Des Etoiles, Et Des Chefs Iconiques: Pierre Gagnaire

Etonnante. Déroutante. Audacieuse. Magistrale ! Si les adjectifs manquent parfois de force pour capturer toute l’originalité de la cuisine de Pierre Gagnaire, c’est que le Chef, élu par ses pairs « plus grand Chef étoilé du monde » en 2015, compose ses mets comme autant d’enchantements. La cuisine de Pierre Gagnaire est bien une fête orchestrée pour émerveiller le goût et les sens d’arômes et de saveurs insoupçonnés !

C’est l’instinct de ce Chef hors norme qui l’a conduit à dépasser les conventions de la cuisine Française traditionnelle pour mieux y introduire des juxtapositions surprenantes de saveurs, de textures et d’ingrédients.

Pierre Gagnaire Restaurant – Janvier 2017

Et si le Chef Pierre Gagnaire a pu s’envoler loin des conventions inhérentes à la tradition culinaire Française, c’est qu’il en maîtrise les codes depuis longtemps déjà.

La trajectoire du Chef Pierre Gagnaire a très tôt croisé celle des cuisines étoilées ! Son père est en effet un Chef dont le talent est couronné d’une étoile au Michelin lorsque Pierre Gagnaire officie auprès de lui. Mais son parcours et son style innovants; sa cuisine qui vise d’abord l’émotion — Pierre Gagnaire l’a forgé à force d’un parcours qui s’étend de Québec à Acapulco en passant par Saint-Etienne et Lyon.

La Cuisine De Pierre Gagnaire: Des Oeuvres d’Art Du Quotidien

Né en 1950 à Apinac (Loire), Pierre Gagnaire se lance dès sa tendre adolescence à la conquête des fourneaux. Pâtissier à 14 ans au Nelson à Saint Etienne, étoilé une première fois à 26 ans… Le Chef Pierre Gagnaire est aujourd’hui l’un des plus étoilés au monde avec près de 16 étoiles Michelin — et c’est sa quête de perfection doublée d’une technicité sans pareille qui l’ont mené vers les cimes d’une cuisine créative et très, très captivante !

Le Parcours De Pierre Gagnaire

Après avoir goûté à l’exigence que requiert l’art de la pâtisserie, c’est aux côtés de Paul Bocuse que le jeune Pierre Gagnaire va aiguiser son sens gustatif, et ses couteaux de cuisine. Là qu’en 1965 il réalise un stage chez l’immense Paul Bocuse — l’année même où le précurseur de la Nouvelle Cuisine obtenait sa troisième étoile au Michelin.

Signe annonciateur du succès à venir pour Pierre Gagnaire? Peut-être. Ce qui est certain, c’est que le jeune apprenti allait tout faire pour ouvrir ses horizons à la cuisine d’exception.

Il entre en effet en apprentissage un an plus tard — c’est à Lyon, au restaurant Juliette qu’il se forme un peu plus à la cuisine des terroirs. En 1968, il est commis chez Tante Alice. Mais voilà, l’époque est aux poulardes, aux des pieds d’agneau en salade, aux terrines, aux viandes et aux quenelles… Loin de la cuisine aérienne et créative pour laquelle Pierre Gagnaire compte aujourd’hui les faveurs du monde de la gastronomie !

Peut être la filiation d’une telle imagination culinaire est à trouver dans ses voyages. Ses voyages qui l’ont amené à traverser l’Amérique, de Québec à Acapulco, durant deux années !

Avant de s’envoler vers d’autres horizons culturels et forcément culinaires, il croisait sur sa route Alain Chapel et Philippe Chavent — ces deux Chefs qui tiennent de la figure d’esthète l’introduisent à une cuisine émotionnelle. De celle qui procure des émotions fortes et sincères, autant qu’elle nourrit son homme.

Lorsqu’il rentre en France après deux années passées à exercer aux quatre coins des Amériques, Pierre Gagnaire prend les commandes du Clos Fleuri. Le restaurant de son père, à Saint Priest en Jarez.

1981. Pierre Gagnaire se lance alors dans l’aventure solo et inaugure à Saint-Etienne son premier restaurant. Il y développe alors la poésie de sa cuisine — des poèmes qui tiennent en haleine de par leur vers ici tout en textures, saveurs et couleurs. En 1993, l’illustre Guide Michelin lui reconnait le génie de la cuisine: Pierre Gagnaire décroche les trois étoiles, le graal de la gastronomie internationale.

Mais voilà, la reconnaissance gastronomique ne rime toujours avec la reconnaissance marchande… A 46 ans, en 1996, Pierre Gagnaire connait la faillite de son premier restaurant.

