La Linea Rossa de Prada

Pionnière dans l’athleisure, la maison Prada peut se targuer d’avoir initié, avant l’heure, un engouement certains pour les silhouettes sportives. On parle aujourd’hui de streetwear.

L’Histoire De La Linea Rossa

Un Moment Fondateur Du Streetwear Et Du Luxe

L’histoire de la Linea Rossa est indubitablement liée à celle du Pocono. Cette matière fétiche de Prada est en effet à l’origine d’une révolution dans le monde du luxe. Avec le sac Vela, d’abord en 1984. Avec la Linea Rossa ensuite…

En ce qu’il est synthétique très durable et pratique, le Pocono est à l’époque en totale contradiction avec les textiles luxueux alors privilégiés par les maisons de luxe.

L’arrivée de Neil Barrett à la maison en 1995, avec sa vision élégante et monochrome pour Prada Men’s, a mis Miuccia sur la piste de Prada Sport. Lancée en 1997 avec Neil Barrett à la barre, Prada Sport va lancer des pièces qui fusionnent magistralement ce que la maison nommait: des vêtements “urbains“ avec des éléments “techniques“.

Prada Men’s, PE 1999

En s’appuyant de nouveau sur des matières tabou dans le luxe, Prada innove avec le Pocono — plus connu dans la production de masse, de parachutes et de bas. Pas très luxueux en soi… Mais Prada Sport ‘Linea Rossa’ s’est appuyée sur le patrimoine Prada pour imaginer des silhouettes futuristes pourtant très luxueuses !

En plus de capturer l’esprit culturel de l’époque avec sa nouvelle esthétique qui mélangeait sportswear et luxe, Prada Linea Rossa constituait ainsi une ligne polyvalente, simple et reconnaissable d’un coup d’oeil.

Des couleurs vives et acides qui deviennent des codes iconiques de Prada. Couplées avec l’utilisation de matières dites de ‘mauvais-goût’, Prada a trouvé l’ancrage de son propos hors des codes…

Ainsi la Linea Rossa à Prada constitue l’un des moments fondateurs du streetwear de luxe… Les pièces étaient bien ajustées, arborant une insouciance dans un confort absolu. Le premier survêtement griffé est ainsi né. L’attrait irrésistible de la collection au sein des cultures alternatives ne s’est pas fait attendre. L’unification sans précédent de la fonctionnalité et du luxe à la Prada a fait fort !

Le succès est tel que les produits de Linea Rossa ont été élevés à la dignité des podiums lorsque Miuccia Prada les a inclus dans sa collection du Printemps/Eté 1999. Et en 2019, c’est en grande pompe que Prada célébrait l’anniversaire d’une ligne désormais légendaire.

Mais la Linea Rossa, c’est aussi la ligne qui incarne le mieux la transversalité entre la mode, le monde du sport et les évènements internationaux de grande ampleur. A l’instar de l’America’s Cup, courue par l’équipe du Luna Rossa.

Prada Sport, Luna Rossa Et L’America’s Cup

C’est par l’impulsion du PDG de Prada et mari de Miuccia Prada que s’est fait l’incursion réussie de Prada dans l’évènement qu’est l’America’s Cup.

En 1999, désireux de participer à la 30e édition de l’America’s Cup, Patrizio Bertelli fait ainsi construire par architecte naval argentin Germán Frers le monocoque Luna Rossa (ITA-45). Passionné de voile et de nautisme, Patrizio Bertelli a ainsi amené Prada à courir simultanément le sport et la mode, avec la création du Luna Rossa.

Symbole d’élégance et de sport, la Luna Rossa incarne bien les valeurs de Prada.

Pour sa première participation à l’America’s Cup, le plus ancien trophée de voile au monde, le Luna Rossa (ITA-45) remporta la victoire contre one America (USA-61). Mais, quelques semaines plus tard, à Auckland du 20 février au 2 mars 2000, le challenger Italien Luna Rossa (ITA-45) s’est fait prendre la victoire par le célèbre skippeur Russel Coutts, pour le New Zealand (NZL-60)… Par 5 manches à 0.

