vient d’officialiser la création d’une collection capsule avec la maison de Coco… Et cela a déjà ravi le monde entier. Tour à tour muse, ambassadeur et compositeur pour Chanel, Pharrell Williams est aussi et surtout reconnu pour un style mêlant allègrement influences street et coupes couture. 

Annoncée en exclusivité pour le 29 mars 2019, à Séoul, à l’occasion de l’ouverture du nouveau flagship Chanel, la collection ne sera disponible qu’à partir du 4 avril dans les autres boutiques. Alors, c’est peu de dire que le mystère reste entier — d’autant que la maison de la rue Cambon a pris soin de garder pour elle les influences et le propos même de cette collection à venir. Ce que l’on sait ? Des assonances évidentes et la rencontre de ces deux esprits créatifs et touche-à-tout ne peuvent qu’aboutir à des pièces hautement désirables. Affaire à suivre !

Sous le Signe du Lion, Le Nouveau Chapitre Joaillier de Chanel

img.png

Août 1920. Coco Chanel est dévastée. Son grand amour, Boy Capel, vient de disparaître dans un accident… Et c’est à Venise et son charme chimérique que la couturière doit sa rémission. Là, au coeur de la cité des Doges, Coco découvre la présence réconfortante d’un animal totem. Son signe astrologique, en même temps que le gardien de la Sérénissime — le Lion devient l’élément du langage symbolique de la rue Cambon ! Quelques années plus tard, en 1932, la toute première ligne de joaillerie composée par Chanel met en vedette des bijoux tous fait de diamants, mettant en scène le lion… 

 

Mais devant la bronca des joailliers de la place Vendôme, Chanel est forcée à la démonter. Entièrement. C’est en ce sens que la collection de Haute Joaillerie Sous Le Signe du Lion célèbre depuis 2013 l’oeuvre magistrale de Mademoiselle. La collection s’ouvre cette fois sur un nouveau chapitre et, autour de 8 pièces aussi inspirées qu’audacieuses, place le lion au coeur de bijoux magistraux ! Des médailles bleu lapis et blanc astral — référence au lion de la place Saint Marc. Des bagues lion en or jaune 18 carats, diamants et lapis-lazuli décalquent dans une splendeur rare le lion sculptural de Venise. Celui-là même qui trône dans un style baroque vénitien ! Des pièces à l’allure astrale, infiniment chargées de mystère…

Le Légendaire Tweed Chanel S’Eprend du Jaune Citronnade pour le Printemps/Eté 2019

defile-chanel-printemps-ete-2019-paris-look-55.jpg

Il s’agit de l’un des symboles les plus fort de l’univers Chanel. Pourtant, Karl Lagerfeld jamais n’hésite à le détourner, le modifier, le réinventer bref, à le mêler à son époque. Cette saison, l’épopée Chanel s’envole vers une plage aussi pure que le diamant — à l’intérieur du Grand Palais, c’est une mer qui prend vie sous les verrières désormais habituées aux gigantismes de la maison ! Le tweed lui, se pare d’un coloris acidulé, explosif même, à la hauteur de la joie provoquée par cette mode toute en superlatifs ! 

 

Super élégante, super chic, super seyante, super allègre — la saison Printemps/Eté 2019 sera celle de Coco Beach ou ne sera pas ! Sur la plage, le tweed fera une percée remarquée dans sa teinte jaune citronnade. Mieux, dans ses lignes déstructurées, le tailleur iconique reprend l’effet de zip déjà initié lors de la collection Haute Couture de l’été dernier. Dans un jeu de tissus délicat, le tweed accompagne ainsi le raffinement ultime d’une journée à la plage. Une joie débridée contenue dans une version super-fraîche du petit tailleur en tweed.

Le 2.55 Chanel Voit Double pour le Printemps/Eté 2019

_arc1347_jpg_942_north_1382x_black-2.jpg

Après y avoir placé un iceberg, fait décoller une fusée, construit une forêt automnale, Karl Lagerfeld transformait cette fois la verrière du Grand Palais en plage idyllique ! Pas de Deauville ni de Biarritz, mais une reconstitution grandeur nature, avec vagues et bruissement de l’eau, de la plage des rives de Sylt en Allemagne ! Et au milieu des silhouettes resplendissantes d’optimisme, le directeur artistique de la maison Chanel en profitait pour réinventer l’icône absolue de la rue Cambon ! 

 

Le 2.55, accessoire mythique de Chanel, qui a déjà imposé l’élégance, la sobriété et la silhouette d’une femme active, se présente cette fois dans une version nommée ‘Sidebag’. Après tout, Karl Lagerfeld a souvent insisté sur le fait que la seule chose qui vaut mieux qu’un sac Chanel, c’est d’en avoir deux ! Vendue en double, cette composition du 2.55 se présente suivant des anses se rejoignant par un fermoir évidemment siglé. Posé sur chaque hanche, le Sidebag sera de toutes les aventures de la femme vive et espiègle du Printemps/Eté 2019 !