L’Altiplano Ultimate Concept

automatic.jpg

La manufacture de Haute Horlogerie Piaget vient une nouvelle fois d’associer son nom à celui des records exceptionnels. On connait déjà le savoir-faire singulier des ateliers suisses lorsqu’il s’agit de conjuguer expertise reconnue dans la fabrication de mouvements mécaniques extra-plats, et allure sans pareille. De cette union de talents d’exception, Piaget est passé maître dans l’art d’élaborer des garde-temps luxueux, étonnant et magnifique. Aujourd’hui, ce prodige de technicité et d’élégance se présente par deux fois. La première avec l’Altiplano Ultimate Automatic – montre la plus plate au monde avec 4.30mm d’épaisseur. La seconde avec l’Altiplano Ultimate Concept – un chronographe à remontage manuel le plus plat au monde avec seulement 2mm d’épaisseur…

            C’est que Piaget poursuit depuis longtemps ses recherches et développement afin de dépasser son propre génie. Sa devise reste intouchée, inchangée, incomparable : « Toujours faire mieux que nécessaire ». Cette fois, des ingénieurs ont travaillé de concert avec des horlogers, designers, constructeurs de boîte et de mouvements. Tradition et force créatrice inédite ont ainsi contribué à repousser une fois de plus les limites de la micromécanique – Piaget a déposé pas moins de cinq brevets !

            Ce souci de technicité, Piaget l’a aussi toujours accompagné d’une volonté de mettre au monde des pièces d’une extrême élégance ; des pièces au raffinement certain, qui puisent dans leur cœur impressionnant de progrès toute la force des révolutions esthétiques. Se nourrissant de son histoire unique, la manufacture suisse propose ici deux nouvelles montres qui viennent illustrer le point culminant de l’avancée de l’humanité en matière d’horlogerie et de techniques de miniaturisation… Plus d’un demi-siècle de virtuosité propre à la collection Altiplano.

Le Bracelet Possession De Piaget Se Pense Aussi Au Masculin

piaget_homme.jpg

Si aujourd’hui le nom de Piaget évoque rapidement distinction, grâce et technicité de garde-temps exceptionnels, c’est à la Côte-aux-Fées au XIXe siècle que Georges-Edouard Piaget a établi son premier atelier dans la ferme familiale – là, l’homme se consacre dans un premier temps à l’élaboration de mouvements de haute précision. Mais ce n’est qu’en 1943 que la maison dépose le nom de sa marque avant de forger le style qui aujourd’hui lui vaut une reconnaissance planétaire : des pièces nées du mariage entre l’or et un opéra de couleurs, entre des formes inédites et des pierres précieuses viennent ainsi égayer tout l’univers de l’horlogerie.

Les atours Piaget Possession captent ainsi tout l’imaginaire de la maison et, depuis près de 25 ans, ont su faire de leurs anneaux tournants le point central d’un univers tout fait de beau et de béatitude. Si les atours étaient purement féminins, voici que la Piaget inaugure une nouvelle ère : cet automne, ce bijou emblématique prend un nouveau tournant avec le même bracelet, mais pour homme ! Souple et ludique, sublime mais chaste, cet accessoire incontournable en or blanc deviendra sans doute un élément essentiel du vestiaire masculin tant il répond à la demande de son temps.

Le Bangle Piaget Possession en or blanc s’associe ainsi à la perfection aux garde-temps bien plus masculins déjà édités par la maison, à l’instar du Piaget Polo S ou de la montre Piaget Altiplano. Symbole d’un monde en perpétuel mouvement où tout devient possible, le bracelet Bangle capte toute l’énergie qui l’entoure pour la distiller au travers d’anneaux qui n’en finissent pas de tourner… Encerclant le poignet, Possession devient un complice intemporel – un complice sensuel avec des lignes racées et un design épuré. Une pièce évidente donc, conçue pour être portée seule ou en pair, le tout forgeant une allure masculine élégante et raffinée, sans ne rien perdre de la simplicité exigée des hommes d’aujourd’hui.

Possession, La Nouvelle Collection Haute En Couleurs De Piaget

bloggif_59087a885b1cd.jpeg

Lorsque l’on côtoie l’univers de la Haute Joaillerie, c’est souvent un sentiment admirable qui nous prend – tout est pensé de façon si juste, si sophistiquée et finalement dans une sobriété si affriolante qu’il est rare de rester impassible devant l’époustouflante beauté des atours. Ainsi, bienséance oblige, c’est souvent dans des tons finalement inexistants que se présentent les plus belles pièces joaillière. A ce propos, Piaget en sait quelque chose puisque la maison fait partie des icônes du genre. Mais voilà qu’aujourd’hui, pour la première fois de son histoire, la collection de joaillerie adopte des pierres colorées !

