Le Signature Touch 2014 de Vertu

seaspray_lizard.jpg

« Signature Touch est à l’apogée de nos smartphones, conçu pour un client international qui apprécie et recherche des produits uniques et des performances de premier ordre. » Massimiliano Pogliani, PDG de Vertu, n’aurait pu trouver meilleurs mots : le Signature Touch a cela d’exceptionnel qu’il allie le meilleur de la technologie à des matériaux de qualité dogmatique. Le résultat : un téléphone luxueux qui surpasse les attentes des clients bref, un téléphone d’élite. Fabriqué en Angleterre par la main d’un seul artisan, le Signature Touch possède un écran en cristal de saphir de 5ème génération, pour une éminente qualité d’optique ! Une technologie d’affichage full HD et un son calibré à la perfection par Bang & Olufsen.

Un précis de technologie qui subjugue l’œil par un design audacieux. Le Signature Touch intègre les codes du style Vertu ; mais ici, le coussinet d’appel en céramique et les formes en V bien définies épousent une structure résistante pour une élégance délibérément masculine. Un style fort et masculin qui s’écrit autour du boîtier en titane de grade 5 dont les finitions brossées et polies accentuent un profil effilé. Et c’est là que fuse la nature extraordinaire du Signature Touch, dans ce design à l’élégance classique mais résolument moderne et assurée. Un smartphone racé déjà disponible.

Louis Vuitton, Célébration du Monogram

detail-de-la-toile-monogram-lv-c-louis-vuitton-bruno-asselot.jpg
Le monogramme de la maison Louis Vuitton, deux lettres entrelacées, sont à elles seules le symbole d’une histoire, d’un patrimoine et garant d’un savoir-faire traditionnel à la française. La toile Monogram de la maison Louis Vuitton, utilisée par Georges Vuitton depuis 1896 en remplacement du damier, est aujourd’hui un sceau connu et reconnu internationalement. Cette signature artistique est composée des initiales L et V, hommage à Louis Vuitton, elles même cerclées de trois autres motifs dont, un diamant concave scellant en son centre une fleur, une unique fleur aux couleurs inversées puis un cercle renfermant une nouvelle fleur  de forme concave. Véritable allégorie de l’excellence, reconnaissance universelle, tant de caractères personnifiés au travers de cette empreinte qui, ce jour, cent soixante ans après la création de la maison, s’aperçoit reconsidérée par 6 créateurs et artistes pour une édition limitée renversante.
Depuis sa création, le Monogram Louis Vuitton a été revisité maintes fois, notamment par d’habiles et expérimentés artistes tels que Richard Prince ou Takashi Murakami. Une nouvelle étape est en marche avec « icône et iconoclastes », un projet finement intitulé à l’initiative du directeur artistique Nicolas Ghesquière et de la directrice générale adjointe Delphine Arnault. Récemment annoncé, cet événement en corrélation avec les 160 ans de l’ouverture de la première boutique Louis Vuitton rue Neuve-des-Capucines, vise à célébrer autant l’anniversaire que la toile monogrammée en elle même, « le célébrer tout en défiant les règles du classicisme » selon Delphine Arnault. Pour cela, six éminents artistes, chacun excellant dans son domaine ont été invités à revisiter, selon leur inspiration cette iconique toile. Le chausseur Christian Louboutin, la photographe Cindy Sherman, le couturier Karl Lagerfeld, la styliste Rei Kawakubo, le designer Marc Newson et l’architecte Frank Gehry, heureux élus de la célèbre griffe vont devoir imaginer et interpréter à leur manière, un bagage ou un sac à main en toile, intégrant le sigle mis à l’honneur. Chaque artiste, ayant reçu carte blanche de la part de Nicolas Ghesquière, va pouvoir, tout en restant fidèle aux codes Louis Vuitton, exprimer sa vision du célèbre logotype.
Du design industriel de Newson à l’anticonformisme de Kawakubo, l’objectif est clair, comme l’explique la vice présidente « Nous souhaitions faire appel à des personnalités qui travaillent avec audace, à la fois avec leur esprit et avec leurs mains. J’ai trouvé cela fascinant et amusant de les réunir et de voir leurs différents points de vue sur le Monogram ». Ces modèles d’exception, réfléchis par certains des plus grands artistes de talent de cette époque seront dévoilés lors de la soirée de lancement le 7 novembre prochain tandis que la collection sera quant à elle, disponible dans une sélection de magasins Louis Vuitton. Un projet captivant d’un point de vue artistique mais aussi, comme l’affirme une fois de plus Delphine Arnault « très spécial parce que les personnalités qu’on a choisies sont fascinantes ».

Iconic Red, la Customisation par Valentino

valentino-rouge-absolute-signature-collection.jpg

Celui pour qui « le rouge est un fard qui embellit » introduit une toute nouvelle façon de s’approprier ses créations. L’idée du rouge coquelicot, Garavani Valentino l’a eue un jour que, dans les loges de l’Opéra de Barcelone, il assistait à une représentation, les corbeilles de fleurs retinrent son attention. Sa première création Rouge : une robe de cocktail composée autour d’une jupe de roses en tulle, baptisée Fiesta. Nous sommes en 1959. En élevant aujourd’hui le design des créations au-delà de l’inspiration personnelle du fondateur, la maison de mode inaugure une nouvelle forme d’interaction en matière de haute couture. L’idée de permettre l’éclosion de choses personnelles tout en intégrant le patrimoine de la maison est, pour Maria Grazia Chiuri, une valeur universellement partagée par la clientèle Valentino. Dès lors, l’accent est inévitablement mis sur l’expression personnelle au moyen de la personnalisation. L’occasion est ainsi donnée d’allier à la très précieuse ligne Rouge Absolute Signature la très populaire ligne Rockstud. L’unique consigne : faire votre les charmes de la griffe.

