La Montre Polaris De Jaeger-LeCoultre, L’Icône Révolutionnaire

En 2018 elle célébrait ses 50 ans — l’icône Polaris fut toute à la fois une grande révolution dans l’univers de la plongée, et une nouveauté dans le quotidien des esthètes!

Si l’on parle du garde-temps le plus connu de Jaeger-LeCoultre, c’est sans conteste la Reverso qui viendrait en premier sur la table. Mais, si l’on veut aborder la question de la plus révolutionnaire des montres Jaeger-LeCoultre, c’est la Polaris qui tiendrait lieu de fil rouge. Pourquoi? Car la montre fut une véritable innovation dans l’histoire horlogère — une montre qui, pour la première fois, fit de la fonction sonnerie un signal indispensable aux plongeurs émérites!

Dans les années 1960 donc, les horlogers de Jaeger-LeCoultre se penchent sur le concept de plongée ‘Memovox’, en latin, la ‘voix de la mémoire’. L’idée? Faire de la sonnerie une fonction vitale à la plongée. Les bureaux d’étude de la maison Suisse se sont ainsi concentrés durant huit années sur la question avant d’aboutir à la montre parfaite: la Memovox Polaris de 1968 allait devenir culte. Il faut dire que ses atouts jouent en sa faveur: un boitier de 42 mm qui facilite la lecture de l’heure, un triple fond, une sonnerie plus résonnante, et une troisième couronne vraiment étanche… Que manque-t-il? Absolument rien.

Forts de leur expertise, les horlogers de Jaeger-LeCoultre allaient faire mouche — une nouvelle étape dans l’histoire des techniques, ce boîtier à triple fond a permis l’impossible. Sous l’eau, la voix de la mémoire qui rappelle aux plongeurs que le temps est venu de remonter à la surface; cette Memovox résonne comme jamais ! La diffusion optimale du son sous l’eau est donc permise par cette forme inédite de boîtier incurvé et à trous; évitant ici l’écueil d’un son étouffé par le contact de la combinaison de plongée…

Baptisée d’un nom entrant directement en résonance avec les grandes aventures des années 1960, la Polaris incarne cette course à dépasser les possibles! Découvertes océanographiques, conquête spatiale, et expéditions vers les Pôles — elle est de tous les défis ! Ainsi lorsqu’en 2018, la Memovox Polaris célèbre ses 50 ans, la maison Jaeger-LeCoultre lui dédie toute une collection.

« J’ai voulu que ce soit la montre sport-chic par excellence. Le garde-temps que l’on porte au quotidien ! Je voulais que l’on y retrouve le confort et la simplicité d’utilisation de ce que j’appelle une  » montre à vivre  » car les complications dont elle est dotée sont des complications utiles, simples et efficaces et sa fonction réveil s’avère bien pratique pour enregistrer l’heure d’un rendez-vous ! » détaille Lionel Favre, le talent qui contribua au design des nouvelles Polaris de Jaeger-LeCoultre. Le résultat?

Une nouvelle ligne à l’élégance racée et sportive, mêlant aux attributs de l’icône un caractère bien contemporain. La Polaris de Jaeger-LeCoultre présente une vision plus belle encore en acier, mais limitée à 1000 exemplaires… Le fond de son boîtier ainsi décoré reprend une gravure représentant un scaphandrier — ce même scaphandrier qui, déjà en 1968, venait orner le modèle originel. De quoi placer la Polaris au rang des pièces les plus désirables, signées de l’expertise de la vallée de Joux !

La Reverso de Jaeger-LeCoultre en Mode Métiers d’Art

jaeger-lecoultre-reverso-enamel-hokusai-great-wave-off-kanagawa-icon-icon-sebastien-girard.jpg

Aussi versatile qu’étonnante, la Reverso parfait sa transformation au fil de savoir-faire inspirés. Déjà en 2017, la manufacture éditait un modèle coulé dans l’or rose à l’occasion du 85e anniversaire de l’icône. Fruit d’un travail d’artisan-joaillier, la Reverso porte en elle une esthétique immuable – l’art déco de ses origines. Imaginée dans les années 30 pour convenir à la pratique du cricket par les soldats anglais de l’Inde Britannique, la Reverso conserve en effet dans ses lignes étirées et son cadran rectangulaire une certaine pertinence. Une façon d’épouser nouveautés et effets de style avec une rare aisance. 