L’Emotion, Le Maître-Mot D’Une Cuisine Aux 16 Etoiles Michelin

« J’ai eu l’immense chance d’être dans la mouvance Gault et Millau, des types incroyables qui ont vraiment défriché la cuisine, mais avec certains excès. Ça a amené une espèce de liberté qui n’existait pas dans notre univers, c’était la première fois, les plus jeunes ne doivent pas s’en rendre compte, qu’on parlait de cuisine. Jusqu’à-là on n’en parlait pas. Le fait de mettre des mots, qu’on commente un repas comme on commente une oeuvre d’art, un film ou une pièce de théâtre, a complètement changé la perception de la cuisine.

Ça m’a beaucoup aidé. J’ai eu un papier de Jean-François Abert dans Lyon Poche en 1978. La façon dont il a décrit le plat m’a fait dire ‘c’est ça la cuisine, c’est de l’émotion que l’on veut donner aux gens.’ »

Le Restaurant De La Rue Balzac à Paris

Ce premier échec va donner des ailes à Pierre Gagnaire – il embarque 13 membres de sa brigade et se lance dans l’aventure Parisienne. Là, quelques mois à peine après la fermeture de son restaurant, Pierre Gagnaire entend bien réveiller les cuisines de l’Hôtel Balzac.

Dès novembre 1996, il y délivre sa créativité dans une cuisine qu’il a toujours considéré comme un art — ici, il vise l’imprévu. Les textures audacieuses, le chaud-froid, le salé-sucré bref ; Pierre Gagnaire invente une cuisine complexe et exceptionnelle !

Sidérants par leur composition, les plats délivrés par les cuisines du restaurant de la rue Balzac sont des merveilles plus goûtues les unes que les autres. Les mélanges surprennent les sens; les saveurs font valser les papilles.

Nourrie de références, la cuisine de Pierre Gagnaire finit par attirer l’oeil du Guide Michelin — et Pierre Gagnaire de retrouver son rang avec 3 étoiles décernées dès 1998.

Car voilà bien encore ce qui fait de la cuisine de Pierre Gagnaire une pierre angulaire de la gastronomie Française: le Chef sait trouver de l’inspiration partout.

Pierre Gagnaire Restaurant – Janvier 2017

Dans les arts les plus grands pointues jusqu’aux cultures les plus lointaines… Qu’il pioche dans les traits, les teintes et l’atmosphère d’une toile du douanier Rousseau la calligraphie gastronomique de ses plats… Qu’il emprunte à la cuisine Chinoise des arômes pour mieux les associer à la simplicité de ses mets. Pierre Gagnaire est peut être le plus esthète des Chefs Français.

Mais s’il a en tête toute l’esthétique d’un plat, Pierre Gagnaire n’en oublie pas que la cuisine revient d’abord à sceller ce qu’il nomme le ‘bon moment’. Et à ce propos, il se confiait ainsi au détour d’une interview:

« Le bon moment, ça peut être un bistrot à 18 euros, un kebab, une toile cirée sur laquelle on boit un verre de blanc avec une planche de charcuterie ou alors des choses plus sophistiquées. Mais le coeur, le fil de l’histoire, c’est la sincérité du produit, du geste et de l’individu qui fait ce geste.

Aujourd’hui, la table, Guy Savoy l’avait déjà dit il y a quelques années, reste un des derniers lieux de sociabilité, mais la table peut être très modeste ; elle peut être une nappe posée dans le parc derrière sur laquelle il y a des gamins qui jouent, des assiettes en carton et où on passe deux heures ensemble. »

Si à ses débuts de l’aveu même de Pierre Gagnaire, il ne cherchait qu’à dresser la plus sublime des assiettes, c’est aujourd’hui le goût qui porte sa cuisine vers les cimes de la gastronomie.

Ce que sa cuisine a gagné en se simplifiant dans la forme, c’est bien dans le goût et les saveurs qu’elle s’envole désormais !

Pierre Gagnaire Restaurant – Marco Strullu

A ce sujet, les plats signatures du restaurant de la rue Balzac à Paris orchestrent cette saison 2020 une déclinaison de plats liée à un produit Terre ou Mer.

