La Reverso One Duetto Jewelry, allégorie de Haute Joaillerie

3352120_recto_soldat.jpg

Un an après la célébration en grande pompe de son 85ème anniversaire, la manufacture Suisse Jaeger-LeCoultre revient cette année avec une toute nouvelle version de sa mythique Reverso qui avait rendu un hommage à René Magritte. . Imaginée en 1931, la Reverso est très vite devenue emblématique d’une atmosphère feutrée et libérée des années 30, avec en prime la magnificence de lignes inspirées Art Déco. Aujourd’hui, c’est dans une version coulée dans l’or rose que la Reverso One Duetto Jewelry entend bien s’imposer – icône inventée pour les officiers Anglais de l’Inde britannique aimant se divertir au cricket, voici le garde-temps qui entend bien rendre hommage à la féminité, le tout appliqué Art Déco.

Dans un habit d’une élégance rare aux lignes révérées, la nouvelle interprétation en or rose de la montre Reverso One Duetto Jewelry se comprend comme le fruit d’un travail d’artisans joailliers. Son caractère, la Reverso le porte haut et, c’est au poignet que cet atour peut se targuer d’allure n’importe quelle silhouette ! Ce modèle s’inscrit avec aisance dans les pièces les plus précieuses de la collection Reverso – mais, c’est avec majesté que le garde-temps respect la philosophie de simplicité Jeager Le-Coultre. Ici aussi la forme naît de la fonction. Lignes étirées et cadran rectangulaire, la nouveauté se niche aussi et surtout dans le bracelet.

Les artisans ont en effet réalisé un bracelet en or rose arborant des maillons géométriques sertis de diamants d’une grande originalité, pour un poids total de 18 carats. Un véritable bijou imaginé autour de mailles s’entrelaçant parfaitement pour épouser en souplesse le mouvement du poignet. Un travail d’une telle minutie qui fait écho au dessin du verso de la montre – une gravure de losanges offrant un aspect graphique renforcé par le délicat sertissage de petits diamants taille brillant… Sur le cadran, c’est la douceur de la nacre de Bali qui vient un peu plus éveiller les sens quand, la nouvelle Reverso One Duetto Jewelry se présente dans une version on ne peut plus mythique de la Haute Joaillerie.

La TAG Heuer Connected

tagheuer.jpg

« La montre connectée est née en Suisse »… cela ne fait aucun doute pour Jean-Claude Biver, PDG de TAG Heuer. Il faut dire que la vallée de la Chaux-de-Fonds, berceau de l’horlogerie, a depuis longtemps mené la danse des aiguilles. L’horloger TAG Heuer introduit ainsi une version inédite de son iconique garde-temps – mais en version XXIe siècle. Innovant comme aucune des montres de sa gamme, la TAG Heuer Connected jouit d’une collaboration exclusive entre Google et Intel. Le résultat ? L’élégance et le niveau de finition d’une très belle montre, le tout élevé des caractéristiques des dernières avancées technologiques.

La TAG Heur est bel et bien une montre de luxe – bénéficiant de plus de 150 ans d’expertise, de savoir-faire et de l’héritage de la vallée Suisse… L’extraordinaire qualité du garde-temps bâtit cette fois-ci dans un métal précieux, familier à la manufacture : l’or rose, 18K. Mêmes fonctions et mêmes propriétés que son ancêtre, certes, mais une connectivité sans pareil… Indéniablement intelligente, Intel et Google ont ici créé une multitude d’options de connectivités incluant flux audio, Bluetooth, Wi-Fi, et 4 Go de mémoire ! Mieux, la TAG Heuer Connected est aussi équipée d’un petit micro qui permet de communiquer avec elle à l’aide du Google Voice control. Un contrôle facilité par un écran tactile en glace saphir. Un petit bijou de technologie, littéralement.

Jaeger-Lecoultre et l’Atmos 568 By Marc Newson

atmos.jpg

« Elle semble vivante – on a le sentiment que la pendule sent votre présence – ce que je trouve étrangement réconfortant. » D’un côté tout le talent et l’esthétique d’un designer acclamé, Marc Newson. De l’autre, Jaeger-LeCoultre et son savoir-faire mythique, seul capable de donner naissance à l’Atmos. Et justement, ainsi procède cette pendule iconique, silencieuse puisqu’elle ne se nourrit que d’infimes variations de températures. On raconte que le mécanisme aurait fasciné tous ceux qui, comme Léonard de Vinci, cherchaient à imaginer le mécanisme le plus proche du mouvement perpétuel. Depuis 2008, tous ces faits s’entremêlent autour d’une énergie créative pour finalement donner forme à une interprétation exceptionnelle de l’Atmos. Après 8 ans d’élaboration, le résultat est d’une beauté limpide, quasi-divine.

