Emilienne d’Alençon, La Cocotte Est Une Icône De Mode

On cantonne, à tort, les cocottes de la Belle Epoque au statut de filles de joie. Emilienne d’Alençon tient pourtant lieu de figure de mode, à une époque où les femmes se cantonnent à la rigueur du ‘bon ton’.

Elle prend goût aux fanfreluches dans la blanchisserie de sa tante, à Montmartre. Comme nombre des grandes horizontales de la Belle Epoque, Emilienne d’Alençon grandit dans un milieu défavorisé. Quelles perspectives existent pour les femmes comme elles? Peu. Très peu. Elle fait ainsi son entrée dans le demi-monde à 15 ans — d’où lui vient ce nom? De Laure de Chiffreville. Un soir qu’elle fréquenta la table d’un chroniqueur du Gil Blas, Émilienne Marie André arbore un corsage en dentelle, déniché dans la blanchisserie de sa tante. La dentelle faite à Alençon, la prostitué qu’est déjà Laure de Chiffreville la baptise de ce nom… En même temps qu’elle lui promet un avenir brillant.

Elle ne s’était pas trompée! Poussée sur la scène par ce même chroniqueur mondain, Charles Desteuque, Emilienne se produit une première fois au Cirque d’Eté. Là, elle attire l’oeil de l’héritier des champagnes Veuve Clicquot. Un certain Jacques d’Uzès. Il est prêt à tout pour l’épouser. A commencer par faire son éducation — et ce n’était vraiment pas gagné. On raconte qu’un jour, assistant à une représentation de Racine, la belle s’est endormie; se réveillant en sursaut, elle annonça à l’assemblée :  « Ne dites rien à l’auteur, il pourrait être vexé. »

Soit. Jacques d’Uzès l’installe dans un hôtel particulier sur les Champs-Elysées. Il meubla le palace des grandes stars de l’époque. Qui? Gaudi et Majorelle. Mais sa famille ne voulant rien entendre, elle envoie Jacques d’Uzès au Congo. L’idylle s’arrête ici. La vie de courtisane d’Emilienne d’Alençon ne fait, elle, que commencer.

Parmi ses conquêtes?  Edouard VII, le Kaiser Guillaume, Jacques Hennessy… Elle compris son époque comme personne ; elle qui aimait à déclarer:  « Quand tu couches avec un bourgeois, tu es une putain. Quand tu couches avec un prince, tu es une favorite. » Emilienne, elle, ne jura que par des hommes à la hauteur de Leopold II. D’ailleurs, l’ancien Roi des Belges quitta la Belle Otero, pour elle. Elle qui, bien plus tard, écrivit dans ses mémoires : « Il n’avait qu’un désir, passer inaperçu. Cuire lui-même un oeuf sur le plat lui paraissait le comble du bonheur. » Emilienne avait une vision bien plus clinquante, du bonheur!

Les diamants de la Rue de La Paix. Boucheron, Cartier… Les toilettes les plus rares confectionnées spécialement pour elle par Jacques Doucet… En 1897, le magazine La Mode relève: « Nous avons rencontré Emilienne d’Alençon, colombe roucouleuse avec pour plumage une robe gris tourterelle garnie de chinchilla tout à fait exquise. » C’en était fait, Emilienne comptait parmi les muses de son temps.

On la retrouve en effet dans les toiles de Toulouse Lautrec! Mieux, la ville de Cabourg fait la promotion des bains de mer avec une réclame montrant Emilienne d’Alençon poursuivie par une horde de courtisans. Nadar la photographie. Plus qu’une célébrité, elle est même caricaturée par le mythique Sem, à Trouville; preuve de sa position très particulière dans la société Parisienne d’alors. Au Casino de Monte-Carlo, sa personne trône sur la salle des jeux au milieu d’une murale représentant les Trois Grâces de la Belle Epoque : elle, Liane de Pougy et la Belle Otero!

En 1919, sa position dans la vie mondaine et dans la mode lui permet d’écrire ce qu’on dit avoir été un bestseller: son livre, Secrets De Beauté Pour Etre Belle…Elle fut en effet une véritable icône de mode. Elle qui devança les interdits de son temps pour se baigner en tenue de bain. Une sorte de blasphème au ‘bon ton’ que son amie, une certaine Coco Chanel, trouva absolument admirable. D’ailleurs, elle fut l’une des premières à porter fièrement les créations de Chanel. Contribuant largement à faire de ce style simplifié, dépouillé; ce style de femmes actives et libres, un summum du chic! Le lien est tel qu’en 2017 la maison qui survit à Coco édita une merveille de joaillerie. Une montre-bijoux baptisée ‘Emilienne’: sertie de 80 diamants, pour un total de 9,31 carats. Une pièces mêlant splendeur et simplicité — une pièce très Emilienne d’Alençon, c’est vrai!

