Jaeger-Lecoultre et l’Atmos 568 By Marc Newson

« Elle semble vivante – on a le sentiment que la pendule sent votre présence – ce que je trouve étrangement réconfortant. » D’un côté tout le talent et l’esthétique d’un designer acclamé, Marc Newson. De l’autre, Jaeger-LeCoultre et son savoir-faire mythique, seul capable de donner naissance à l’Atmos. Et justement, ainsi procède cette pendule iconique, silencieuse puisqu’elle ne se nourrit que d’infimes variations de températures. On raconte que le mécanisme aurait fasciné tous ceux qui, comme Léonard de Vinci, cherchaient à imaginer le mécanisme le plus proche du mouvement perpétuel. Depuis 2008, tous ces faits s’entremêlent autour d’une énergie créative pour finalement donner forme à une interprétation exceptionnelle de l’Atmos. Après 8 ans d’élaboration, le résultat est d’une beauté limpide, quasi-divine.

« J’étais ravi que l’on me propose de concevoir une Atmos, car il s’agit d’une pièce d’horlogerie que j’aime depuis que je l’ai vue pour la première fois lorsque j’étais adolescent. Pour moi, l’Atmos est un objet à la fois complexe et magique, qui semble être en mouvement perpétuel ou presque » confie Marc Newson. Et il vrai que cette pendule vit de l’air du temps – l’Atmos 568 est une pièce d’exception, à la pureté saisissante, liquide, transparente… Cela étant, sans l’adresse des ateliers Baccarat, jamais la pièce n’aurait pu prendre vie sous un globe en cristal, donnant cette sensation de flottement dans les airs, tandis qu’il laisse passer la lumière.

Mieux, comme une pièce savamment travaillée donc maîtrisée, l’Atmos 568 recèle un jeu de lumière permanent qui s’opère sur le mouvement conçu des mains des artisans de la manufacture Jaeger-LeCoultre. Travaillé d’un brossé satiné mat d’aspect, le mouvement arbore certains espaces de brillance, mis en valeur par la lumière passant à travers le cristal. C’est à Marc Newson que l’on doit le choix du cristal, dont il chérit les qualités esthétiques et le rendu… Composé comme un voyage aux confins d’une pendule, l’Atmos 568 intrigue par la transparence extrême, tant elle attise l’oeil curieux par son enchevêtrement de rouages subliment révélé…. On passerait des heures à simplement voir le temps s’écouler.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *