Hermès Au Fil Des Jours, Le Cadeau Plein De Malice

Et si la Saint Valentin en 2020 était aussi irrévérencieuse et poétique les illustrations d’Alice Charbon pour la maison Hermès — 14 ans d’une collaboration croquée à coup de mises en scène espiègles de l’iconique boîte orange.

Les Illustrations Hermès

C’est en 2002 que la maison Hermès fait appel à Alice Charbon pour la première fois. Elle la charge alors de réaliser sa communication e-mailing autour de visuels drôles, piquants mais infiniment élégants.

14 ans durant, l’illustratrice Alice Charbon et son acolyte Rachael Canepari s’amusent ainsi à mettre en scène l’iconique boîte orange d’Hermès, au fil d’aventures tout sauf barbantes. Un délice et une irrévérence qui sied bien au sellier, aujourd’hui capturés dans un beau livre intitulé Hermès au Fil des Jours.

La Boîte Orange Hermès, Boîte à Trésors

Car on ne sait jamais ce qu’elle contient, sinon raffinement et sophisticaiton, la boîte orange Hermès a eu le droit à nombre de détournements. Sous le coup de crayon d’Alice Charbin, légendé des tournures tendres et drôles formulées par Rachael Canepari, la boîte orange joue encore et encore de son charme.

A Noël, pour la Saint Valentin ou en pleine canicule — rien ne vient rompre l’humour croquant d’une maison passée maître dans l’élégance rieuse ! Et c’est bien tous ces dessins qui se découvrent avec avidité tout au long des pages de l’ouvrage Hermès au Fil des Jours. 250 dessins jusque là restés à l’état digital — métamorphosés pour ravir et séduire les amoureux poétiques à souhait ! Et puisque que la Saint Valentin approche…

L’Histoire Du Carré Hermès

Le Carré Hermès est bien plus qu’un foulard — il est un graal que l’on se passe de génération en génération. Versatile, coloré et éminemment luxueux.

L’Origine du Carré Hermès

C’est en s’inspirant des mouchoirs à la gloire de Napoléon, mais aussi des mouchoirs d’instruction portés par les soldats pendant la Première Guerre mondiale que Robert Dumas donne vie à l’une des pièces les plus iconiques de l’histoire de la mode…

Seulement lui y injecte l’esthétique du monde équestre — chère depuis toujours à la maison Hermès. Robert Dumas parvient ainsi à couper son carré dans la même matière que celle des casaques de jockeys, le twill de soie.

Prenant ainsi la première direction artistique du carré – titre depuis transmis de père en fils – Robert Dumas dessine le tout premier carré de l’histoire. Intitulé Jeu des Omnibus et Dames Blanches, la pièce s’inspire en fait d’un thème particulier pour l’époque… celui du transport en commun Parisien, alors émergeant.

Mais la puissance d’Hermès se niche dans les détails. Robert Dumas prend en fait le soin d’y ajouter une pointe d’humour avec cette amusante inscription « Un bon joueur ne se fâche jamais. » La légèreté du carré rompt ainsi avec l’austérité de l’époque.

L’Esprit Du Carré Hermès

Son esprit bohème et fantaisiste séduit instantanément la clientèle, qui s’en empare avec enthousiasme. Cette malice devient par la suite la signature même d’Hermès – les thèmes apposés sur les carrés sont variés, allant du monde équestre, en passant par des hommages à l’Histoire Française, l’amour, les voyages ainsi que les éternels codes de la maison.

Mais le succès du carré repose aussi et surtout sur le savoir-faire exceptionnel de sa fabrication. C’est à Lyon, berceau de la soierie Française, que sont reproduit les mêmes gestes, et ce, depuis l’impression du premier carré en 1937.

Ces techniques précieusement transmises aux nouvelles générations par les artisans font qu’ils se définissent eux-mêmes comme des « passeurs ». Certains de ces savoirs sont uniques au monde; exclusivement détenus par la maison Hermès… Le fameux sabrage de la soie par exemple, dont seules trois personnes connaissent le secret.

Entre la conception du dessin et la finalisation du carré par son roulotté à la française, il faut deux ans aux ateliers… En moyenne, près de 27 couleurs sont présentes sur un seul carré — une véritable prouesse d’impression ! Et c’est ainsi que le carré Hermès se fait porteur de narration une fois déplié. Mais une fois noué, dans les cheveux, sur un sac ou au cou d’un toutou, le carré compose un véritable chatoiement de couleurs !

