Paris Fashion and Luxury Icons Tour

C’est le circuit des curieux, des gourmets, des passionnés et des connaisseurs de la mode et du luxe !

Un tour des lieux iconiques et enchanteurs de la capitale. Ces lieux où les icônes de la mode, du luxe et de la gastronomie furent, tour à tour, pensées, imaginées, crées, concoctées, et vécues !

Découvrez les lieux où s’est forgée la réputation de Paris comme capitale indiscutable du chic, du luxe et de la joie de vivre. Avec un Parisien, doublé d’un professeur opérant pour les prestigieuses écoles de mode et d‘hôtellerie…

Je vous invite à flâner en ma compagnie — en partant de la Place Vendôme. Là où s’érige le premier palace moderne — le Ritz ! Tant d’histoires s’y sont passées.

Tant d’innovations, aussi. Et notamment celle de l’Ecole de la gastronomie Française, avec Auguste Escoffier opérant à partir des cuisines du Ritz.

Un savoir faire unique, et l’excellence pour signature… Le Chef Nicolas Sale est aux commandes et, côté pâtisserie, c’est François Perret qui ravive aujourd’hui les papilles. Mais l’iconique chocolat chaud et les madeleines, notamment celle de Proust, sont encore bien d’actualité !

Nous poursuivrons ensuite en remontant la Rue de la paix.

La rue des joyaux de la couture et des diamants des orfèvres… Cartier. Mellerio dit Mellers. La boutique du premier couturier de l’histoire… Dont je tais le nom pour mieux le révéler. Et celle de Massaro, dont le nom risque de ne rien éveiller. Pour l’instant !

Nous arriverons ensuite au coeur du luxe à la Française. La Place Vendôme et son aura de magnificence. Le haut lieu de la haute joaillerie —Chaumet, Boucheron, Van Cleef et… Je vous raconterai le scandale provoqué par la première collection de haute joaillerie taillée par une couturière…

Cette même couturière qui s’est inspirée des lignes octogonales de la Place Vendôme pour son parfum N°5.

Des mythes du luxe, et tant d’histoires qui ont encore à s’écrire, comme dans la boutique Louis Vuitton imaginée par le fantasque architecte Peter Marino.

Ensuite ?

Ensuite ce circuit qui retrace les hauts lieux de la mode et du luxe vous plongera au cœur de la Rue Saint Honoré.

Avec Goyard, tout d’abord. Le malletier installé ici, depuis 1853.

Plus loin, c’est l’univers Moynat qui lie la mode, la danse et l’opéra…

Puis ce sera le moment de revenir sur l’art de Francis Kurkdjian, éditeur clé des parfums Français.

Nous débarquerons ensuite sur l’artère pleine de vie qu’est la Rue de Rivoli.
C’est alors que ces secrets chuchotés par la céramique de son trottoir, sous ses arcades, vous seront tous dévoilés…

La libraire Galignani, Angelina, Meyrowitz au 5 rue de Castiglione… Premier lunetier de luxe !

Goutal, autre maison qui fait la grandeur de la parfumerie Française.

Il y a tellement à raconter sur ces icônes ! Des pièces qui ont révolutionné le genre… Mais pas que !

La pâtisserie du Meurice par Cédric Grolet fusionne la sculpture, les fruits et la gourmandise… Le Meurice, encore, d’où Alain Ducasse a littéralement révolutionné la cuisine, en prônant le retour à la simplicité culinaire. Une expérience gustative devenue un exemple du genre…

C’est d’ailleurs là que Guerlain fonde sa maison… En 1828, la parfumerie Guerlain s’installe au rez-de-chaussée de l’hôtel Meurice !

Autre icône de la gastronomie, c’est au Mandarin Oriental que l’on trouvera la cuisine Thierry Marx — et son plat signature… Le Risotto au…

Nous passerons ensuite devant le lieu qui abrita le tout premier défilé d’Yves Saint Laurent.

Nous nous retrouverons au cœur de l’univers Chanel. Là où bat le cœur de ses ateliers, depuis 1910. La rue Cambon.
En un siècle, elle est devenue le coeur de la galaxie Chanel. Et notamment avec les maisons alentours, rachetées par celle de Coco. A l’instar de Maison Michel — on imagine bien la femme Chanel en chapeau Virginie, non?

Enfin, nous arriverons dans le temps de la nuit Parisienne — Maxim’s, haut lieu du Second Empire. Haut lieu de la vie Parisienne, où le plaisir des sens est devenu un mode de vie. Haute couture, champagne, fêtes jusqu’au petit matin — les cocottes ont bien posé les jalons de la vie Parisienne…

L’hôtel du Crillon, lui, en a vu des Parisiennes justement. Le premier palace de l’histoire vieille à ce savoir-vivre !

Ainsi après avoir vu les lieux où s’est écrit un grand pan de l’histoire de la mode et du luxe, nous traverserons la rue Royale pour rejoindre l’artère mondiale du beau et du sublime.

La rue du Faubourg Saint Honoré — la rue la plus luxueuse au monde détient les clés de plus d’un produits universellement désirés aujourd’hui.

Il sera alors temps de remonter, non loin, vers la boutique où s’acquiert l’extase du luxe à la Française… La boutique Hermès déborde d’objets du désir, de vitrines très inspirées. Et d’anecdotes qui ont hissé bien haut les standards de la mode et du luxe, dans le monde entier !

Jeanne Lanvin, aussi, a eu sa part à jouer. En 1889, elle inaugure ici, au 16 rue Boissy d’Anglas, ce qui deviendra la plus ancienne maison de mode Française.

Paris est une histoire de chic et de sophistication.
Une histoire de plaisir et de savoir vivre. Une histoire que La Durée raconte toujours. Alors, comment ne pas clore ce « Paris Fashion and Luxury Icons Tour » avec ces macarons, gourmandises si chic.

Il faut ainsi avoir vu et goûté ces petits bouts de la vie Parisienne pour mieux la comprendre encore !