On note ainsi ‘Parfums de terre, cinq plats’. Soufflé de parmesan frais, brunoise de poire et céleri-rave au Mont d’Or. Tranche de lobe de foie gras de canard à la vapeur, gelée de coing, pannequet de blette aux cormes. Oignon doux des Cévennes Stanza. Cannelloni transparent de topinambour, artichauts poivrades, escargots Violine. Bourse de filet de bœuf français à l’anguille fumée, caramel de calamansi…

‘La truffe noire melanosporum 2020’. Glace marine, racine de capucine, asperges vertes de Mallemort, puntarella, pamplemousse thaï. Huître Legris au lard de Bigorre, pâte de panais. Damier de Saint-Jacques d’Erquy, soupe de poireaux. Une pascaline, tartare de thon rouge. Bisque d’oursin. Tourtière de légumes d’hiver. Gelée de coing, red meat, poivrade….

Quelques plats ainsi énumérés suffisent à saisir la formidable signature gastronomique de Pierre Gagnaire — la variété des produits, leur métamorphose, et l’inventivité des accords !

La Signature Gastronomique De Pierre Gagnaire

Des mets ciselés jamais vus ailleurs. Pierre Gagnaire a en lui le désir de dépasser les possibles ! Et les habitudes.

On vient dîner chez Pierre Gagnaire comme on va à l’opéra ou au théâtre — pour découvrir l’inattendu. Et l’inattendu ici, c’est autour de goûts indéfinissables, d’envolées gastronomiques et de plaisirs tout sauf impénétrables que l’on y goûte !

La feuille Abbé Nollet. | Jacques Gavard

C’est là que repose toute l’émotion de sa cuisine: dans la fantaisie maîtrisée de ses plats de très, très haute volée.

Asperges vertes à la puntarelle et pamplemousse thaï. Millefeuille caramélisé à la mousseline de gingembre.

La signature gastronomique distillée par Pierre Gagnaire tient en un mot: l’expérience. Une expérience qui s’exporte à merveille puisqu’en 2020, Pierre Gagnaire l’introduit au sein du nouveau restaurant le Paradiso, au sein du Majestic Barrière, à Cannes.

Les asperges blanches. | Marco Strullu

Un nouveau lieu qui vient s’ajouter aux Airelles à Courchevel, au restaurant de Bernard Magrez à Bordeaux (deux étoiles), aux tables de Nîmes, de Hong Kong, de Séoul, et au Sketch, situé à Londres (trois étoiles).

Et c’est surement Le Gault & Millau 2020 qui capture le mieux ce qui fait de la cuisine de Pierre Gagnaire une icône du genre. « Est-ce que l’on vient chez Pierre Gagnaire pour manger? La réponse est oui si l’on engage ce besoin vital de l’espèce humaine de goûter, de distinguer, d’apprécier, de faire fonctionner sa sensualité. Alors vous prendrez un plaisir indescriptible grâce aux cinq assiettes rituelles qui vous dépayseront comme dans un rêve de festin baroque. »

Les Recettes Du Ritz Paris A Faire Chez Soi

Les Chefs Nicolas Sale et François Perret dévoilent les recettes les plus iconiques du mythique palace Parisien. De façon à les faire chez soi !

Les Plats Iconiques A Faire Chez Soi, Selon Le Chef Nicolas Sale

Quelques uns des plats du Ritz Paris, qui d’habitude font chavirer les plus fins palais, dévoilent leur recette secrète.

Le Burger Du Ritz, Un Classique

En attendant la réouverture du plus iconique des palaces Parisiens… Et du Bar Vendôme, fréquenté par le tout Paris, le Ritz Paris dévoile la recette de son burger !

Imaginé par le talentueux  chef doublement étoilé Nicolas Sale, le burger sort de sa zone de confort. Et part dans des envolées lyriques — on parle de gastronomie, évidemment.

Un burger pas comme les autres à réaliser à la maison. En toute liberté !

La Salade De Saumon Thaï, L’Exquis Exotique

Le plat à succès du Salon Proust à l’heure du déjeuner, la salade de saumon thaï dit tout de ses secrets ! Une salade follement inspirée qui distille des saveurs fascinantes — une recette franchement accessible à faire et refaire toute la belle saison.

Une histoire de gourmet… De quoi renouer avec l’inspiration première de Marcel Proust — la figure de proue de la littérature gourmande.

Les Desserts A Faire Maison, Par François Perret

Les desserts adorés par Marcel Proust, habitué du Ritz, étaient-ils tous en chocolat? Ce que l’on sait c’est que François Perret adore composer autour de cet ingrédient fétiche !

Les Soufflés Au Chocolat

On les déguste habituellement au coeur du très chic hôtel  Ritz Paris. Mais cette fois, son Chef Pâtissier, nommé en 2019 le Meilleur Chef Pâtissier des Grandes Tables, dévoile sa recette secrète.

