Le Nouveau Soin Signature Du Four Seasons Hotel des Bergues

Il est un lieu enchanteur, posé sur les bords du Lac Léman — le Four Seasons Hotel des Bergues présente un nouveau soin signature à la hauteur de son histoire exceptionnelle.

Avec son architecture néo-classique, son intérieur somptueux et raffiné, le Four Seasons Hotel des Bergues conte l’histoire du plus ancien palace suisse. Fondé en 1834, l’hôtel est vite devenu la référence absolue d’un savoir-recevoir bien rare. Artistes, écrivains, politiques et têtes couronnées, nombreuses sont les personnalités à avoir ici trouvé un lieu à la hauteur de leur attente.

Il distille tour à tour le long de ses six étages, la poésie des lointains sommets enneigés des Alpes, des vues enchanteresses sur Genève et toute la fougue émanant du lac Léman. Ainsi donc lorsque le palace genevois fait peau neuve en 2005, c’est à l’architecte d’intérieur Pierre-Yves Rochon que l’on confie la création des chambres et des suites. Une atmosphère riche mais chaude, charmante et éminemment sophistiquée. Orchestrée dans le restaurant étoilé Il Lago, la cuisine italienne se fait délicate ; le bar et sa vue époustouflante accompagnent des cocktails franchement inspirés. Ne manquait au Four Seasons Hotel des Bergues qu’un soin signature alliant avec allégresse les desseins de beauté pure aux pouvoirs de la Nature.

Niché au sixième et dernier étage, le SPA Mont Blanc introduit son soin signature en collaboration avec la maison Docteur Burgener — un soin inédit aux cristaux des Alpes suisses. L’expertise du Dr. Pauline Burgener aidant, le SPA est aujourd’hui en mesure d’offrir une expérience à nulle autre pareille : marier l’eau dynamisante à la rose des neiges, et la fleur de l’edelweiss… Ces fleurs d’une grande rareté se conjuguent ainsi jusqu’à mettre en exergue leurs propriétés anti-âges, régénérantes et antioxydantes. Un soin radical. « Ce partenariat entre la marque de cosmétiques de Dr. Pauline Burgener et l’Hotel des Bergues est une magnifique association des valeurs d’excellence, d’innovation et de recherche constante de l’expérience inoubliable. Nous mettons au centre de nos préoccupations le bien-être et la pleine satisfaction de nos clients » indique la Directrice du Spa Mont Blanc, Virginie Descombes-Fliegans. Il faut dire que l’Ultra Luxe prend un tout autre sens à l’Hotel des Bergues ; un sens certainement plus enchanteur.

L’Or de Vie par Dior, le Soin Ultime

image-4.jpg

30 ans auront été nécessaires à la science Dior afin de percer le secret des vignes du Sauternais. Là où est né le meilleur vin au monde… Tout ce temps, la recherche Dior s’est attachée à extraire le potentiel unique et hautement salvateur de cette vigne pour en dégager une formule efficace et éminemment généreuse. La puissance d’Yquem, la cosmétique Dior la traduit aujourd’hui dans un concentré pur et intact — un chef d’oeuvre de haute cosmétique… L’Or de Vie distille ainsi cette formule entre miracle de la nature et hyper-innovation scientifique ; une collection restituant de manière intacte un millésime confidentiel. 

Il faut dire que l’année 2017 fut peut être la plus confidentielle d’entre toutes — de septembre à novembre, les grains habituellement récoltés suivant un savoir-faire millénaire furent cette fois cueillis à la hâte. Suite à une brutale hausse des températures, la main de l’homme n’aura eu que 11 jours pour récolter une quantité réduite de raisins. Ces raisins, d’une résistance rare, à la richesse moléculaire phénoménale, s’associent ainsi à l’extrait de Marcs et à la sève d’Yquem pour offrir à la peau la plus grande concentration jamais élaborée. Près de 200 facteurs de longévité ! 

L’Or de Vie lègue ainsi cette quête d’excellence aux femmes Dior — ses pouvoirs transformatifs et inédits… En trois mois, semaine après semaine, la peau développe une résistance remarquable. Et c’est en réactivant pleinement la jeunesse que les contours du visage sont comme resculptés, protégés par cette cure miracle. Mais la cure est rare et précieuse. L’Or de Vie se concentre dans trois flacons scellés de fil d’or et cachetés de cire rouge — et seules 1800 pièces contenant cette formule surdouée ont pu être produites dans les ateliers Dior du 30 de l’Avenue Montaigne.