Réservations

Hermès, Une Nouvelle Montre Arceau d’Exception

La maison Hermès est depuis longtemps derrière les plus beaux objets de la mode et de luxe. Cette fois, c’est une nouvelle vision de l’iconique montre Arceau qui démontre l’extrême raffinement de la maison Hermès. La montre Arceau Harnais Français Remix.

La nouvelle Arceau présente, dans un cadran taillé façon miniature porcelaine peinte, un cheval fou de fantaisie ! Une véritable prouesse esthétique.

La Montre Arceau, Objet Du Temps Hermès

Le Savoir-Faire Hermès Et La Montre Arceau

Dans l’univers Hermès, le cheval tient une place particulière. D’abord dans l’histoire même de la maison. Car avant d’être la maison derrière les pièces les plus exquises de la mode et du luxe, Hermès est une sellerie. Et au lieu d’abandonner son expertise et son savoir-faire au tournant du XXème siècle, Hermès a su créer des pièces de mode et de luxe au diapason de cet héritage.

Arceau Cheval D’Orient Limited edition, 2014

Ainsi, le savoir-faire Hermès permet à la maison Française d’exceller dans nombre de domaines. Dans la fabrication des selles, toujours, mais aussi dans la maroquinerie, avec ce qui est sans doute le sac le plus recherché au monde. Le Kelly.

Aussi et surtout, le savoir-faire Hermès et l’esprit innovant de ses collaborateurs a amené la maison à entrer dans l’univers de l’horlogerie. Avec beaucoup d’émotion et de raffinement.

L’histoire de la montre Arceau est de cela. Une montre qui, comme nombre d’objets du désir signés Hermès, porte la légèreté de l’inattendu ! Un peu plus tôt en 2020 déjà, le temps Arceau Hermès se réinventait dans une version squelette.

La montre imaginée par Henri d’Origny en 1978, à partir du mouvement d’un cheval lancé au galop, peut tout ! Et notamment la singularité de l’exception…

La Nouvelle Arceau Harnais Français Remix

La nouvelle Arceau Harnais Français Remix, plutôt que de mesurer, séquencer, contrôler le temps, vise à en saisir l’émotion.

Dans cette version exceptionnelle, limitée à 24 exemplaires numérotés, la nouvelle Arceau Harnais Français Remix honore ainsi le cheval, la fantaisie et l’artisanat sans pareil sur lequel peut se reposer la créativité de la maison Hermès.

La nouvelle Arceau Harnais Français Remix, montée sur un bracelet en alligator framboise, reprend un dessin original signé Hugo Grygkar, dessinateur de la maison entre 1940 à 1959.

Hugo Grygkar s’était inspiré d’une œuvre conservée dans la collection privée d’Émile Hermès — un attelage de chevaux richement caparaçonnés et coiffés de plumes multicolores, dessiné par deux jeunes architectes du XIXème siècle – Fontaine et Percier – chargés de concevoir un carrosse pour le sacre de Napoléon 1er en 1804…

C’est ce dessin que l’on retrouve désormais reproduit sur un ‘biscuit‘ de Porcelaine de Limoges. Une prouesse esthétique, gravée à la main, qui a abouti au terme de près d’un mois d’ouvrage.

« L’aspect mat et délicat de la matière correspond à l’étape de fabrication précédant l’émaillage, procédé qui rend la porcelaine lisse et brillante. Ici, les différentes couleurs sont appliquées directement sur cette matière brute au rendu si singulier. La pose délicate de chaque coloris est intercalée de passages au four, successifs et précis, pour fixer et sublimer les pigments » précise la maison Hermès.

Et il est vrai que cette Arceau Harnais Français Remix tient du sublime ! Ornée d’un cadran de porcelaine gravé et peint à la main, lovée dans un écrin d’or blanc serti de 82 diamants… La montre s’anime grâce au mouvement mécanique à remontage automatique H1912 de la maison Hermès.

L’Arceau Harnais Français Remix est une pure merveille signée des savoir-faire éminemment exceptionnels de la maison Hermès !

Grace Kelly, Icône De Mode

L’actrice Hollywoodienne devenue Princesse de Monaco a donné à la mode nombre de ses pièces iconiques… Grace Kelly ayant incarnée le style et le glamour, sans fausse note.

Grace Kelly, La Couture A L’Ecran

Actrice favorite d’Alfred Hitchcock, Grace Kelly a porté haut la couture à l’écran. Mais si l’on peut lire toute la fougue et le glamour du New Look de Dior, c’est à la costumière Edith Head que l’on doit le look signature de Grace Kelly.

Alfred Hitchcock, Dior Et Edith Head

On le sait, Alfred Hitchcock appuyait sa narration cinématographique autant sur ses suspens devenus légendaires, que sur des costumes éloquents… Et avec le tournant esthétique amené par Christian Dior et son New Look en 1947, Alfred Hitchcock ne pouvait rester insensible à cette figuration moderne de la féminité.

Ainsi, Edith Head, la grande costumière d’Hollywood, s’est attachée à composer le vestiaire adéquat pour la personnalité campée par Grace Kelly dans ‘Fenêtre sur cour’… Autour de la ligne New Look. Et c’est bien ce film qui a tour à tour bouleversé la carrière de Grace Kelly, et défini son style signature.

L’icône de mode qu’est Grace Kelly cultive ainsi son propre style, à l’écran comme à la ville — à la Dior. Raffiné, glamour et hautement sophistiqué, le style Grace Kelly se déploie sans tapage sur la future Princesse de Monaco.

Jupe corolle et taille cintrée, Grace Kelly distille un glamour impeccable. L’incarnation parfaite de la femme Dior !

Grace Kelly Et La Maison Dior

Ainsi lorsque Grace Kelly fait la rencontre, à Cannes, en 1955, du Prince Rainier de Monaco, son aura et sa sophistication déjà faites ne peuvent qu’embrasser son futur statut de Princesse.

Et c’est vers la maison Dior que Grace Kelly se tourne, en 1956, afin de réaliser la robe qu’elle porte à l’occasion du bal donné pour ses fiançailles, à l’hôtel Waldorf-Astoria de New York… Les silhouettes de Christian Dior, taillées pour donner à la femme une allure de femme-fleurs, ont un écho saisissant sur Grace Kelly. Elles complètent avec panache son sens du glamour et son style signature.