Le Hermès Carré Club

Aujourd’hui, avec environ deux mille dessins, le carré est le témoin inestimable des évolutions artistiques de ces dernières années. Jackson Pollock, Daniel Buren… ils sont nombreux à avoir paré le carré de leur imaginaire.

Le plus célèbre de ces dessins est peut être celui d’Hugo Grykar, Brides de Gala. Et parce qu’il ne faut pas se murer dans son intemporalité, le carré innove sans cesse — toujours disponible dans de nouveaux coloris et de nouvelles matières.

Chaque année, en plus des nouveaux dessins, cinq anciens dessins sont réédités dans des couleurs différentes. En 2017, pour son 180e anniversaire, le carré rend par exemple hommage à la Russie impériale… Elle qui a d’ailleurs joué un rôle majeur dans l’histoire du sellier.

Ornement royal autour de la chevelure de la Reine Elizabeth II, pièce de prêt-à-porter pour Jean Paul Gaultier, souvenir ému de la France pour le voyageur, porteur de patrimoine pour d’autres, illuminateur d’humeur pour certains… De génération en génération, le carré Hermès a su marquer les esprits et séduire toute une diversité d’adeptes.

Et les nouvelles technologies ne font que souligner la versatilité du Carré. En 2019, l’exposition ‘Hermès Carré Club’ embarquait ainsi les spectateurs du Carreau du Temple dans une virée immersive au coeur même de son procédé de fabrication… C’est Pierre-Alexis Dumas résume parfaitement l’audace qui sied aux instigateurs du Carré : « Ils ne savaient pas que c’était impossible alors ils l’ont fait. »

Le Carré de Hermès en quelques dates

2018 : Hermès lance un projet spécial pour une édition limitée du Carré avec l’artiste Hiroshi Sugimoto.

2017 : Création du Carré « Fleurs et papillons de tissus », dessiné par Christine Henry, en hommage à l’amitié entre la maison Hermès et le musée des tissus de Lyon.

2017 : Le Carré de Hermès se décline au masculin.

2016 : Une édition limitée du Carré est créée avec l’artiste Rei Kawakubo.

2015 : Blake LivelyCharlotte de Monaco et Kate Middleton sont photographiées en portant le Carré de Hermès.

2015 : Naissance du carré Caducée Rock, imaginé par le japonais Daisuke Nomura.

2014 : Il est temps d’un court-métrage dédié au Carré et signé par l’artiste visuelle Olivia Bee.

2014 : Hermès lance une collection capsule révérant l’art ancestral de la teinture à l’indigo naturel.

2013 : Hermès lance le projet pour une édition limitée avec l’Institut Imagine.

2013 : Pour la 13ème édition de ses timbres en forme de cœur, La Poste fait appel à la maison Hermès et à son iconique Carré pour fêter la Saint Valentin.

2013 : Collaboration avec Hiroshi Sugimoto.

2012 – 2013 : Hermès lance l’emblématique campagne publicitaire pour la collection Automne/Hiver ou les modèles sont photographiées avec des Carrés comme des ailes d’un papillon.

2012 : Le Carré «habille» le parfum 24, Faubourg d’Hermès.

2012 : Hermès présente une édition limitée vendue à des fins caritatives.

2012 : Le dessinateur Kiraz signe un carré à la gloire des Parisiennes.

2012 : Pour la collection Printemps/Eté, Hermès lance une nouvelle campagne aux tons orangés avec la mannequin Coco Rocha.

2011 : Collaboration avec le pape de l’art cinétique et optique Julio Le Parc, avec un véritable hymne à la couleur.

2011 : Hermès lance une collection capsule du Carré en collaboration avec l’artiste de rue Kongo.

2010 : Ouverture d’un site totalement dédié à une nouvelle collection exclusive du Carré en twill de soie « J’aime mon Carré ».

2010 : Hermès réalise pour Colette une collection en édition limitée du modèle culte « Brides de gala ».

2010 Collaboration avec Daniel Buren un des grands noms de l’art contemporain.

2010 : Le Carré est protagoniste dans la grande exposition dédiée à Grace Kelly au musée Victoria and Albert de Londres.

2008 : Projet Hermès éditeur : début des collaborations avec des artistes de renommée internationale pour repenser le carré de soie Hermès.