Celle des soufflés au chocolat – un régal devenu une icône de la pâtisserie. Cette fois, façon Ritz Paris !  Léger et printanier, c’est le genre de dessert qui ravit les sens avec douceur !

La Tarte Au Chocolat

C’est sous forme de tarte que le Chef Pâtissier François Perret propose aussi de déguster le chocolat. Gourmande à souhait, la tarte au chocolat façon Ritz Paris semble aussi exquise que facile à réaliser.

Des desserts à faire maison donc, suivant la recette du plus grand Chef Pâtissier du moment… De quoi s’essayer sans plus tarder à la cuisine de haute volée !

La Table De Mathieu, Nouveau Restaurant D’Exception A Courchevel

Le Chef Mathieu Hericotte pour l’hôtel Pralong orchestre son savoir-faire cet hiver pour ‘La Table de Mathieu’. Et c’est une première.

La Table De Mathieu, 20 Couverts, Aucune Hésitation

A la Table de Mathieu, le Chef Mathieu Hericotte fait prendre à la gastronomie des allures de voyage, sans retour. Le Chef qui orchestre aussi la table du Mas de Chastelas à Saint Tropez concocte pour la première fois au coeur du charmant hôtel Pralong.

Un cinq étoiles qui conserve tout de l’aspect montagnard et chaleureux des icônes de Courchevel. Ainsi, le restaurant la Table de Mathieu offre une cuisine délicate dans le parfait respect des traditions pour le dîner… Autour d’une carte très raffinée !

Lové dans un restaurant de 20 tables seulement, le personnel accueille ses hôtes comme rarement — attentifs et très accessibles, le Chef et le personnel sont là pour distiller un savoir-recevoir exemplaire.

L’aventure gastronomique, elle, s’ouvre sur la base d’une cuisine Française classique — et revivifiée ! Les plats signatures? Foie gras poêlé autour d’une gelée de clémentine. Pot au feu. Et La poule au pot d’Henry IV avec truffes. Des plats d’exception sublimés par la simplicité adroite dont fait preuve Mathieu Hericotte.

Viandes et poissons ainsi magnifiés, on retrouve les délices de la mer comme les Saint Jacques mêlées, ici encore piquées de truffe noire. Un délice.

Note ultime d’un repas idéal, les desserts font danser les papilles. Signée de la talentueuse Cheffe Pâtissière Solène Degletagne, le dessert phare n’est autre que… Le Mont-Blanc ! Mais ici, c’est autour du kalamansi, un agrume peu utilisé qui évoque l’orange amère, que la Cheffe Solène Degletagne éveille les sens. Autant de de saveurs douces et espiègles pour égayer le palais. La Table De Mathieu est à tester d’urgence !

Le Goûter Du Skieur, Délice Absolu De Cheval Blanc Courchevel

Après le délice de la glisse sur les pistes follement chic de Courchevel, Cheval Blanc a imaginé l’ultime délice en bouche.

Le Goûter Du Skieur Signé du Chef Pâtissier Loison

C’est ça aussi, les 1001 attentions de la Maison Cheval Blanc. En plus d’un Ski Service exceptionnel où l’on prépare de façon individualisée les skis et les chaussures. En plus de la Ski Room proposant des skis haut de gamme signés Lacroix. En plus de n’avoir qu’à enfiler ses skis qui, patiemment, attendent numérotées selon la chambre, qu’on les enfile…

Le Cheval Blanc offre le détail qui change tout : le Goûter du Skieur. C’est là, confortablement lové près de la cheminée, que le skieur déguste un réconfort bien pensé.

Servis au Ski Service, entre 16h et 17h, ou au bar, le goûter du skieur est fait d’un chocolat chaud fait maison accompagné du gâteau du jour… De quoi savourer la distinction, la gourmandise en prime !

Le Chalet De Pierres, La Gastronomie En Fête A Courchevel

S’il ne fallait nommer qu’un lieu iconique à Courchevel, le Chalet de Pierres serait sur toutes les lèvres.

Terrasse Exposée Plein Sud Et Gastronomie Exceptionnelle

On ne se rend jamais au Chalet de Pierres par hasard. Il suffit de passer à côté pour se rendre compte de l’attrait d’un lieu si exceptionnel — au pied de la plus exquise des descentes des Trois Vallées, la terrasse attire l’oeil, et le bon !

Exposition plein sud et 800 m² de pur chic, la terrasse du Chalet de Pierres se détache du paysage glacé comme une évidence. On vient à Courchevel pour skier, certes, mais aussi et surtout pour profiter d’une vue époustouflante, et se délecter des mets locaux, le tout sous les rayons dardant d’un soleil d’hiver. Et bien, le Chalet de Pierres offre tout cela en même temps !