Cette robe donc, le couturier de l’Avenue Montaigne la pense en parfaite osmose avec l’actrice. D’ailleurs, pour son premier portrait officiel, la Princesse de Monaco a choisi de porter la robe Colinette, collection Dior Haute Couture Automne/hiver 1956.

Un an plus tard, Monsieur Dior disparaissait, laissant sa maison à Yves Saint Laurent. Mais c’est avec l’arrivée de Marc Bohan à la tête des collections Dior, que Grace Kelly va définitivement se lier avec la maison.

Marc Bohan va ainsi accompagner Grace Kelly dans son vestiaire de princesse — un vestiaire royal, adapté aux exigences et aux changements de son temps. Robes d’apparat en mousseline, en plume ou brodées de fleurs, robes blouses, et le fameux twin-set.

En 1967, l’amitié entre Marc Bohan et Grace Kelly l’amène à inaugurer la première boutique Baby Dior, sur l’Avenue Montaigne — devenant ainsi la marraine de cette nouvelle ligne Dior.

La Princesse Grace Kelly va ainsi figer l’élégance éternelle du 30 Avenue Montaigne avec une allure follement parfaite. Lignes souples et teintes pastel — Grace Kelly avait en effet tout pour devenir une icône de mode.

Grace Kelly, Le Glamour A La Ville

Scrutée par la presse, adorée et copiée par les femmes du monde entier, Grace Kelly va ainsi introniser nombre de pièces devenues légendaires ! A commencer par le sac Kelly.

Hermès Et Grace Kelly

Elle fut la première icône à donner son nom à un sac. En 1977, Hermès renomme en effet son sac Haut à Courroies… Désormais connu et recherché pour être le sac Kelly. Pourquoi?

Car c’est au bras de Grace Kelly, un jour de 1956, que le destin de ce sac va rencontrer l’histoire de la mode et du luxe.

Sur la photo couverture du magazine LIFE, captée lors d’une descente d’avion, la Princesse plaque en effet sur son ventre à peine arrondi ce sac à dépêches, pour dissimuler sa grossesse…

La légende est faite. Le sac devient un objet du désir !

Quelques années plus tard, en 1977, le sellier rebaptise donc ce sac de voyage du nom de la précieuse Princesse — il devient alors le sac le plus recherché de l’histoire.

Et tout l’effet Grace Kelly se comprend aussi dans le destin du Carré Hermès.

C’est parce que le style signature de Grace Kelly brille de glamour et d’élégance intemporelle que celui-ci a permis de faire entrer un nouveau vocabulaire esthétique dans les silhouettes féminines. Et ce, dans la vie de tous les jours.

Ainsi, le mythique Carré Hermès a pris l’allure d’un accessoire versatile, ayant la capacité de rendre n’importe quoi élégant — et notamment le bras dans le plâtre.

Avec Grace Kelly, l’écharpe imprimée en soie Hermès devient aussi un élément chic, pour se couvrir la tête !

Une icône pour une icône, Grace Kelly a aussi directement contribué à l’univers d’une autre grande maison…

Gucci Et Grace Kelly

C’est pour honorer Grace Kelly, que Rodolfo Gucci commande au dessinateur Vittorio Accornero un foulard pas comme les autres… Le foulard Flora, depuis devenu un code essentiel de Gucci.

En 1960, Grace Kelly visite en effet le magasin Gucci à Milan. Là, Rodolfo Gucci lui demande ce qu’elle voudrait acquérir. L’élégante Grace Kelly opte alors pour quelque chose de gai et de coloré, pour finalement se décider sur un foulard. Mais voilà, la collection semble ne pas être à la hauteur de l’évènement, aux yeux de Rodolfo Gucci.

Rodolfo Gucci confie alors à Vittorio Accornero le soin de travailler, sur un foulard, l’art de la fleur, entre tradition et modernité. Il en sort le motif Flora — une palette incroyable de fleurs charmeuses et multicolores qui, ici, fait fleurir un motif somptueux.

Vittorio Accornero donna vie à la demande personnelle de Grace Kelly. Un motif floral peint à la main sur une écharpe de soie ; une éclatante pluie de bouquets de fleurs de toutes les saisons, minutieusement décrites, en un kaléidoscope de couleurs éblouissantes consacrant les quatre saisons. La nature dans toute sa beauté.

Flora est depuis un motif incontournable de la grammaire Gucci. Une grammaire qui, d’aillleurs, avait depuis longtemps ravie Grace Kelly. Puisqu’en ville, la princesse était souvent vue, des mocassins Gucci aux pieds.

Il n’est ainsi pas difficile de voir et comprendre l’impact considérable de Grace Kelly sur le glamour, et l’élégance d’aujourd’hui ! Une façon de vivre et de saisir la mode dans tout ce qu’elle a d’exquis. Et de distingué.

Jane Birkin, Icône De Mode

Jane Birkin est l’icône incontestable d’une mode 70’s, nonchalante et incroyablement inspirée. Une mode à la Birkin qui a donné nombre de pièces iconiques aux vestiaires contemporains.

Jane Birkin, Ce Je-Ne-Sais-Quoi

 A l’instar d’Audrey Hepburn ou Diana, Jane Birkin a défini le style d’une époque. Mais pas que… Avec sa fougue et son panache, sa liberté et son sens du style, Jane Birkin a aussi forgé l’oeil et l’esthétique de nombreux designers.

La Nonchalance De Birkin

Accompagnant l’époque, et notamment le Youth-quake des années 70, pour reprendre l’expression de Diana Vreeland, Jane Birkin a érigé nombre de basiques en pièces incontournables de la mode et du style. Du luxe même. Car, à bien y regarder, le style Birkin est une affaire d’inattendu.

Sans effort et nonchalante à souhait, Jane Birkin a ce je-ne-sais-quoi qui définit la figure de la Parisienne. Le style Birkin est mystérieux et fascinant… Car il dit beaucoup dans un détachement quasi-absolu.