2008 : Le Musée des Tissus et des Arts décoratifs de Lyon consacre une  exposition temporaire pour ce foulard mythique.

2008 : Collaboration entre Hermès et Josef Albers.

2007 : Pour fêter ses 70 ans le Carré Hermès sort dans de nouvelles dimensions : 70*70 cm.

2007 : Cyrille Diatkine fut convié à livrer son interprétation personnelle du premier modèle du carré de soie à l’occasion du 70ème anniversaire.

2006 : Dans Le Diable s’habille en Prada de David Frankel, Meryl Streep achète des Carrés par dizaines.

Années 2000 : Encouragé par Christophe Goineau (directeur de la soie masculine), la maison Hermès se lance dans les Carrés au masculin.

2003 : La créatrice de mode Bali Barret arrive chez Hermès et prend la direction artistique du Carré. Elle conçoit une nouvelle collection et révolutionna le Carré tant au niveau des dimensions que des motifs.

2003 : Catherine Deneuve porte le Carré sur les écrans avec la série à succès Les Liaisons Dangereuses.

2000 : Apparition du Twilly.

1997 : Dans le film Le Mariage de mon Meilleur Ami de P.J Hogan, Cameron Diaz embourgeoise le carré Hermès.

1995 : Luciano Pavarotti est photographié en portant un Carré Hermès pendant un spectacle en Modena quand il parle à Lady Diana.

1986 : La reine Elizabeth II d’Angleterre est une grande admiratrice du Carré. Dans plusieurs occasions, elle est photographiée en portant le Carré Hermès. Cette fois c’est le tour d’une photo officielle pour des timbres qui célèbrent son soixantième anniversaire.

1972 : Jackie O a été vue avec le modèle « Astrologique ».

1961 : Audrey Hepburn apparait vêtu d’un Carré de soie noué sur la tête dans le film Diamant sur Canapé.

1960 : Brigitte Bardot crée l’hystérie en nouant son foulard juste sous le menton.

1957 : Hugo Grygkar imagine le Carré le plus célèbre au monde baptisé « Brides de Gala ».

1957 : Sophia Loren porte le carré “Brides de Gala”.

1956 : Grace Kelly, accompagné de son caniche Oliver, porte le fameux foulard Hermès.

1956 : Grace Kelly transforme le foulard Hermès en élégante prothèse pour soutenir son bras cassé.

1948 : Le Carré est porté par Sophie Desmarets, dans Croisière pour l’inconnu de Pierre Montazel.

1937 : Création du premier Carré de soie par Roger Dumas imaginé par la styliste Lola Prusac « Jeu d’Omnibus et de dames blanches ».

1937 : Début de la soie chez Hermès.

Les Ventes Prestige Art Curial En Janvier A Monte-Carlo

La mise à l’encan des icônes les plus rares du luxe et de la mode aura lieu les 14, 15 et 16 janvier, à Monaco. Objets du désir en vue !

« Un bijoux rarissime bijoux de Lalique symbolisera l’exigence et la qualité qui ont présidé à la sélection des 600 , 700 pièces de joaillerie proposées dans cette nouvelle cession de vente » déclare François Tajan, président délégué d’Artcurial. Et il est vrai que ces nouvelles ventes de prestige organisées par la célèbre maison ont de quoi affoler les compteurs d’icônes. Non seulement les ventes de prestige Art Curial attirent bien souvent les collectionneurs les plus vifs, mais elles jouissent surtout d’une réputation à toute épreuve. Nombre des pièces mythiques de la mode et du luxe y ont souvent été mises à l’encan.

Ces ventes de janvier rassembleront ainsi les créations fortes des joailliers et horlogers de la Place Vendôme, aux côtés des versions folles et funky des mythiques Kelly et Birkin — Hermès Winter Collection. Parmi les montres proposées, on retient tout particulièrement une Rolex Padellone, réf 8171 — la première montre équipée d’un calendrier, imaginée dans les années 50.

« Une sélection de garde-temps du 18ème siècle à nos jours, dont un important ensemble de montres émaillées et techniques pour le marché chinois, issu d’une collection privée, saura attirer les plus grands connaisseurs, sans oublier la dynamique des montres vintage dont Patek Philippe, Rolex et Audemars Piguet » précise Marie Sanna-Legrand, la directrice horlogerie de collection.