L’accueil chaleureux de l’équipe habillée en tenue traditionnelle fait écho à une cuisine généreuse concoctée cette saison par le Chef Lionel Horlandynio. Les plats signatures qui ravivent le palais? Tarte au beaufort, soupe dans sa miche de pain, tartine aux morilles… La cuisine savoyarde est si sublimée — c’est que le Chef du Chalet de Pierres distille dans sa cuisine l’art et la manière d’égayer tous les sens de ses invités !

Les viandes d’exception travaillées comme rarement mettent les sens en arpège. Entrecôte Wagyu du Japon ou Tomahawk de boeuf Black Angus d’Australie…

Comment oublier Les Plateaux de l’Écailler, véritable icône de Courchevel. Planté sur la terrasse du restaurant, le Chalet de l’Écailler offre un choix divin de fruits de mer et crustacés…

Et au sommet des pistes, quel plus grand plaisir que celui d’apercevoir l’immense buffet qui traverse le restaurant — dessus, la myriade de tartes, pâtisseries et fruits offrent un régal inouï pour les sens.

Restaurant Nolinki, Icône Gastronomique En Devenir

C’est l’un des nouveaux restaurants Parisiens qui ne va pas tarder à faire parler de lui — un restaurant hors du temps, véritablement ciselé à la perfection. Autant dans sa décoration que dans l’assiette.

Le Nolinski, Un Restaurant Unique Dans le Quartier du Louvre

Parisien, le Nolinski l’est assurément. Nouvellement arrivé sur la scène de la capitale, propulsé par le groupe Evok auquel il appartient, le Nolinkski se niche à l’abri des regards — là, entre le Louvre, la Comédie Française, et à deux pas du Jardin du Palais-Royal… « C’est un lieu intimiste, hors du temps. Végétation et plantations le séparent de l’effervescence de la ville. Une fois à l’intérieur, on oublie l’extérieur. On découvre un ailleurs, un autre univers : celui du Nolinski. »

Les mots d’Emmanuel Sauvage, directeur général et co-fondateur d’Evok, capturent à merveille l’atmosphère et l’ambition culinaire du Nokinski. Pour l’atmosphère, c’est au Britannique John Whelan que l’on a confié les clés. Son style? « Chaleureux, lumineux et élégant » assure Emmanuel Sauvage.

Mais on se défait difficilement du twist Anglais — John Whelan a ainsi cherché du côté des miroirs et de l’Art déco des aspects bien plus surprenants.

« Pour créer une atmosphère chaleureuse, j’ai utilisé les miroirs comme revêtements muraux, car ils reflètent à la fois la lumière naturelle de la salle et les peintures d’un doré crémeux » explique l’intéressé. Des clins d’oeil à la façade années 30 de l’hôtel dans lequel il vient se nicher, le Nolinski en fait certainement — mais les moulures arrondies et la palette de ton sur ton viennent, elles, atténuer la révérence à coup de touche Seventies.

Le Nolinski, Lieu Où Dîner, Déjeuner, Et Apprécier la Joie de Vivre

Car en bouche comme dans l’assiette, Philip Chronopoulos assure un arpège singulier de couleurs et de saveurs. Le Chef étoilé du restaurant du Palais Royal, désormais à la tête du Nolinski, fut formé à l’école Paul Bocuse, avant de compter parmi les membres de la garde rapprochée de Joël Robuchon. Le génie? Il sait tout l’intérêt de sortir des sentiers battus.

« Les mondes du cru, de l’épicé, de la mer… pour une cuisine où l’on ne s’ennuie jamais » confie Philip Chronopoulos. A découvre donc, un nouveau lieu où le classique se twist d’inattendu. Et, côté sucré, ce sont les pâtisseries concoctées par Yann Brys, Meilleur Ouvrier de France, qui raviront les palais.

Mocktail Et Piano Improvisé Dans Le Grand Salon

Ici, le décor feutré et intime sert d’écrin au nouveau bar à cocktails — mocktails, cocktails et infusions spontanés, composés en accord avec les bouchées légères pensées par Philip Chronopoulos.

De quoi savourer des cocktails excellents à Paris, sur fond d’une musique émanant du piano installé dans le bar… On raconte qu’il peut servir le temps d’une soirée, d’une improvisation ou autre happening. Le Nolinski est bien un lieu à suivre de très près.