Ainsi, on doit à Jane Birkin une autre forme de féminité. Une féminité plus spontanée et franchement libérée — la quintessence du romantique se fige dans son duo t-shirt blanc et jean évasé.

Habituée des tapis rouge et des Unes de magazines de mode, Vogue en tête, Jane Birkin a rapidement imposé sa vision décomplexée du luxe et de la mode. Une vision où un panier en osier accompagne aisément la plus pointue des robes. Une vision où, encore, il ne fait pas bon en faire trop.

Le je-ne-sais-quoi à la Birkin se lit aussi dans la nonchalance de son allure androgyne. Une allure qui, si elle n’est jamais clinquante, est assurément efficace ! Nombre de ses silhouettes figurent aujourd’hui encore au panthéon des looks intemporels.

Ainsi, c’est par sa liberté flamboyante que Jane Birkin a su habiter les pièces les plus osées du vestiaire féminin. A commencer par la see-through dress.
Au même moment où Yves Saint Laurent présentait sur le podium son iconique see-through blouse, Jane Birkin paradait ainsi dans une robe transparent, ni provocante, ni scandaleuse.

Blazer, chemise d’homme et chandails oversized… L’allure androgyne mais sensuelle, voilà l’équation iconique de Jane Birkin.

Lors d’une récente interview, elle confiait ainsi: « Je me souviens aussi avoir monté les marches à Cannes avec une robe que je portais à l’envers, dos devant. Et puis il y a ce fameux panier portugais que j’avais acheté sur un marché de Londres et qui ne me quittait pas. Si on me refusait l’entrée de Maxim’s à cause de mon panier, je m’en foutais.

J’avais cette assurance. Quand je revois des photos de moi de 1968, mes grands yeux de poupée soulignés d’eye – liner, la bouche exagérée, la frange, je trouve ça horrible. Je me suis trouvée la plus intéressante à quarante ans. J’ai commencé à porter des marcels en coton d’Écosse, des chemises d’homme agnès b. sur des pantalons trois fois trop grands ponctués d’une fine ceinture en cuir rouge avec des baskets sans lacets. Les vêtements de garçon trop grands, c’est bien quand on vieillit. On a l’air fragile. À un moment, il faut savoir renoncer aux robes de dames. Tu prends dix ans dans la vue. C’est comme le maquillage. À un certain âge, il faut arrêter de jouer avec les faux cils. Sinon, on devient terrifiante. »

A l’écran ou à la ville, le style Birkin a ainsi marqué des générations de femmes. Et d’hommes aussi ! Car, on le sait peu, mais c’est elle qui est derrière le style iconique de Serge Gainsbourg.

Le Style Gainsbourg

Dans une interview réalisée par Olivier Lalanne, le Rédacteur en chef du Vogue Hommes International, elle revient sur le style Gainsbourg.

« Tout est de moi, il m’écoutait beaucoup. Pour commencer, il a mis du temps à avoir de la barbe, il faisait plus jeune que son âge, et ça le complexait. Je le trouvais plus beau avec une barbe de huit jours, donc il s’est acheté une tondeuse et l’a entretenue. Ça ressemblait à un maquillage naturel, ça faisait des ombres, ça sculptait son visage. On a envie de s’occuper des hommes qui ont de la barbe, on a l’impression qu’ils n’ont pas su où dormir la nuit passée. Je trouvais très distingué en revanche qu’il n’ait aucun poil ni sur le torse, ni sur les bras. Je lui avais offert des bracelets de vieille comtesse qu’il portait aux poignets et un diams au creux du cou. Il se l’est fait voler un soir de nouvel an à Pigalle et je l’ai remplacé par un saphir. Je suis allergique aux chaussettes, on imagine tout de suite le mec tout nu avec ses chaussettes, c’est misérable.

Un jour, j’étais chez Repetto et, dans un panier de soldes, j’ai trouvé un modèle homme en cuir blanc souple comme un gant. Je l’ai offert à Serge. Il avait les pieds plats et les chaussures le blessaient. Il a porté ces pompes blanches sans chaussettes toute sa vie. Pareil pour les sous – vêtements, je trouve beaucoup plus érotique d’être nu sous son jean. Là encore, j’ai passé le message. »

Jane Birkin Et Les Maisons Françaises

Si l’on retient du style de Jane Birkin sa capacité à élever n’importe quel basique au rang d’icônes insoupçonnées — ses jeans délavés, ses micro-robes et son allure androgyne — on retient aussi son impact sur les maisons de mode.

Jane Birkin, Yves Saint Laurent, Et Paco Rabanne

Et c’est encore Jane Birkin qui raconte le mieux son rapport à la mode Parisienne d’alors:

« Quand je suis arrivée en France, j’étais une copie de Jean Shrimpton. Les Françaises étaient très groomed à l’époque, certes il y avait Françoise Hardy et sa robe Paco Rabanne, mais elle la portait longueur genoux. Moi, j’avais fait enlever des rangs de mailles pour qu’elle ressemble à un long t – shirt. Quand je vois les photos … Je ne réalisais pas qu’elle était si transparente. C’est l’effet flash des photographes. Si j’avais su, je n’aurais pas mis de culotte ! Serge m’avait aussi acheté de très jolies robes chez Saint Laurent, il m’avait même fait faire un modèle haute couture en dentelle blanche pour un bal chez les Rothschild. »

Cette robe, le musée Yves Saint Laurent à Paris en conserve le dessin orignal d’Yves Saint Laurent. Et l’iconique photographe Cecil Beaton l’a capturé, pour l’éternité.

Capable d’injecter une haute dose de naturel dans une robe haute couture spécialement taillée pour ce Bal Proust, en 1971. Capable aussi, d’injecter ce je-ne-sais-quoi au vêtement-extrême imaginé par Paco Rabanne.

Jane Birkin et Serge Gainsbourg ainsi habillés dans un ensemble métal signé Paco Rabanne ne semblent en rien entravés.

Il est ainsi facile de mesurer l’impact de Jane Birkin sur les designers et couturiers contemporains. Telle une aristocrate du cool, Jane Birkin a permis aux femmes de se libérer des carcans attendus, et de l’étiquette… A sa façon !