Côté joyaux, les gemmes sont mises à l’honneur cette saison… Diamants bleu-vert, vert- jaune, rose, rubis, saphirs, émeraudes, spinelle… Ce sont les noms les plus iconiques de la Place Vendôme qui se retrouveront sous le marteau. Cartier, Boucheron, Van Cleef & Arpels mais aussi des bijoux d’artistes signés César ou Arman ! La pièce la plus recherchée demeure cependant cette plaque de cou Lalique, sertie d’opale — estimation? Entre 150 000 – 200 000€.

Les 14, 15 et 16 janvier, les versions loufoques mais exquises des Birkin et Kelly d’Hermès attireront aussi la foule. Il faut dire que les audaces magnifient terriblement ces icônes de la maroquinerie. Le Kelly retourné 32 en Taurillon Clémence Bleu Thalassa, Indigo, Bleu Jean et Étoupe… Ou le Birkin 35 en crocodile d’estuaire Braise… Autant de pièces à acquérir, sinon visiter lors des expositions Art Curial. A Paris, celle-ci se tiendra les 19 et 20 Décembre. Puis les pièces s’envoleront pour les salons de l’Hôtel Hermitage Monte-Carlo, pour être exposées du 12 au 14 janvier, avant leur mise en vente très attendue.

Terre d’Hermès, La Sensualité D’Un Parfum

Un parfum concocté en 2006 qui, 13 années plus tard, trône au panthéon des icônes. C’est que Terre d’Hermès a insufflé une nouvelle vision de la masculinité.

Ni sucré, ni poivré. Le parfum Terre d’Hermès tient des boisés, épicés. Et c’est là qu’il tire toute sa force. Car lorsque Jean-Claude Ellena s’est vu confier la mission d’élaborer une nouvelle senteur, le nez attitré d’Hermès a cherché à lier l’authenticité et l’émotion suscitées par une telle maison. Il va alors puiser du côté de la littérature de Jean Giono tout l’équilibre de l’homme, façon XXIème siècle.

Connu pour ses histoires mêlant monde provençal et saveurs Italiennes, Jean Giono inspire à Jean-Claude Ellena une histoire… « C’est une histoire, avec des personnages, une mise en scène d’émotions olfactives » confie-t-il plus tard à propos de la senteur. Son mantra? Terre d’Hermès se doit d’être un parfum « direct, franc, lisible » — un sillage qui sied à merveille l’homme Hermès… « A la fois simple et complexe, tendre et déterminé, rêveur avec les pieds sur terre » précise Jean-Claude Ellena. Et le résultat tient à la marque de fabrique du nez.

Terre d’Hermès est cette fragrance terreuse qui, sur des notes de tête, joue de l’accord entre pamplemousse, bergamote, baies roses. En son coeur, le poivre noir s’équilibre sur les effluves de géranium avant de s’envoler, ensemble; tous titillés par le vétiver ! Cèdre et benjoin viennent compléter cette composition. «  Aujourd’hui, je crée avec moins de 200 matières, quand les parfums en contiennent communément 1 000 ou 1 500  » précise là encore Jean-Claude Ellena. Et il est vrai que son style olfactif sied bien au luxe d’Hermès.

Terre d’Hermès porte en lui cette élégance discrète devenue quasi-synonyme de la maison du 24 rue du Faubourg Saint-Honoré. Une densité et une profondeur minérale qui en ont fait l’un des parfums les pus vendus au monde. Il faut dire que l’homme qui porte le Terre ne peut que répandre à chaque pas sensualité et éclat. Une sorte d’incarnation de l’idéal masculin, concoctée autour d’éléments naturels célébrant la beauté époustouflante de la Nature. Et pour capturer ce jus, étonnant car puissant, c’est à Philipe Mousquet que l’on confia la réalisation du flacon.

Un flacon où Philippe Mousquet, alors designer pour Hermès, parvint à remettre en perspective la structure attendue — l’idée? Le fond d’une bouteille moulé en forme de lettre « H » laissant une empreinte visible… De la même façon que le parfum laisse une trace dans les esprits. Un héritage que Christine Nagel, qui a succédé à Jean-Claude Elena en 2016, se charge de faire perdurer. Un peu comme Hermès fait perdurer son style impeccable, par delà les modes et les saisons. C’est ça, le chic avec un grand H.