« J’étais ravi que l’on me propose de concevoir une Atmos, car il s’agit d’une pièce d’horlogerie que j’aime depuis que je l’ai vue pour la première fois lorsque j’étais adolescent. Pour moi, l’Atmos est un objet à la fois complexe et magique, qui semble être en mouvement perpétuel ou presque » confie Marc Newson. Et il vrai que cette pendule vit de l’air du temps – l’Atmos 568 est une pièce d’exception, à la pureté saisissante, liquide, transparente… Cela étant, sans l’adresse des ateliers Baccarat, jamais la pièce n’aurait pu prendre vie sous un globe en cristal, donnant cette sensation de flottement dans les airs, tandis qu’il laisse passer la lumière.

Mieux, comme une pièce savamment travaillée donc maîtrisée, l’Atmos 568 recèle un jeu de lumière permanent qui s’opère sur le mouvement conçu des mains des artisans de la manufacture Jaeger-LeCoultre. Travaillé d’un brossé satiné mat d’aspect, le mouvement arbore certains espaces de brillance, mis en valeur par la lumière passant à travers le cristal. C’est à Marc Newson que l’on doit le choix du cristal, dont il chérit les qualités esthétiques et le rendu… Composé comme un voyage aux confins d’une pendule, l’Atmos 568 intrigue par la transparence extrême, tant elle attise l’oeil curieux par son enchevêtrement de rouages subliment révélé…. On passerait des heures à simplement voir le temps s’écouler.

Chris Lee, Nouvelle Ambassadrice Gucci

chrislee2.jpg

Chris Lee ne fut pas un choix anodin pour Gucci – avec son style unique, son raffinement simple et pointu, la célèbre chanteuse et actrice Chinoise semble tout naturellement se fondre dans l’expression personnelle d’Alessandro Michele. Le directeur de la création de Gucci fait ainsi le choix d’harmoniser sa philosophie à ses ambassadrices en adoptant cette fois-ci une esthétique douce et claire.

Et il faut dire que l’entente semble idéale entre les deux artistes :« Je suis fascinée par les collections d’Alessandro Michele depuis qu’il est devenu directeur de la création de Gucci car elles sont pleines de joie et d’originalité », a déclaré Chris Lee. « Je suis absolument ravie de prendre part au nouveau chapitre de l’histoire de la Maison. » Nouveau visage de Gucci Montres et Joaillerie donc, les photos réalisées par la photographe Colin Dodgson seront ainsi distillées partout en Asie à partir de la mi-juillet. Dans son nouveau rôle, Chris Lee pose et dispose ainsi des pièces issues des collections horlogères et joaillières de la Maison. Une des trois photographies la présente avec la montre GG2570 – un nom comme un code rendant hommage au 25, le chiffre porte-bonheur d’Alessandro Michele, et aux années 70, décennie déterminante pour Gucci. 

Chris Lee arbore aussi des atours de la collection de haute joaillerie – une collection nommée Icon. Bagues, bracelets rigides et un pendentif coordonné monté sur chaîne en or rose 18 carats et émail blanc, la sélection exposée dans les clichés brille par leur simplicité acidulée. La collection emblématique s’emboîte autour d’une fraîcheur et d’un éclectisme tout fait de motifs Flora – de petites fleurs et de feuilles – venant ici égayer un peu plus le double G gravé, symbole de la collection Icon ! A découvrir très rapidement…

Cannes : La Montre Chanel Première de Kristen Stewart

kristen_stewart.jpg

Kristen Stewart, Ambassadrice CHANEL portait une montre « Première » en or jaune 18K, boîte sertie de diamants et bracelet chaîne CHANEL Horlogerie, et une bague « Coco Crush » en or jaune 18K CHANEL Joaillerie. Elle portait une jupe CHANEL de la collection Prêt-à-Porter Printemps-Eté 2016 avec un t-shirt CHANEL de la collection Prêt-à-Porter Automne-Hiver 2016/17. Maquillage CHANEL par Lucia Pica.