L’Annapurna, Courchevel Et L’Harmonie

Un cinq étoiles toute en harmonie, fondé à l’aube des années 70 par un couple, Christiane et André Pinturault… L’Annapurna, l’un des premiers hôtels luxe de Courchevel, fait office de référence.

Le Luxe A Courchevel? Le Pionnier L’Annapurna

C’est au début des années 60 que Christiane et André Pinturault découvrent Courchevel — la station est alors un aimant pour les passionnés de ski et de montagne. Et comme beaucoup d’entres eux, Christiane et André Pinturault sentent tout le potentiel de cette station, déjà en quête du damage parfait. C’est ici qu’ils bâtiront leur second établissement.

Le premier hôtel de luxe ‘nouvelle génération’ est nommé l’Annapurna — inauguré pour Noël 1974, il n’est qu’au début de sa légende. Car très vite, l’affaire familiale attire nombre de clients, satisfaits de découvrir un lieu enchanteur, toujours en phase avec son temps.

Déjà, en 1980, lorsque Christiane et André Pinturault lèguent la direction de  l’Annapurna à leur fils, Claude Pinturault, les premiers changements ont lieu avec la créations des premières suites de l’hôtel. Quelques trente-ans plus tard, en 2008, une nouvelle série de transformations viendra définitivement ancrer l’Annapurna dans son époque. L’ensemble des chambres ainsi rénové dans un style contemporain, l’hôtel peut se targuer d’un style remarquable car singulier.

Bois, pierre et verre se mêlent ainsi pour gagner en panache; la piscine, extérieure ou intérieure, brille d’un aspect aussi apaisant que rêveur. Et de rêve infini il est aussi question dans la vision gastronomique proposée par le restaurant de l’Annapurna.

Le Restaurant Altitude 1900

Le Chef Lionel Blondin a su lier une cuisine charmante et savoureuse au raffinement de l’hôtel. Une alliance de produits locaux et de saveurs exotiques qui, le long de la piste du Pralong, vient piquer la quiétude environnante.

Sous les rayons de soleil, la cuisine du Chef Lionel Blondin, servie en terrasse, prend une nouvelle dimensions tant les couleurs et les saveurs se font un peu plus chatoyantes sous cette lumière. De quoi justifier les étoiles, dans les yeux et celles de l’Annapurna.

Mais ses 5 étoiles au compteur, l’Annapurna les doit aussi aux soins exquis de son spa.

Le 32 Montorgueil, Spa Et Harmonie

C’est à Nuxe que l’Annapurna a confié ses soins. Et le plus iconique d’entre eux, le 32 Montorgueil, vise à être le soin anti-âge global. En sublimant la peau, subtilement, il met au diapason les cellules à travers les vibrations rassurantes d’un bol de cristal chantant, et les techniques de respiration tirées de la sophrologie.

Le résultat? Une chorégraphie aux gestuelles fluides qui vient détendre la peau. Mieux, le protocole étant un soin sur mesure, on parie que l’effet s’adapte à tous les besoins. D’ailleurs, les autres soins et massages, pour hommes et femmes, ne laissent nullement place au doute… Une évasion sensorielle exceptionnelle, à découvrir ici.

L’Hôtel White 1921, l’Autre Courchevel

Le White 1921… Habituellement, le nom évoque le très prisé hôtel de Saint Tropez, avec ses 8 chambres seulement. Mais voilà qu’en2015, le groupe LVMH décide d’implanter le White 1921 au cœur de la station de ski la plus élégante au monde : Courchevel.

Le White 1921 Courchevel, Luxe Et Sobriété

C’est un prolongement finalement très naturel qui a conduit à l’arrivée du White 1921 au cœur de Courchevel. Ouvert depuis décembre 2015, l’hôtel peut en effet se taguer de développer ici, ou plutôt d’apporter un cachet frais et pétillant sur ces montagnes enneigées. Le White 1921 Courchevel compte ainsi un peu plus de chambres que celui de Saint-Tropez : 25 chambres et suites imaginées pour conserver les piliers fondamentaux de sa philosophie… Composer une atmosphère intimiste autour d’un design contemporain et d’une luminosité éclatante !

Rapidement distingué de quatre étoiles, l’hôtel fut imaginé par l’architecte Français Jean-Michel Wilmotte – sa blancheur immaculée, sa façade contrastant avec le style alpin traditionnel, tout ambitionne ici de réinventer les codes de l’hôtellerie de montagne…

A l’intérieur, Le White 1921 Courchevel fut ainsi composé autour d’un style moderne dominé par le blanc, mais piqué de décors géométriques et de quelques touches de couleurs, par-ci par-là… Un design raffiné qui peut en réalité se targuer de compter comme la dernière fierté de l’empire LVMH.

