Ron Mueck : de la Conception à l’Oeuvre

posts-75.jpg

Du 16 avril au 29 septembre, les « citadins » tout droit sortis de l’imaginaire de Ron Mueck logent à la Fondation Cartier pour l’art contemporain. Réifiant l’humanité, sans la travestir, il innove en acceptant la caméra de Gautier Deblonde, lors de la conception des trois dernières oeuvres.

             Ron Mueck est l’un des rares artistes à laisser le public assisterà la conception monstrueusement minutieuse de sa création. Dans un premier temps, il en griffonne les croquis, au crayon ou au stylo, sur feuille A4. C’est ensuite en trois dimensions qu’il les prolonge, donnant une posture, singeant une situation, bref, coulant l’individu dans un personnage. De là naîtront de petites maquettes, de cire ou d’argile. La vision de l’artiste brouille alors les conceptions : l’anecdotique devient imposant ; l’imposant devient insignifiant dans ses dimensions. La précision du geste, jusqu’aux moindres pores et ridules, en même temps que la souplesse supposée de la chair, servent le moulage final :  le héros est né.

             Ron Mueck offre ainsi aux yeux de tous des scènes mystérieuses et contemplatives, dérobées et tranquilles. Pourtant, l’interprétation qu’il fait de l’ordinaire révèle toute la complexité du rapport aux autres, au corps, et à l’existence. Ces masques que l’on appose aux autres ou à soi-même, cette Comédie Humaine qui va jusqu’à entrer dans la sphère psychologique… Rien ne sert de décrire les sculptures, il vous faudra vous frotter à ces illusions, étrange confrontation avec nous-mêmes.

            Le public le découvre avec Dead Dad en 1997, une reproduction miniature du corps de son père décédé. Rien n’y manque, à part peut-être la parole. Un univers étrange qui fait tout le charme de ses œuvres. L’OVNI de l’art contemporain est loin du naturalisme académique, ou de l’hyperréalisme. Dans cette optique, c’est sans équivoque le sceau de l’atemporel pessimisme qu’il appose à l’humanité. Et, c’est cette contrainte particulière qui induit une situation de malaise chez le visiteur : des drames du quotidien qui n’ont rien de dramatique. Une exposition aussi troublante de réalisme où la frontière entre réel et irréel est mince.
 

Fondation Cartier pour l’Art Contemporain
261 Boulevard Raspail 
75014 Paris 
Télépohone : 01 42 18 56 50

 

 

 

 

Momentanément Bouroullec !

posts-76.jpg

A l’occasion de l’exposition Momentané des frères Bouroullec qui se tiendra aux Arts Décoratifs de Paris du 26 avril au 1er septembre 2013, revenons sur leur l’incroyable travail au sein même de l’école qui les a formés. 

Avant d’être une histoire de Design, il s’agit d’abord une histoire de famille. En effet, Erwan et Ronan Bouroullec travaillent en famille depuis 1998, ce qui permet un dialogue permanent, essence même du travail Bouroullec. Inspiré par Jasper Morrison, le design de ces deux frères est perçu comme discipliné et poétique. Erwan le dit lui-même, leur style est « délibérément simple avec un élément d’humour ».

Véritables précheurs d’un design accessible, ergonomique aux matières ludiques, ils sont à la constante recherche d’un espace flexible qui s’adapte au besoin de chacun dans un style toujours simple et fonctionnel. Ainsi, les visiteurs pourront tester l’ergonomie des pièces choisies pour dialoguer entre elles, simplement séparées par un nouveau système de rideaux appelé « Ready Made curtain ». 

Vous l’aurez compris, l’essence même du design Bouroullec est de redéfinir l’espace. « Nous avons toujours eu la sensation que le meuble pouvait aider à définir l’espace ». Hormis les installations impressionnantes, le processus de création nous est dévoilé tout au long de l’exposition par des croquis, vidéos, photos. Il s’agit içi de mettre en évidence la place importante du dessin dans la vie d’un designer. 2013 s’annonce être une année phare pour les frères Bouroullec avec deux livres de croquis et une application Ipad de carnets de recherches et de dessins abstraits. 

Une exposition qui vous donnera probablement envie de déplacer vos meubles.
 

Musée des Arts Décoratifs de Paris
Du 26 avril au 1er septembre 2013

Adresse : 107 rue, de Rivoli, 
75 001 Paris 
Téléphone : 01 44 55 57 50

 

Le Nouvel iPad

icon-icon-object-of-desir-phare-icône-emblématique-high-tech-technology-fashion-apple-ipad.jpg

Le dernier must-have n’est pas un sac. Ce n’est pas non plus une paire de chaussures. Non, ce dont les fashionistas rêvent aujourd’hui, c’est du nouvel iPad.

Cela fait longtemps que les nouvelles technologies ne sont plus réservées aux garçons : même les moins initiées considèrent l’iPad non comme un simple produit, mais comme un véritable phénomène. Exactement ce qu’a voulu Apple, le cerveau de l’histoire. C’est que l’histoire d’amour entre Apple et ses fidèles date de bien avant le premier iPad : la bonne fée des géants de la technologie a réalisé le rêve de beaucoup d’entre nous en nous donnant entre autres l’iPod, le MacBook et l’iPhone. Et beaucoup d’entre nous ne peuvent s’imaginer vivre sans !

D’ailleurs, l’attirance pour la marque à la pomme se traduit plus souvent par une obsession que par un simple béguin. Un récent documentaire de la BBC en explique les raisons. Selon des études scientifiques, les fans d’Apple émettent les mêmes ondes cérébrales à la vue de produits Apple que les fervents pratiquants à la vue d’images religieuses. Et même après la mort de celui qui restera comme un des plus grands génies créatifs des temps modernes, Apple montre une nouvelle fois sa capacité à innover avec le nouvel iPad.

A l’image de n’importe quel accessoire culte de la mode, cette nouvelle édition conserve les particularités qui avaient fait le succès des modèles précédents, et s’offre une nouvelle jeunesse avec de nouvelles fonctionnalités. Une connexion internet plus rapide pour les citadins les plus pressés, un appareil photo amélioré pour modifier vos photos sur Instragram instantanément… Le mieux de tout étant le tout nouvel écran Retina dont sont dotés tous les nouveaux iPad. L’écran de ce nouvel iPad est aussi clair que du cristal : de quoi confondre rêve et réalité ! Un monde de possibilités s’offre à vous : suivre les défilés de la Fashion Week comme si vous étiez au premier rang, inspecter sous toutes ses coutures une paire d’escarpins à se damner avant de l’acheter en ligne…

Pas de quoi s’étonner que le nouvel iPad fasse des ravages : il permet de communiquer et de s’exprimer de tant de façons différentes ! Chez vous ou chemin faisant, dans un café ou au bureau, votre iPad sera toujours là quand vous en aurez besoin. Il deviendra votre meilleur ami, ça ne sera qu’une question de temps !