Le « Gommino » Tod’s

Le  « Gommino » Tod’s

C’est à quelques heures de Milan, à Brancadoro, à quelques kilomètres d’Ancône, dite aussi « le district de la chaussure » et qui compte près de 4000 petites et moyennes entreprises, que se situe l’usine de Tod’s, où sont fabriquées l’intégralité des chaussures de la marque. Si les premiers ateliers virent le jour en 1978, ils sont depuis intégrés sur un seul gigantesque site qui continue de privilégier le travail artisanal. Le « Gommino » n’échappe pas à la règle, et est ainsi intégralement réalisé de la main des ouvriers de la maison.

Dans cette usine, chaque peau reçue est d’abord soumise à un minutieux contrôle qualité (cf. photo 1). Il s’agit bien en effet de vérifier que chacune des peaux soit en parfaite correspondance avec le modèle de référence, un échantillon de cuir signé par la tannerie, afin d’éviter toute différence de nuance entre les différentes séries produites d’un même modèle. Vient ensuite un contrôle de l’épaisseur de la peau (cf. photo 2), qui ne doit être ni trop épaisse pour pouvoir être travaillée avec les outils Tod’s, mais non plus trop fine sans quoi elle ferait défaut à l’impératif de durabilité auquel est tenue une chaussure de la Maison. Un dernier contrôle qualité est opéré pour chaque peau, visant cette fois à s’assurer de l’absence de défauts qui doit caractériser une peau se destinant à la fabrication de chaussures Tod’s. Une fois ces contrôles préliminaires mais essentiels proprement conduits, les peaux sont transmises au sein de l’usine à une équipe de tailleurs ayant pour mission de découper les peaux en suivant un modèle prédéfini qui leur tient lieu de guide (cf. photo 3). La pièce coupée est ensuite envoyée à l’assemblage, où les différents éléments prédécoupés vont être cousus. Chaque chaussure est composée en moyenne de 25 à 30 pièces, les mocassins à picots les plus fantaisistes pouvant frôler le seuil des 70 pièces (cf. photo 4).

C’est alors qu’a lieu la fameuse étape du poinçonnage (cf. photo 5) doublée de l’insertion des 133 picots en gomme, jamais un de plus, jamais un de moins, et d’où le mocassin tient son fameux nom de « Gommino ». S’ils garantissent une excellente adhérence en toute circonstance, l’idée initiale était créer une chaussure urbaine, en s’inspirant d’une chaussure de conduite. Il s’agit ensuite de mettre en forme la chaussure par un jeu de pliures, l’idée étant d’utiliser un minimum de pièces de sorte à obtenir une chaussure faite main de haute qualité (cf. photo 6). La chaussure demande finalement un dernier façonnage une fois cousue afin d’être définitivement mise en forme et de ne plus requérir que la disposition d’une semelle intérieure. On notera l’absence de traitement imperméabilisant par souci de laisser respirer la peau et d’en maintenir toute la souplesse. S’il s’agit d’un modèle en cuir, celui-ci pourra faire l’objet d’un traitement afin d’obtenir certaines nuances ou bien encore un vernissage. La chaussure est finalement installée dans une boîte, gonflée de papier en guise d’embauchoirs et tenue par encore d’autres papiers afin d’en assurer le transport jusqu’en boutique dans le même état qu’à sa sortie d’usine, comme si la chaussure avait été directement déposée sur les présentoirs en boutique par les artisans (cf. photo 7).

Au-delà de ces aspects techniques, une insistance toute particulière est mise par la marque sur l’esprit artisanal et le sentiment d’appartenance. Comme un symbole, le plus jeune fils du propriétaire Diego Della Valle fréquente la même école que les fils des ouvriers de l’usine, à Casette d’Ete. Et en effet, le patron se plaît à rappeler qu’au-delà des différents rôles, tous participent à parts égales à la réussite de l’entreprise. Aussi, chacun des artisans et ouvriers ayant contribué à la confection d’un modèle saura vous dire à quel point il est fier de voir ces chaussures portées et plébiscitées par une clientèle internationale, et d’avoir contribué au maintien sinon à l’avancée de leur renommée. Roberto, modéliste, résume la philosophie qui anime intérieurement chacun des employés de l’usine Tod’s : « bien travailler avec passion en faisant attention aux détails ».

Telling You More About… Le Gommino de Tod’s

Tod’s Legacy : Les Signatures Tod’s Réinventées Par Les Etudiants de la Central Saint Martins

Les Emblématiques Picots Tod’s S’Affichent Sur Des Desert Boots Pour l’AH 2021…

“A Pawfect Holiday” Par Tod’s

Cuir Exquis Et Gommino En Vedette Pour le P/E Tod’s 2021…

La Collection Tod’s Et Son Gommino Pour Le P/E 2021…

Les Nouvelles Chaussures ‘Compétition’ Tod’s

Le Gommino Et La Collection Tod’s Automne/Hiver 2020…

La Collection Tod’s Et Le Gommino De l’Automne/Hiver 2020…

Le Gommino Tod’s

Tod’s, Le Gommino Imperturbable…

Le Costume Cuir et son Gommino Très Seventies de Tod’s pour le Printemps/Eté 2019…

Le Gommino Tod’s, une Affaire de Grand Prix…

Le Gommino Accessoirisé Tod’s pour l’Automne/Hiver 2018…

Les Tod’s Gommino et Sac Double T Circus d’Anna Dello Russo…

Le Gommino Ultra-Personnalisé s’Invite chez Tod’s…

Le Gommino Tod’s Printemps-Eté 2017 : Incontournable…

Le Gommino Saint Valentin 2017 de Tod’s…

Le Gommino Tod’s Homme Printemps-Eté 2017…

Mocassins Gommino : L’Édition Exclusive De l’Été 2016…

La Tod’s Gommino Double T En Exclusivité Au Bon Marché…

Le Gommino Tod’s Automne/Hiver 2017…

Le Gommino Tod’s Printemps/Eté 2016…

Le Gommino Club de Tod’s…

Les “Gommino” Tod’s Spilla…

Le Gommino de Tod’s en Campagne…

Tod’s Lance “Dots of Life”, Plateforme Digitale du Gommino

Le Gommino Tod’s Printemps/Été 2014…

L’Effet Gommino

Gommino, Le Mocassin Star de Tod’s…

Laissez une réponse

Your email address will not be published.