Montre à deux visages, la Reverso rend aujourd’hui hommage à trois grands mouvements artistiques. Le pointillisme avec la Reverso Tribute Georges Seurat. L’encre de Chine à travers Xu Beihong. Et enfin, l’estampe Japonaise avec la Reverso Tribute Katsushika Hokusai. Afin de réaliser ces trois chefs d’oeuvre horlogers, la manufacture a pioché dans ses savoir-faire ancestraux. L’émaillage et la gravure servent ici à décalquer sur un format très réduit les grandes oeuvres de l’histoire humaine. C’est ainsi que la toile maîtresse de Georges Seurat – Un Dimanche Après-midi à l’île de Grande Jatte – fut reproduite sur le verso du garde temps par l’artisan-émailleur des Métiers Rares de Jaeger-LeCoultre. Si Seurat a consacré près de deux ans à l’exécution de cette toile de 2 mètres par 3 ; la Reverso Tribute Georges Seurat a, elle, nécessité plus de 70 heures de travail. Mais reproduire cette toile sur 3 cm² de surface demande un travail d’essais un brin plus compliqué.  

Seconde pièce exceptionnelle de cette collection, la Reverso Tribute Xu Beihong honore la peinture à l’encre de Chine. Célébration contemporaine d’un tableau originel de 3 mètres intitulé Les Dix Chevaux, la montre miniaturise le sens du geste, la fluidité et la légèreté portée par l’encre de Chine. Un chef d’oeuvre inédit qui, bien entendu, fut un réel défi. Dépeindre à l’émail les petits détails telle la crinière des chevaux, est un exercice complexe et un résultat simplement époustouflant. Enfin, la Reverso Tribute Katsushika Hokusai est finement guillochée de petites vagues. Un écho au dessin du verso qui décalque la mythique Grande Vague de Kanagawa, autour d’un émail translucide d’un bleu aussi profound que celui de l’océan… Jaeger-LeCoultre étoffe ici sa collection de trois pièces venant souligner toute la majesté et l’intemporalité des grandes œuvres. Le tout sur une montre Reverso éminemment pertinente.

La Reverso One Duetto Jewelry, allégorie de Haute Joaillerie

3352120_recto_soldat.jpg

Un an après la célébration en grande pompe de son 85ème anniversaire, la manufacture Suisse Jaeger-LeCoultre revient cette année avec une toute nouvelle version de sa mythique Reverso qui avait rendu un hommage à René Magritte. . Imaginée en 1931, la Reverso est très vite devenue emblématique d’une atmosphère feutrée et libérée des années 30, avec en prime la magnificence de lignes inspirées Art Déco. Aujourd’hui, c’est dans une version coulée dans l’or rose que la Reverso One Duetto Jewelry entend bien s’imposer – icône inventée pour les officiers Anglais de l’Inde britannique aimant se divertir au cricket, voici le garde-temps qui entend bien rendre hommage à la féminité, le tout appliqué Art Déco.

Dans un habit d’une élégance rare aux lignes révérées, la nouvelle interprétation en or rose de la montre Reverso One Duetto Jewelry se comprend comme le fruit d’un travail d’artisans joailliers. Son caractère, la Reverso le porte haut et, c’est au poignet que cet atour peut se targuer d’allure n’importe quelle silhouette ! Ce modèle s’inscrit avec aisance dans les pièces les plus précieuses de la collection Reverso – mais, c’est avec majesté que le garde-temps respect la philosophie de simplicité Jeager Le-Coultre. Ici aussi la forme naît de la fonction. Lignes étirées et cadran rectangulaire, la nouveauté se niche aussi et surtout dans le bracelet.

Les artisans ont en effet réalisé un bracelet en or rose arborant des maillons géométriques sertis de diamants d’une grande originalité, pour un poids total de 18 carats. Un véritable bijou imaginé autour de mailles s’entrelaçant parfaitement pour épouser en souplesse le mouvement du poignet. Un travail d’une telle minutie qui fait écho au dessin du verso de la montre – une gravure de losanges offrant un aspect graphique renforcé par le délicat sertissage de petits diamants taille brillant… Sur le cadran, c’est la douceur de la nacre de Bali qui vient un peu plus éveiller les sens quand, la nouvelle Reverso One Duetto Jewelry se présente dans une version on ne peut plus mythique de la Haute Joaillerie.