Sarah Bernhardt, Actrice, Cocotte et Icône De Mode


On cantonne, à tort, les actrices de la Belle Epoque au statut de filles de joie. Elles sont, avant tout, celles qui, par leur extravagance, ont permis l’envolée du luxe et de la mode. Et Sarah Bernhardt tient lieu d’icône absolue !

A 15 ans, le Duc de Morny l’introduit au monde du théâtre. L’homme derrière la fondation de Deauville met le pied à l’étrier à Sarah Bernhardt — première grande actrice internationale. A son compte? Plus de 120 rôles. On dit d’elle qu’elle inventa le star système; qu’elle initia nombre d’extravagances vestimentaires, entrées, aujourd’hui, dans les habitudes des femmes. Elle fut une véritable icône de mode. De celles qui inspirent autre chose aux femmes; de son époque, et celle d’après.

Il faut dire qu’à la Belle Epoque, l’actrice, tantôt cocotte, tantôt grande horizontale, figure tout ce qui est impossible aux femmes de la bonne société. Si bien que les représentation de théâtre ou d’opéra donnent à lieu à la distribution de feuillets décrivant avec une précision folle les tenues arboraient par les artistes stars. Parmi elles, Sarah Bernhardt tient lieu d’icône absolue!

Cocteau dirait « un monstre sacré ! » C’est pour elle que le plus mondain des académiciens pensa le terme… Que trouve-t-on dans ces feuillets? La description exacte des pionniers de la couture qui, par amour de l’art et du beau, confectionnaient aussi les costumes de théâtre. C’est, avant Chanel et Nijinsky, Dior et Grace Kelly, Deneuve et Yves Saint Laurent… C’est Sarah Bernhardt et Charles Worth et Jacques Doucet. Robes, chapeaux, parfums, maquillage — tout y est décrit de façon à ce que la bourgeoisie copie et achète un bout de la vie libre et bohème de Sarah Bernhardt.

Elle contribua a lancé la mode de la ligne S, en 1898. Bientôt, la robe Delphos de Fortuny devient un it. Mieux, célébrée dans le monde entier pour la façon si splendide qu’elle a de mourir sur scène, dans un déshabillé — elle fait de cette tenue un basique de la vie domestique. Et ce, chez les femmes du monde entier!

Ayant fait dix fois le tour du monde; s’étant rendue jusque dans les tribus amérindiennes; se produisant dans toute l’Amérique… Sarah Bernhardt a largement contribué à la réputation de ces couturiers, et joailliers exerçant à Paris. La rue de la Paix et la Place Vendôme lui doivent beaucoup ! Boucheron, notamment. Avec elle, et pour elle, il réalise des bijoux à couper le souffle… Quand il ne conçoit pas, en 1882, la pièce la plus iconique des tenues de Sarah Bernhardt: un plastron comme une guirlande de fleurs, serti de 317 diamants.

René Lalique fut aussi un grand collaborateur. Il peaufine, avec le goût et l’audace de Sarah Bernhardt, un style qui, bientôt, le place au panthéon des artistes Art Deco. A l’exposition universelle de 1905, il est celui qui attire louanges et exaltation. C’est que Sarah Bernhardt avait l’oeil, et le bon, pour remarquer les talents qui aujourd’hui encore provoquent une émotion sans pareille. Alphonse Mucha, par exemple. C’est elle qui le repère et lui offre de réaliser les réclames de ses spectacles. Etalées sur les colonnes Morris, les affiches inaugurent la publicité, et le style Art Nouveau!

De la poudre de riz en passant par les apéritifs, Sarah Bernhardt incarne l’aspiration des femmes de son temps. Et c’est Marcel Proust qui capture à merveille le personnage dans son chef d’oeuvre A La Recherche Du Temps Perdu. Elle est ‘La Berma’… Celle qui, d’ailleurs, lance en 1905 la vogue pour le cinéma. Elle qui achève sa carrière en tournant dans l’un des premiers films de l’histoire. Mais ça, justement, en est une autre!

La Palme d’Or Du Festival De Cannes, Un Graal d’Orfèvre

Elle est sans doute la récompense la plus convoitée de la galaxie cinéma – la Palme d’Or du Festival de Cannes n’existe pourtant que depuis 1975. 

Le manque de moyen et les rebonds de l’histoire ont souvent freiné l’avènement du Festival de Cannes. En 1975, tout semble concourir à l’ancrage glamour et féérique de l’évènement. 