Icônes De L’Art Et Icônes Du Luxe: Quand Les Premières Remodèlent Les Secondes

Nombre des pièces iconiques tenant de notre patrimoine universel s’appuient sur l’art et les artistes pour renouveler leur quotient de désirabilité. Une affaire très inspirée!

Si la filiation entre mode et art ne fait plus aucun doute, la capacité de l’un à repositionner l’autre reste à explorer. En effet, nombre d’artistes ou plus largement de pratiques artistiques ont pu compter sur la mode pour les introniser au plus haut niveau. Plus les univers semblent antinomiques, à première vue, plus la révolution est totale. Preuve s’il en faut, l’oeuvre du plus adroit des designers en la matière. 2001, Marc Jacobs parvient en effet à conjuguer au patrimoine de l’une des maisons les plus respectées, une pratique jusqu’alors dénigrée.

En 2001 donc, il invite l’artiste et designer Stephen Sprouse à dérider la mythique toile de Louis Vuitton. A coup de graffitis colorés et apposés de façon quasi-exagérée sur le monogramme, le duo fait entrer dans le même temps le luxe dans un autre univers; tout en plaçant le street art au panthéon des pratiques les plus cool de ce début de siècle.

S’en suit une ribambelle de collaborations artistiques qui toutes réinventent l’habillage des icônes de la maison Vuitton. En 2004 c’est à Takashi Murakami qu’il confie le même travail. Mais cette fois, l’univers pop et bigarré de Murakami vient jouer du monogramme jusqu’à provoquer un trompe l’oeil des plus psychés. En 2012, c’est au tour du damier de côtoyer l’oeuvre de Daniel Buren. L’apothéose est atteint en 2017 lorsque Jeff Koons et Louis Vuitton révèlent une série de sac décalquant pêle-mêle le Titien, Da Vinci, Gauguin, Van Gogh et autres sur les iconiques sac Speedy, et Neverfall.

En 2008 déjà  la maison Fendi en appelait aux artistes les plus en vue de l’art contemporain pour réinventer l’iconique sac Baguette. Le premier it-bag de l’histoire, crée en 1997, prouve en passant à travers la créativité d’André, Sylvie Fleury, Jeff Koons, Tom Sachs ou encore Damien Hirst, sa capacité à épouser l’époque. C’est ainsi que le logo même de la maison Romaine — le double F, pour ‘Fun Fur’ — passe, en 2018, entre les mains de l’artiste digital Reilly. Quoi de plus logique à une époque où l’art se consomme sur Instagram, quand il ne vient à l’oeil du public au détour de memes décapants..

Du côté du 30 Avenue Montaigne, l’arrivée de Kim Jones et Maria Grazi Chuiri a un peu plus encore resserré les liens déjà très grands entre Dior et l’art. Il y eut d’abord Kim Jones qui rappelle à nous l’emblème, ou plutôt le grigri de Monsieur Dior. L’abeille chère à Christian est de retour dès la première collection du Britannique. Mais, en 2018, celle-ci se joue des traits de la figure de Kaws, artiste clé de l’époque. Présente ici sur le Saddle, là sur les nouveaux sacs imaginés à partir de cannages iconiques des salons de la maison Dior… L’abeille, comme les icônes Dior, s’acoquine de la légèreté du temps

Car voici encore un intérêt à ce que les icônes de mode et celles de l’art se rencontrent — les secondes aident les premières à rester désirables au delà des contraintes commerciales. Pour s’en convaincre, l’exemple du Lady Dior est tout bonnement parfait. Un sac resté dans l’ombre des ateliers jusqu’à ce que Bernadette Chirac vienne faire l’acquisition du prototype pour l’offrir à la Princesse Lady Di en visite à Paris… Voici comment une icône fut intronisée et ainsi produite pour le public. Aussi lorsque le projet Art Lady Dior voit le jour, il fait fi des obligations marchandes pour laisser libre court à l’imagination de John Giorno, Jack Pierson et Lee Bul. En 2016, Maria Gazia Chuiri en lance la version féminine et féministe — le résultat? Une série de sacs Lady Dior aussi divine et révolutionnaire que les oeuvres d’Olga De Amaral, Polly Apfelbaum, Burçak Bingöl ou encore Pae White…

Dans le même esprit, Hermès poursuit sa recherche d’imprimés fantasques et originaux, inspirée de l’élan créatif de Robert Dumas. L’esprit derrière le premier carré Hermès. Sous le nom ‘Hermès Editeur’ le projet fait appel de façon sporadique à des artistes, afin d’imaginer de nouveaux imprimés pour le mythique carré. Là encore, loin des contraintes qui astreignent habituellement à la mode… C’est ainsi que Daniel Buren, imagina 365 carrés pour Hermès — un pour chaque jour de l’année. De quoi raviver le quotient désidérabilité d’une icône née en 1937!

