La Révolution Cosmétique Augustinus Bader

Quand le professeur et chercheur Augustinus Bader introduit en cosmétique sa découverte phare en médecine régénérative, c’est pour mieux en révolutionner l’approche. Et les méfaits du temps qui passe.

Augustinus Bader, Une Ligne De Soins Au Luxe Révolutionnaire

Le professeur Augustinus Bader, Directeur et Professeur de Biologie Cellulaire Appliquée et de Technologie Cellulaire à l’Université de Leipzig, s’attache depuis longtemps déjà à décoder la science des cellules souches. Concentré sur la recherche en médecine régénérative depuis 30 ans, Augustinus Bader cherche dès le début de sa carrière à apaiser les souffrances physiques et la détresse psychologique des grands brûlés.

En quête d’un traitement favorisant une guérison sans cicatrice, en se basant exclusivement sur le principe de régénération des cellules souches… Augustinus Bader est parvenu à identifier et décoder la clé pour activer et orchestrer l’activité des cellules souches du corps. Pour ce faire, cet éminent chercheur s’appuie sur une technologie qu’il a lui-même baptisé la « ABC method. »

« J’ai pensé, pourquoi ne pas essayer de remplacer ce que feraient les cellules si elles étaient présentes? » précise Augustinus Bader. Activate, Boost, Commit —trois fonctions qui, une fois réunies, activent, simultanément, les processus de guérison naturelle du corps. Dès lors, les cicatrisations du tissu humain se passent de greffes de peau, et de la chirurgie réparatrice post-cicatrisation.

Après les succès fulgurants de la méthode d’Augustinus Bader dans le cadre clinique, le professeur et chercheur a pris le soin d’ouvrir son champ d’application à la cosmétique. Le résultat?

The Cream et The Rich Cream, Concoctions Révolutionnaires Augustinus Bader

Inspirée de la technologie médicale développée par le Professeur Bader, la ligne de cosmétique de la maison qui porte son nom érige la stimulation de la fonction cellulaire en nouveaux soins tout simplement révolutionnaires !

Commercialisée dès 2018, The Cream et The Rich Cream constituent les produits iconiques Augustinus Bader. Des produits qui visent à stimuler les processus de renouvellement naturels du corps. Et ces formules de ses soins parviennent à l’impossible — réduisant visiblement les signes du vieillissement, et les effets faits à la peau par les agressions extérieures.

Avec sa formule aérienne et la finesse de sa texture, The Cream régénère ainsi la peau en visant à lisser et hydrater l’épiderme. The Rich Cream, sa version enrichie en huiles d’argan, d’avocat et d’onagre, revitalise la peau en profondeur par sa texture dense et onctueuse.

C’est que l’un comme l’autre de ces soins fut composé à partir de l’innovation brevetée par le Professeur Bader — le TFC8®. Un complexe moléculaire qui lègue ainsi à ces concoctions qui ont le luxe de la révolution leurs propriétés régénératrices.

Un condensé « d’acides aminés naturels, de vitamines de qualité médicale et de molécules de synthèse naturellement présentes dans la peau, le TFC8® guide les nutriments essentiels et les ingrédients naturels puissants vers les cellules de la peau, créant ainsi l’environnement optimal pour stimuler les processus de réparation et de renouvellement naturels du corps » détaille encore la maison Augustinus Bader.

Et lorsque l’on voit le résultat sur les méfaits du temps qui passe; lorsque l’on s’aperçoit de la fulgurance avec laquelle les cosmétiques Augustinus Bader concourent à rendre la peau plus lisse et uniforme; plus souple aussi ! On devine la puissance de la Nature comme combinée ici à l’intervention intelligente de ce chercheur.

La Beauté Signée Orveda

La maison inaugurée en 2017 réinvente la conception de la beauté autour d’une vision bien différente — pour Orveda, la peau est un écosystème complexe qui nécessite des formulations de pointe.

Orveda, Un Protocole Beauté Innovant

Fondée en 2017 par Sue Nabi (ex CEO de L’Oréal) et Nicolas Vu, la maison Orveda propose un protocole beauté innovant. Son concept basé sur le microbiome cutané est en soi une petite révolution !