Un moment d’anthologie puisque le design, le sport, le marketing et les valeurs de la maison Prada ont embrasé un évènement d’envergure internationale. Mieux, la signature Prada Sport Linea Rossa – la fine bande rouge reproduite sur la coque du yatch – est ainsi devenue iconique.

Luna Rossa, Prada

C’est donc avec une certaine impatience que l’on attend le départ de la 36ème édition de l’America’s Cup, normalement prévu pour l’été austral, en 2021… Le Luna Rossa, le catamaran high-tech signé Prada, s’engagera alors dans la prestigieuse régate… Pour la quatrième fois de son histoire !

Le Pocono, Matière Iconique de Prada

Initié dans les années 80, le Pocono a tour à tour fait entrer Prada dans l’ère contemporaine, tout en projetant la mode dans l’ère des it-bags,

Prada, Une Maison En Perpétuelle Réinvention

Lorsqu’en 1978, Miuccia Prada hérite de la maison fondée par son grand père, elle n’hésite pas à la mettre sur la voie de la modernisation. Emportant avec elle la mode vers des territoires inexplorés.

« J’ai toujours voulu mixer les façons industrielles de produire les choses avec le patrimoine passé, avec la tradition artisanale. »

Le Sac Qui A Changé La Maison Prada

C’est en 1984 que Miuccia Prada révolutionne la maison, la mode et la maroquinerie. Le secret de cette révolution est un sac. Le sac Vela, plus exactement. Un style de sac à dos disponible d’abord en noir et marron, qui se trouve être travaillé dans un nylon spécialement conçu et imaginé par Prada. Un nylon résistant à l’eau appelé Pocono.

Campagne, le Vela Prada

Marqué d’un sceau métallique Prada distinctif, et non de son logo… Le sac détonne avec l’histoire même de la maison Prada qui, il faut le rappeler, était le fabricant de maroquinerie de la famille royale italienne.

Un sac de luxe coupé dans du nylon donc, il fallait l’audace du concept joli laid de Prada pour l’imposer au monde. Car le Vela est très différent des sacs brillants et bling de l’époque.

Du nylon comme matière alors utilisée pour les tentes militaires, Prada venait de faire entrer la mode dans l’ère des it-bags. Et ce, à partir d’un sac qui redéfinit les termes mêmes du luxe.

Le Vela allait devenir le sac le plus vendu d’une époque, et signalait le virage Prada pour l’avant-garde !

« Tout à coup, le nylon me paraissait plus intrigant que les tissus de Haute Couture. J’ai décidé de l’introduire sur le podium et il a challengé, voire changé, l’idée traditionnelle et conservatrice du luxe. Je suis toujours obsédée par ça » confie Miuccia Prada des années plus tard.

Et il est vrai que sur le podium, le Pocono n’est jamais passé inaperçu.

Le Pocono, Matière Iconique De Prada

Pour la collection automne 1994, Miuccia Prada a ainsi sorti le Pocono du sac Vela pour en répandre tout le cachet dans des silhouettes tout à fait luxueuses.

C’est cette collection qui a répandu le concept de laid chic … Des vestes et des gilets, des robes et des ensembles jupe-tailleur… Cette collection a suffi à faire du Pocono la matière iconique de Prada. Une matière ingénieuse et renversante qui épouse à merveille le détournement des codes de la haute bourgeoisie.

Et l’histoire moderne de Prada est indubitablement liée à celle du Nylon Pocono. C’est en 1980 qu’elle a l’idée de développer cette matière un brin moins snob, et moins rébarbative que le cuir de haute qualité… Durable, imperméable à l’eau, pratique et osé… La critique salue ; le monde de la mode est en émoi — et le Pocono devint incontournable.

