L’America’s Cup Et Les Maisons De Luxe

Le plus ancien trophée sportif international repose aussi sur ces partenaires tout en luxe et savoir-faire.

L’Histoire de L’America’s Cup

Une course née à la fin du XIXème siècle, devenue le lieu de rencontre de la technologie et du nautisme de pointe…

L’America’s Cup Fut D’Abord Britannique

Si l’America’s Cup prend son nom après la victoire de L’America, un yacht de compétition qui a été le premier à remporter le trophée de voile international en 1851, l’un des trophées les plus anciens était d’abord une affaire Britannique.

C’est en effet le 20 août 1851 qu’est courue pour la première fois la One Hundred Guinea Cup. Organisée par le Royal Yacht Squadron de Grande-Bretagne, la compétition consiste alors à faire la course autour de l’île de Wight.

Mais voilà, c’est L’America qui remporte cette coupe… Laissant dubitative la Reine Victoria. L’anecdote rapportée démontre le coeur de cette compétition hors norme. En 1851 donc, en croyant voir au loin un bateau à l’allure radicale sortir de la brume, loin, très loin devant le Royal Yacht, la Reine Victoria aurait demandé:

« Les yachts sont-ils en vue?/ Oui, Votre Majesté/ Quel est le premier?/ L’America, Votre Majesté./ Et le second?/ Votre Majesté, il n’y a pas de second ! »

Et c’est bien là le coeur de l’America’s Cup. Cette poursuite singulière de l’excellence fait que le gagnant emporte tout. La coupe. Et l’avantage de nommer ses compétiteurs à la prochaine remise en jeu du trophée.

Ainsi, lorsque L’America remporta cette coupe en 1851, il en fait don au New York Yacht Club en 1857. Pour une compétition internationale perpétuelle.

Chaque navire en compétition doit donc être conçu, construit et, dans la mesure du possible, équipé uniquement dans le pays qu’il représente. Et si les conditions de navigation ont évidemment largement été modifiées en près de deux siècles, une chose reste inchangée… L’America’s Cup est bien la compétition devenue le lieu de rencontre de la technologie et du nautisme de pointe…

Les Pays Et Les records

Le Defender défend sa coupe. Les Challengers tentent de lui arracher la victoire. La coupe, c’est l’aiguière d’argent ! Pendant deux années, les équipes s’affrontent ainsi dans des régates préliminaires autour du monde, pour cumuler un maximum de points, en vue des épreuves éliminatoires des Challengers de la Coupe.

Ainsi, dans notre époque moderne, les pays ayant les records les plus significatifs sont… Les Etats-Unis et la Nouvelle-Zélande.

Et comme dans toute compétition de cet ordre, les skippers courent pour la gloire ! Le skipper de la victoire de la Nouvelle-Zélande en 1995 était Russell Coutts, qui a également mené la Nouvelle-Zélande à une victoire en 2000… Avant de trahir le pays et de donner la victoire pour la Suisse ! En effet, Coutts, skippant pour une équipe suisse, a remporté une troisième victoire consécutive en 2003.

En 2013, les États-Unis ont connu l’un des retours les plus spectaculaires de l’histoire du sport. L’équipe américaine (dirigée par Jimmy Spithill et évoluant dans un catamaran nouvellement conçu de 72 pieds, soit 22 mètres) suivait la Nouvelle-Zélande 8-1 sur 17, puis a remporté les huit courses restantes pour la victoire la plus inattendue de l’America’s Cup !

Une course haute en émotion qui peut s’adjoindre le prestige des grandes maisons de luxe…

L’America’s Cup Et Les Maisons De Luxe

La coupe est à l’image des partenaires de la course… L’Aiguière d’argent, ce vase en argent ciselé d’environ 1 m de haut où sont gravés les noms de tous les vainqueurs. Et c’est la même coupe que les pays s’arrachent depuis 1851 !

Louis Vuitton

« Les droits télés ont été vendus dans 25 pays cette année, les épreuves seront diffusées dans 105 nations, et c’est bel et bien aujourd’hui le troisième événement sportif au monde » Bruno Troublé, le créateur de la Louis-Vuitton Cup, avait vu juste.

La « Louis Vuitton America’s Cup Challenger Playoffs »

L’engouement pour l’America’s Cup est tel que la compétition constitue pour les maisons du luxe un moyen d’aller plus loin que leurs prérogatives tendances. En effet, la Louis Vuitton Cup fut, dès 1983, lors de la 25e édition, un associé de choix pour la Coupe.

En associant ainsi son nom et son savoir faire, Louis Vuitton a poussé la compétition vers des sommets. Mais voilà qu’en 2007, Louis Vuitton annonce sa rupture…

« Louis Vuitton a décidé de ne pas donner cette fois-ci son nom à la prochaine épreuve de sélection des Challengers mais observera avec attention l’évolution de l’épreuve à l’avenir… » En porte-à-faux avec la gestion trop commerciale et pas assez tournée vers les expérimentations et les innovations technologiques, Louis Vuitton rompt son association… Jusqu’en 2016.