Maison gender neutral, elle comprend la peau comme un écosystème complexe avec lequel il faut agir à l’unisson. Que l’on renforce ou que l’on préserve la peau, il s’agit bien de s’appuyer sur les bienfaits des produits les plus naturels possibles pour le faire au mieux !

Orveda a ainsi imposé un changement majeur de paradigme — sans aller contre la peau et son processus de développement des plus naturels, Orveda vise à aider la peau à s’auto-régénérer.
Accompagner ce processus plutôt que l’imposer, la maison Orveda a ainsi mis en flacon des formules concentrées en prébiotiques et postbiotiques de façon à activer ce pouvoir d’auto-regénération.

Reposant sur le concept de bio-mimétisme, les produits Orveda s’appuient sur la puissance des anti-oxydant, comme du thé noir fermenté kombucha, pour distiller ses soins sans compromettre l’intégrité cutanée de chacun et chacune.

Mieux, des chirurgiens plastiques de renom se sont associés à la conception de ces produits pour mieux accompagner encore cette révolution esthétique. Des praticiens de la trempe du Docteur Patrick Bui…

Car voilà bien ce qui distingue les produits de la maison Orveda — l’idée que la beauté est divine lorsqu’elle est captée par la nature. « Pour moi, une belle personne rayonne littéralement de l’intérieur » aime à dire la fondatrice d’Orveda, Sue Y. Nabi.

C’est pour cela que les soins de la maison sont exclusivement formulés à partir d’ingrédients puisés au coeur des plus précieux dons de la nature — le but? Faire briller l’éclat du teint, tout en améliorant la santé de la peau !

La science de l’éclat façon Orveda se comprend ainsi dans sa probante efficacité. Sans genre, sans âge, et sans différence d’action dans les différentes textures de peau, liées ou non à la pigmentation, la maison Orveda est parvenue à mettre au point des formules universellement efficaces — une série de soins de la peau ultra-luxueuse, végétalienne et révolutionnaire !

Du masque de nuit qui ne se rince pas pour ne rien enlever au luxe de ses ingrédients offerts par la Nature, en passant pas toute la gamme de soins de la peau nouvelle génération basée sur la science de l’éclat… La maison Orveda a le luxe du soin naturel !

Le Rouge Dior, L’Ultime Geste Couture

Christian Dior a pensé le rouge Dior pour souligner le sourire des femmes — 67 ans plus tard, le geste est partout.

Le Rouge A Lèvres Dior

1953. Six ans après avoir renversé le monde de la mode avec la révolution du New Look, Christian Dior ponctue son allure couture d’un ultime geste — le rouge à lèvres. Il veut « habiller le sourire des femmes. »

Dans une formule enrichie en acide hyaluronique, dans une volonté d’apposer sur les lèvres une couleur intense, une sensation de confort absolu, Dior fait du rouge sa couleur. Le rouge, c’est la couleur de la joie, du bonheur. Un rouge carmin.

Avec Monsieur Dior, la mode ne se limitait pas à son champ spécifique. La mode Dior flirte avec le septième art… Connu pour avoir été costumier de cinéma, notamment pour Grace Kelly et Marlene Dietrich dans les films d’Alfred Hitchcock, Dior a ainsi poussé ses studios de création à s’inspirer des techniques d’éclairage des plateaux de cinéma.

Dès lors, le lipstick, avec son complexe “Couleur“ – le Color Reveal – crée comme un écran de lumière qui, sur des lèvres hydratées de l’intérieur, sur des lèvres parfaitement galbées, projette une couleur pure, aux mille lueurs.

