Catégorie : Joaillerie

Accueil / Joaillerie

Les diamants, l’or et les saphirs… Si ces pierres précieuses font rêver, les créations dont la Place Vendôme s’est faite l’antre le font plus encore ! Voici ce que vous trouverez dans les pages de la catégorie Joaillerie d’Icon-Icon: l’histoire et l’actualité des plus prestigieux joailliers au monde.

En cela, Icon-Icon s’intéresse aux plus fous de ces bijoux. Ces bijoux signés des maisons de joaillerie qui ont su séduire les personnalités les plus élégantes des siècles passés, avec des bijoux et des objets raffinés et merveilleux.

Des atours fabuleux car ingénieux comme le Serpenti de Bulgari. Ou mieux encore, le collier Zip de Van Cleef & Arpel — ou les ballerines, véritables objets d’art taillés par Van Cleef.

Parfois, aussi, c’est la Haute Couture qui rencontre la Haute Joaillerie — avec, par exemple, l’iconique tailleur Bar de Dior changé en bague mirifique par le génie de Victoire de Castellane ! Hermès n’est pas en reste puisque la maison fige ses codes dans des bijoux à la simplicité révérée. C’est la chaîne d’ancre par exemple, à qui les bracelets et les bagues sied tant ! Parfois, encore, c’est l’artiste qui inspire au joaillier les bijoux les plus éloquents. Comme lorsque Jean Cocteau imagine pour Cartier la bague Trinity. Un symbole Saturnien du sentiment amoureux ! Alors oui, la Place Vendôme y tient le haut du panier avec la magnificence de la Haute Joaillerie. Comment, en effet, ne pas tout de suite penser à Chaumet, Cartier et Mellerio dit Meller? A Chanel aussi… D’ailleurs, saviez-vous que Coco Chanel avait initié une première collection joaillière en 1932? Provocant l’ire des joailliers, la couturière fut obligée de démonter ses parures. Une à une. Saviez vous encore que c’est à l’Impératrice Joséphine que l’on doit une large partie des codes iconiques de Chaumet? Du blé en passant par les liens Chaumet, l’amour de la nature de Joséphine inspira plus d’une fois le joaillier. Et les cocottes de la Belle Epoque aussi !

Mais chez Icon-Icon, on s’appuie sur l’histoire pour éclairer les créations présentes. La riche créativité de ces maisons ne cesse en effet d’abreuver l’élaboration de parures somptueuses ou révolutionnaires, de Paris à New York… Car d’autres grands joailliers ont su travailler les diamants — demandez donc à Marylin ce qu’elle pense d’Harry Winston ! Ou Audrey Hepburn ce à quoi elle rêve devant la vitrine de Tiffany ! Mieux encore… Sondez le rapport sans pareil qu’entretenait Elizabeth Taylor avec les diamants, comme le Burton-Taylor, et les créations signées Bulgari — vous entrerez alors dans le vif du sujet de la joaillerie !

Car les bijoux portés par les stars d’Hollywood à l’écran, que l’on parle de diamants, rubis ou d’émeraudes, contribuent toujours à faire de la narration du film en question quelque chose d’extraordinaire. Parfois, l’intrigue tourne autour de ces joyaux légendaires comme le Cœur de l’Océan, le diamant bleu porté par Kate Winslet dans Titanic, ou le collier Cartier Toussaint que Sandra Bullock et sa bande ambitionnent de subtiliser dans Ocean’s 8. C’est encore Elizabeth Taylor, et son bracelet Serpenti, dans le film Cléopatre…

Mais la renommée des actrices et l’éclat des diamants ont peut-être trop souvent éclipsé l’histoire complexe et multiforme de ces grandes maisons de joaillerie… Et c’est exactement ce qu’Icon-Icon entend éclairer pour mieux encore faire saisir à ses lecteurs l’actualité de ces mêmes grands noms !