C’est ainsi qu’on la retrouve tour à tour muse d’Hedi Slimane chez Saint Laurent. La chemise d’homme et la frange éternelles inspirations d’Hedi Slimane… Désormais tout aussi influencé par le style Birkin chez Celine. .

On la retrouve encore sur le défilé Printemps/Eté 2020 de Marc Jacobs — et celui de Gucci par Alessandro Michele.

Mais c’est bien le sac Birkin de la maison Hermès qui cristallise toute la dimension iconique de son style !

Jane Birkin Et La Maison Hermès

En 1983, le PDG d’Hermès Jean-Louis Dumas était assis à côté de Jane Birkin sur un vol effectuant la liaison Paris-Londres. Birkin venait de placer son sac de voyage en paille dans le compartiment supérieur de son siège. Mais voilà, son contenu s’est déversé, laissant Jane Birkin embarrassée. Elle se confie alors, à son voisin de siège, sur la difficulté de trouver un sac de weekend en cuir adéquat.

« L’homme très ordonné qui était assis à côté de moi a dit: ‘Et bien, vous devriez avoir des poches dans votre agenda – toutes vos photos et coupures de presse sur vos enfants et tout le reste ne volerait pas partout.’ J’ai dit: ‘Et bien, que pouvez-vous faire quand Hermès ne les fait pas avec des poches?’

Il a dit: ‘Mais je suis Hermès.’ C’était M. Dumas. Il a dit: ‘Rangez votre agenda. Je vais le faire faire pour vous’, et j’ai dit:’’Pourquoi ne faites-vous pas un sac qui est environ quatre fois le Kelly, afin que nous puissions fourrer toutes nos affaires et ne pas prendre la peine de le fermer?’ Je l’ai dessiné sur une serviette et il m’a téléphoné environ un mois plus tard en disant: ‘Il vous attend chez Hermès.’ »

Ainsi est né le sac le plus convoité de l’histoire. Un sac à l’image de l’icône de mode qu’est Jane Birkin. Pratique mais incroyablement chic !

De la désinvolture et beaucoup de chic, mais toujours pratique — le sac Birkin incarne tout cela. L’air de rien, Jane Birkin a révolutionné la mode, devenant une, sinon la muse de nombreuses maisons Françaises. Elle, l’Anglaise, incarne mieux que personne le je-ne-sais-quoi de la Parisienne.

Pour la collection Automne/Hiver 2000, on retrouve ainsi Jane Birkin sur le podium Hermès où, dans un t-shirt blanc oversized, un pull en col V profond et un pantalon large, elle donnait vie à la mode imaginée par Martin Margiela pour la maison du luxe Français.

Une vision du luxe qui peut se comprendre mieux encore si on en prend connaissance dans son contexte. Et c’est exactement ce que propose l’expérience d’une visite des berceaux du luxe à Paris — le ‘Paris Fashion and Luxury Icons Tour’.

Le Sac Le Plus Désiré Au Monde, Le Kelly Hermès

Le Kelly Hermès, c’est ce sac simple et impeccable, devenu iconique au bras de la Princesse Grace Kelly.

L’Histoire Du Kelly Hermès

1892. Robert Dumas-Hermès imagine, à partir d’une sacoche de cavalier, le sac Haut à Courroies, ancêtre le plus célèbre des sacs à main pour dames. Réalisé à des fins purement pratiques, l’homme le destine à une utilisation fonctionnelle.

Son but: transporter les bottes et la selle des cavaliers. Prévu à cet effet donc, le sac possède une esthétique simple, épurée et architecturée. Une forme trapézoïdale ne comportant qu’une fermeture à deux courroies, et un petit fermoir-cadenas.

1935, la maison Hermès décide d’en faire une version absolument féminine, et résolument plus urbaine. L’idée est là encore de s’adapter aux besoins de l’époque. Pour les dames donc, Hermès imagine un sac de voyage. Pour cela, le premier sac  à courroies prend une dimension plus petite.

Pour le confectionner, un seul et unique ouvrier façonne chacun sac, tout au long des étapes de sa réalisation.

1956: le sac devient célèbre. Comment? Aux côtés de son époux le Prince Rainier III de Monaco, Grace Kelly, princesse de Monaco, est photographiée lors d’une descente d’avion devenue mythique.

La photo finit en couverture du magazine Life. On y voit la princesse plaquer sur son ventre à peine arrondi ce sac à dépêches… Elle y dissimule en fait un début de grossesse. Pas encore officielle. Un ventre arrondi de Princesse future maman occulté derrière un sac… Il n’en faut pas plus pour créer l’évènement.

Et Hermès, marque familiale discrète et majestueuse, semble en certifier le raffinement.

Le Premier It-Bag De l’Histoire?

En 1977, le sellier rebaptise le sac de voyage du nom de la princesse. Les frères Dumas-Hermès le nomment le « Kelly ».

S’il était rigide à ses débuts, il adopte bien vite un aspect plus casual avec l’arrivée d’un cuir très souple – le veau Gulliver. Cousu à l’envers et retourné comme un gant, c’est une nouvelle allure, plus moderne et décontractée, qui accompagne dès lors les femmes.

Un Kelly Hermès, c’est une mode classique, noble et généreuse, à l’image de la princesse.

Aujourd’hui, le sac se taille dans les matières les plus luxueuses… En autruche ou en crocodile, le cuir n’en reste pas moins la matière de prédilection.

Maintes couleurs et une vingtaine de matières… Huit tailles, lesquelles varient de 15 à 50 cm de largeur. Évoluant en même temps que des générations de femmes, il les accompagne à toute heure et dans toute les situations.

Version sport ou version ville, son habillage du soir, avec cadenas à bijoux en or et diamants… Il est l’emblème d’un luxe à la Française. Versatile et absolument parfait.

En 2004, pour son premier défilé réalisé pour la maison du 24 Rue du Faubourg Saint-Honoré, Jean Paul Gaultier le revisite pour la première fois. C’est que le sellier s’attache à faire des objets qui traversent le temps en fonction des besoins, et non des objets de musée.