Dior Joue l’Ultra-Rouge pour les 70 ans de l’Icône

capture_decran_2018-09-11_a_22.52.40.png

« Une touche de couleur peut suffire à modifier votre apparence » — Christian Dior aimait à ponctuer sa silhouette couture d’un rouge flamboyant. Aujourd’hui, l’actuel directeur de la création et de l’image du maquillage Dior initie des gammes inédites sur un produit éminemment iconique ! Peter Philipps pense ainsi le rouge à lèvres comme une expérience réenchantée ; l’expression d’une féminité flamboyante et espiègle qui ne compromet aucun confort. Oui, l’Ultra-Rouge est à l’image de son égérie, Natalie Portman : impalpable et très lumineux ! 

Agissant en surimpression comme une encre mi-mate mi-brillante, l’Ultra-Rouge Dior réconcilie en fait couleur éclatante et désir de confort longue tenue. 12 heures durant, la signature ultra-pigmentée du 30 avenue Montaigne vient ainsi sublimer les Belles d’une nouvelle époque. Quatre teintes phares à forte personnalité et des tonalités saturées : la gamme Ultra-Rouge célèbre aussi les 70 ans du Rouge Dior ! 

Le numéro 777, Ultra-Star, associe ainsi les teintes d’un coquelicot vif injecté de culture pop. Le 851 Ultra Shock joue sur un bordeaux enivrant et intense… Le 770 distille une teinte framboise facile à porter et à fort tempérament ! Mais c’est le 999 Ultra-Dior qui célèbre tout de l’iconique trait chromatique de la maison. Un rouge parfait, un rouge qui vibre — un rouge incendiaire et franchement sensuel ! Sans doute le seul rouge à lèvres indispensable en cette rentrée 2018.

Dior en Diable, Le Make-Up de Rentrée

dior-en-diable-autumn-look-2018-swatch-post.jpg

Alors que sur le podium de l’Automne/Hiver 2018, Maria Grazia Chiuri célèbre la femme façon révolution sexuelle de Mai 68, Peter Philips, lui, propose un maquillage tout en audace ! « J’aime cette facette coquette, malicieuse de la femme Dior » souligne le directeur de la création et de l’image du maquillage de la maison. Et, côté couleurs, l’artiste puise dans des teintes automnales, contraste et tempérament explosif. Des oranges, des cuivres, des rouilles… Une palette chromatique qui n’est pas sans rappeler la ligne Christian Dior Cosmétique imaginée en 1963 – son crédo ? ‘Dior en diable’ !

« Christian Dior est associé à la femme-fleur, à raison, mais il était aussi un couturier audacieux. Il excellait en habillant ses clientes dans un rose angélique mais aussi dans un orange quasi-toxique, irrésistible » précise Peter Philips. Cette collection ‘Dior en Diable’ capture ainsi l’esprit coquin et ensorcelant d’une femme Dior éminemment dramatique. Les lèvres s’habillent de teintes aux finis crépitants ; une féminité explosive qui s’embrase jusqu’au teint. Femme fatale au regard charbonneux, les teintes distillent ici dans une palette incandescente le tempérament bien plus outrecuidant de la Belle Dior de l’Automne/Hiver 2018. Une collection make-up diablement désirable !

Chanel et Deauville : La Volupté du Beige

capture_decran_2018-06-30_a_10.18.00.png

Dans la grammaire du 31 rue Cambon, nombre d’éléments découlent de la puissance d’observation de Mademoiselle. À Deauville, lors même que la maison se nomme encore Gabrielle Chanel, Coco pioche ça et là les codes d’un sceau qui deviendra celui d’un empire éternel. Nous sommes en 1913 lorsqu’elle découvre le lieu de villégiature qu’est déjà la petite ville normande. Au bras de Boy Capel, arpentant cette ville de bord de mer où déjà se réunissent têtes couronnées et élégantes du monde entier, Gabrielle est particulièrement attentive aux nuances de la nature – ces silhouettes corsetées et surannées l’agacent.

Dans sa quête d’une nouvelle élégance, Coco va trouver à Deauville les éléments indispensables à sa grammaire stylistique. La marinière, le pantalon à pont, le sac matelassé… C’est aussi et surtout sur la promenade du bord de mer qu’elle remarque la force et la volupté du sable caressé par l’écume – un beige profond et nuancé. Il n’en faut pas plus pour que Chanel décide d’en fait sa couleur de prédilection. Associé au noir qu’elle tient à dérober des tenues du couvent, Coco vient de déterminer sa couleur de l’élégance ; une association bi-colore.