Des années durant, les films récompensés l’étaient en effet par le simple titre de « Grand Prix du Festival International du Film. » Claude Lelouche pour Un homme et une femme en 1966, Francis Ford Coppola avec Conversation en 1974… Voici donc l’année 1975 où le Festival de Cannes, renouant avec son prestige originel, confie à la joaillière Lucienne Lazon l’élaboration de sa récompense. Glissée dans un bel écrin en cuir rouge, capitonné de veau velours blanc, la Palme décalque les armoiries de Cannes et les palmiers qui bordent la Croisette. Si sous le soleil Méditerranéen, l’histoire du Septième art reprend ses lettres d’or, le trophée devient bijou en 1990. 

Le trophée au 118 grammes d’or est alors confié au maître incontesté de la haute joaillerie, la maison Chopard! La Palme d’Or devient dès lors cette pièce iconique, faite à la main. Dans les ateliers Chopard de Meyrin, près de Genève, la Palme Cannoise se monte ainsi sur un socle en coeur, signature de la maison depuis des siècles! Pensée par Thierry de Bourqueney, la Palme tient désormais sur un cristal massif et électrisant. 

Moins de dix ans plus tard, Caroline Scheufele en reprend le travail: « Je suis très heureuse et fière que la Palme d’Or, que j’ai redessinée en 1998, puisse aujourd’hui bénéficier d’un or traçable, extrait dans des conditions respectueuses des hommes et de l’environnement. » Et il est vrai que le trophée a tout du graal – une prouesse éblouissante et responsable! Ne reste plus qu’à savoir celui qui, parmi les cinéastes sélectionnés, repartira avec la palme aux 19 feuilles plaquées d’or pur… Pedro Almodovar? Quentin Tarantino? Bong Joon Ho? Réponse le 25 Mai 2019! 


Sous le Signe du Lion, Le Nouveau Chapitre Joaillier de Chanel

img.png

Août 1920. Coco Chanel est dévastée. Son grand amour, Boy Capel, vient de disparaître dans un accident… Et c’est à Venise et son charme chimérique que la couturière doit sa rémission. Là, au coeur de la cité des Doges, Coco découvre la présence réconfortante d’un animal totem. Son signe astrologique, en même temps que le gardien de la Sérénissime — le Lion devient l’élément du langage symbolique de la rue Cambon ! Quelques années plus tard, en 1932, la toute première ligne de joaillerie composée par Chanel met en vedette des bijoux tous fait de diamants, mettant en scène le lion… 

 

Mais devant la bronca des joailliers de la place Vendôme, Chanel est forcée à la démonter. Entièrement. C’est en ce sens que la collection de Haute Joaillerie Sous Le Signe du Lion célèbre depuis 2013 l’oeuvre magistrale de Mademoiselle. La collection s’ouvre cette fois sur un nouveau chapitre et, autour de 8 pièces aussi inspirées qu’audacieuses, place le lion au coeur de bijoux magistraux ! Des médailles bleu lapis et blanc astral — référence au lion de la place Saint Marc. Des bagues lion en or jaune 18 carats, diamants et lapis-lazuli décalquent dans une splendeur rare le lion sculptural de Venise. Celui-là même qui trône dans un style baroque vénitien ! Des pièces à l’allure astrale, infiniment chargées de mystère…

Le Coeur Chopard, Celui d’un Joaillier au Grand Coeur

chopard-happy-diamonds-pendentif-or-blanc-18k-2.jpg

Il y a de ça 158 ans, le talent d’horloger-joaillier de Louis-Ulysse Chopard attire à lui des clients aussi prestigieux que le Tir Fédéral, la société Suisse des chemins de fer et le Tsar Nicolas II. Il faut dire que l’artiste mêle comme nul autre esthétique mirifique et techniques savantes procédant de pièces aussi belles que complexes… Ses superbes garde-temps lui valent très vite une réputation de faiseur de merveilles — des pièces fiables et de haute qualité qui se perpétuent aujourd’hui encore. Mais la maison Chopard est depuis passée maître dans la Haute Joaillerie. Emblème intemporel du savoir-sublimer les pierres, le coeur en est la signature iconique ! 

 

L’attachement de Caroline Scheufele au cœur dénote d’un détail particulier. « Si j’associais Chopard à un objet, ce serait un grand coeur, car il y a une famille derrière. » La famille est le fil conducteur de la maison — fondée par Louis-Ulysse Chopard, elle est rachetée en 1963 par Karl Scheufele. L’homme l’ancre vers la modernité et, avec le soutien inconditionnel de sa femme, parvient à léguer à ses deux enfants Caroline et Karl-Friedrich, une maison joaillière éminemment prospère. Une famille unie autour d’un cœur pour emblème, Chopard exprime à travers ce symbole universel toute la pertinence de l’amour cosmique. Et c’est niché dans ses plus belles créations que le messager des déclarations d’amour en distille tout le mysticisme. 