Ainsi, si la collection Possession de Piaget fait partie du patrimoine de la manufacture depuis déjà près de 25 ans, la nouvelle interprétation de la ligne iconique relève bien plus qu’une œuvre de joaillerie : Possession dans sa version haute en couleurs incarne en réalité l’expression du désir de la femme d’aujourd’hui – une femme qui ne craint ni l’audace de la couleur, ni le cran des diamants. Et c’est ainsi que le bleu profond du lapis-lazuli, le noir intense de l’onyx, la turquoise vive, le vert lumineux de la malachite et le rouge vibrant de la cornaline, chacune de ces couleurs jaillit avec une telle énergie qu’elle procède un champ illimité d’expression ! Au total, ce sont six couleurs pour six émotions différentes qui fondent la nouvelle palette vibrante des femmes d’aujourd’hui : si le noir se fait intense, la turquoise vive, le rouge vibrant, le vert lumineux ou le bleu profond, c’est ainsi pour évoquer la spontanéité, l’énergie positive, l’audace et le charme, le romantisme et le style qui font la femme du XXIe siècle.

Et quelle meilleure incarnation que la très chic Olivia Palermo ! Egérie de la nouvelle collection Possession, c’est notamment sur elle que l’icône de Piaget est sublimée de couleurs.  Une sphère faite d’une pierre dure encerclée par l’anneau Possession – la signature de la griffe – habille ici un long sautoir en or. Et, tandis que la chaîne peut être dédoublée pour former un collier plus court et la bague qui tourne librement sur celle-ci, la même sphère en pierre de couleur, alliée au design de la bague Possession, devient un véritable talisman !

 

 

La Collection Rose Piaget pour la Saint-Valentin

collier_rose_piaget_en_or_rose.jpg

Si la Saint-Valentin est là pour rappeler aux aimés combien ils sont chers, la maison Piaget, elle, compte bel et bien marqué l’évènement de l’éclat du diamant. Ce fut ainsi la rose qui fut choisie pour orchestrer la nouvelle collection ; emblème sans pareil de l’expression de la passion, ses pétales radiants se déploient dans une séduction aux multiples facettes. Féminine, raffinée, pulpeuse, joueuse ou délicate, chaque fleur conte une histoire unique, celle d’un amour qui fait battre le cœur.

A travers des créations joaillières et horlogères pleines d’audace, la rose prend ainsi le parti d’un riche bouquet fraîchement composé pour la Saint-Valentin. Sous son aspect le plus tendre, Piaget incruste la rose sur le cadran à fond argent de la montre Piaget Altiplano Rose en émail flinqué. Sertie de 668 diamants, la virtuosité inégalée de la manufacture vient cette fois révéler un cadran caché, à la façon de l’intensité d’une déclaration d’un amour passionné. Côté atours, la bague en or blanc s’enroule avec passion autour du doigt, proposant 71 diamants taille « brillant » pour donner vie à l’intense émotion qui unit deux amants ! Enfin, la nature éphémère et délicate de la rose est, elle, exprimée dans la dentelle d’or du pendentif Piaget Rose qui, par jeu d’entrelacs, vient s’enrouler autour du cou d’une femme, avec la promesse de ne jamais se faner. Oui, Piaget fige l’amour dans la noblesse des choses.

Possession de Piaget, Le Bijou Talisman

possession3.jpg

De l’or rose, un diamant symbole de chance, un design épuré joignant deux anneaux pour n’en faire qu’un : il n’en faut pas plus pour donner à la bague iconique de la ligne le pouvoir de tournoyer à l’infini. Evocation d’un monde de possibilités, ce mouvement circulaire magique n’est pas sans rappeler le cycle de la vie. Piaget rend ainsi compte d’une bague plus organique. Il faut dire que les atours sont un prolongement de notre vie, une trace, un souvenir indélébile d’un passé à embrasser. L’alliance, pièce phare de la collection Piaget Possession, est le symbole de l’union amoureuse. La bague aspire donc sans surprise à ancrer dans l’infini le partage, l’amour, et le bonheur… Mais celle-ci ne se contente pas de représenter l’amour matrimonial, elle mêle tous les visages de l’amour, rendant son éclat universel. Devenue pendentif précieux du collier de la ligne, la bague au mouvement éternel continue d’éblouir autour du cou de celle qui le porte. Au bras, l’anneau emblématique se retrouve aux deux extrémités d’un bracelet ouvert élégant. Ces bangles se déclinent désormais en or rose, constellé de diamants et en or blanc, entièrement serti.

La manufacture suisse a réussi le pari de conjuguer à son savoir-faire joaillier une expertise reconnue dans la fabrication de mouvements mécaniques extra-plats. De cette réunion de talents d’exception, Piaget est passé maître dans l’art d’élaborer des bijoux de luxe étonnants de discrétion, alliant à la perfection modernité et traditions. Aujourd’hui, la maison met à l’honneur une bague, ou plutôt un talisman ; un anneau tournant librement crée pour veiller sur l’amour. Esthétisme et sensorialité se joignent dans un rituel de joaillerie sensuel ; un geste qui lègue le monde à celle qui l’arbore…

L’Altiplano de Piaget et La Grande Ligne Mythique Horlogère

piaget.jpg

C’est dans la boutique du 7 rue de la Paix que Piaget exposera les plus belles pièces extra-plates de son patrimoine… Passé maître dans l’art de l’extrême miniaturisation, l’occasion sera enfin donnée de retracer physiquement le savoir-faire extraordinaire des mouvements de la manufacture suisse. La rétrospective plonge ainsi les visiteurs en immersion complète dans l’univers de la finesse légendaire. De l’extérieur, la vitrine mise en scène dans un bleu profond fusionne avec l’univers de l’homme Piaget : à travers l’utilisation de mobilier au design fuselé, de la table Djuna Takahama à chaise Le Corbusier, en passant par les maîtres à penser que furent Pierre Jeanneret et Charlotte Perriand.

