Le Renouveau Des Chronographes TAG Heuer Carrera

TAG Heuer réinvente le design de sa collection iconique autour d’une technologie horlogère de pointe, et d’un design élégant. 

La Collection TAG Heuer Carrera Chronographe : L’Elégance De La Continuité 

Lancée en 1963, la TAG Heuer Carrera a toujours su s’adapter à son époque, tout en respectant un design signature. 57 ans plus tard, l’horloger suisse propose une version modernisée de son chronographe, réalisée avec le concours de Jack Heuer, Président d’Honneur de TAG Heuer et fondateur de la collection. 

Le Point De Départ: La TAG Heuer Carrera de 1963 

orsqu’il entend parler de la mythique course automobile Carrera Panamericana, qui se tient au Mexique depuis 1950, le passionné qu’est Jack Heuer veut imaginer une montre spécialement conçue pour les pilotes professionnels. En 1963, la maison qui est alors le Chronométreur officiel des 12 Heures de Sebring en Floride, s’ancre un peu plus dans cette vision horlogère destinée aux pilotes professionnels, et aux amateurs de voitures de sport, en présentant la collection Heuer Carrera.

Avec son design sportif et rafiné, la Heuer Carrera a tout d’une grande et reflète à la perfection l’esprit de la maison.

« Je voulais une montre avec un design lisible. J’ai décidé d’utiliser l’intérieur du réhaut pour y ajouter un marquage » précisait ainsi Jack Heuer. La TAG Heuer Carrera de 1963 est une montre élégante et sportive — une montre pratique dont la lecture. est facilitée grâce à un cadran épuré et au Super-LumiNova® présent sur les aiguilles et les index. Pratique, oui mais elle n’en reste pas moins une montre à la beauté éclatante ! 

Son design est raffiné — Jack Heuer a pris soin de travailler les cornes, les boutons-poussoirs et la couronne en métal, pour figer une allure où l’esthétique épouse la fonctionnalité. Et cette montre n’est que la première d’une collection qui devient l’icône de la maison. 

Cette collection est une pierre supplémentaire à la création de la réputation de Heuer, puis TAG Heuer, dans le monde automobile. De nombreux partenariats, le premier sponsoring horloger en Formule 1 et des montres mythiques voilà les secrets de Jack Heuer pour faire rêver les pilotes et amateurs de course automobile. TAG Heuer Monaco, Autavia ou encore Formula 1 des noms qui, associées à la devise de la maison « Dont Crack Under Pressure », font échos aux performances des coureurs automobile.

Encore aujourd’hui la maison est partenaire fondateur de l’ABB Formula E Championship et y a créé sa propre écurie avec un mythique constructeur automobile allemand : la TAG Heuer Porsche Formula E Team.

On comprend donc l’évènement de voir aujourd’hui ces modèles clé se réinventer dans un design plus puissant encore ! 

Les Nouvelles Montres TAG Heuer Carrera Chronographe

Pour réinventer au mieux cette icône qui a fait la renommée de la maison TAG Heuer, qui de mieux que l’ancien PDG, Jack Heuer, pour se pencher sur son développement. 

Le résultat? Les lignes fluides, épurées et forcément élégantes, faisant honneur au modèle imaginé par Jack Heuer en 63. 

Son cadran tridimensionnel, ses trois compteurs à 3, 6 et 9h et le rehaut avec échelle tachymétrique, révolution esthétique à l’époque, sont ici modernisé pour améliorer, toujours plus, la lecture du temps.

Autre clin d’œil au passé, la lunette en acier fine, tellement fine, qu’elle en devient presque imperceptible.

Le boîtier de 42mm renferme 4 déclinaisons de cadrans : noir opalin, soleillé bleu ou anthracite, et argenté… Pour répondre à cet objectif de lisibilité, ces cadrans ont été travaillé de sorte à ce qu’ils soient les plus épurés possible. On y trouve deux simples compteurs azurés à 3 et à 9 heures ainsi qu’une petite aiguille des secondes à 6 heures, niché au-dessus d’un sobre guichet de date…

Au coeur des nouvelles montres TAG Heuer Carrera, on retrouve encore en action le savoir-savoir de la maison. 

Le Calibre Heuer 02, Mouvement D’Exception

Les montres de la collection TAG Heuer Carrera ont toujours renfermées en leur cœur une technologie de pointe. Et ces nouvelles versions n’échappent pas à la règle, pour mieux y faire résonner le clou de son savoir-faire horloger. 

En la matière, c’est le Calibre Heuer 02 qui habite ces nouveaux objets du désir. Visible à travers le fond transparent, cette innovation se laisse voir et surtout, laisse deviner le merveilleux fonctionnement de ces 168 composants.

