Le Bambou, un Code Iconique de la Maison Gucci

Une pénurie, un besoin, une solution — voici comment l’un des codes les plus iconiques du luxe est entré dans l’univers de la maison Gucci.

L’Histoire Du Bambou Et Gucci

C’est à la fin de la Seconde Guerre Mondiale, au cours de l’année 1947 très exactement… L’Italie, en pleine époque fasciste, fait face à une forte pénurie de matériaux en provenance de l’étranger. Guccio Gucci se voit alors forcé d’expérimenter de nouvelles solutions. En effet, comment fabriquer ses sacs, ses valises et notamment leur anse sans disposer de cuir?

Pour fabriquer les poignées de ses sacs à main, mais aussi et surtout pour remplacer le cuir, Guccio Gucci doit ainsi se tourner vers des matériaux insolites dans l’univers du luxe. Il puise dans le chanvre, le lin ou le jute les matières de ses créations…

Mais c’est le bambou et le brunissage du rotin qui constituèrent les innovations les plus subtiles des artisans de la maison Gucci. Le premier sac bambou naît ainsi comme un exemple ingénieux du proverbe qui veut que la nécessité soit mère de toutes les inventions… Le Bambou est ainsi devenu la première griffe de nombreux produits emblématiques de Gucci — dès lors sacré code iconique de la maison, à l’instar du motif floral et du double GG.

Le Succès Du Sac Bambou De Gucci

Des têtes couronnées et des célébrités, le sac à l’anse brunie gagne rapidement la faveur des élégantes. Le sac bambou s’impose dès 1947, son année, comme un must have de l’époque. Grace Kelly, la reine Frederica de Grèce, Elizabeth Taylor et Deborah Kerr le portent toutes !

Dans les années 70, le Bamboo Bag devient iconique. Il faut dire que le sac allie à merveille innovation et savoir-faire, épousant l’air du temps. Avec cet esprit nature et vintage, exquis mais précis, le sac Bambou a ainsi contribué à intégrer cette matière au luxe mondial.

Son éclectisme en fait un élément puissant, autant en terme d’esthétique que de caractère. Des chaussures aux bijoux, le bambou devient un incontournable.

Dès 2010, l’ exposition « Bamboo Forever » a précisément retracé l’histoire de ce sac à l’influence grandiose.

Et aujourd’hui encore, le vestiaire haut en style et en couleurs d’Alessandro Michele pour la maison Florentine ne passe sans une nouvelle adaptation de cette griffe iconique. Lors des défilés Printemps-Eté 2016 et 2017. Des escarpins Gucci en cuir noir avec bout de bambou ancré sur le talon jusqu’aux inévitables sacs, sacoches de docteur et sac dames aux fermoirs bambou – tout l’univers de Gucci semble à jamais lié à cette matière aussi subtile que détonnante.

Sous l’ère Michele, le Bambou s’ancre un peu plus dans la modernité sur un ensemble de bijoux, ou sur des garde-temps qui, une fois de plus, portent parfaitement leur nom ! Pour le Printemps/Eté 2020, ce sont encore des lunettes de soleil imaginées par Alessandro Michele qui adoptent le mythique Bambou Gucci. Subtiles et incroyablement allurées !

Le Bamboo, un Code Iconique de la Maison Gucci

dionysus-.jpg

C’est à la fin de la Seconde guerre mondiale, au cours de l’année 1947 très exactement, alors que l’Italie, en pleine époque fasciste, fait face à une forte pénurie de matériaux en provenance de l’étranger, que Guccio Gucci se voit forcé d’expérimenter de nouvelles solutions.  Pour fabriquer les poignées de ses sacs à main, mais aussi et surtout pour remplacer le cuir, l’homme doit se tourner vers des matériaux insolites dans l’univers du luxe, tel le chanvre, le lin ou le jute… Mais c’est le bambou et le brunissage du rotin qui fut l’une des innovations les plus subtiles des artisans de la maison. Le premier sac bambou naît ainsi comme un exemple ingénieux du proverbe qui veut que nécessité soit mère d’invention… Le Bambou est ainsi devenu la première griffe de nombreux produits emblématiques de Gucci, sacré code iconique de la maison, à l’instar du motif floral et du double GG.