La Haute Joaillerie de Jaeger-LeCoultre Sublime Le Temps

bloggif_5921d4da238bc.jpeg

Le soin du détail, la minutie, l’utilisation d’éléments vibrants – tout cela procède de la haute joaillerie, et notamment celle développée par Jaeger-LeCoultre. Eclat de pierres précieuses, ingéniosité et maîtrise technique, l’univers Jaeger-LeCoultre s’insère avec une apparence certaine dans la grande joaillerie, ou plutôt dans l’art de sublimer le temps. Cette année, la maison Suisse présente ainsi quatre garde-temps si époustouflants qu’ils s’ancreront très certaine dans l’histoire de la haute-joaillerie. La montre Rendez-Vous Celestial, la Reverso One Duetto Jewelry, la montre Rendez-Vous Moon Medium et la Rendez-Vous Secret furent en effet pensées comme des splendeurs d’un art qui bien souvent ne porte pas son nom.

Chef-d’œuvre des artisans joailliers et horlogers de la maison Suisse, la montre Rendez-Vous Secret met définitivement en scène les savoir-faire de miniaturisation de Jaeger-LeCoultre. Ainsi composée à partir de 304 pierres, la pièce renoue avec l’esthétique d’une montre des années 1960 appartenant au patrimoine de la griffe – et tout le talent des sertisseurs se donne à voir dans cette composition laisse deviner un travail de réflexion, autant que de sublimation de l’outil garde-temps ! Aussi la montre Rendez-Vous Celestial joue-t-elle d’un cadran en émail et d’un disque du ciel en lapis-lazuli peint à la main avant de s’ouvrir plus largement sur une lunette sertie offrant un dégradé de saphirs… La Rendez-Vous Celestial se distingue par inventivité et le génie de sa composition qui, sous les jeux de lumière aux allures graphique, fait à elle seule figure d’œuvre d’art… Une montre féérique en somme.

Le troisième chronographe introduit par Jaeger-LeCoultre reprend les courbes de l’iconique Reverso mais dans une version un brin plus sophistiqué. La Reverso One Duetto Jewelry se fait ainsi éminemment féminine dans son sertissage de lumière, ses traits fins et allongés, ici sublimés par l’éclat des diamants, et son allure emblématique de l’Art déco. Au recto, les gemmes soulignent la douceur de la nacre de Bali sur le cadran, pour accueillir des chiffres arabes comme dessinés à lamain. Au verso, c’est l’opale noire et ses reflets chatoyants et mystérieux qui viennent ici compliquer un sertissage de diamants évoquant des rayons célestes – époustouflant ! Enfin, la Rendez-Vous Moon Medium se présente dans un guilloché à la géométrie elliptique savamment travaillé où se dessine au cœur de la montre l’astre de la nuit…  Chatoyant, sa finition sablée dégage une impression étonnante de profondeur et de relief… Avec une correction d’un jour seulement tous les 972 ans, cette fonction emblématique se révèle d’une précision remarquable, à la hauteur des atours que sont les nouvelles montres Jaeger-LeCoultre.

Jaeger-Lecoultre et l’Atmos 568 By Marc Newson

atmos.jpg

« Elle semble vivante – on a le sentiment que la pendule sent votre présence – ce que je trouve étrangement réconfortant. » D’un côté tout le talent et l’esthétique d’un designer acclamé, Marc Newson. De l’autre, Jaeger-LeCoultre et son savoir-faire mythique, seul capable de donner naissance à l’Atmos. Et justement, ainsi procède cette pendule iconique, silencieuse puisqu’elle ne se nourrit que d’infimes variations de températures. On raconte que le mécanisme aurait fasciné tous ceux qui, comme Léonard de Vinci, cherchaient à imaginer le mécanisme le plus proche du mouvement perpétuel. Depuis 2008, tous ces faits s’entremêlent autour d’une énergie créative pour finalement donner forme à une interprétation exceptionnelle de l’Atmos. Après 8 ans d’élaboration, le résultat est d’une beauté limpide, quasi-divine.

« J’étais ravi que l’on me propose de concevoir une Atmos, car il s’agit d’une pièce d’horlogerie que j’aime depuis que je l’ai vue pour la première fois lorsque j’étais adolescent. Pour moi, l’Atmos est un objet à la fois complexe et magique, qui semble être en mouvement perpétuel ou presque » confie Marc Newson. Et il vrai que cette pendule vit de l’air du temps – l’Atmos 568 est une pièce d’exception, à la pureté saisissante, liquide, transparente… Cela étant, sans l’adresse des ateliers Baccarat, jamais la pièce n’aurait pu prendre vie sous un globe en cristal, donnant cette sensation de flottement dans les airs, tandis qu’il laisse passer la lumière.