Il est l’exacte transposition du très chic établissement de Saint-Tropez. Situé au pied des pistes au nom-référence à un mythique millésime champenois, l’hôtel se pense comme un refuge chic et sobre. L’endroit parfait pour un séjour sans tapage au cœur de l’une des stations de ski les plus prisée au monde !

Les Services Du White 1921

C’est pour cela que l’établissement dispose de son propre service ski, dédié à ses clients afin de leur permettre d’avoir à portée de main tout le matériel nécessaire pour dévaler les pistes… Si l’hôtel ne dispose pas de restaurant, c’est qu’il préfère se concentrer sur les soins suivant une longue journée sur les pistes.

Se relaxer dans le sauna ou le hammam… Pour les plus sportifs, c’est une salle de sport hyper-moderne qui accompagne l’entraînement quotidien. Enfin, pour les hommes avides de détente intellectuelle, l’hôtel propose une bibliothèque qui saura enchanter tout vagabondage de l’esprit.

Finalement, cet hôtel affirme la stratégie de LVMH visant à répondre avec grâce et élégance à une demande toujours plus forte de la part de ses clients avides de découvrir des destinations de rêve et variées tout en bénéficiant de “l’expérience LVMH“. Mais le modèle repose ici sur une vision qui, naturellement, valorise l’héritage pour stimuler la créativité et l’excellence !

Le Lana, Luxe Et Esprit De Famille à Courchevel

L’un des premiers palaces de la région, à près de 62 ans, est aussi l’un des dernières bijoux du luxe de Courchevel à être sous le giron d’une famille. La famille Tournier, garante d’un art de recevoir hors norme.

Une Histoire Très Chic, Très Courchevel

Route de Bellecôte, 1958. Joseph Claret-Tournier, visionnaire originaire de Chamonix, a l’idée de planter là, sur l’une des plus belles pistes de Courchevel son hôtel. C’est que l’homme a pour ambition d’y distiller un savoir recevoir à nul autre appareil — là, dans un bâtiment de style alpin, il crée 20 chambres. Un « hotel de premier ordre »; le Lana concourt à faire la réputation de Courchevel. C’est que Joseph Claret-Tournier a su croire en la force d’une station de ski toute juste naissante.

Nicolas Tournier raconte: « Originaire de Haute-Savoie, mon père Joseph Claret-Tournier était un des pionniers de Courchevel. Il y a notamment créé le premier bar, la première boîte de nuit, ainsi que divers établissements et a même participé à la construction de la patinoire. Le premier «décollage» de la station remonte au milieu des années 60. Mon père a repris Le Lana en 1961. Il a fait rajouter un étage aux deux existants et mené des travaux d’embellissement. Cet hôtel construit en 1959 était le premier quatre étoiles de Courchevel 1850. »

Sa disparition en 1993 marque un tournant pour l’hôtel . Dès lors placé sous la houlette de sa femme et son fils cadet, Nicolas Tournier, le Lana va se transformer. Pour le mieux ! En gardant tout cet esprit convivial qui a fait sa réputation, Nicolas Tournier fait s’agrandir le Lana jusqu’à obtenir cet hôtel de luxe 5 étoiles qui, aujourd’hui, brille sur les 528 hectares de domaines skiable de Courchevel.

Il fait alors confiance à la vision de Jean-Marc Mouchet — l’architecte d’intérieur fait le choix d’une ambiance hétéroclite. Des origines, il conserve la descente d’escalier et le bar en pierre. Cette fois d’inspiration byzantine, le bar s’insert ingénieusement dans une ambiance intérieure où bois, pierre, tissus et cuirs prédominent. Un arpège esthétique qui préserve tout du charme traditionnel du Lana.

Aux pieds du Mont-blanc, à 1850m d’altitude, le Lana jouit aussi de la délicatesse de grandes baies vitrées qui subliment la beauté du lieu. De quoi, justement, mettre en lumière la vue sur les montagnes enneigées. « C’est cet esprit montagne que j’aime. C’est magique » ajoute Nicolas Tournier.

Réserver Au Lana De Courchevel

Parce que la famille Tournier aime à écouter les demandes et les suggestions de ses clients, les 55 chambres, 28 suites et 2 appartements de 80 et 200 m² ont tous quelque chose d’unique!

Aspect rustique et must have design — réserver au Lana de Courchevel revient à faire le choix de la beauté et du confort à la fois traditionnel et très moderne. Un cinq étoiles cosy, luxe et surtout pas guindé, le Lana jouit d’un confort exceptionnellement décontracté.