 

Venant ainsi ponctuer la Palme d’Or, le coeur Chopard signe d’une précieuse allégresse l’un des trophées les plus convoités au monde. Mieux, en 2015, la maison étoffe la symbolique de sa signature autour d’une collection Happy Hearts venant conjuguer la grandeur des diamants à l’iconographie du coeur — l’expression absolue des sentiments ! Chopard produit ici une collection dont le goût et la générosité se destinent à orner des femmes au grand cœur. Bijoux talisman, les coeurs Chopard varient à l’infini pour associer les couleurs les plus nobles à la somptuosité des diamants…  Le bonheur éternel capturé dans une figure immuable ! 

Les Diamants Chopard

chopard-kalahari-banner-1.jpg

Chopard n’a pas son pareil pour exalter la majestueuse beauté de la Nature — piqués en solitaire, pendant au cou ou d’oreille, les diamants constituent pour le joaillier Suisse une source intarissable d’enchantement. Et les précieuses créations signées de la maison se révèlent bien souvent complices de joie et de bonheur. Des dîners aux chandelles au tapis rouge, Chopard honore ainsi l’excellence du hasard autour d’un travail raffiné de joaillerie —  des pièces uniques qui rendent un éblouissant hommage à la plus précieuse des pierres. Chacun des bijoux qui porte la signature Chopard possède, conte et distille une histoire particulière…. Celle d’une expertise, véritable coeur battant de la maison ; une conception du diamant centrée autour du concept de 5C. 

 

Les diamants, Chopard les conçoit comme un éblouissant hommage à l’histoire, à la lumière et aux couleurs de la Nature. La maison cherche à sélectionner chaque pierre individuellement de façon à dénicher celle à la pureté exceptionnelle. Mais c’est la combinaison avec les autres C qui confère toute leur beauté aux diamants Chopard. Carat, Clarté, Coupe et Couleurs ! Formés il y a des millions d’années, les diamants peuvent être compris comme l’oeuvre maîtresse de la Nature — soumis à des conditions de température et de pression extrêmes, c’est lors de ce processus de cristallisation que des inclusions se forment dans la pierre. La pureté du diamant, elle, se lit au nombre, à la taille et à la nature de ces imperfections. Les pierres les plus rares sont certes incolores et transparentes, mais elles gagnent leur magnificence lors de la coupe réalisée par les maîtres artisans de la maison Chopard. Et c’est dans ce jeu avec la lumière, par sa façon de capturer et de réfléchir qu’un diamant révèle tout son éclat.

 

L’un des diamants les plus fous jamais travaillé par la maison est Le Queen of Kalahari… En 2016, ce diamant rare de 342 carats a ainsi donné naissance à The Garden of Kalahari — un ensemble de vingt-trois diamants, dont cinq de plus de 20 carats. La virtuosité des ateliers Chopard, sublimant avec maestria chaque rai de lumière, a ici permis la composition de six atours aussi sublimes qu’hypnotiques ; un audacieux ballet de symboles poétiques et oniriques faisant de ces pièces de Haute Joaillerie un raffinement absolu ! L’histoire d’une pièce parfaite qui ne peut que secouer le coeur d’émotions. 

Elizabeth Taylor et Bulgari, une Affaire de Parures Légendaires

bulgari_serpenti.jpg

Elizabeth Taylor était une actrice à part — de celles à l’aura de divas capables de transmuer toutes pièces en légende. La belle aux yeux couleur d’améthyste avait par exemple la particularité d’agrémenter ses tenues de scènes au gré d’atours personnels. D’ailleurs, dès 1962, sur le tournage de Cléopâtre, l’oeuvre de sa vie, l’actrice s’éprend d’une montre-bracelet vénéneuse… Une pièce sulfureuse signée de la maison Bulgari. Coulée dans un or pur, la montre s’enroule autour du poignet, laissant ainsi la tête et la queue du serpent pavées de diamants ; les yeux en émeraudes ! Photographié au poignet d’une Elizabeth Taylor dans son rôle de Cléopâtre, le bijou Bulgari est immédiatement érigé au rang d’icônes. C’est que, sur le tournage de Cléopâtre, Elizabeth Taylor bientôt scandalisera le monde au bras d’un certain Richard Burton. 

 

Lorsqu’ils se rencontrent sur le tournage du film, à Rome, Burton et Taylor sont tout les deux mariés. Mais qu’importe puisque l’amour vient de frapper ! Les paparazzis les harcèlent ; leur romance s’affiche en Une des tabloïds — le scandale est tel que le Pape lui même se dit choqué. Forcé dans un premier temps de vivre cet amour loin des caméras, c’est en Bulgari que se vit la relation. « Richard était tellement romantique qu’il trouvait toujours une excuse pour m’offrir un bijou » écrit plus tard la dernière icône d’Hollywood. Richard Burton, lui, se rappelle: « J’ai fait connaître la bière à Liz et elle m’a fait connaître Bvlgari. » Témoins muets de cet amour hors norme, les bijoux Bulgari deviennent éminemment associés au personnage d’Elizabeth Taylor. 

