La Reverso One Duetto Jewelry, allégorie de Haute Joaillerie

3352120_recto_soldat.jpg

Un an après la célébration en grande pompe de son 85ème anniversaire, la manufacture Suisse Jaeger-LeCoultre revient cette année avec une toute nouvelle version de sa mythique Reverso qui avait rendu un hommage à René Magritte. . Imaginée en 1931, la Reverso est très vite devenue emblématique d’une atmosphère feutrée et libérée des années 30, avec en prime la magnificence de lignes inspirées Art Déco. Aujourd’hui, c’est dans une version coulée dans l’or rose que la Reverso One Duetto Jewelry entend bien s’imposer – icône inventée pour les officiers Anglais de l’Inde britannique aimant se divertir au cricket, voici le garde-temps qui entend bien rendre hommage à la féminité, le tout appliqué Art Déco.

Dans un habit d’une élégance rare aux lignes révérées, la nouvelle interprétation en or rose de la montre Reverso One Duetto Jewelry se comprend comme le fruit d’un travail d’artisans joailliers. Son caractère, la Reverso le porte haut et, c’est au poignet que cet atour peut se targuer d’allure n’importe quelle silhouette ! Ce modèle s’inscrit avec aisance dans les pièces les plus précieuses de la collection Reverso – mais, c’est avec majesté que le garde-temps respect la philosophie de simplicité Jeager Le-Coultre. Ici aussi la forme naît de la fonction. Lignes étirées et cadran rectangulaire, la nouveauté se niche aussi et surtout dans le bracelet.

Les artisans ont en effet réalisé un bracelet en or rose arborant des maillons géométriques sertis de diamants d’une grande originalité, pour un poids total de 18 carats. Un véritable bijou imaginé autour de mailles s’entrelaçant parfaitement pour épouser en souplesse le mouvement du poignet. Un travail d’une telle minutie qui fait écho au dessin du verso de la montre – une gravure de losanges offrant un aspect graphique renforcé par le délicat sertissage de petits diamants taille brillant… Sur le cadran, c’est la douceur de la nacre de Bali qui vient un peu plus éveiller les sens quand, la nouvelle Reverso One Duetto Jewelry se présente dans une version on ne peut plus mythique de la Haute Joaillerie.

Le Hyatt Regency de Thessalonique

1.jpg

L’histoire de Thessalonique s’écrit en 315 avant Jésus­ Christ. Cette année ­là, Cassandre de Macédoine fonde la ville avant de la baptiser du nom de son amour : Thessalonique, demi­ sœur d’Alexandre le Grand. Sur cette ville édifiée comme un gage d’amour règne une atmosphère toute particulière. Située au fond du golfe Thermaïque, Thessalonique fut, dès son origine, à la croisée de grandes routes commerciales. Avec le temps, la ville prit l’allure d’une cité industrielle et commerçante ; assez pour déborder de créativité. La beauté de ses églises byzantines en a fait en effet une ville d’art, à la croisée des époques, et des cultures.

A l’image de la majorité des villes portuaires, Thessalonique est cosmopolite, et la concurrence entre les trois grandes communautés, musulmane, orthodoxe et juive a su entraîner une sorte d’émulation. Et c’est ainsi que la ville déborde aujourd’hui de vie, et de créativité. De la Tour­ Blanche à l’église Sainte-Sophie défilent des siècles d’art et d’histoire, de magie et de mythes… Cet héritage, le Hyatt Regency Thessaloniki a su le capturer et l’élever au fil d’un hôtel luxueux et ô combien fabuleux, à l’image du Park Hyatt Paris-Vendôme et de l’Hotel Martinez de Cannes.

Un complexe fait comme un bouquet d’immeubles planté parmi un jardin de palmiers, illuminé de nénuphars et autres fleurs de lotus… Le lieu est simplement parfait pour un city break – situé à 15 minutes du centre ville de Thessalonique, l’hôtel est idéalement situé à un peu plus de 2 heures du Mont Pelion grec et des plages de Chalkidiki. A proximité de la Turquie et de la Bulgarie, le Hyatt Regency Thessaloniki est tout aussi proche des plus beaux vignobles grecs. Les 134 chambres que propose l’hôtel méritent en effet leurs cinq étoiles. La luxueuse propriété propose des accommodations modernes et élégantes, avec des piscines extraordinaires, tennis, squash, sauna, hammam, et jacuzzi. Les chambres donnent ainsi sur un bel espace extérieur apparié avec un service d’excellence. L’architecte, Alexander Kravetz, exerçant depuis Londres, su en effet fondre l’hôtel dans un paysage des plus sauvages. L’un de ses derniers ajouts : l’Asian Spa, un espace exclusif proposant des bienfaits spécialement imaginés pour le Hyatt Regency Thessaloniki. 