 Les lèvres chamarrées de ce rouge glacé, la femme Dior distille un charme hypnotisant… Inspiré par ses tissus, Dior distille ainsi tout la fougue et le raffinement de sa couture dans des teintes « spécialement choisies pour s’harmoniser avec chaque carnation, chaque couleur, chaque tissu, chaque heure… »

Une Teinte Pour Toutes Les Femmes, Le Rouge Dior

La teinte 999 Dior est sans doute l’icône absolue du maquillage Dior. Il faut dire que ce rouge découle de la vision première du couturier-fondateur.
Dans son Petit Dictionnaire de la mode, il écrit: « Très tonique et avantageuse, c’est la couleur de la vie. J’aime le rouge. A mon avis, il convient à presque tous les teints. On peut également le porter à toute heure. »

Désormais sous la houlette du génial Peter Philips, le maquillage Dior  dévoile des couleurs aux pigments audacieux, toujours en adéquation avec les collections imaginées par Maria Grazia Chuiri.

32 teintes allant du rouge au rose en passant par le beige, voici ce que propose aujourd’hui le Rouge Dior. Une légende qui, aujourd’hui encore, illumine le sourire…

La Malle Louis Vuitton, L’Icône Idéale Car Versatile

Commandes sur-mesure et innovations follement pratiques — la malle Louis Vuitton dépasse les attentes pour réaliser les rêves les plus fous. Depuis 1854.

L’histoire de Louis Vuitton est incontestablement liée à celle de l’essor des transports au tournant du XXème siècle. C’est que le jeune Louis Vuitton avait l’oeil, et le bon. Lors de son apprentissage, le fondateur de la maison la plus luxueuse de la galaxie a su observer les bouleversements de son époque. En 1854, exit les malles bombées, Louis Vuitton innove et invente une malle plate, pratique et idéale à empiler dans les bateaux, les voitures naissantes et les trains. Mais pas n’importe lequel. Les voyages en Orient Express connaissent alors leur apogée.

Les maharadjahs et les rois d’Orient deviennent alors les ambassadeurs non-officiels de la maison Vuitton. Mais la fin du XIXème siècle et l’orée du XXème siècle sont aussi et surtout celles des grandes explorations — archéologues et aventuriers ne tardent à passer des commandes spéciales à la maison. Qui les relève avec brio !

En 1868, Louis Vuitton créé la malle Lit pour l’exposition Universelle de Paris. Peu de temps après, l’explorateur Pierre Savorgant de Brazza la rend iconique. En 1872, c’est le sultan de de l’Empire Ottoman Abdulhamid II qui commande à la maison une malle pour ses petits dessous… En 1886, Georges Vuitton révolutionne un peu plus le confort des voyages en inventant la serrure incrochetable. Les malles de voyage Vuitton deviennent de véritables coffres à trésors.

Paul Poiret tombe sous le charme, et fait fabriquer des malles autant pour ses pièces que pour son usage personnel… Jeanne Lanvin fait de même pour son nécessaire de toilette. Le mode de la mode embrasse l’innovation mais en 1911, l’explorateur Albert Kahn renoue avec sa dimension aventurière.

Il commande chez Louis Vuitton des malles de voyage pour transporter son matériel photo, vidéo et ses effets personnels. Grâce à ces malles, il a pu réaliser et rapporter en Europe le plus grand rassemblement d’autochromes, sur plaque en verre consacré à la diversité des peuples et des cultures… En provenance des cinq continents et de plus de 60 pays !

L’âme voyageuse d’Ernest Hemingway trouva aussi dans la malle Louis Vuitton le compagnon idéal à… ses rêveries. Correspondant étranger installé à Paris au milieu des années 20, il commande auprès du malletier une version arrangée de ses malles-bibliothèques. Il y loge non seulement des livres, mais aussi une machine à écrire. Cette malle le suivra toute sa vie, avant de disparaître. Retrouvée dans les sous-sols du Ritz, elle contenait le manuscrit perdu de Paris est une fête — son chef d’œuvre posthume !

Peu étonnant ainsi de savoir que des peintres de la trempe de Matisse et Picabia ont fait confiance à Louis Vuitton pour réaliser des malles à tableaux. Gage de sécurité éternelle — aussi chic que pratique ! Un héritage qui trouve aujourd’hui un écho un brin plus espiègle dans l’oeuvre de Nicolas Ghesquière. Lui qui, en 2019, imagine la mini-malle pour Apple AirPods. A chaque époque ses envies et priorités. Louis Vuitton n’est là que pour les réaliser.