Le résultat de cette première conversion par Jean Paul Gaultier? Le Shoulder Kelly, tout en longueur, à porter sous le bras. Une icône de la mode qui, en version classique ou plus contemporaine, constitue assurément le sac ultime.

Posséder un Kelly, c’est posséder un mythe. C’est tenir la beauté fraîche et l’élégance distinguée par la main. C’est posséder un bout de la grâce de la Princesse qui lui donna son nom.

La Chaîne d’Ancre Hermès

Motif iconique depuis métamorphosé en bracelet, bague, créoles et autres montres, la Chaîne d’Ancre signait au siècle dernier l’entrée d’Hermès dans la modernité.

Hermès Et La Normandie

A l’aube des années 40, le sellier Hermès est depuis longtemps connu et reconnu pour incarner la quintessence du chic et du raffinement, notamment en matière d’équipements sportif et de voyage.

Largement inspiré du milieu équestre , les pièces Hermès ne sont pas encore celles que l’on connait aujourd’hui. Mais voilà qu’en 1937, Robert Dumas, gendre du fils du fondateur Thierry Hermès, va faire entrer la maison dans la modernité. Et c’est lors d’un voyage sur les côtes Normandes que tout va commencer.

Hermès, on le sait, aime à reproduire dans ses lignes la pureté et l’élégance d’éléments souvent peu estimés.

Lorsque Robert Dumas repère la singularité et l’enchevêtrement des maillons de la chaîne reliant un bateau à son ancre, il se doute surement de l’impact d’une telle inspiration.

L’idée du mythique Bracelet Chaîne d’Ancre vient bel et bien de cet emmêlement aussi chic que complexe. Mais voilà, si Robert Dumas veut transmuer cette idée en bijou, aucun bijoutier de l’époque ne souhaite travailler à sa réalisation. Aucun n’est prêt à le suivre.

Il faut dire que Robert Dumas insiste pour que son bracelet soit conçu en argent… Alors que l’époque ne jure que par l’or et le platine. Finalement, c’est un certain Monsieur De Perçin qui accepte de travailler ce métal un brin folklorique pour son temps…

L’Icône Chaîne d’Ancre, Une Signature Hermès

En 1938 donc, le bracelet Chaîne d’Ancre est né. Bijou à l’équilibre naturel, à l’allure si chic et facile… La Chaîne d’Ancre ne tarde pas à devenir le bijou à posséder.

Et comme beaucoup d’icônes de la maison, Hermès aime les faire réapparaître là où l’on ne les attend pas.

On retrouve ainsi la Chaîne d’Ancre déclinée en motif. Ça et là, des lignes d’assiettes en porcelaine au garde-temps Nantucket… Imprimé sur le carré de soie…  Servant de motif de découpe à des sandales… Ce jeu de formes et de volumes embellit et magnifie nombre d’objets signés Hermès. D’ailleurs déposé en 1970, ce design est une signature appartenant à la seule maison !

En 2011, c’est à partir des maillons Chaîne d’Ancre qu’Henri d’Origny imagine la montre Hermès Cape Cod.

La même année, Pierre Hardy s’inspire du fermoir du bracelet Chaîne d’Ancre pour dessiner des boucles d’oreilles en suspension… D’or, d’argent, et pavé de diamants… Pierre Hardy travaille même toute une collection de haute joaillerie autour la Chaîne d’Ancre et ses maillons —  c’est pour lui « un point d’ancrage créatif permanent. » Parmi ces pièces, ce sac fait d’un total de 1.160 diamants, soit 33,94 carats.

 Oui, le motif est à la fois versatile et ultimement raffiné. Robert Dumas avait vu juste!

Au point que la Chaîne d’Ancre est plus actuelle que jamais. Aperçue sur un blouson homme de la collection Hermès Printemps/Eté 2018… Ou mise en vedette pour le Printemps/Eté 2020, autour d’un collier Chaîne d’Ancre d’inspiration punk… Le motif incarne bien l’esprit poétique et facétieux de la maison Hermès!

Les Cravates Hermès

Si la cravate doit faire son grand retour autour du cou de la nouvelle génération, elle le fera forcément signée du design Hermès.

L’Histoire Des Cravates Hermès

Autre époque, autres moeurs. Nous sommes en 1949, lorsque le directeur du magasin Cannois d’Hermès est face à un soucis de poids. Ces clients, ne pouvant entrer dans le Casino voisin faute de cravate, lui font la demande insistante pour leur en fournir.

C’est que la maison Hermès brille depuis longtemps d’un raffinement et d’un luxe décontractés — et il y a fort à parier que dans le domaine de la cravate sophistiquée, Hermès saurait y faire.

Ainsi, Bobby Breward, le directeur du magasin de Cannes, s’en va trouver Henri d’Origny, alors l’artiste derrière nombre des icônes Hermès. Son style très original et plein d’humour se retrouve déjà sur quelques carrés; plus tard sur l’Arceau.

En 1953, la première collection de cravates Hermès signée Henri d’Origny est mise sur le marché. Avec Patrick Guerrand-Hermès à la tête du département cravate durant plus de 30 ans, le duo va faire entrer l’expertise d’Hermès en matière d’impression du twill de soie dans la fabrique de cravates inventives !

Evidemment inspirées des thèmes chers à la maison, le cheval en tête, les cravates Hermès vont distiller des motifs chic et si amusants — le tout teinté de couleurs chatoyantes.

Quelle Cravate Acheter?

Avec le retour en grâce actuellement de tout ce qui a fait la gloire des années 90, il y a fort à parier que les cravates Hermès ne tarderont à faire des émules. C’est que ces petites signatures de style ont de quoi attirer l’oeil des esthètes.

Imprimées du savoir-faire et de la sophistication espiègle de la maison, les cravates Hermès sont extrêmement légères. Dans tous les sens du terme.