« Je me réfugie dans le beige parce que c’est naturel. » Tout lui plaît dans cette teinte – ces nuances qui évoquent la peau nouvellement dorée par le soleil ; ces teintes d’une simplicité folle ; la sourde sensualité qui s’en dégage… Tout correspond à l’essence de ce qui deviendra le style Chanel. Car bientôt et à jamais, Coco teinte de ce beige nombre de ses confections. Surnommé beige Deauville, il colore d’abord ses pièces en jersey. En 1957, l’arrivée des souliers bicolores signe un tournant irréfutable : le beige allonge la jambe, le bout noir donne l’illusion d’un pied plus petit. Ces souliers, eux, deviennent instantanément des icônes de mode. Chanel, à l’époque de Deauville, est elle sur le point de conquérir le monde !

Le Nouveau Soin Capture Dreamskin signé Dior

965b5fd36a35ff51d75add57ebf1a787.jpg

Déjà en 2014, les laboratoires Dior prenaient les devants de la cosmétique en imaginant un soin hybride et puissant – le Dreamskin, un soin rendant la peau parfaite, naturellement, sans effort. Deux ans plus tard, la ligne s’agrandit autour d’un nouveau geste perfection : une application intuitive et un soin gorgé de technologie – la retouche perfection signée Dior gagne l’attention des femmes à la pointe de leur époque. Cette année, les laboratoires du 31 de l’Avenue Montaigne sont parvenus à mettre au point un soin qui va encore plus loin…

Une teinte universelle, une formule soin boostée grâce aux micas biomimétiques et aux poudres à effets d’optiques – la première teinte 000 est née. En toute transparence et avec la subtilité que l’on connait d’une telle maison, le Dior Capture Dreamskin permet d’unifier le teint, tout en sublimant et protégeant la peau. Cela, sans déposer une once de couleurs ! La formule soin fusionne en fait instantanément avec toutes les carnations… Une hydratation puissante qui offre aux femmes une peau repulpée et revitalisée. Des femmes qui, à l’instar de la nouvelle égérie Cara Delevingne, cherchent la perfection dans la nature ! Ici filmée par Cass Bird.

 

L’Abeille, l’Impératrice et le Logo Guerlain

logo-guerlain_9ce88303527f34ce3cb6ab0b6323cc9b68b9219e.jpg

Lorsque Pierre-François-Pascal Guerlain inaugure sa première boutique Rue de Rivoli en 1828, il est déjà un parfumeur en quête de poésie. « Je crée des parfums parce que je veux faire jaillir des émotions que je n’arrive pas à décrire » – le nez se fait ainsi un nom en composant des parfums très personnalisés pour les personnalités de la société. Chacun d’eux conte une histoire, capture l’essence d’une élégante. En 1840, il s’installe Rue de la Paix ; la même année, Pierre-François-Pascal Guerlain devient le fournisseur officiel de la Reine de Belgique. Mais c’est un événement impérial qui va définitivement faire la réputation et forger le sceau de la maison Guerlain. 1853 sonne en effet l’année du mariage de l’Impératrice Eugénie et Napoléon III. L’occasion est telle que Pierre-François-Pascal Guerlain se met en tête de créer un parfum célébrant cette union des plus grandiose – la fragrance se nomme Eau de Cologne Impériale.

Spécialement pensée et composée pour l’Impératrice, l’Eau de Cologne Impériale fut aussi renfermée dans un flacon fleurant bon la finesse Guerlain. Le flacon fut ainsi travaillé par la Verrerie Pochet du Courval – évidemment gravé aux armoiries de l’Empire… Symbole d’immortalité et de résurrection, le flacon détaille 69 Abeilles dorées à la main. L’insecte fut en fait choisi par Napoléon afin de rattacher la nouvelle dynastie aux origines de la France – des abeilles d’or avaient été découvertes en 1653 dans le tombeau de Childéric Ier, le père de Clovis. Souvent considérées comme le plus ancien emblème des souverains de la France, les voici désormais gravées sur le flacon de l’Eau de Cologne Impériale. Dès lors, l’abeille scelle la réputation Guerlain. Réputation d’élégance; réputation internationale.

