La Seamaster d’Omega

La maison Omega compte la Seamaster parmi ses montres iconiques. Un garde-temps conçu pour l’exploit maritime. 

Omega, c’est la maison à laquelle la NASA a su faire confiance pour envoyer ses hommes dans l’espace. Et c’est aussi la maison qui a su créer des montres pour les explorateurs des abysses ! 

L’Histoire De La Seamaster Omega, Explorations Marines Et Jeux Olympiques 

Créée, en 1948, la Seamaster est une montre taillée pour l’exploit.

La Seamaster, montre de plongée professionnelle

En 1932, l’icône Seamaster s’esquisse avec le projet Marine. Projet initié par Omega afin de concevoir la première montre-poignet dédiée aux exigences des plongeurs…

Avec ses aiguilles et repères phosphorescents, elle garantit ainsi une bonne visibilité sous l’eau. Testée dans le lac Leman, elle est la première montre de plongé à être commercialisée. 

Publicité pour la montre Marine, Omega

Très vite, l’inventeur de la bathysphère, Charles William Beebe, popularise cette montre de plongée Omega. Elle est, dit-il, « une véritable avancée pour les sciences horlogères. »

Charles William Beebe, à la sortie de son bathysphère

« J’ai porté mon Omega Marine dans l’océan Pacifique à une profondeur de 14 mètres, là où la pression est deux fois supérieure à la normale. Son étanchéité à l’eau et à la poussière ainsi que sa résistance à la corrosion représentent une véritable avancée pour les sciences horlogères » 1936, Charles William Beebe

Directement inspirée de cette Marine, la Seamaster voit alors le jour en 1948. Année du centième anniversaire de la maison Omega, fondée par Louis Brandt, en 1848. 

Charles William Beebe

La Seamaster, montre de plongée professionnelle, reprend alors les aiguilles et repères phosphorescents de la Marine. D’ailleurs, pendant la Seconde Guerre Mondiale, c’est la Royal Air Force Britannique qui l’adopte. Un an plus tard, inspiré par les ornements des gondoles vénitiennes, l’hippocampe vient se graver sur la Seamaster. 

C’est le début des exploits, portés par la Seamaster. Dotée d’une valve à hélium pour évacuer le gaz lors de la plongée, les montres Omega mélangent noir scintillant et bleu nuit, pour un total voyage sous-marin…

Le commandant Cousceau… L’apnéiste Jacques Mayol établit un record mondiale, en 1981, avec sa Seamaster 120. Il plonge à 101 mètres de profondeurs…

Testée dans des conditions extrêmes dans un souci d’amélioration continuelle, chaque Seamaster prétend à l’excellence. La montre conjuguant ainsi durabilité, précision et esthétique.

Des différentes collections Omega, la Seamaster est aujourd’hui la plus ancienne. Mais elle n’en bénéficie pas moins, avec chaque nouveau modèle des dernières avancées technologiques.

Ainsi, la Seamaster Planet Ocean fut la première montre à associer la céramique à la technologie Liquidmetal, un alliage à base de zirconium. 

Le résultat est la traduction matérielle de l’ambition Omega : une durabilité accrue, mais esthétiquement sublime. 

Car si la résistance est de rigueur, la marque n’entend pas pour autant sacrifier le design de ses montres.

Design sportif, verre inrayable et antireflet, bracelet en acier, étanchéité garantie jusqu’à 500 pieds… Tout la prédestine à affronter l’inconnu. Rien d’étonnant de la part d’une maison d’horlogerie qui fait du mythe son quotidien.

On se rappelle de la Speedmaster, première montre à avoir été portée sur la Lune, au poignet de Buzz Aldrin. On se souvient, aussi, que depuis 80 ans, Omega est le chronométreur officiel des Jeux Olympiques

La Seamaster Et Les Jeux Olympiques 

1932, à Los Angeles. Omega devient le chronomètre officiel des Jeux Olympiques. 2012, à Londres « If you start me up I’ll never stop! » Dès les premières notes du spot d’Omega pour les Jeux Olympiques, on entre dans la compétition, au rythme des Rolling Stones. 

Acteurs, sportifs, héros de fiction… Un seul point commun entre tous les ambassadeurs de la Seamaster : ce sont tous des hommes d’exception, pour qui la vie est un combat dans lequel ils se jettent avec enthousiasme. Porter la Seamaster, c’est refuser l’habitude, c’est relever un défi.

Chrométreur officiel des JO, Oméga introduisait cette année là sa nouvelle collection Seamaster Planet Ocean.

Fait méconnu, la Seamaster fut initialement aussi pensée comme une montre adaptée à la ville. Peu étonnant de voir James Bond porté, à son poignet, une Omega Seamaster 300.

Dans plus d’un épisodes depuis que Lindy Hemming, la costumière multi-récompensée, en a fait l’incarnation du commander. Raffiné et homme d’action. Une montre élégante et, donc, un instrument indispensable à l’espion.