Récemment, Hermès a aussi su diversifier ses propositions. Les liverpool ou tie 7 (pour leur 7cm)…

 Les cravates en maille de soie à 4 cm, celles en tricot de laine à 6 cm… Frangée ou non… celles pour enfant. Les cravates Hermès ont cela de parfaites qu’elles conviennent partout, n’importe quand. De quoi ravir ceux qui doutent encore du potentiel allurant d’une cravate.

Le Cadenas Hermès

C’est un détail, mais qui change tout — d’abord apparu sur le mythique sac Kelly, le cadenas Hermès est devenu depuis un élément clé du langage de la maison.

Un Cadenas Sur Un Sac Mythique

Si le détail peut surprendre, le cadenas a en réalité toute sa place sur la création de la maison Hermès. Car avant de décorer des sacs mythiques comme le Kelly ou le Birkin, le cadenas est d’abord un élément essentiel aux premiers sacs à courroies crée par la maison Hermès.

Lorsque Thierry Hermès imagine ces bagages pour accompagner la naissance de l’automobile, il les destine d’abord à la pratique du sport ou au voyage. De fait, il prend soin d’intégrer des cadenas afin de protéger les effets personnels de leur porteur.

Mais voilà, lorsque ces grands sacs à courroies ont été redimensionnés pour devenir des sacs à main dans les années 30 — des besoins de l’époque agrément comblés par l’audace de Robert Dumas  — la maison Hermès a pris soin de conserver les codes de ces sacs… Les courroies, et ce fameux cadenas.

D’ailleurs, avant de prendre le nom de Kelly, le sac s’est tour à tour nommé Haut à Courroies et Sac de voyage à courroie pour dames. Conservant tout de cet esprit voyageur, le cadenas signe en fait l’authenticité d’un tel bien.

Le Cadenas Hermès, Une Icône En Soi

Ce cadenas a inspiré une collection de montres, un flacon de parfum, et des motifs design.

C’est en 1975 que le cadenas se transforme et vient prêter sa forme à une montre baptisée Kelly — un bracelet simple ou double tour, mais toujours ce cadenas en vedette !

Toujours aussi désirable aujourd’hui, la montre Kelly a aussi inspiré un autre système, tout autant inventif. Un flacon de parfum tout en élégance, auquel le cadenas prête l’audace du mystère.

2009. Le flacon cadenas renferme le Kelly Calèche… Il suffit de faire pivoter l’anneau pour en délivrer l’effluve.

Quelques années plus tard, en 2016, on retrouve là encore le cadenas, cette fois visible sur un vide poche ‘Kelly’. Autant de pièces signées de l’avant-garde clairement sophistiquée dont sait faire preuve la maison Hermès —  cet art de marier à la perfection classicisme et impertinence.

L’Histoire Du Carré Hermès

Le Carré Hermès est bien plus qu’un foulard — il est un graal que l’on se passe de génération en génération. Versatile, coloré et éminemment luxueux.

L’Origine du Carré Hermès

C’est en s’inspirant des mouchoirs à la gloire de Napoléon, mais aussi des mouchoirs d’instruction portés par les soldats pendant la Première Guerre mondiale que Robert Dumas donne vie à l’une des pièces les plus iconiques de l’histoire de la mode…

Seulement lui y injecte l’esthétique du monde équestre — chère depuis toujours à la maison Hermès. Robert Dumas parvient ainsi à couper son carré dans la même matière que celle des casaques de jockeys, le twill de soie.

Prenant ainsi la première direction artistique du carré – titre depuis transmis de père en fils – Robert Dumas dessine le tout premier carré de l’histoire. Intitulé Jeu des Omnibus et Dames Blanches, la pièce s’inspire en fait d’un thème particulier pour l’époque… celui du transport en commun Parisien, alors émergeant.

Mais la puissance d’Hermès se niche dans les détails. Robert Dumas prend en fait le soin d’y ajouter une pointe d’humour avec cette amusante inscription « Un bon joueur ne se fâche jamais. » La légèreté du carré rompt ainsi avec l’austérité de l’époque.

L’Esprit Du Carré Hermès

Son esprit bohème et fantaisiste séduit instantanément la clientèle, qui s’en empare avec enthousiasme. Cette malice devient par la suite la signature même d’Hermès – les thèmes apposés sur les carrés sont variés, allant du monde équestre, en passant par des hommages à l’Histoire Française, l’amour, les voyages ainsi que les éternels codes de la maison.

Mais le succès du carré repose aussi et surtout sur le savoir-faire exceptionnel de sa fabrication. C’est à Lyon, berceau de la soierie Française, que sont reproduit les mêmes gestes, et ce, depuis l’impression du premier carré en 1937.

Ces techniques précieusement transmises aux nouvelles générations par les artisans font qu’ils se définissent eux-mêmes comme des « passeurs ». Certains de ces savoirs sont uniques au monde; exclusivement détenus par la maison Hermès… Le fameux sabrage de la soie par exemple, dont seules trois personnes connaissent le secret.

Entre la conception du dessin et la finalisation du carré par son roulotté à la française, il faut deux ans aux ateliers… En moyenne, près de 27 couleurs sont présentes sur un seul carré — une véritable prouesse d’impression ! Et c’est ainsi que le carré Hermès se fait porteur de narration une fois déplié. Mais une fois noué, dans les cheveux, sur un sac ou au cou d’un toutou, le carré compose un véritable chatoiement de couleurs !

Le Hermès Carré Club

Aujourd’hui, avec environ deux mille dessins, le carré est le témoin inestimable des évolutions artistiques de ces dernières années. Jackson Pollock, Daniel Buren… ils sont nombreux à avoir paré le carré de leur imaginaire

Le plus célèbre de ces dessins est peut être celui d’Hugo Grykar, Brides de Gala. Et parce qu’il ne faut pas se murer dans son intemporalité, le carré innove sans cesse — toujours disponible dans de nouveaux coloris et de nouvelles matières.

Chaque année, en plus des nouveaux dessins, cinq anciens dessins sont réédités dans des couleurs différentes. En 2017, pour son 180e anniversaire, le carré rend par exemple hommage à la Russie impériale… Elle qui a d’ailleurs joué un rôle majeur dans l’histoire du sellier.