Conquise par cette senteur, l’Impératrice Eugénie nomme Guerlain ‘Parfumeur Officiel de Sa Majesté’. Objet d’orfèvre, premier signé de l’emblème Guerlain, le flacon abeille devient ainsi un symbole de prestance. Aujourd’hui encore, ce même flacon capture les eaux de Cologne de la maison Guerlain. L’art du flaconnage est ici l’oeuvre de celles que l’on nomme les Dames de table – depuis plusieurs générations, ces artisans nouent et peignent les fils de soie avec précision afin de réaliser les plus beaux flacons de la maison. Et toute la dimension luxueuse et unique de la parfumerie initiée par Pierre-François-Pascal Guerlain se comprend dans le sceau de la maison désormais installée au numéro 2 de la Place Vendôme.

Le N°5 de Chanel Distille Ses Effluves A Paris

visitez_les_champs_de_fleurs_du_parfum_chanel_n_5_1235.jpeg_north_760x435_white.jpg

‘Dans les champs de Chanel’ – à deux pas de la rue Cambon, au coeur du jardin des Tuileries, le Louvre et la maison Chanel s’associent pour offrir une expérience éminemment délicieuse. Un champ/jardin éphémère et poétique où se déploient les 5 fleurs à parfums grassoises déterminant la composition des parfums Chanel. Jasmin de Grasse, rose de Mai, iris Pallida, tubéreuse, géranium rosat… Le jus Chanel N°5 dévoile ainsi les fleurs qui exaltent tout le raffinement de son essence !

Pour la première fois, la maison Chanel amène au cœur de Paris les éléments clés de ses parfums devenus iconiques ! Une visite orchestrée comme une ballade olfactive. Tous les jours, de 10h à 19h, les Jardin des Tuileries ouvre ses portes à la luxuriance des champs de Grasse… Une douceur visuelle qui distille, avec une certaine magnificence, des senteurs de légende. Et la maison du la rue Cambon est depuis passée maître dans la mise en scène de ses icônes !

‘Dans les champs de Chanel’ le visiteur est comme transporté au cœur des champs de Pégomas – la multitude de couleurs fait ici danser la rétine en même temps que se révèlent au nez les arômes premiers des parfums Chanel. Des parfums qui, comme le voulait Mademoiselle, sont aujourd’hui encore « fabriqués comme une robe. »

La Nouvelle Collection Pop de Diorshow

diorshow_icon_icon_sebastien_girard.jpg

Volume sur-mesure, modulable passage après passage – le mascara Diorshow se réinvente cette année pour léguer aux femmes toute l’audace et l’originalité des défilés de la maison. Peter Philips, directeur de la création et de l’image du maquillage Dior, a ainsi imaginé des déclinaisons inédites du mythique mascara : « Je voulais offrir aux femmes un outil leur permettant d’être audacieuses, en couleurs et avec élégance. » Et il est vrai que les nouveaux Diorshow propulsent l’inspiration mode et couture du Printemps/Eté 2018 dans le quotidien des élégantes d’aujourd’hui !

            Le nouveau liner liquide libère ainsi le geste pour laisser une couleur chatoyante, osée et ô combien raffinée s’appliquer sans compromis. Cette saison, les couleurs caracolent ensemble pour composer des looks hybrides où la teinte est reine. « Toutes les combinaisons sont possibles. On peut appliquer du noir en base et déposer une touche de couleur à la pointe des cils, mais aussi appliquer du noir sur les cils du haut et du rose, par exemple, sur ceux du bas » ajoute Peter Philips. La nouvelle collection Diorshow propose en effet en édition limitée quatre teintes inédites pour son mascara : Purple Pump 160, Blue Pump 260, Coral Pump 640 et Pink Punk 840.

            Côté liner, les couleurs distillent la même intensité pour léguer une liberté d’expression totale – les Diorshow On Stage Liner capturent dans une brillance vinyle 14 teintes intenses et pures, mates ou nacrées ! Avec leur mine feutre à la porosité sur-mesure, les Diorshow On Stage Liner présentent une souplesse mi-feutre, mi-pinceau ; une façon unique et précise de souligner le ras des cils… Couleur, précision et caractère – les nouveaux make-up Dior mettent le paquet de façon à jouer de multiples possibilités ! Et la campagne avec Bella Hadid démontre bien toute la force et l’aisance créatives des maquillages Dior.