L’exposition La Grande Ligne Mythique Horlogère sera aussi l’occasion de présenter un nouveau chronographe extra-plat à remontage manuel : l’Altiplano Chronographe. Un nouveau record de finesse pour cette ligne aux attributs contemporains et épurés qui, une fois de plus, accueille une complication horlogère majeure. De cet art exigeant dans lequel la manufacture excelle depuis 1957, le mouvement à remontage manuel 883P opère dans 4,65 mm pour s’insérer dans un boîtier de 8,24 mm d’épaisseur… Une incarnation moderne de la pureté et de l’élégance harmonieusement ancrée dans cette nouvelle création au caractère sobre et intemporel.  

L’Altiplano de Piaget Déclinée sur Bracelet Or

g0a40105.jpg

L’esprit d’initiative et d’innovation de Piaget est à lier à la liberté et l’anticonformiste des années 60-70. Une décennie de libération artistique exprimée dans le monde de l’horlogerie par l’utilisation de matières inédites et l’exploration de nouveaux portés. Cette liberté de ton, Piaget l’exploite dans un garde-temps : l’Altiplano, lancé en 1998. Et la virtuosité technique de l’horloger achève d’en faire une icône à l’identité forte ; lignes pures, cadran sobre et index à bâtons doubles et simples, bref, une montre d’une grande finesse. Au SIHH 2015, le mythe se métamorphose en un must-have chic et urbain, autour de six nouvelles références sur bracelet en or.

C’est ainsi la première fois que les garde-temps extra-plats Altiplano s’entichent d’un bracelet en or. Conçue pour elle et lui, la nouvelle collection Altiplano jongle avec l’or rose ou gris, dans deux diamètres différents, et avec une lunette polie ou sertie. Et le modèle Piaget Altiplano Chronographe constitue un nouveau double record dans le domaine de l’extra-plat, puisque la manufacture a utilisé des composants plus fins qu’un cheveu. Le résultat ? Seulement 4,65 mm d’épaisseur. Un design pur donc qui, au contact de boucle intégrée, renforce son caractère raffiné, pour un chic actuel et une élégance intemporelle, une finesse et une discrétion raffinée.

L’ Altiplano 38 mm 900P : la Célébration des 140 ans Piaget

piaget-altiplano-900-2.jpg

Piaget célèbre plus d’un demi-siècle de virtuosité avec un nouveau modèle remontant aux sources de son succès. Le maître de l’extra-plat renoue avec sa signature inimitable, devenue l’emblème d’une promesse d’innovation et de performance. Matériellement, l’attention portée sur l’esthétique, l’amour voué à la technique, ont fait cette maison le maître d’œuvre du luxe et de la minutie horlogère suisse. Et des succès dignes d’une performance de l’avant-garde, Piaget les collectionnent : le premier mouvement à remontage manuel extra-plat est réalisé, le 9P. Mesurant seulement 2 mm de hauteur, il s’agit d’une véritable prouesse pour l’époque. C’est sur le souvenir de cette première réussite, que la Piaget Altiplano 38 mm 900P porte son nom. Et aujourd’hui, voilà que Piaget puise dans une histoire riche d’inventions extraordinaires l’ADN d’un modèle fait pour repousser un peu plus les limites du possible.

A l’heure de l’extrême performance, Piaget fait le pari de se tourner vers son passé pour toucher le futur du bout des doigts. Le résultat est fascinant : la Piaget Altiplano 38 mm 900P parvient à jouer de la perfection pour capturer la discrétion d’un temps qui s’écoule avec une précision millimétrée. Pour parvenir à une épaisseur de 3.65mm, Piaget a fusionné ses deux manufactures, l’une basée à la Côte-aux-Fées servant à la réalisation des mouvements et l’autre à Plan-les-Ouates, consacrée exclusivement au design de l’objet. Telle une symphonie des métiers de l’exigence et de la précision, le garde-temps se conçoit ni tout à fait mouvement, ni tout à fait boîtier – peut-être un peu deux à la fois. Travaillé à même le fond, il accueille les éléments mécaniques rendus visibles grâce à la modification de certains éléments : le mouvement est inversé, le cadran horaire réduit, et le système mécanique se répand tout autour. Et voici que se révèle le mécanisme, dans un souci d’esthétique, et de poésie glissée dans les détails.