Ornement royal autour de la chevelure de la Reine Elizabeth II, pièce de prêt-à-porter pour Jean Paul Gaultier, souvenir ému de la France pour le voyageur, porteur de patrimoine pour d’autres, illuminateur d’humeur pour certains… De génération en génération, le carré Hermès a su marquer les esprits et séduire toute une diversité d’adeptes.

Et les nouvelles technologies ne font que souligner la versatilité du Carré. En 2019, l’exposition ‘Hermès Carré Club’ embarquait ainsi les spectateurs du Carreau du Temple dans une virée immersive au coeur même de son procédé de fabrication… C’est Pierre-Alexis Dumas résume parfaitement l’audace qui sied aux instigateurs du Carré : « Ils ne savaient pas que c’était impossible alors ils l’ont fait. »

Le Carré de Hermès en quelques dates

2018 : Hermès lance un projet spécial pour une édition limitée du Carré avec l’artiste Hiroshi Sugimoto.

2017 : Création du Carré « Fleurs et papillons de tissus », dessiné par Christine Henry, en hommage à l’amitié entre la maison Hermès et le musée des tissus de Lyon.

2017 : Le Carré de Hermès se décline au masculin.

2016 : Une édition limitée du Carré est créée avec l’artiste Rei Kawakubo.

2015 : Blake LivelyCharlotte de Monaco et Kate Middleton sont photographiées en portant le Carré de Hermès.

2015 : Naissance du carré Caducée Rock, imaginé par le japonais Daisuke Nomura.

2014 : Il est temps d’un court-métrage dédié au Carré et signé par l’artiste visuelle Olivia Bee.

2014 : Hermès lance une collection capsule révérant l’art ancestral de la teinture à l’indigo naturel.

2013 : Hermès lance le projet pour une édition limitée avec l’Institut Imagine.

2013 : Pour la 13ème édition de ses timbres en forme de cœur, La Poste fait appel à la maison Hermès et à son iconique Carré pour fêter la Saint Valentin.

2013 : Collaboration avec Hiroshi Sugimoto.

2012 – 2013 : Hermès lance l’emblématique campagne publicitaire pour la collection Automne/Hiver ou les modèles sont photographiées avec des Carrés comme des ailes d’un papillon.

2012 : Le Carré «habille» le parfum 24, Faubourg d’Hermès.

2012 : Hermès présente une édition limitée vendue à des fins caritatives.

2012 : Le dessinateur Kiraz signe un carré à la gloire des Parisiennes.

2012 : Pour la collection Printemps/Eté, Hermès lance une nouvelle campagne aux tons orangés avec la mannequin Coco Rocha.

2011 : Collaboration avec le pape de l’art cinétique et optique Julio Le Parc, avec un véritable hymne à la couleur.

2011 : Hermès lance une collection capsule du Carré en collaboration avec l’artiste de rue Kongo.

2010 : Ouverture d’un site totalement dédié à une nouvelle collection exclusive du Carré en twill de soie « J’aime mon Carré ».

2010 : Hermès réalise pour Colette une collection en édition limitée du modèle culte « Brides de gala ».

2010 Collaboration avec Daniel Buren un des grands noms de l’art contemporain.

2010 : Le Carré est protagoniste dans la grande exposition dédiée à Grace Kelly au musée Victoria and Albert de Londres.

2008 : Projet Hermès éditeur : début des collaborations avec des artistes de renommée internationale pour repenser le carré de soie Hermès.

2008 : Le Musée des Tissus et des Arts décoratifs de Lyon consacre une  exposition temporaire pour ce foulard mythique.

2008 : Collaboration entre Hermès et Josef Albers.

2007 : Pour fêter ses 70 ans le Carré Hermès sort dans de nouvelles dimensions : 70*70 cm.

2007 : Cyrille Diatkine fut convié à livrer son interprétation personnelle du premier modèle du carré de soie à l’occasion du 70ème anniversaire.

2006 : Dans Le Diable s’habille en Prada de David Frankel, Meryl Streep achète des Carrés par dizaines.

Années 2000 : Encouragé par Christophe Goineau (directeur de la soie masculine), la maison Hermès se lance dans les Carrés au masculin.

2003 : La créatrice de mode Bali Barret arrive chez Hermès et prend la direction artistique du Carré. Elle conçoit une nouvelle collection et révolutionna le Carré tant au niveau des dimensions que des motifs.

2003 : Catherine Deneuve porte le Carré sur les écrans avec la série à succès Les Liaisons Dangereuses.

2000 : Apparition du Twilly.

1997 : Dans le film Le Mariage de mon Meilleur Ami de P.J Hogan, Cameron Diaz embourgeoise le carré Hermès.

1995 : Luciano Pavarotti est photographié en portant un Carré Hermès pendant un spectacle en Modena quand il parle à Lady Diana.

1986 : La reine Elizabeth II d’Angleterre est une grande admiratrice du Carré. Dans plusieurs occasions, elle est photographiée en portant le Carré Hermès. Cette fois c’est le tour d’une photo officielle pour des timbres qui célèbrent son soixantième anniversaire.

1972 : Jackie O a été vue avec le modèle « Astrologique ».

1961 : Audrey Hepburn apparait vêtu d’un Carré de soie noué sur la tête dans le film Diamant sur Canapé.

1960 : Brigitte Bardot crée l’hystérie en nouant son foulard juste sous le menton.

1957 : Hugo Grygkar imagine le Carré le plus célèbre au monde baptisé « Brides de Gala ».

1957 : Sophia Loren porte le carré “Brides de Gala”.

1956 : Grace Kelly, accompagné de son caniche Oliver, porte le fameux foulard Hermès.

1956 : Grace Kelly transforme le foulard Hermès en élégante prothèse pour soutenir son bras cassé.

1948 : Le Carré est porté par Sophie Desmarets, dans Croisière pour l’inconnu de Pierre Montazel.

1937 : Création du premier Carré de soie par Roger Dumas imaginé par la styliste Lola Prusac « Jeu d’Omnibus et de dames blanches ».

1937 : Début de la soie chez Hermès.