Mieux, comme une pièce savamment travaillée donc maîtrisée, l’Atmos 568 recèle un jeu de lumière permanent qui s’opère sur le mouvement conçu des mains des artisans de la manufacture Jaeger-LeCoultre. Travaillé d’un brossé satiné mat d’aspect, le mouvement arbore certains espaces de brillance, mis en valeur par la lumière passant à travers le cristal. C’est à Marc Newson que l’on doit le choix du cristal, dont il chérit les qualités esthétiques et le rendu… Composé comme un voyage aux confins d’une pendule, l’Atmos 568 intrigue par la transparence extrême, tant elle attise l’oeil curieux par son enchevêtrement de rouages subliment révélé…. On passerait des heures à simplement voir le temps s’écouler.

Le Reverso Capturée Dans Le Yearbook Jaeger-LeCoultre, Pour Ses 85 Ans

yb1.jpg

Cela fait dix ans que la manufacture Jaeger-LeCoultre met à l’honneur tout l’art de la photographie au fil des pages de son Yearbook. Justement, pour ses dix ans, et les 85 ans de la Reverso, la manufacture met au cœur de son récit toute la trame de son mythique garde-temps autour d’un thème cher au savoir-faire  Jaeger : révéler l’inattendu.  L’icône horlogère de la maison se trouve ainsi enrichie de surprises, où les reportages suivent le fil rouge du mécanisme Reverso lui-même.

Il faut dire que la Reverso ne cesse de surprendre en se retournant sur elle-même pour laisser apparaître un autre visage. Dès sa création, ces caractéristiques devinrent intemporelles : la montre et son boîtier réversible, ses aiguilles et ses index à l’intense couleur bleue, s’ancrent dans le temps d’une époque avide de renouveau. Créée à une époque où tous les efforts étaient concentrés sur le progrès technique, la Reverso associe esthétisme et prouesse technique. Dès lors, ce savant mélange d’élégance et de sportivité comblent toutes les aspirations de la manufacture.

Et c’est exactement sur cela que revient en photo et sur papier glacé la dixième édition du Yearbook. Une forme de maturité esthétique atteinte là aussi puisque l’ouvrage lui-même est surprenant – il faut le retourner pour poursuivre sa lecture ! Une première partie fait explorer une multitude de faces cachées à travers des clichés aussi esthétiques que déroutants. La seconde, elle, met en scène les deux visages de la Reverso en célébrant son inspiration Art déco, puis en permettant à des duos d’artistes d’y exprimer toute l’ambiguïté de sa double facette. Enfin, le photographe Laziz Hamani s’attache à mettre en images le rapport entre le polo et la Reverso – une mise en scène là encore inspirée par l’histoire !

 

Le 85ème Anniversaire De La Montre Iconique Reverso À Venise

reverso.jpg

Jaeger-LeCoultre, maison de haute horlogerie a au cours des dix dernières années, tissé des liens forts avec l’industrie du cinéma – passionnée, la maison a ainsi soutenu l’art cinématographique comme aucune autre. Il n’est donc pas étonnant de voir aujourd’hui de voir la Mostra de Venise servir de contexte à la célébration des 85 ans de la mythique montre Reverso.

Au programme de la soirée du 6 Septembre dernier : un dîner de gala réunissant des invités de marque tenu à l’Arsenal de Venise. Ce fut ainsi Daniel Riedo, CEO de Jaeger-LeCoultre, qui se chargea de l’accueil de près de 200 invités ; parmi eux, Sonia Bergamasco, Daniel Brühl, Jorge Viladoms, Eva Riccobono, Chiara Mastroianni, Gemma Arterton, Nelly Karim – et Christian Louboutin pour invité d’honneur.