Car ce sont bien les gris-gris Valentino que l’on propose d’associer ou de dissocier comme il plait. Sur les souliers, les sacs à main ou la petite maroquinerie, les codes de la maison se font les porte-paroles de l’identité. Une sélection de symboles ou ses propres initiales qui, au contact de la délicatesse et de la précision du style Valentino, viennent à merveille compléter, ou plutôt ajuster la véracité d’un luxe emblématique. Miroitant dans l’or métallique, le trio de sangles de cheville du fameux soulier achèvera de magnifier un denim affligé. Le tout avec une fascinante fluidité.

Le Cappon Magro, le Plat Signature d’Alain Ducasse

cappon_img.jpg

Démocratisé en France par Ducasse, le Cappon Magro est un plat riche en saveurs qui nous vient du XVIe siècle. Servi en entrée et se dégustant froid, le Cappon Magro se compose d’une galantine de poisson, de légumes assaisonnés, le tout agrémenté d’une sauce et présenté en terrine. Pour ce plat qui nécessite une préparation la veille du service, Alain Ducasse réinterprète le dressage ancestral et lui donne un nouveau souffle contemporain et élégant. Laissant de côté la sophistication, Ducasse en revient à une cuisine brute, simple, la salade subtilement déposée sur une base de biscuit, surmontée d’un mélange de légumes et de fruits de mer. Ce plat signature est devenu au même titre que la cookpot, un incontournable de chez Alain Ducasse, une combinaison simple, mais parfaite, d’héritage, de savoir-faire et de produits authentiques et frais. Au travers de sa cuisine authentique ainsi que de ses interprétations sans superflus, Ducasse défend ce qu’il se plaît à nommer, la simplicité des saveurs originelles qui se défendent d’être originales. L’incontournable, faire du bon avec du simple, ce qui pour lui est le nouveau luxe car  « L’étonnement, des fois, est dans les choses les plus simples. Enfin, est ce que le nouveau luxe ça ne serait pas la simplicité? ».

Des 23 restaurants et 3 auberges estampillés du nom Ducasse,  tous sont  différents et brillent du savoir-faire du natif des Pyrénées-Atlantiques avec une carte exceptionnelle, une haute technicité dans l’exécution des gestes en cuisine, le tout avec un mot d’ordre, la sublimation du produit, tout en le respectant. Pour chaque restaurant ou auberge, la cuisine proposée est en synergie avec son terroir et l’endroit où il se trouve, cependant, quelques plats demeurent à la carte quoi qu’il advienne. Ces plats d’exceptions faisant partie intégrante de la ligne éditoriale du chef, le plat de fête qu’est le Cappon Magro fait partie de ces fameux plats dits « signature » et demeure une véritable icône de la cuisine « made in Ducasse ».

Alain Ducasse, au sommet de son empire est aujourd’hui, un des hommes d’affaires, mais surtout un des chefs les plus internationalement connu pour sa cuisine moderne et originale; au centre de ses concoctions, ses spécialités ou comme il les appelle, ses plats signatures, tout comme le Cappon Magro, sont des mets incontournables revisités par le chef aux multiples étoiles tel un directeur artistique car comme Ducasse le dit lui même, « le consommateur aujourd’hui, il est infidèle, il est zappeur, donc il faut le séduire par des choses différentes ».

Les Signature de Tod’s

tods.jpg

Puisqu’il semble que le soleil enfin darde de ses rayons estivaux l’ensemble de l’hexagone, l’heure est venue de visser sur son nez les élégantes Signature. En effet, Tod’s poursuit l’exploration de ses emblèmes en concevant, pour cet été, une paire de solaire au mood pop, et au charme intemporel. 

De leur grande forme carrée aux verres teintés, c’est la réactualisation quotidienne des emblèmes – véritable philosophie de la maison –  qui semble en avoir guidé la création. La quête se poursuit lorsque, dans une esthétique qui n’appartient qu’à lui, Diego Della Valle fait se rencontrer une monture en acétate et des branches en cuir. Là, c’est discrètement que viennent s’estampiller les caractéristiques icônes de la marque de luxe : sur les tempes, presque secrètement, la texture de la signature est reproduite. 

Ce picot, bien connu et aimé des célébrités et du monde entier, a fait l’ADN de Tod’s. Le design élégant des premiers mocassins, dont Audrey Hepburn fut la toute première égérie, se retrouve aujourd’hui sur ces lunettes de soleil, avec la même grâce. Suivront Steve McQueen et Cary Grant… Selon Diego Della Valle, dans leur personnalité se mire le way of life que souhaitait incarner Tod’s. 

Du blanc au classique noir, passant par le nude, le cerise ou la teinte pourpre, c’est bel et un bien un été placé sous le sigle de la pop que peut se vanter d’offrir à ses fidèles la maison italienne. Pour couronner le tout, les solaires Signature sont considérées comme indestructibles.