La Montre Reverso de Jaeger-LeCoultre Rend Hommage à René Magritte

ma.jpg

Créée en 1931, la montre Reverso fête aujourd’hui ses 85 ans et continue de réinterpréter les codes de son passé pour s’ancrer dans la modernité. Cette année, le modèle phare de la Manufacture rend hommage, avec la Maison De Greef, à l’artiste peintre belge du mouvement surréaliste : René Magritte. Célèbre pour ses images surprenantes et poétiques, il a marqué l’art et continue d’inspirer les artistes du monde entier.

Pour l’occasion, la Reverso est habillée de la reproduction de son œuvre « La Trahison des Images » par une gravure laquée sur le fond du boîtier de la montre. L’œuvre est composée d’une pipe accompagnée de la phrase suivante : « Ceci n’est pas une pipe ». Le thème du décalage entre un objet et sa représentation a souvent été abordé par l’artiste à travers ses peintures intemporelles.

Trois séries différentes de montres célèbreront l’œuvre exceptionnelle de ce peintre novateur. Pour la première série, Jaeger-LeCoultre et De Greef ont sélectionné cinq montres en or gris et quinze montres en acier qui peuvent être admirées en exclusivité au sein de la maison De Greef. Les deuxième et troisième séries seront éditées dans les années à venir. Une collaboration audacieuse qui donne à voir de l’intensité, de l’imaginaire et un savoir-faire horloger unique.

 

Le Venice Simplon-Orient-Express et sa Nouvelle Voiture-Bar

n.jpg

De Paris à Venise, ce train mythique offre un voyage empreint de romantisme et d’élégance. Emblème des années folles et de son style flamboyant, rendu célèbre par notamment Agatha Christie et James Bond, ce train de légende évoque l’aventure, le romanesque et l’excellence. 

Datant des années 1920-1930, les 17 voitures – composées de 11 voitures-lits, 3 voitures-restaurants, 1 voiture-bar et 2 voitures pour le personnel et les bagages – brillent de leurs couleurs bleu et or. Ces voitures spacieuses ont été soigneusement restaurées et réaménagées selon leur propre style d’origine pour le confort des voyageurs. Côté décoration, on retrouve des matériaux nobles et anciens avec des panneaux en laque de Chine, de la marqueterie en bois, du verre Lalique ainsi que des touches plus modernes dans un style Art Déco à l’instar de la voiture-bar et des voitures-restaurants. Ces dernières proposent une cuisine gastronomique de haut vol orchestrée par le talentueux Chef Christian Bodiguel, présent à bord depuis janvier 1985.

Les nouveaux intérieurs bleu et or de la voiture-bar « 3674 » reflètent le raffinement et transportent littéralement les hôtes à l’âge d’or d’une époque révolue. Ce cadre élégant invite les voyageurs à se parer de leurs plus beaux atours. Le Chef Barman Walter Nisi propose également une nouvelle carte de cocktails et une sélection inédite de caviar, en collaboration avec la prestigieuse maison Petrossian. Des expériences gustatives à explorer tout en regardant défiler les sublimes paysages d’Europe.

Une expérience unique et un voyage dans le temps inoubliable à vivre à bord d’un des joyaux du patrimoine ferroviaire.

 

Le Nano Bag Selon fendi

f.jpg

Il est un sac qu’il ne sert à rien de présenter : le Peekaboo, imaginé par Silvia Venturini Fendi  en 2008. L’accessoire est un sac au chic épuré. Un sac à l’élégance chuchotée, proprement débraillé. L’icône Peekaboo se porte tout soufflet ouvert. Une tendance ancrée dans une nouvelle idée, celle d’une sensualité ludique.