 

Richard Burton s’en amusait… « Le seul mot que connaît Elizabeth en italien est Bulgari. » Cet amour du sublime, cette passion pour la magnificence Bulgari ont ainsi conduit Elizabeth Taylor à constituer une collection spectaculaire. En 2013, Bulgari a donc regroupé les pièces portées ou collectionnées par l’actrice pour les présenter au public à travers une exposition toute aussi spectaculaire ! A Pékin, Shanghai, Londres, le monde est littéralement tombé en pâmoison. C’est que, devant tant de grandeur, la beauté vénéneuse du Serpent Bulgari ne peut qu’envoûter toute personne s’y approchant d’un peu trop près.

 

Elizabeth Taylor et Bulgari, Quelques Dates Clés

2016 : Bulgari réalise une exposition sur les bijoux Bulgari de Elizabeth Taylor à Londres. 

2016 : Dans la Galerie Nationale de Victoria à Melbourne, Bulgari réalise une nouvelle exposition sur les bijoux Bulgari des grandes personnalités, dont la parrure en émeraudes et diamants d’Elizabeth Taylor portée dans le film Cléopatre. 

2015 : Bulgari réalise une exposition sur les bijoux Bulgari de Elizabeth Taylor du 29 mai au 9 juin à Shanghai. 

2015 : Bulgari réalise une exposition sur les bijoux Bulgari de Elizabeth Taylor du 29 avril au 12 mai à Pékin.

2013 : Bulgari organise un événement durant lequel la maison présente les bijoux portés par Elizabeth Taylor.

2011 : La parure de Elizabeth Taylor est fait désormais parties des listes de la maison des enchères Christies. 

2002 : Le livre « My Love Affair with Jewerly » reprenant les mots de Elizabeth Taylor est publié : elle évoque sa fascination pour les bijoux Bulgari.

1972 : Burton offre à Elizabeth Taylor pour ses 40 ans un collier saphir Bulgari.

1966 :  Elizabeth Taylor porte la parure Bulgari en diamants et émeraudes lors des Academy Award.

1963 : Elizabeth Taylor posséde désormais le bracelet en émeraudes et diamants.

1962 : Elizabeth Taylor porte un collier Bulgari en émeraudes et diamants offert par Richard Burton durant le tournage de « Cléopâtre ».

Le Mythe Serpenti de Bulgari

serpenti_tubogas_1.jpg

L’esthétique exquise des atours Bulgari se façonne à l’époque du fondateur. Fin du XIXe siècle, Sotorio Bulgari quitte la Grèce et sa famille d’orfèvres pour l’Italie. Sans le savoir, le joaillier est sur le point de donner au luxe italien une toute nouvelle identité. En conjuguant ici les influences perse, grecque et latine, Sotorio Bulgari s’assure d’un art relevant d’un raffinement universel. Une liberté de joaillier mêlée à une rigueur d’orfèvre : la vision Bulgari s’incarne dans le premier fétiche de la maison, le serpent. Déjà en 1932, le serpent est le personnage clé de la collection ‘Tubogas’ ; dénomination du bracelet caractéristique où de fines lames d’or s’enroulent autour d’un support plat.

 

« Pour réussir, vous devez associer le monde passé, présent et futur. Tel est le défi qui nous attend, et les perspectives sont nombreuses. » L’affirmation de Nicola Bulgari, arrière-petit-fils de Sotorio, capture l’esprit pionnier de la maison. Le Serpenti, lui, toute l’essence de son succès. Le mythe Serpenti relève ainsi de la rencontre entre un style inspiré de modèles antiques et la découverte joaillière datant de la seconde moitié du XIXe siècle… Cet ingénieux système, articulé par des charnières d’or, accorde à l’objet, par un ressort caché, une souplesse reptilienne. Et le Serpenti Bulgari distille plus d’une symbolique. Le bijou s’enroule ainsi jusqu’à sept fois autour du poignet — figure des 7 péchés capitaux. Mais l’ornement antique devient entre les doigts de ces maîtres joailliers un mécanisme horloger. 

 

Ici, la gueule du serpent s’ouvre pour permettre d’y loger un cadran horloger. Mieux, en référence à l’esthétique industrielle en vogue à l’époque, Bulgari conjugue la Haute Joaillerie aux procédés nouveaux ; prenant soin de nicher son objet dans une magnificence toute absolue. Mélange singulier de symbolisme, d’esthétique et de technologie donc, la beauté vénéneuse du totem Bulgari s’ancre à son tour dans l’éternité. Dans sa version la plus fascinante, le bracelet reptilien se met en scène dans des écailles d’émail coloré. Long de trente-quatre centimètres, fin de moins de deux centimètres, le corps du serpent s’achève sur une tête piquée de diamants ; une tête hypnotisant avec ses yeux rouges rubis. Une pièce du répertoire Bulgari qui, en 1962, fut catapultée au rang de mythe ; immortalisée au poignet d’Elizabeth Taylor dans le film Cléopâtre. 