Son message aussi — on détourne aujourd’hui à l’envie les matières et les conventions du luxe. A l’origine du look monochrome, le Pocono a ainsi accompagné le minimalisme, tant dans la coupe que dans le monochrome … Un minimalise né en réponse au maximalisme des années 80.

Et on remarque bien l’élégance quirky mais intemporelle du Pocono. Pour l’Automne/Hiver 2018/19, Prada a ainsi fait l’éloge de cette matière clé qui a érigé la maison au panthéon de la mode.

« J’ai une passion pour le nylon — à en mourir. Le Nylon est l’emblème d’un aspect industriel et lorsque nous avons commencé à en faire, c’était complètement nouveau » précisait Miuccia Prada en backstage de son défilé homme en janvier 2019.

Lignes épurées, tissus luxueux et avant-garde athleisure Prada. L’histoire de Prada est aussi celle du Pocono et de la Linea Rossa

Une matière qui a ainsi fait de Prada un nom et un style éminemment convoités.

Le Sac Bowling de Prada, Le Retour d’Une Icône

Le retour en grâce d’une pièce clé du vestiaire ‘Sincère Chic’ de Prada — vue pour la première fois en 1999.

L’anticonformisme de Miuccia Prada a souvent donné lieu aux pièces les plus désirables de la mode des ces trente dernières années. Après le retour du Pocono, la maison Italienne a surpris le monde de la mode lors de son défilé Croisière 2020, avec son dernier remake en date — l’iconique sac Bowling.

Septembre 1999, Prada est la figure de proue d’un nouveau vocabulaire luxe: la jolie laide, une silhouette toute faite de mélanges décomplexés et franchement désirables, trouve son point d’orgue avec la collection du Printemps/Eté 2000. Baptisée ‘Sincere Chic’, le défilé fait la part belle aux codes depuis devenus iconiques de Prada. En vedette, un sac aussi inattendu que bien galbé — le sac Bowling.

C’est un hit, instantané. Les magasins Prada doivent mettre en place des listes d’attente, tant la demande pour le sac Bowling est forte . Réédité cette année pour sa vingtième année, le it-bag a aussi été repensé.
En color block dans sa version la plus pop, le sac Bowling a toutefois conservé ce cuir à l’aspect soyeux, véritable savoir-faire de la maison Prada. Une nouvelle vision de l’icône, raffinée et extrêmement cool !

Le Laid Chic Prada du Printemps/Eté

_mon0549.jpg

A Milan la semaine passée, Miuccia Prada annonçait sa volonté d’instaurer une nouvelle élégance masculine; plus jeune, plus fraîche, et surtout plus sexy. De son propre aveu, c’est la première fois que Miuccia Prada prononçait le mot ‘sexy’; mais, sa volonté, elle, s’ancre bel et bien dans les codes mêmes de la maison Milanaise. Il faut dire que la dextérité Prada est depuis longtemps reconnue à sa façon d’élever la banalité des lignes et matières du quotidien pour en faire des pièces franchement désirables. Preuve s’il en faut, le désormais mythique Nylon bag ou les iconiques imprimés laid chic. 

Et pour le Printemps/Eté 2019, Prada infuse la silhouette de son homme d’une bonne dose d’extravagance. A commencer par ces shorts — réduits à la taille minimum, ils sont pour Miuccia « comme une minijupe » pensée pour homme. Le look 32 capture ainsi toute la vision de la saison prochaine: sweat néoprène aux teintes allumées et short graphique aux imprimés très 70’s. « J’ai mis ensemble beaucoup de pièces différentes — sérieuses, drôles, de toutes sortes — mais le but était de construire et de définir une élégance jeune et contemporaine. Ces pièces sont simples et je voulais d’elles qu’elles fassent sens » précisait-elle en coulisses.

Dans une veine quasi science-fictionnelle, Miuccia Prada a donc distillé sa griffe autour d’une notion jusque là inconnue chez Prada — des combinaisons sinon inattendues du moins totalement praticables. Et pour une maison qui adore jouer avec la laideur, aujourd’hui, c’est le sexy comme mauvais goût qui est exploré. Une proposition faite d’obfuscations visuelles qui, une fois passée à travers le savoir-faire Prada, gagne en justesse pour l’homme du présent! 