Acqua Di Parma, Le Rituel Beauté Au Masculin

Esprit solaire tout Italien, Acqua Di Parma complète son offre beauté à coup d’élégance éclatante — une nouvelle poudre de savon Blu Mediterraneo, et Barbiere, le nouveau rite de rasage.

On connait d’Acqua Di Parma l’iconique Colonia — fragrance emblématique née de la quête du fondateur, Carlo Magnani, pour un parfum qui n’existait pas encore. Cette année, la maison reprend toute la fougue de cette senteur capturée depuis les années 30 dans son flacon Art Déco doté d’un bouchon en bakélite noire. L’idée: proposer un rituel beauté doux et ardent aux hommes du nouveau siècle.

Puisque la masculinité se pose à présent dans des termes différents, voici qu’Acqua Di Parma pense l’association raffinée de senteurs et d’huiles essentielles… pour, comme elle aime à dire, souffler un air de Méditerranée dans les gestes du quotidien. Avec Barbiere, la signature olfactive Acqua Di Parma se mue en plaisir sensoriel — fonctionnel et généreux. Au sein de cette gamme, une huile de rasage pareille à une douce crème. Légère, elle optimise la glisse du rasoir, pour un résultat net et précis. L’émulsion après-rasage vient, elle, adoucir et hydrater la peau en profondeur. À base d’huile de grenade, d’huile de citron et d’extrait de basilic, la gamme se fait solaire et raffinée!

Acqua Di Parma est connue pour exceller dans la simplicité. Avec la nouvelle poudre de savon Blu Mediterraneo, la maison Italienne propose d’allier délicatesse et précision dans une série de concoctions. Chaque composition étant une essence inspirée d’un lieu iconique de la Méditerranée, voici donc Arancia di Capri et ses notes d’orange, de mandarine et de citron. Chinotto di Liguria et son parfum vif et frais travaillant le fruit rare du chinotto. Fico di Amalfi et son arôme aussi stupéfiant qu’est la côte Amalfitaine. Et enfin, Bergamotto di Calabria; ses notes de fruit doré soulignent la force et l’intensité de la Calabre! Une collection toute en senteurs et pureté, venant donner un souffle très Italien au rituel de beauté masculin.

Le Nouveau Soin Signature Du Four Seasons Hotel des Bergues

Il est un lieu enchanteur, posé sur les bords du Lac Léman — le Four Seasons Hotel des Bergues présente un nouveau soin signature à la hauteur de son histoire exceptionnelle.

Avec son architecture néo-classique, son intérieur somptueux et raffiné, le Four Seasons Hotel des Bergues conte l’histoire du plus ancien palace suisse. Fondé en 1834, l’hôtel est vite devenu la référence absolue d’un savoir-recevoir bien rare. Artistes, écrivains, politiques et têtes couronnées, nombreuses sont les personnalités à avoir ici trouvé un lieu à la hauteur de leur attente.

Il distille tour à tour le long de ses six étages, la poésie des lointains sommets enneigés des Alpes, des vues enchanteresses sur Genève et toute la fougue émanant du lac Léman. Ainsi donc lorsque le palace genevois fait peau neuve en 2005, c’est à l’architecte d’intérieur Pierre-Yves Rochon que l’on confie la création des chambres et des suites. Une atmosphère riche mais chaude, charmante et éminemment sophistiquée. Orchestrée dans le restaurant étoilé Il Lago, la cuisine italienne se fait délicate ; le bar et sa vue époustouflante accompagnent des cocktails franchement inspirés. Ne manquait au Four Seasons Hotel des Bergues qu’un soin signature alliant avec allégresse les desseins de beauté pure aux pouvoirs de la Nature.