Quand La Nouvelle Cape Cod Hermès Joue Du Maillon Chaîne d’Ancre

capecod_chaine_ancre_blacklacquereddial_copyrightjoelvonallmen.jpg

Montre à part, montre objet mais surtout objet né de la main d’artisans façonnant le complice de tous les jours, la Cape Cod s’est rapidement hissée au rang d’icône très désirable. Il faut dire qu’en 1991, le savoir-faire Hermès s’est lié au coup de crayon débridé d’Henri d’Origny — le résultat ? « Un carré dans un rectangle » et une montre aussi pertinente qu’impertinente ! En 1998, lorsqu’elle s’habille d’un bracelet double tour, le succès est tel que la Cape Cod devient l’emblème de la maison Hermès.

 

Aujourd’hui, c’est un autre des codes du mythique sellier qui vient donner un nouveau panache à la pièce — le motif ‘chaîne d’ancre’, imaginé par Robert Dumas en 1938. Oui, Hermès n’en a pas fini de détourner les traditions horlogères ! Cette fois, la Cape Cod bouscule sa typographie et, sur un fond laqué noir ou blanc, le motif ancre vient s’entourer tantôt de spinelles noirs tantôt de diamants et nacre blanche… Si la Cape Cod conserve évidemment tout de son raffinement détaché, la voilà qui se double d’un bracelet alligator aussi précieux que fantaisiste ! Une pièce en deux versions donc, à mettre au poignet de toutes les femmes Hermès — fameusement distinguées.

L’Orange Hermès Habille Le Raincoat le Plus Désirable du Printemps/Eté 2019

_her0689_jpg_7304_north_1382x_black-2.jpg

L’hippodrome de Longchamp tient dans l’histoire de la maison Hermès une place bien particulière — c’est en effet au tournant de la Belle Époque que le sellier fonde dans ses environs la boutique qui fera sa réputation d’excellence. Des selles aux accessoires indispensables aux cavaliers, Hermès déploie sur le cuir un travail noble et éminemment raffiné. Près de deux siècles plus tard, la maison jouit d’une réputation intacte — mais c’est dans la mode qu’elle assure d’émerveiller sa clientèle. Ainsi pour le Printemps/Eté 2019, la directrice artistique Nadège Vanhee-Cybulski emporte sa cavalière vers le grand large : une collection entre terre et mer qui défilait cette semaine au coeur même de l’hippodrome ! 

 

« C’est à la lisière de ces deux mondes que se trouve la mer » expliquait Nadège Vahnee-Cybulski. Cette saison, elle s’amuse en réalité des termes “sailor” et “sellier” pour ancrer la collection dans la nature et le grand air. Et c’est le long d’une paroi réalisée toute en miroir que défilaient les Belles Hermès — reflétant ainsi le ciel et les pièces follement exécutées dans une poésie infinie… Graphique et sportive donc, le vestiaire Hermès du Printemps/Eté 2019 faisait la part belle aux pièces d’extérieur ; en vedette, un raincoat à la ligne claire et dynamique, coulé dans ce orange énigmatique. 

 

Aujourd’hui reconnu dans le monde entier pour être le signe distinctif de la maison Hermès, c’est pourtant les rationnements imposés par l’Occupation qui forcèrent le sellier à l’adopter. Comme beaucoup de secteurs, la mode s’est trouvée censurée et, la pénurie est telle que la maison du 24 rue du Faubourg St-Honoré s’est vue dans l’obligation d’utiliser le seul colorant alors disponible, cette couleur orange… Ainsi le raincoat de la prochaine saison se teinte de cet Orange Hermès, énigmatique, depuis devenu symbole de sérénité, de sagesse et de joie de vivre ! 