Le Logo Prada, Le Sceau Inchangé d’une Mode Versatile

prada_1247_l.jpg

Prada, c’est d’abord une enseigne de maroquinerie fondée à Milan en 1913. Mario Prada déjà développe une approche perfectionniste et élégante de la maroquinerie – si raffinée qu’en 1919, la maison devient fournisseur de la cour Italienne. Située dans la galerie Victor-Emmanuel-II à Milan, Prada reçoit le droit d’utiliser le symbole traditionnel de la royauté ; la maison signe désormais ses pièces d’un logo reprenant le motif du noeud de corde ; le sceau même de la maison de Savoie. Ainsi scellées d’un logo discret, les valises et les sacs à main Prada distillent une étiquette authentique et une allure éminemment italienne. L’association entre le nom Prada et son logo est telle qu’il est encore utilisé aujourd’hui pour signer les sacs à main. Il faut dire que l’arrivée de Miuccia Prada n’a pas seulement exporter la tradition familiale dans plus de 70 pays – elle a su l’élever au rang d’art contemporain ; une tradition extrêmement d’actualité.

La réputation Prada se niche ainsi dans le style et l’approche de Miuccia Prada. La petite-fille du fondateur a positionné la maison à l’avant-garde de la mode. « J’aime l’ironie dans mon travail, dit-elle. C’est ça qui m’intéresse, de la même façon qu’il me plaît d’analyser ce qui est et n’est pas à la mode, pourquoi les gens aiment certaines choses. » Et elle ne s’y trompe guère. En 1985, le premier it-bag de l’histoire est signé Prada. Confectionnée dans un nylon militaire – le Pocono – la pièce se distingue dans le raffinement de son exécution… Minimal et neutre, le sac est évidemment signé du logo Prada ; mais discrètement, avec toute l’élégance qu’on lui connait. À y regarder de plus près, la signature Prada distille des lettres très particulières ; une patte qui scelle à elle seule l’essence de Prada version Miuccia.

Car le style se dévoile bel et bien ici – nicher l’audace dans les détails ; bousculer sans jamais provoquer : Prada, c’est un style novateur et iconoclaste qui puise dans l’artisanat l’évidence de sa mode. Les artisans de la maison milanaise utilisent en effet des techniques si anciennes qu’elles dépassent la mémoire de l’humanité, et des méthodes si nouvelles qu’elles tiennent de secrets brevetés. Traduire ce raffinement dans une approche plus pratique et industrielle – voilà ce que signe aujourd’hui le logo Prada ; une signature qui scelle la volonté de préserver l’identité et la qualité fondamentale des pièces Prada.

Le Costume Tapisserie Prada Croisière 2019

le-defile-prada-resort-2018-2019-photo-6.jpg

C’est au septième étage de la Piano Factory, quartier général New-yorkais de la maison, que Miuccia Prada faisait défiler la semaine passée sa collection Croisière 2019. Un exercice qui, s’il apparait nouveau pour la maison, distille tout des gimmicks chers au style Prada. « La collection exprime ma vision de ce qui est réel, de ce qu’on veut porter aujourd’hui, du moins, c’est la façon dont je le rêve. » Une collection où l’étrangeté-chic de Prada se révèle une nouvelle fois efficace de bien des façons.