Niché au sixième et dernier étage, le SPA Mont Blanc introduit son soin signature en collaboration avec la maison Docteur Burgener — un soin inédit aux cristaux des Alpes suisses. L’expertise du Dr. Pauline Burgener aidant, le SPA est aujourd’hui en mesure d’offrir une expérience à nulle autre pareille : marier l’eau dynamisante à la rose des neiges, et la fleur de l’edelweiss… Ces fleurs d’une grande rareté se conjuguent ainsi jusqu’à mettre en exergue leurs propriétés anti-âges, régénérantes et antioxydantes. Un soin radical. « Ce partenariat entre la marque de cosmétiques de Dr. Pauline Burgener et l’Hotel des Bergues est une magnifique association des valeurs d’excellence, d’innovation et de recherche constante de l’expérience inoubliable. Nous mettons au centre de nos préoccupations le bien-être et la pleine satisfaction de nos clients » indique la Directrice du Spa Mont Blanc, Virginie Descombes-Fliegans. Il faut dire que l’Ultra Luxe prend un tout autre sens à l’Hotel des Bergues ; un sens certainement plus enchanteur.

L’Or de Vie par Dior, le Soin Ultime

image-4.jpg

30 ans auront été nécessaires à la science Dior afin de percer le secret des vignes du Sauternais. Là où est né le meilleur vin au monde… Tout ce temps, la recherche Dior s’est attachée à extraire le potentiel unique et hautement salvateur de cette vigne pour en dégager une formule efficace et éminemment généreuse. La puissance d’Yquem, la cosmétique Dior la traduit aujourd’hui dans un concentré pur et intact — un chef d’oeuvre de haute cosmétique… L’Or de Vie distille ainsi cette formule entre miracle de la nature et hyper-innovation scientifique ; une collection restituant de manière intacte un millésime confidentiel. 

Il faut dire que l’année 2017 fut peut être la plus confidentielle d’entre toutes — de septembre à novembre, les grains habituellement récoltés suivant un savoir-faire millénaire furent cette fois cueillis à la hâte. Suite à une brutale hausse des températures, la main de l’homme n’aura eu que 11 jours pour récolter une quantité réduite de raisins. Ces raisins, d’une résistance rare, à la richesse moléculaire phénoménale, s’associent ainsi à l’extrait de Marcs et à la sève d’Yquem pour offrir à la peau la plus grande concentration jamais élaborée. Près de 200 facteurs de longévité ! 

L’Or de Vie lègue ainsi cette quête d’excellence aux femmes Dior — ses pouvoirs transformatifs et inédits… En trois mois, semaine après semaine, la peau développe une résistance remarquable. Et c’est en réactivant pleinement la jeunesse que les contours du visage sont comme resculptés, protégés par cette cure miracle. Mais la cure est rare et précieuse. L’Or de Vie se concentre dans trois flacons scellés de fil d’or et cachetés de cire rouge — et seules 1800 pièces contenant cette formule surdouée ont pu être produites dans les ateliers Dior du 30 de l’Avenue Montaigne.

Dior Joue l’Ultra-Rouge pour les 70 ans de l’Icône

capture_decran_2018-09-11_a_22.52.40.png

« Une touche de couleur peut suffire à modifier votre apparence » — Christian Dior aimait à ponctuer sa silhouette couture d’un rouge flamboyant. Aujourd’hui, l’actuel directeur de la création et de l’image du maquillage Dior initie des gammes inédites sur un produit éminemment iconique ! Peter Philipps pense ainsi le rouge à lèvres comme une expérience réenchantée ; l’expression d’une féminité flamboyante et espiègle qui ne compromet aucun confort. Oui, l’Ultra-Rouge est à l’image de son égérie, Natalie Portman : impalpable et très lumineux ! 

Agissant en surimpression comme une encre mi-mate mi-brillante, l’Ultra-Rouge Dior réconcilie en fait couleur éclatante et désir de confort longue tenue. 12 heures durant, la signature ultra-pigmentée du 30 avenue Montaigne vient ainsi sublimer les Belles d’une nouvelle époque. Quatre teintes phares à forte personnalité et des tonalités saturées : la gamme Ultra-Rouge célèbre aussi les 70 ans du Rouge Dior ! 