Et voici que, la saison prochaine, le Peekaboo s’introduit en version nano. Porté à la main, au cou, ou tenu du bout des doigts, le sac imprègne la liberté, ou plutôt la légèreté. Décliné dans des couleurs chic, engravé à l’aide de techniques japonaises afin de créer de magnifique détails bontaniques, le Nano-bag selon Fendi frôle, dangereusement, le haut degré de désirabilité ! 

 

La Big Bang Unico Sapphire All Black Par Hublot

h.jpg

Après s’être exercé avec l’ambitieuse Ferrari Sapphire, Hublot relève une nouvelle foi le défi difficile de façonner ce matériau. Cette pierre extrêmement complexe offre à la nouveauté Hublot une résistance aux rayures quasi parfaite, puisque seul le diamant peut la rayer. Le boitier, la carrure et la lunette sont entièrement taillés dans le saphir fumé noir poli et restent malgré tout étanche à 50 mètres. Seules quelques pièces sont en titane : les vis, la couronne surmoulée de silicone et la boucle déployante. Une prouesse admirable d’autant plus que le saphir a rarement été taillé à une si grande échelle. 500 exemplaires ont été prévus pour la Big Bang Unico Sapphire.

« La force d’Hublot réside dans son identité clairement définie : l’Art de la fusion, ce pouvoir unique de créer des montres qui mêlent tradition et innovation. » Certainement iconique mais aussi spectaculaire et précieuse, cette pièce est une oeuvre d’art. Totalement cultivée en transparence et squeletage, celle-ci dévoile tous les rouages du mouvement manufacture Unico. Un mouvement entièrement visible dont la roue à colonnes positionnée côté cadran n’est désormais plus la seule particularité à observer. Transparence et noir intégral se poursuivent jusqu’au bracelet : ligné et structuré sur boucle déployante en titane.

La maîtrise industrielle d’un matériau extrêmement complexe n’est pas la seule excellence qu’offre La Big Bang. Ce chronographe automatique flyback doté de 72h de réserve de marche est, entre autres, équipé d’une roue à colonnes et d’un double embrayage. Il possède une glace saphir traitée antireflet intérieur/extérieur avec le logo Hublot et des aiguilles avec revêtement luminescent noir. Une réussite exemplaire pour un concept all black réinventé.

Givaudan, Une Odyssée des Arômes et des Parfums

g.jpg

Acteur majeur du monde de la parfumerie et des arômes alimentaires, la maison Givaudan est à l’origine de nombreuses créations iconiques. Elle innove et insuffle les tendances, oeuvrant en étroite collaboration avec des marques de luxe prestigieuses. Dior, Saint-Laurent, Givenchy, Prada, toutes sont commanditaires des jus désormais mythiques que sont Poison, Miss Dior Chérie, Opium, Infusion d’Iris… Givaudan crée également de nouveaux goûts en s’entourant des plus grands chefs toqués afin d’élaborer les arômes de mets d’exception accessibles à tous.

A la façon d’une madeleine de Proust, les parfums ravivent les souvenirs et les saveurs nous font voyager. Cet ouvrage raconte donc l’aventure exceptionnelle des parfums et arômes à travers le monde. Un hymne au goût et à l’odorat nourri par l’analyse historique de la spécialiste et auteur Annick le Guérer, étoffé par la vision philosophique du chercheur Caroline Champion, soutenu par les connaissances scientifiques de la professeur Brigitte Proust et illustré par l’iconographie remarquable des photographes Denis Dailleux et Lili Roze. Selon Gilles Andrier, Directeur Général de Givaudan, « Ce livre est une invitation à découvrir l’influence prépondérante des odeurs et des saveurs sur de nombreuses facettes de notre vie ».

De la conception à la fabrication, des sites de récoltes aux laboratoires de recherche, des ateliers de créations des parfumeurs et aromaticiens, l’ouvrage déploie tous les domaines de prospection et d’exploration de la création tant olfactive que gustative. Les usages sont également abordés selon les sphères géographiques, les contextes culturels et sociologiques. C’est à la fois l’histoire de l’entreprise qui est racontée, mais aussi celle de toute une industrie à laquelle cette maison iconique est plus qu’étroitement liée. Un voyage fascinant à travers un secteur qui chaque jour suscite des émotions chez des millions de personnes dans le monde.