Les Nouvelles Montres Diamantissima de Gucci

g_16.09.27.jpg

La toile Diamante est connue de tous : tissu remarquable et motif incontournable de la maison Gucci, la toile est aujourd’hui aux mains de l’actuel directeur artistique de la maison, Alessandro Michele. Et il a promis de l’ériger en emblème absolu. Imprimé sur modèle raffiné ou version acier, le diamantissima se réinvente cette fois-ci au contact de matières reprenant exactement la forme première du garde-temps. L’un des rares designers à savoir mixer allure vintage, streetstyle, silhouette BCBG, sportswear et funk à l’Italienne s’éprend à faire des montres Gucci le nouvel accessoire fétiche de sa femme un brin perchée. Le tout sur fond de gaieté très Italienne.

D’ailleurs, pour incarner cette essence aussi espiègle que salvatrice, c’est Florence Welch qui raconte comment elle fut choisie : « Je suis collectionneuse dans l’âme, et quand j’ai rencontré Alessandro Michele, notre passion des bijoux nous a immédiatement rapprochés. Je trouve vraiment magique ce qu’il est en train de créer chez Gucci. Je suis très heureuse d’y participer. » Chez Alessandro Michele, directeur artistique de Gucci tout est question d’androgynie et de Renaissance italienne. Le créateur italien de 42 ans prône ainsi la confusion des genres.

En juillet prochain, ce sont ainsi trois nouvelles déclinaisons audacieuses qui seront éditées. Une esthétique singulière qui démontre encore tout du talent de Gucci… Une montre en PVD or jaune avec un bracelet en cuir lézard noir, ou version acier maille milanaise. Au total, deux tailles seront disponibles : 27mm et 32 mm. Un style très sophistiqué et épuré, dont le calibre rappelle que l’exigence baroque se sublime parfois de minimalisme racé.

La Montre Reverso de Jaeger-LeCoultre Rend Hommage à René Magritte

ma.jpg

Créée en 1931, la montre Reverso fête aujourd’hui ses 85 ans et continue de réinterpréter les codes de son passé pour s’ancrer dans la modernité. Cette année, le modèle phare de la Manufacture rend hommage, avec la Maison De Greef, à l’artiste peintre belge du mouvement surréaliste : René Magritte. Célèbre pour ses images surprenantes et poétiques, il a marqué l’art et continue d’inspirer les artistes du monde entier.

Pour l’occasion, la Reverso est habillée de la reproduction de son œuvre « La Trahison des Images » par une gravure laquée sur le fond du boîtier de la montre. L’œuvre est composée d’une pipe accompagnée de la phrase suivante : « Ceci n’est pas une pipe ». Le thème du décalage entre un objet et sa représentation a souvent été abordé par l’artiste à travers ses peintures intemporelles.

Trois séries différentes de montres célèbreront l’œuvre exceptionnelle de ce peintre novateur. Pour la première série, Jaeger-LeCoultre et De Greef ont sélectionné cinq montres en or gris et quinze montres en acier qui peuvent être admirées en exclusivité au sein de la maison De Greef. Les deuxième et troisième séries seront éditées dans les années à venir. Une collaboration audacieuse qui donne à voir de l’intensité, de l’imaginaire et un savoir-faire horloger unique.

 

La Collection Haute Joaillerie Ladymatic par Omega

oo.jpg

Pour Omega, le secret de la joaillerie réside dans l’harmonie. Le style est individuel mais le goût pour la joaillerie est universel. La collection de montres féminines de la marque est reconnue à l’international pour son raffinement, ses matériaux précieux et ses détails emblématiques. Omega a su doter ses bijoux du même charme sensuel et raffiné, pour la collection de haute joaillerie Ladymatic, qui entre en résonnance avec ses montres.

Cette collection glamour offre un ensemble homogène, intemporel et charismatique de bijoux disponibles en or rouge, jaune et blanc. Inspirés des ondulations qui caractérisent le boîtier de la montre mythique Ladymatic, quatre motifs viennent rehausser chaque pièce de la collection joaillière. La bague affiche 8,40 carats d’or et 0,72 carat pour les cercles en diamant, le pendentif, qui fait écho à la bague, est serti de diamants totalisant 0,4 carat. Enfin le bracelet est composé de deux des quatre motifs ondoyants et de quatre vagues de diamants fascinants. Chaque vague totalise 0,56 carat.