Créée en 1931, la Reverso est très vite devenue emblématique. C’est dans une atmosphère de cabaret, dans un décor inspiré du style Art Déco du garde-temps que l’évènement pris place. Mieux, afin de faire résonner l’ambiance festive de l’époque, nombreux numéros vinrent ponctuer le spectacle, tandis que l’artiste Jorge Viladoms, ami de la maison, jouait des morceaux au piano, pour la plus grande joie des invités. Finalement, la célébration des 85 ans de la Reverso fut aussi l’occasion de présenter aux invités la collection de montres Reverso: One, Classic et les modèles Tribute – mais surtout, les nouvelles créations Reverso by Christian Louboutin… Des bracelets Couture créés par Christian Louboutin pour habiller la montre Reverso One Haute Joaillerie… Des pièces somptueuses et hautement désirables.

La Reverso Van Gogh de Jaeger-LeCoultre

vangogh.jpg

Elle est une montre iconique de l’histoire de l’horlogerie — de celles ayant révolutionné le genre : décennie après décennie, la Reverso signée Jaeger-LeCoultre a cela qu’elle inspire constamment le même émerveillement. Lui, est un peintre au destin disloqué — avant-garde d’avant l’heure, Vincent Van Gogh a laissé derrière lui une oeuvre profuse et abondante. Génie incompris à une époque ne jurant que par le goût bourgeois, Van Gogh n’a pourtant connu qu’une brève carrière ; 10 ans suffirent à le faire entrer définitivement dans l’histoire de l’art, et aujourd’hui, voici que l’un de ses nombreux autoportraits se retrouve habilité à l’art de l’émaillage, savoir-faire maîtrisé par la manufacture Jaeger-LeCoultre.

Pour rendre hommage à l’un des plus grands artistes de notre temps, la manufacture s’est ainsi associée au musée Van Gogh d’Amsterdam pour composer la nouvelle série de montres Reverso à Éclipse. L’idée de cette collaboration historique est née dans l’esprit de son partenaire néerlandais, Gassan ; l’idée : créer une pièce unique associant artisanat, art et patrimoine. Ici, l’oeuvre de l’artiste est clairement mise en valeur dans cette deuxième série de garde-temps : un autoportrait peint sur émail donc, façonné dans les ateliers de la Manufacture suisse Jaeger-LeCoultre. D’un simple geste, les volets de la montre s’ouvrent et révèlent la reproduction miniature du tableau — un savoir-faire unique qui exige précision, virtuosité et patience, subliment réalisé ici.

Il arrivait en effet souvent à Van Gogh de se peindre lui-même. Lorsqu’il il n’avait pas le sous pour payer un modèle, l’homme à l’oreille bandée s’est ainsi un jour représenté dans un Autoportrait de l’Artiste, daté de 1887-88. Imagé en peintre, palette et pinceaux à la main, devant son chevalet, la modernité de l’oeuvre transparaît à travers l’utilisation de couleurs vives, quasi brutes — une palette basée sur les nuances complémentaires. Et c’est justement cette toile que Jaeger-LeCoultre a choisi pour illustrer le cadran de la nouvelle série de Reverso.

Reverso One High Jewelry De Jaeger-LeCoultre

reverso.jpg

Depuis sa fondation en 1833, la manufacture Jaeger-LeCoultre ne cesse de surprendre le monde de la Haute horlogerie ; jouant de l’esprit inventif du fondateur Antoine LeCoultre, la maison a depuis mis au monde une collection aussi exquise qu’iconique. Riche de son histoire et de son savoir-faire, la manufacture célèbre cette année son 85ème anniversaire avec l’une des créations les plus époustouflantes de ces dernières années : le garde-temps Reverso One High Jewelry.

Composée comme un condensé de féminité, la montre s’inspire franchement des premiers modèles Reverso confectionnés pour les dames des les années 1930 – mais cette fois, c’est une équation plus proche de la haute joaillerie qui forge son caractère. Véritable bijou de poignet, la beauté stellaire de la Reverso One High Jewelry se révèle au contact d’une éclatante féminité. Reprenant le motif des godrons de la Reverso, ce sont là trois rangs de diamants qui viennent encadrer le temps. Transformés en véritable pièce de haute joaillerie, les chiffres arabes légèrement arrondis, comme dessinés à la main, s’épanouissent gracieusement sur un cadran en nacre, travaillés comme des rayons de lumière accompagnant le renversement du boîtier. Le cadran en aventurine noire, profonde et pailletée à l’image de poussières d’étoile fait ajouter que plus de poésie dans ce travail d’orfèvre… Taillée comme une ode à la féminité et à ses multiples nuances, la Reverso One transforme finalement le garde-temps en pièce iconique et transdisciplinaire.