 

Le Mythe Serpenti de Bulgari, Quelques Dates Clés

Symbole de sagesse, les collections Serpenti continuent de faire la renommée de la maison italienne.

Mai 2018 : Le modèle Lily Aldrige érige la campagne publicitaire pour la nouvelle collection Serpenti Irresistible temptations

2018 : 4 nouvelles variations de la Serpenti Twist Watch viennent animer la collection Automne-Hiver.  

Printemps-Eté 2018: La maison réalise une nouvelle gamme de lunettes Serpenteyes

Août 2017 : La marque poste une vidéo sur sa chaîne YouTube à l’occasion de l’Exhibition SerpentiForm à Singapour.

2016 : Une nouvelle collection, Serpenti Incantati, se veut être plus abordable.

2015 : A Baselworld, un nouveau design “Head Over Tail” propose des bracelets formés d’une façon à ce que la tête se repose sur la queue du serpent. 

2014 : Un rare bracelet Serpenti de 1965 s’est vendu aux enchères à un prix record de 1.107.038 $. 

2014 : Pour ses 130 ans, le joaillier dévoile un collier Serpenti Ultimate temptation.

2013 : L’édition du livre « Bulgari Serpenti Collection” marque le symbole de la collection Serpenti avec des photos sur les collections Serpenti par Marion Fasel et publié par Assouline. 

10 au 29 février 2013 : A l’occasion du nouvel an chinois placé sous le signe du serpent, Bulgari expose ses collections Serpenti dans son flagship de la 5ème Avenue à New York.

2012 : L’exposition à la Biennale des Antiquaires à Paris présente un collier Serpenti de 1100 carats, un bracelet en or avec plus de 200 rubis et un long collier recouvert de diamants. 

2011 : Un nouveau bracelet Serpenti à sept tours de poignet est créé.

2010 : Une campagne photos Eccentric Charisma met en scène l’actrice Julianne Moore portant des bijoux Serpenti.

2009 : A l’occasion de ses 125 ans, la maison organise des expositions, comme celle du Grand Palais à Paris dans laquelle elle expose ses bijoux Serpenti.

Début des années 1980 : La maison multiplie l’utilisation du motif Serpenti qui s’étend désormais dans la maroquinerie et dans toutes les gammes d’accessoires. 

1975 : Diana Vreeland, rédactrice en chef du Vogue américain commande un long collier Serpenti en émail rose et blanc qui se porte également en ceinture.

1970 : Un nouveau bracelet Serpenti en or et émail blanc et rose et aux yeux en saphir est disponible en édition limitée. 

Vers 1970 : La marque effectue une campagne publicitaire pour les montres et les bracelets Serpenti.

1968 : Une montre-bracelet Serpenti en or jaune sertie de jade, rubis et diamants sort. 

1967 : Une montre-bracelet Serpenti en or jaune et platine sertie d’émeraudes et de diamants sort.

1967 : Une nouvelle montre-bracelet Serpenti en or jaune et platine sertie d’émeraudes et de diamants fait son apparition.

1966 : Les trois fils de Giorgio Bulgari étendent la collection Serpenti en y ajoutant des ceintures.

1965 : Une montre-bracelet Serpenti en or jaune sertie d’émaux polychromes et de 2 émeraudes taille poire sort. 

1962 : L’actrice Elizabeth Taylor porte le bracelet-montre Serpenti en or, diamants et émeraudes sur le plateau du film Cléopâtre de Joseph L. Mankiewicz.

1932 : Apparition de la première collection de bijoux à l’allure serpentine, baptisée « Tubogas » en référence à l’esthétique industrielle de l’époque.

Les Liens de Chaumet

chaumet_083054_liens_seduction_wg_dia_ring_-side_view_cmjn_1.jpg

Manifestes universels d’un amour éternel, les liens Chaumet apparaissent dans le répertoire du joaillier dès 1780. Fraîchement inaugurée au 12 de la Place Vendôme, la joaillerie Chaumet n’est encore que celle de Marie-Étienne Nitot lorsqu’elle compte parmi sa fidèle clientèle la Reine Marie-Antoinette. Mais très vite, l’histoire de France rattrape celle de la joaillerie — la Révolution de 1789 abolie la royauté. Quelque année plus tard, la France devient un empire et Napoléon, son premier empereur. Devenant ainsi dès 1802 le joaillier officiel de l’empereur, Chaumet signa, pour l’Impératrice Eugénie, des créations époustouflantes. Parmi elles, les bijoux du mariage, et la couronne du sacre de Napoléon! 