La collection haute joaillerie Ladymatic d’Omega est un mélange savant d’extravagance et de subtilité. Ses pièces scintillent par leur élégance, leur prestige et leur grâce. En réinterprétant le design du boîtier emblématique de la montre, Omega crée une identité puissante, définie par une féminité élevée au rang d’icône.

Speedmaster Moonwatch Grey Side of the Moon par Omega

o.jpg

Associant design et innovation révolutionnaire, Omega conjugue exploration spatiale, technologies et matériaux inédits pour toujours plus d’élégance. La nouvelle Speedmaster Grey Side of the Moon s’inspire de la poussière lunaire foulée par les astronautes à chaque mission et est constituée d’un authentique morceau de météorite. Son nom évoque un voyage spatial à travers des pluies de météorites jusqu’à la mystérieuse planète rouge Sedna et porte en lui des inspirations célestes. Cette nouvelle venue dans la collection Omega Speedmaster raconte l’histoire de la mission Apollo 8, illustrant la phrase prononcée par l’astronaute Jim Lovell « La lune est essentiellement grise ».

Ce modèle futuriste n’est pas seulement une invitation à l’aventure, il est également d’une élégance incomparable. Cette montre d’exception est fabriquée à partir de céramique blanche traitée de manière à obtenir une teinte grise métallisée spécifique, semblable à la couleur de la lune. Le modèle est donc placé dans un four à plasma à haute température pour obtenir cette transformation. Côté moteur, on retrouve le célèbre calibre Omega manufacture 9300 et ses 60 heures de réserve de marche. Son cadran météorite est façonné à partir d’un morceau de pierre galactique. Il est composé de platine 950 sablé qui lui confère un look classique et élégant tout en soulignant le savoir-faire apporté à sa création. Cette montre se distingue également par son échelle tachymétrique revêtue de Super-Luminova qui permet une lecture quelle que soit la luminosité ambiante.

La Speedmaster « Grey Side of the Moon » est un vibrant hommage au rôle pionnier joué par Omega en matière d’exploration spatiale. En misant sur des matériaux innovants, un mouvement mécanique révolutionnaire et une apparence du modèle originel respectée, la marque ne cesse de rassembler de nouveaux amateurs autour de la Speedmaster.

La Big Bang Unico Sapphire All Black Par Hublot

h.jpg

Après s’être exercé avec l’ambitieuse Ferrari Sapphire, Hublot relève une nouvelle foi le défi difficile de façonner ce matériau. Cette pierre extrêmement complexe offre à la nouveauté Hublot une résistance aux rayures quasi parfaite, puisque seul le diamant peut la rayer. Le boitier, la carrure et la lunette sont entièrement taillés dans le saphir fumé noir poli et restent malgré tout étanche à 50 mètres. Seules quelques pièces sont en titane : les vis, la couronne surmoulée de silicone et la boucle déployante. Une prouesse admirable d’autant plus que le saphir a rarement été taillé à une si grande échelle. 500 exemplaires ont été prévus pour la Big Bang Unico Sapphire.

« La force d’Hublot réside dans son identité clairement définie : l’Art de la fusion, ce pouvoir unique de créer des montres qui mêlent tradition et innovation. » Certainement iconique mais aussi spectaculaire et précieuse, cette pièce est une oeuvre d’art. Totalement cultivée en transparence et squeletage, celle-ci dévoile tous les rouages du mouvement manufacture Unico. Un mouvement entièrement visible dont la roue à colonnes positionnée côté cadran n’est désormais plus la seule particularité à observer. Transparence et noir intégral se poursuivent jusqu’au bracelet : ligné et structuré sur boucle déployante en titane.

La maîtrise industrielle d’un matériau extrêmement complexe n’est pas la seule excellence qu’offre La Big Bang. Ce chronographe automatique flyback doté de 72h de réserve de marche est, entre autres, équipé d’une roue à colonnes et d’un double embrayage. Il possède une glace saphir traitée antireflet intérieur/extérieur avec le logo Hublot et des aiguilles avec revêtement luminescent noir. Une réussite exemplaire pour un concept all black réinventé.