Le Constance d’Hermès, Une Icône Imperturbable

instasize_180811144605.png

Un sellier devenu maroquinier. La maison Hermès conte, autour d’un luxe inouï, l’histoire du monde, celle des transports, de la France et d’un savoir faire préservé face aux avancées techniques. Déjà en 1867, Hermès le sellier se fait remarquer en remportant un titre à l’Exposition Universelle. Dès lors la maison fournit les plus grandes écuries du monde, comme celle du tsar Nicolas II. Un goût de la perfection couplé à un sens du raffinement imperméable aux tendances, Hermès a su conserver tout d’un prestige aujourd’hui si recherché. Dans les années 1930, alors que la maison du 24 Rue du Faubourg Saint-Honoré ouvre sa production à un fort développement de lignes d’accessoires, Hermès a su injecter son héritage de sellier au coeur d’une pratique trop de fois soumise à l’utilitaire. Les sacs Hermès sont tout à la fois nobles et utiles ! Cultes surtout. 

 

Et sa place de légende dans le luxe est déjà attestée lorsque Catherine Chaillet imagine le Constance en 1959. Ainsi nommée en l’honneur de son cinquième enfant, Constance – née le même jour où le premier sac quitta le magasin de production – la pièce est fidèle à l’idéal d’excellence de la maison Hermès. Elégant, chic et éminemment pratique, le Constance ne tarde à taper dans l’oeil de Jacqueline Kennedy. L’éternelle première dame des Etats-Unis le popularise ainsi au sein de l’élite hollywoodienne. Il faut dire que le nouveau sac signé des ateliers Hermès trouve une versatilité et un porté tout particulièrement appréciés par ses femmes d’un nouveau temps. 

 

La pièce inspire l’esprit Hermès ; en respire la majesté ! Avec 50 pièces de cuir individuelles nécessaires à sa confection, le Constance demande 14 heures de travail… Minutieusement conçu, chaque sac Constance est l’oeuvre d’un seul et même artisan. Doté d’une anse-bandoulière coupée dans un cuir extrême raffiné, le Constance offre une liberté rare. Mieux, ses lignes fortes mais épurées forgent une allure toute glamour et pragmatique — avec son savoir-faire impeccable, le sac signe les silhouettes d’un luxe sans façon. Eminemment désirable, particulièrement convoitée, l’oeuvre d’Hermès demeure, aujourd’hui encore, cette icône imperturbable !

La Chaîne d’Ancre Hermès, l’Univers Eternel du Sellier

chaine-dancre-hermes-icon-icon-sebastien-girard.jpg

À l’aube des années 40, le sellier Hermès est depuis longtemps connu et reconnu pour être la quintessence du chic et du raffinement en matière d’équipements sportifs en tout genre. Largement inspiré du milieu équestre, où la maison officie depuis près d’un siècle, les pièces Hermès ne sont pas encore celles que l’on connait aujourd’hui. Mais voilà qu’en 1937, Robert Dumas, gendre du fils du fondateur Thierry Hermès, va faire entrer la maison dans la modernité. Et c’est lors d’un voyage sur les côtes normandes que tout commence.

Hermès, on le sait, aime à reproduire dans ses lignes la pureté et l’élégance d’éléments souvent peu estimés. Lorsque Robert Dumas repère la singularité et l’enchevêtrement des maillons de la chaîne reliant un bateau à son ancre, il se doute sûrement de l’impact d’une telle inspiration. Oui, l’idée du mythique Bracelet Chaîne d’Ancre vient bel et bien de cet emmêlement aussi chic que complexe. Mais voilà, si Robert Dumas veut transmuer cette idée en bijou, nul bijoutier de l’époque ne souhaite travailler à sa réalisation. Il faut dire que l’homme insiste pour que son bracelet soit conçu en argent — alors que les atours sont en grande partie fabriqués en or ou en platine. C’est ainsi qu’un certain De Perçin accepta de travailler ce métal un brin folklorique en son temps… Un an plus tard, le bracelet Chaîne d’Ancre est né. Et une pièce à l’équilibre naturel, à l’allure si chic et easy ne pouvait passer inaperçue. En un rien de temps, le bijou devient une icône. 

Dès lors la maison Hermès distille un peu partout le motif Chaîne d’Ancre. Des lignes d’assiettes en porcelaine au garde-temps Nantucket, ce jeu de formes et de volumes embellit et magnifie nombre d’objets Hermès. En 2011, c’est à partir des maillons Chaîne d’Ancre, depuis devenus mythiques, que Henri d’Origny imagine la montre Hermès tonneau Cape Cod. La même année, Pierre Hardy s’inspire du fermoir du bracelet Chaîne d’Ancre pour dessiner des boucles d’oreilles en suspension… Oui, le motif est tout à la fois versatile et ultimement raffiné — Robert Dumas avait vu juste ! Au point qu’en 2017, la Chaîne d’Ancre est plus actuelle que jamais. Aperçue sur un blouson homme de la collection Hermès Printemps-Eté 2018 ; ou mise en vedette lors d’une exposition consacrée à la nouvelle collection Chaîne d’Ancre Punk — le motif incarne le style intemporel de la maison Hermès, autant qu’il le détermine ! 

 

La Chaîne d’Ancre Hermès en Quelques Dates Clés :

2017 : Présence de la Chaîne d’Ancre, incrustée dans un blouson au défilé Hermès Homme Printemps-Eté 2018 à Paris.

2017 : Hermès imagine une exposition pour mettre en lumière la nouvelle collection Chaîne d’ancre Punk.

2014 : Edition du bracelet TGM « Chaîne d’Ancre 24« .

2014 : Le motif est déployé au secteur de l’art de la table, et figure sur des plats de la collection « Rallye 24 ».

2013 : Hermès s’engage dans la recherche contre les maladies génétiques et produit un carré sur lequel est présenté le motif de la Chaîne d’Ancre, dont les bénéfices sont reversés à l’Institut Imagine.

2013 : La maison Hermès fait chanter ses bijoux d’argent, dont l’iconique Chaîne d’Ancre grâce à un laser.

2013 : Création des créoles « Chaîne d’Ancre initiale« .

2013 : Le bracelet « Kelly double tour » de la maison Hermès associe les motifs de la Chaîne d’Ancre et du fermoir du sac Kelly.

2011 : Pierre Hardy s’inspire du fermoir du bracelet Chaîne d’Ancre pour dessiner des boucles d’oreilles en suspension.

2011 : Henri d’Origny part de la forme du maillon chaîne d’ancre pour designer la montre Hermès tonneau Cape Cod.

2002 : Des Chaînes d’Ancre Hermès sont vendues 450 euros dans le cadre d’une vente sous le marteau de l’étude Poulain.

1991 : Apparition de la montre Nantucket, sur laquelle nous retrouvons une représentation de la Chaîne d’Ancre sur le boitier.

1978 : Début de nombreuses lignes d’assiettes en porcelaine, arborant le fameux motif Chaîne d’Ancre.

1938 : Début de la Chaîne d’Ancre chez Hermès

1937 : Monsieur Dumas dessine les croquis d’une Chaîne d’Ancre lors de séjours au bord de mer.

La Parka Hermès Automne/Hiver 2018

defile-hermes-automne-hiver-2018-2019-paris-look-33.jpg

C’est en plein air, au sein de l’ancien couvent dominicain qu’est l’hôtel de l’Artillerie, que la maison Hermès a tenu la présentation de son défilé homme de Automne/Hiver 2018. Fidèle à sa vocation première d’habiller l’homme Hermès d’une élégance quasi-naturelle, la directrice artistique Véronique Nichanian a fait défiler une collection au style intemporel. La gamme était encore une fois très précise ; faite de matières nobles mais à la démarche insouciante. Dans le pur respect de la tradition Hermès, on remarque ainsi une pièce très contemporaine et prolongée des savoir-faire ancestraux de ses ateliers.

            A la lueur de quelques braseros, la maison a ainsi fait défiler une parka à capuche coupée dans du crocodile teinte camel. La parka devient ici pièce romantique et évocatrice où le cuir exquis d’Hermès est au centre du propos. La collection, comme cette silhouette, distillait aussi un volume plus généreux donnant une ambiance plus décontractée, et très actuelle. Le luxe à l’état pur.

            S’il fallait définir en une phrase la collection Automne/Hiver 2018 d’Hermès, on parlerait de chic sans excès ; de raffinement sans tapage. Ici, comme à l’habitude, les belles matières viennent donner de l’allure ou plutôt, piquer de raffinement les lignes et l’apparence confortables des ensembles. Comme en témoigne cette superbe parka en crocodile, must-have incontestable de la saison prochaine ; ou plutôt, une pièce à acquérir et à porter pour la vie !