Ainsi inscrit dans la tradition des Bijoux de Sentiments, les liens Chaumet s’inscrivent aussi et surtout dans la tradition scellant les plus belles histoires d’amour. Et l’on retrouve des traces passées de ces liens Chaumet dans les archives datant de la Belle Epoque. Jamais la maison de Haute Joaillerie n’a cessé d’explorer les possibilités infinies d’un tel symbole. Sur les dessins préparatoires de diadèmes, de broches et de colliers… Partout, les liens trouvent une place singulière; celle d’un talisman venant sceller notre rapport au monde et aux autres. Les Liens Chaumet ainsi content l’universel — la destinée, l’amour, l’amitié, bref, les liens entre les hommes, suspendus à la course du temps. 

La symbolique, Chaumet en fait ses lettres de noblesses. Entrelacés, les liens Chaumet sont placés de façon aérienne, au-dessus d’une pierre semblant elle-même suspendue. Une géométrie subtile où deux liens pavés de brillants se croisent et se recroisent… Le tracé vaporeux, la ligne sculpturale — les bijoux Liens de Chaumet sont ainsi des joyaux savamment tissés dans un empierrage précieux. Des pièces éminemment éloquentes, qui, avec le savoir-faire hors norme des maîtres joailliers, donnent un sens à tous les sentiments de l’intime! 

Les Liens de Chaumet, quelques dates clés

2018 : Chaumet réalise une collection éphémère « Choose your Valentine » pour la Saint Valentin et se part des couleurs de l’amour.

2017 : La collection « Jeux de Liens » s’habille de nouvelles nuances, nacre blanc et nacre noir sur or blanc, ou fins pavages de diamants.

2017 : Chaumet décide de revenir sur les origines des Liens avec les vidéos publicitaires Stories of Liens : « Dancer in the streets of Paris », « Acting students playing in the library of the Sorbonne », « Loving couple in a Parisian park ».

2017 : La collection de bijoux « Liens Séduction » vient enrichir la ligne Liens et compléter les collections « Liens Evidence », « Liens Mariage », « Jeux de Liens ».

2017 : Chaumet lance la collection « Gaité Parisienne » qui propose certains bijoux Liens.

2016 : Kim Min Hee porte un bracelet lien serti de diamant à la conférence de presse « the Handmaiden ».

2016 : La collection « Jeux de liens » est revisitée pour l’été en un camaïeu de bleu et de blanc.

2016 : La collection de bijoux « Liens Lumières » vient enrichir la ligne Liens.

2012 : Chaumet célèbre les 100 ans de la coupole des galeries Lafayette en revisitant le pendentif Liens. 

2012 : 35 ans après avoir présenté son premier bijou Liens, Chaumet réédite son modèle dans une version graphique en céramique noire.

2012 : La chaîne youtube de la maison publie une vidéo sur les bijoux liens iconiques. 

2013 : La maison créé ses premières montres bijoux Liens, déclinées en six modèles, dont un modèle unique en or blanc, diamants et saphirs.

2013 : La maison complète sa collection Liens avec un nouveau bracelet manchette, disponible en deux modèles.

2007 : Chaumet lance sa nouvelle collection Liens d’Amour.

2015 : Les joailliers créent une montre Liens en or rose et diamants.

2013 : Les créateurs réalisent des boucles d’oreilles Liens en diamants, cristal de roche et perles.

2008 : L’actrice Lou Douillon est choisie pour représenter la bague « Premiers Liens ».

2008 : La bague Liens réapparait dans la collection « Premiers Liens » et est disponible désormais en or jaune, gris, rose, sur laquelle on peut graver quelque chose.

2008 : Sophie Marceau devient l’égérie de la maison Chaumet et met parfaitement en valeur les bijoux Liens.

1977 : La première version de la bague Liens d’or se porte en guise d’alliance.

1964 : Pierre Sterlé réalise pour Chaumet une collection particulière avec un sac du soir en or tressé et diamants baguettes.

1907 : Les liens apparaissent désormais de manière récurrente avec notamment le collier serre cou articulé, transformable en bandeau en or, argent, saphirs et diamants.

1780 : Dans les pièces de Chaumet, on retrouvait déjà des bijoux Liens. 