Fidèle à sa griffe, Miuccia Prada a ainsi fait défiler des silhouettes aussi étonnantes que pertinentes – à l’heure d’une mode plus audacieuse qu’élégante, la pionnière du laid-sublimé renouait ici avec nombre de ses gimmicks iconiques. A l’instar de cet ensemble veste-pantalon trempé dans un motif tapisserie très seventies. Déjà, lors de la collection Printemps/Eté 1996, Miuccia Prada faisait faire un grand bon à la mode en faisant défiler nombre d’imprimés jugés ‘laid’ aujourd’hui synonymes d’avant-garde…

Justement, la collection Croisière 2019 renoue avec l’ADN même de la maison Milanaise – un ensemble veste-pantalon taillé à la perfection, vibrant au contact d’un imprimé à l’effervescence assumée! Silhouette phare de la collection, l’ensemble célèbre ici le monde Prada. Un monde fantastique et riche en contrastes ; une mode bourgeoise pourtant éminemment poétique. Un style antiglamour qui, en 2018, continue d’incarner la figure de proue d’une mode décomplexée.

Le Télescopage et la Chapka Prada Croisière 2019

prada_resort_19_015_jpg_6128_north_660x388_white.jpg

C’est la ville de New York que la maison Prada a choisit pour faire défiler l’une de ses rares collections Croisière. Et celle de 2019 signe le meilleur de l’ADN de la maison Milanaise. Il faut dire que la griffe Miuccia est depuis longtemps à l’avant-garde du système – un système qui, aujourd’hui, ne jure que par un chic étrange, dérouté, détourné. Justement, lorsque Miuccia Prada arrive sur le devant de la scène au milieu des années 1980, l’héritière s’attache à développer une mode à contre-courant ; une mode inspirée et percutante. Là, les styles, les imprimés, les coupes et les références se mélangent dans une cacophonie étrangement convaincante.

Aujourd’hui, la silhouette phare de Prada distille une mode qui ne se conjugue ni en genre, ni en nombre – une silhouette où le tee-shirt en lurex vient embrasser une longue jupe en mousseline de soie. « C’est comme mon fantasme de la réalité » déclarait backstage l’intéressé. Un fantasme qui, pourtant, touche de près à l’actualité, tant Miuccia Prada a en effet su faire se rencontrer détails geek, confort athleisure et préciosité un brin surannée.

Un opéra d’époques et d’influences ici chapeauté par une chapka des plus inspirées ! Ce couvre-chef, Miuccia Prada raconte l’avoir vu sur l’un de ses fils tout juste de retour d’un voyage en Russie. Mais une fois passée au filtre de l’ADN Prada, la chapka ne peut que gagner en style, imprimée de l’iconique motif tapisserie. Miuccia Prada vient sans doute d’inscrire là le geste mode de la prochaine saison !

Le Manteau Pocono Prada de l’Automne/Hiver 2018

pocono-prada-automne-2018-2018-icon-icon-sebastien-girard.jpeg

L’histoire moderne de Prada est indubitablement liée à celle du Nylon Pocono. En 1980, Miuccia Prada prend la direction artistique de la maison de maroquinerie familiale. C’est alors qu’elle a l’idée de développer d’une matière un brin moins snob et rébarbative le cuir de haute qualité, En 1984, Miuccia fait entrer le Nylon Pocono dans le répertoire Prada. Mais l’esprit visionnaire de la femme Prada ne s’arrête pas là — avant même la déferlante des it-bags, elle décide de faire de ce Nylon un sac griffé Prada. Durable, imperméable à l’eau et beau… La critique salue ; le monde de la mode est en émoi — et la pièce devient incontournable. 

« J’ai une passion pour le nylon — à en mourir. Le Nylon est l’emblème d’un aspect industriel et lorsque nous avons commencé à en faire, c’était complètement nouveau » précisait Miuccia Prada en backstage de son défilé homme en janvier dernier. Pour l’Automne/Hiver 2018/19, Prada a ainsi fait l’éloge de cette toile vedette qui a fait entrer la maison dans le panthéon de la mode. 