July 2015, Americas Cup World Series Portsmouth 2015, Race 1 and Race 2

Et le retour fut fracassant ! Michael Burke, PDG de la maison, réaffirmant son attachement à l’America’s Cup: « Nous voulons être associés à des événements mythiques, et il n’y a pas de manifestation sportive plus iconique que l’America’s Cup! »

Et il est vrai que la rencontre entre Vuitton et l’America’s Cup mena cette année là à une flopée d’objets confectionnée avec la même précision que celle des coureurs de l’America’s…

Kim Jones, alors tout nouvel directeur artistique de la mode masculine de Vuitton, repense le mythique monogramme dans les tons bleu-blanc-rouge du logo de l’America’s Cup !

Mieux, il imagine un vestiaire complet — une série de silhouettes en écho au nautisme, sa sophistication et son exigence !

D’ailleurs, certains des navigateurs portaient ces tenues griffées LV. Un engagement du luxe pour le dépassement des possibles qui n’est pas du tout étranger à la maison Vuitton.

Omega, Le Chronométreur Officiel

En 2000 et 2003. La Coupe de l’America s’associe à Omega, chronométreur officiel des Jeux Olympiques depuis près d’un siècle déjà pour satisfaire à l’exigence de cette compétition. Mais l’histoire d’Omega et la mer, est évidemment plus ancienne.

Déjà en 1995, Omega était aux côtés du légendaire marin Sir Peter Blake pour Emirates Team New Zealand. 25 ans plus tard, Omega satisfait leur passion commune pour l’innovation, la technologie, la vitesse et la précision… Et revient aux côtés du Challenger de 2012… Emirates Team New Zealand.

GC32 ALINGHI in Villasimius, Sardegna 21 May, 2019.

Raynald Aeschlimann, Chef de la direction Omega, précisait ainsi… « L’America’s Cup a une place vraiment spéciale au sein de la marque OMEGA. De l’ingéniosité et de la précision, à l’énergie compétitive et à l’histoire, chaque partie de celle-ci fait appel à notre esprit. Nous sommes très enthousiasmés par notre rôle en mars prochain et aussi par la chance d’être à nouveau avec Emirates Team New Zealand. »

Le PDG de Defender Emirates Team New Zealand, Grant Dalton, a, lui, déclaré: « Nous travaillons avec Omega depuis de nombreuses années et nous respectons vraiment leurs normes d’excellence élevées. Nous savons qu’ils apporteront beaucoup d’expérience à l’événement. […]

Notre objectif est d’avoir les meilleures personnes pour chaque partie de la 36e America’s Cup présentée par Prada. Le choix d’Omega était évident. Ils ont non seulement une histoire distinguée en tant que chronométreur officiel des Jeux Olympiques, mais ils se sont également imposés comme le leader du chronométrage sur l’eau. »

2021 marquera aussi la troisième fois dans l’histoire que la maison horlogère chronométrera la prestigieuse course de voile !

L’occasion d’introduire une nouvelle OMEGA Seamaster Planet Ocean 36th America’s Cup Limited Edition. Présentée sur un bracelet en caoutchouc structuré, la montre de 43,50 mm est fabriquée en acier inoxydable. Limitée à 2 021 pièces…

La 36ème course, cette fois, mise sur le patronage de Prada.

Prada en 2021

Pour sa 36e édition, l’America’s Cup, le plus ancien trophée du sport international, a accueilli le partenaire Prada… pour la série éliminatoire des challengers de la 36e édition de l’America’s Cup !

La série de tiendra ainsi à Auckland, en Nouvelle-Zélande, en janvier et février 2021. Pour l’occasion, la maison a ainsi créé le trophée Prada Cup… Le magnifique trophée en argent de la Coupe Prada a été créé par Marc Newson.

« C’est l’un des événements les plus dynamiques au monde, et mes premières réflexions sur le trophée étaient de créer un objet qui n’était pas statique, qui avait un sens du mouvement, qui reflétait la technologie. Ce ne sont plus vraiment des bateaux – ce sont des sortes d’objets volants… Je me suis dit wow, ne serait-il pas intéressant de penser à un trophée qui vole de la même manière que ces vaisseaux. »

Evidemment, il jouit du savoir-faire Prada, puisqu’il fut fabriqué à la main selon les spécifications des orfèvres florentins… Le tout niché dans un coffre en cuir luxueux conçu et fabriqué à la main par les ateliers Prada.

Il faut dire que le mari et associé de Miuccia Prada, Patrizio Bertelli, participe depuis longtemps à la compétition. Avec le Luna Rossa, un catamaran high-tech, il engage la maison Italienne dans la prestigieuse régate… Pour la quatrième fois cette année !

De quoi attendre patiemment le départ de la 36ème édition, normalement prévu durant l’été austral, en 2021… Pourquoi pas chausser des Compétition Tod’s.