Le Blé Chaumet

6c7d872f9196d7d5b62dc04e0b2ac8af.jpg

 

Dès sa fondation en 1780, la maison Chaumet s’est illustrée à travers la composition de pièces de Haute Joaillerie éminemment inspirées. Des atours imaginés comme des joyaux, puisant, dans les merveilles de la Nature, vigueur, ligne et couleur… Un raffinement extrême;  une mythologie de l’enchantement qu’incarne l’une des signatures iconiques de Chaumet, le blé.  Déjà présent sur le poinçon du fondateur, Marie-Etienne Nitot, le blé est si intrinsèquement lié à l’histoire de Chaumet qu’il devient, au tournant du XIXe siècle, le motif favori de l’impératrice Joséphine. Il faut dire que Joséphine et la maison Chaumet partagent un amour immodéré pour la Nature et ses prodiges. 

On raconte ainsi que le blé, symbole de la vie, serait un cadeau fait aux hommes par des dieux bienveillants; somptueuse moisson blonde de Cérès, le grain se fait nourricier! Symbole d’opulence et de bonheur aussi, le blé cultive avant tout l’amour le plus sincère — l’amour maternel. Devenu ainsi l’un des éléments phares de la grammaire Chaumet, le blé est adopté par l’Impératrice Joséphine, puis par l’Impératrice Marie-Louise. 1811, Nitot réalisa ainsi la coiffe Impériale; le diadème d’épis de blé de style néoclassique qui, autour d’épis taillés dans les pierres, l’or et l’émeraude, signe ici toute la sophistication de cette souveraineté. Tout en mouvement, ce bouquet de neuf épis de blé balayés par le vent exprime avec force la modernité de l’Empire! 

Et sous l’impulsion de la maison Chaumet, c’est bientôt toute la joaillerie de la Place Vendôme qui revisite ce motif antique. Habillant le cou, la chevelure ou le corsage, le blé Chaumet distille tout de la majesté et de la grâce d’une Nature qui rencontre le travail des diamants… Et l’art subtil des nuances et de la composition maîtrisé par Chaumet n’a pas son pareil pour sublimer une telle symbolique! Toute en vivacité, le blé Chaumet décalque grâce et virtuosité sur des lignes sans cesse réinventées. En Juin 2018, pour la première fois, la maison expose à Tokyo « Le monde de Chaumet » — une exposition dans laquelle l’épi de blé tient une place d’honneur, à l’instar du chef d’oeuvre qu’est la tiare Epis de blé de Joséphine. Un symbole si précieux que cette même année, Chaumet mettait sur le marche la bague L’épi de blé , disponible en 40 unités seulement. Ou quand l’extase esthétique se fait éminemment iconique! 

L’épi de blé de Chaumet, quelques dates clés

2018 : Pour la première fois, la maison Chaumet expose à Tokyo pour l’exposition « Le monde de Chaumet » dans laquelle l’épi de blé est prédominant, comme avec la tiare Epis de blé.

2018 : Les créateurs réalisent la bague « L’épi de blé » disponible en 40 unités.

2018 : La maison organise les expositions« l’art du dessin » et « l’art du trait » dans lesquelles des dessins de pièces sont exposées et parmi elles des bijoux en référence à l’épis de blé.

2017 : Chaumet lance la collection « Gaité Parisienne » qui propose certains bijoux blés.

2016 : La chaîne youtube de la maison publie plusieurs vidéos publicitaires pour sa nouvelle campagne « La Nature de Chaumet ». L’une d’elle fait écho à l’épis de blé.

2016 : La maison lance sa collection « La Nature de Chaumet ».

2016 : La maison réalise la collection « Offrandes d’été » avec un diadème, des boucles d’oreilles, un collier en or blanc, serti d’un diamant poire, en forme d’épis de blé.

2016 : La maison sort la collection « Moisson sous le vent » avec notamment une bague bé en or jaune et diamants.

2016 : Les créateurs réalisent la bague « Champs de lumière » en forme d’épi de blé, en or blanc et diamants, sertie d’un saphir Padparadscha taille coussin.

2015 : La maison réalise une broche « Épi de Blé » en série limitée, en or jaune serti de diamants, qui s’accompagne de bagues, de bracelets, de boucles d’oreilles

2015 : La maison fait de sa boutique située au 12 place Vendôme à Paris un musée où est exposée la parrure  en forme d’épi de blé de l’impératrice Joséphine.

1970 : Les joailliers créent un grand clip et une paire de boucles d’oreilles blé en rubis et diamant.

1910 : Les premiers dessins d’un nouveau diadème blé sont réalisés.

1909 : Les créateurs réalisent une paire de broches blés en roseaux, portables également en diadème.

1905 : Un nouveau diadème blé est réalisé.

1900 : Les créateurs réalisent les premiers dessins d’un diadème blé et graminées.

1900 : La maison présente son nouveau bijou aigrette aux épis de blés noués.

1890 : Les créateurs réalisent les dessins d’un collier blé et de coquelicots.

1811 : Chaumet utilise pour la première fois le symbole de l’épi de blé avec la création du diadème pour l’impératrice Marie Louise.