Un confort qui force un peu plus le respect tant la Ski room offre un service irréprochable aux clients sur le point de s’élancer sur les pistes. C’est simple, il n’y a plus aucun effort à faire, sinon celui de se laisser porter par les experts du Lana.

Les Tables Gastronomiques Du Lana Courchevel

Avec ce même dessein de recevoir de la meilleure façon possible, le Lana propose deux restaurants, où la gastronomie, elle aussi, se fait opéra des sens.

A La Table du Lana, la cuisine sophistiquée et raffinée s’allie ainsi aux vins exceptionnels. Des grands crus, aux nouvelles découvertes, le Table du Lana est le point de départ d’un voyage vers de nouvelles saveurs. Une expérience de haut vol culinaire orchestrée par le Chef Philippe Guerin.

Un délicieux moment de dégustation où l’on redécouvre les mets et produits typiquement savoyards… Quand le Chef Philippe Guerin ne choisit de travailler des mets venus d’ailleurs, notamment en provenance de l’empire du soleil levant ! Justement, lorsque la météo le permet, c’est vers le paradis que l’on s’envole — au pied des pistes, sur la terrasse exposée plein Sud avec vue sur la forêt, buffet et barbecue sont servis sous le soleil dardant !

Autre restaurant du Lana, Le Saint-Nicolas. Ouvert tous les soirs pour le dîner, c’est là que l’on se délecte d’une cuisine savoyarde authentique… Dans une véritable ambiance montagnarde.

Le Spa Du Lana, Clarins à Courchevel

Et c’est au spa que les délices du corps et de l’esprit atteignent leur apogée. Taillé dans le roc, le spa Clarins fut le tout premier spa de la maison — l’idée? En faire une véritable expérience sensorielle. Toute en luxe et décontraction, celle-ci vise à rétablir l’équilibre des énergies.

6 cabines sur 400m2 où les spécialistes Clarins prodiguent massages, soins du corps et du visage pour femmes et hommes… La piscine intérieure vaut le détour, à l’instar du soin signature.

Le soin haute montagne distille un protocole bien ciblé visant à réaliser étirements et relaxation. Sur une table chauffante, la détente ô possible vient se compléter d’un travail d’expert qui tend à travailler les mollets et les cuisses. Un modelage en profondeur qui s’achève sur un soin hydratant du visage afin de, là encore, rééquilibrer la peau face au froid et aux rayons du soleil. A pratiquer avant ou après l’exercice réalisé au coeur de la plus chic vallée au monde.

Patrick Roger, Chocolatier et Artiste Audacieux

Peu d’artistes font du chocolat leur matière de prédilection — Patrick Roger en a fait la base de son expérimentation, autant culinaire que visuelle.

Plus Qu’un Chocolat De Noël, Celui De Patrick Roger

Patrick Roger entre sur la scène internationale en 1994, lorsqu’il remporte la Coupe du monde de chocolat. Six ans plus tard, il obtient la récompense de Meilleur Ouvrier de France — chocolatier et sculpteur, Patrick Roger a fait du chocolat bien plus qu’un élément de gourmandise. Le chocolat, pour lui, « c’est un passeport pour le monde. Ça a été une révélation d’un coup. Tout était possible alors qu’au départ je n’aurais jamais imaginé que ma vie se passe comme ça. Je suis allé dans soixante pays, je suis souvent en voyage ; là je pars pour Madagascar, pour aller voir une des plantations avec lesquelles on travaille. Les matières viennent à nous aussi, c’est un échange très riche. »

Patrick Roger Sculpte Des Gourmandises De Noël

Libre et audacieuse, sa création détonne autant qu’elle régale. Des mélanges aussi fous que réussis alliant le yuze à la verveine; la ganache citronnelle sublimée de menthe poivrée en passant par le mélange caramel au citron vert… Rien n’est impossible pour Patrick Roger. Ses sculptures en attestent — gourmandes et follement poétiques, ses créations ont dernièrement fait la une de la presse pour les 30 ans de la chute du mur de Berlin. Son oeuvre géante, composée en chocolat, reproduisait ainsi le mur avec une exactitude époustouflante. Une fois brisée, les copeaux de chocolat se dégustaient avec un plaisir tout sauf feint.

Et en cette fin d’année, il a mis son talent au service des douceurs iconiques de Noël. Une collection qui met en vedette des pignes de pin aux éclats d’amande, enrobées de miel, des sapins en chocolat ainsi que des coques au chocolat noir et citron vert. Fondantes et désirables à souhait pour Noël 2019.