Le numéro 777, Ultra-Star, associe ainsi les teintes d’un coquelicot vif injecté de culture pop. Le 851 Ultra Shock joue sur un bordeaux enivrant et intense… Le 770 distille une teinte framboise facile à porter et à fort tempérament ! Mais c’est le 999 Ultra-Dior qui célèbre tout de l’iconique trait chromatique de la maison. Un rouge parfait, un rouge qui vibre — un rouge incendiaire et franchement sensuel ! Sans doute le seul rouge à lèvres indispensable en cette rentrée 2018.

Dior en Diable, Le Make-Up de Rentrée

dior-en-diable-autumn-look-2018-swatch-post.jpg

Alors que sur le podium de l’Automne/Hiver 2018, Maria Grazia Chiuri célèbre la femme façon révolution sexuelle de Mai 68, Peter Philips, lui, propose un maquillage tout en audace ! « J’aime cette facette coquette, malicieuse de la femme Dior » souligne le directeur de la création et de l’image du maquillage de la maison. Et, côté couleurs, l’artiste puise dans des teintes automnales, contraste et tempérament explosif. Des oranges, des cuivres, des rouilles… Une palette chromatique qui n’est pas sans rappeler la ligne Christian Dior Cosmétique imaginée en 1963 – son crédo ? ‘Dior en diable’ !

« Christian Dior est associé à la femme-fleur, à raison, mais il était aussi un couturier audacieux. Il excellait en habillant ses clientes dans un rose angélique mais aussi dans un orange quasi-toxique, irrésistible » précise Peter Philips. Cette collection ‘Dior en Diable’ capture ainsi l’esprit coquin et ensorcelant d’une femme Dior éminemment dramatique. Les lèvres s’habillent de teintes aux finis crépitants ; une féminité explosive qui s’embrase jusqu’au teint. Femme fatale au regard charbonneux, les teintes distillent ici dans une palette incandescente le tempérament bien plus outrecuidant de la Belle Dior de l’Automne/Hiver 2018. Une collection make-up diablement désirable !

Chanel et Deauville : La Volupté du Beige

capture_decran_2018-06-30_a_10.18.00.png

Dans la grammaire du 31 rue Cambon, nombre d’éléments découlent de la puissance d’observation de Mademoiselle. À Deauville, lors même que la maison se nomme encore Gabrielle Chanel, Coco pioche ça et là les codes d’un sceau qui deviendra celui d’un empire éternel. Nous sommes en 1913 lorsqu’elle découvre le lieu de villégiature qu’est déjà la petite ville normande. Au bras de Boy Capel, arpentant cette ville de bord de mer où déjà se réunissent têtes couronnées et élégantes du monde entier, Gabrielle est particulièrement attentive aux nuances de la nature – ces silhouettes corsetées et surannées l’agacent.

Dans sa quête d’une nouvelle élégance, Coco va trouver à Deauville les éléments indispensables à sa grammaire stylistique. La marinière, le pantalon à pont, le sac matelassé… C’est aussi et surtout sur la promenade du bord de mer qu’elle remarque la force et la volupté du sable caressé par l’écume – un beige profond et nuancé. Il n’en faut pas plus pour que Chanel décide d’en fait sa couleur de prédilection. Associé au noir qu’elle tient à dérober des tenues du couvent, Coco vient de déterminer sa couleur de l’élégance ; une association bi-colore.

« Je me réfugie dans le beige parce que c’est naturel. » Tout lui plaît dans cette teinte – ces nuances qui évoquent la peau nouvellement dorée par le soleil ; ces teintes d’une simplicité folle ; la sourde sensualité qui s’en dégage… Tout correspond à l’essence de ce qui deviendra le style Chanel. Car bientôt et à jamais, Coco teinte de ce beige nombre de ses confections. Surnommé beige Deauville, il colore d’abord ses pièces en jersey. En 1957, l’arrivée des souliers bicolores signe un tournant irréfutable : le beige allonge la jambe, le bout noir donne l’illusion d’un pied plus petit. Ces souliers, eux, deviennent instantanément des icônes de mode. Chanel, à l’époque de Deauville, est elle sur le point de conquérir le monde !