Péché mignon des têtes couronnées et des célébrités, le sac à l’anse brunie gagne rapidement la faveur des élégantes. Le sac bambou s’impose alors comme un must have de l’époque : Grace Kelly, la reine Frederica de Grèce, Elizabeth Taylor et Deborah Kerr le portent. Aujourd’hui, le Bamboo Bag est prisé par les célébrissimes chanteuses Jennifer Lopez et Beyoncé. Il faut dire que le sac allie à merveille innovation et savoir-faire, épousant l’air du temps, à l’instar du Bamboo Shopper Bag. On retrouvait il y a peu dans le défilé Pre-Fall 2017 de la maison deux versions nouvelles de l’iconique sac à main : le Dionysus et le Queen Margaret. 

Cependant, le bambou n’est plus cantonné au sac éponyme. Son éclectisme en fait un élément puissant, autant en terme d’esthétique que de caractère. Des chaussures aux bijoux, le bambou devient un incontournable de la griffe. Et aujourd’hui encore, le vestiaire haut en style et en couleurs d’Alessandro Michele pour la maison Florentine ne passe sans une nouvelle adaptation de cette griffe iconique, comme lors des défilés Printemps-Eté 2016 et 2017. Des escarpins Gucci en cuir noir avec bout de bambou ancré sur le talon jusqu’aux inévitables sacs, sacoches de docteur et sac dames aux fermoirs bambou – tout l’univers de Gucci semble a jamais lié à cette matière aussi subtile que détonnante. Sous l’ère Michele, le Bambou s’ancre un peu plus dans la modernité sur un ensemble de bijoux, ou sur des garde-temps qui, une fois de plus, portent parfaitement leur nom !

La Montre Bamboo par Gucci et Li Bing Bing

gucci-bamboomontre.jpg

1972, Gucci, la maison de couture florentine, se faufile dans le monde de l’horlogerie. 2013, la montre Bamboo se réinvente à l’heure où Gucci Montre et Joaillerie collabore avec l’actrice chinoise Li Bing Bing.

D’aucuns pensent l’incompatibilité de l’environnement et de la mode. Quoi qu’il en soit,  profitant des synergies de la joaillerie, de même que celles léguées par la Nature, Gucci innove. De la rencontre entre la créativité de Frida Giannini et, de l’ardeur dont fait preuve l’actrice Li Bing Bing dans la défense de l’environnement, nait une modernité encapsulée dans un héritage sphéroïdal. Produit en région Suisse de La Chaux-de-Fonds, le garde-temps est fait à partir de bambou brut et d’acier. Le premier est effilé à la main ; le tout est assemblé de manière artisanale. Utilisé pour la première fois durant la seconde guerre mondiale, consistant alors en une réponse élégante à la pénurie de matières, le bambou est depuis devenu la griffe de la marque. Sur les anses, le bambou relie la nature sauvage à la sophistication ; le corps aux bras du sac.

Comme pour les vêtements, dont Gucci pense individuellement les détails, le garde-temps Bamboo est purement moderne. Des chiffres romains habitent la lunette ; celle-ci, constituée en bambou, fait battre tambour au temps. Le bracelet, perlé de bambou et d’un substitut végétal à l’ivoire, arbore le motif mors, autre iconique figure guiccienne. De fait, se succède de petites boules, tantôt faites en bambou, tantôt couleur ivoire, donnant à la montre une allure d’atour. Le logo Gucci discrètement se loge au bout du cordon qui règle le bracelet. Bref, au final, c’est un bijou original que crée la griffe. Un accessoire sensuel qui assurément donne à toute tenue une touche indispensable à la perfection distinguée. Cette édition spéciale enrichit donc la collection Montres Bamboo d’une chic-désinvolture.