Et c’est ce Nylon à l’effet soyeux que l’on retrouve sur ce Manteau Pocono. Noir, comme le sac original, il reprend tout de l’esthétique et de l’approche utilitaire mais raffinée de Prada. Pièce absolue du vestiaire de l’hiver prochain, le Manteau Pocono distille une allure particulière — une allure piquée là-aussi par une autre matière fétiche de la maison, le tulle. Une pièce icône en devenir…

Tailoring Pocono et Vert Prada pour l’Automne/Hiver 2018/19

tailoring-pocono-prada-fall-winter-2018-icon-icon-sebastien-girard.jpeg

La grammaire Prada recèle de matières, de couleurs, d’esthétiques bref, de signatures audacieuses. Pour l’Automne/Hiver 2018/19, Miuccia Prada poursuit l’exploration de ses propres archives et, parmi les récentes révolutions que son style a provoqué dans la mode, exhume cette-fois le Pocono et le vert des boutiques. Au cœur de la toute nouvelle tour de la Fondazione Prada défilait ainsi des silhouettes comme autant d’actualisation d’éléments iconiques — la femme Prada est urbaine, libre et hautement éhontée. 

1984, Miuccia fait entrer son nom au panthéon de la mode. Et c’est ce Nylon Pocono qui y contribue. Elle reprend les rênes de la maison familiale Prada, et très vite, édite un sac en Nylon Pocono – matière alors utilisée pour les tentes militaires. Le sac est un succès immédiat. Mieux, il redéfinit les termes mêmes du luxe. Dans le même temps, Miuccia Prada réinvente les boutiques de la griffe — en 1983, le premier Green Store est imaginé par l’architecte Roberto Baciocchi. L’idée centrale de ce projet bientôt globalisé : une teinte verte immédiatement reconnaissable.

Pour l’Automne/Hiver 2018/19, cette silhouette où se mêlent vert Prada et tailoring Pocono a tout de la toilette iconique. D’abord, il y a cette élégance fraîche et audacieuse — un brin avant-gardiste, elle conjugue le vert néon au beige un brin désuet. Mais une fois passé sur le Pocono, l’ensemble gagne en efficacité ! Cette silhouette de l’Automne/Hiver 2018/19 propose ainsi une ligne infusée d’esthétique industrielle — une collection destinée « aux femmes fortes qui sortent dans un monde de violence. Mon rêve, c’est qu’elles puissent sortir dans la rue et ne pas avoir peur. Je voulais que la liberté soit exagérée. » Un souhait qui résonne tout particulièrement dans cette silhouette hautement réussie. 

Le Retour de la Linea Rossa de Prada pour l’Automne/Hiver 2018/19

prada-linea-rossa-icon-icon-sebastien-girard.jpeg

Prada règne depuis longtemps à l’avant-garde de la mode. Depuis les années 1980 et l’arrivée de Miuccia à la direction artistique de la maison familiale, il n’est pas une saison sans que la maison ne révolutionne la silhouette. Ainsi, après avoir initié le Nylon Pocono et édité l’un des premiers it-bags de l’histoire en 1999, Prada se lance dans la confection d’une ligne sport. Baptisée Linea Rossa, elle figure avant nombre de maisons de mode l’encrage des designers dans le sportswear. Aujourd’hui, cette dialectique est partout exploitée.

Alors, lorsque sur le podium milanais de l’Automne/Hiver 2018/19, Prada fait défiler nombre de pièces iconiques tout droit issues des archives de cette ligne arrêtée en 2000, on se dit que Miuccia Prada vise juste, encore une fois. Comme un savant mélange entre gimmicks sports et élégance italienne, cette silhouette fait la part belle à la couleur orange — mais version néon. Il faut dire que la collection de la saison prochaine a défilé dans une ambiance très urbaine, presque futuriste. Cette pièce de sport prend ainsi des allures de vêtement spatial et, à travers le Nylon transformé en techno-matière, gagne en pertinence. 

Epaules rondes et étirées, une longueur chahutée par une jupe des plus ravissantes — l’équation Prada Sport de l’Automne/Hiver 2018/19 devance une nouvelle fois les attentes. Et c’est dans l’ADN même de la maison que l’on retrouve cette volonté de sublimer, de rendre luxueuses des matières techniques ou industrielles. À l’instar de cette jupe aux plumes très futuristes…