 168 composants dont une roue à colonnes et un embrayage vertical… Deux caractéristiques des mouvements de haute horlogerie. Le Calibre Heuer 02 propose des performances chronométriques d’exception et 80 heures de réserve de marche – peu étonnant lorsque l’on sait le calibre entièrement fabriqué en Suisse à Chevenez, au sein de la manufacture TAG Heuer !

Pensés dans un premier temps pour les pilotes de course, les garde-temps Carrera, propulse l’exception, l’audace et le raffinement à la portée de tous les poignets. 





L’Icône Big Bang Célèbre Le 1000ème GP Ferrari

La maison Hublot s’associe une fois de plus à la mythique écurie F1 pour une occasion très spéciale — une nouvelle Big Bang Ferrari 1000 GP pour le 1000ème GP de la Scuderia !

Le 1000ème Grand Prix de la Scuderia Ferrari

L’événement aura lieu le 13 Septembre 2020, et il est de taille. Pour la première de l’histoire, une écurie automobile va concourir son 1000ème GP. Et c’est Ferrari qui signe l’exploit, lors de la course se tiendra sur le circuit italien du Mugello.

Le circuit du Mugello fait ainsi ses débuts dans le calendrier de la Formule 1 et accueille pour l’occasion le 1000e Grand Prix de Ferrari — la course prend ici un nouveau nom: le Grand Prix de Toscane Ferrari 1000.

La 1027ème épreuve du championnat du monde de Formule 1, couru depuis 1950, se tiendra ainsi à domicile pour l’iconique Scuderia Ferrari. En effet, la pandémie mondiale a obligé la réorganisation du Grand Prix de F1. C’est pourquoi le circuit de Mugello, qui appartient à Ferrari, accueille pour la première fois une épreuve du genre.

Mais ce circuit n’est pas anodin dans l’histoire de Ferrari. C’est ici que, depuis sa création en 1914, Ferrari teste et réalise les essais en vue de mettre sur roues ses plus puissantes icônes ! 5,245 km qui ont sans doute vue les balbutiements de voitures devenues mythiques — à l’instar de la Ferrari 458, la Testarossa, la Ferrari 166 ou encore la Daytona.

Voici donc le circuit du Mugello qui accueillera ce dimanche 13 Septembre une course non moins exceptionnelle dans l’histoire de la maison au cheval cabré. Une course où Ferrari entrera un peu plus dans l’histoire même des courses automobiles en devenant la première équipe de F1 à avoir disputeé 1000 manches du championnat du monde…

Pour marquer l’évènement, Ferrari délaissera le temps d’une course son rouge pimpant pour une livrée spéciale coulée dans un grenat profond. Charles Leclerc et Sebastian Vettel porteront des combinaisons de course de la même couleur ! Une teinte qui, selon l’équipe, est une reproduction de la première voiture Ferrari F1, la 125 F1 de 1950.

Piero Ferrari, vice-président et fils du fondateur Enzo Ferrari, confiait ainsi lors d’une interview: « C’est un hommage à nos origines: au point de départ de l’incroyable histoire de Ferrari, caractérisée par un désir inépuisable de compétition, et d’une volonté de construire des voitures de route exceptionnelles en termes de technologie et de design.

Ferrari est unique au monde, car l’entreprise a l’âme d’un constructeur automobile et d’une écurie de course, un lien indissociable qui n’est jamais remis en question. »

C’est sans doute autour de cet ‘Art de la Fusion’ que la maison horlogère Hublot est devenue complice de Ferrari. Et cette occasion hors norme a donné lieu à la création d’une Big Bang à la hauteur de l’évènement !

La Big Bang Ferrari 1000GP

Depuis 2011 que Hublot et la Scuderia concourent à mettre au monde des garde-temps aussi sublimes qu’innovants, on devine que cette collaboration a poussé l’‘Art de la Fusion’ cher à Hublot plus loin encore !

« Depuis 2011, Hublot travaille main dans la main avec la Scuderia Ferrari, la plus grande écurie de l’histoire du sport automobile. Et c’est avec une vive émotion que nous nous associons à cet incroyable célébration de ses 1000 participations à un Grand Prix de Formule 1, l’année même où notre propre Maison fête ses 40 ans » révélait ainsi Ricardo Guadalupe, le CEO de Hublot.

Cette fois, Hublot célèbre le coeur même du savoir-faire de la Scuderia Ferrari — sa quête d’excellence, et sa maîtrise des technologies les plus pointues. Il en résulte un véritable bijoux de technologie horlogère — et une esthétique squelette des plus hypnotisantes !

Evidemment, la Hublot Big Bang Ferrari 1000 GP est un modèle de collection — déclinée en deux versions limitées à 20 exemplaires chacune…

La première version met au coeur de son design le légendaire cheval cabré — incarnant l’héritage de la maison Ferrari. Réalisée en or blanc poli, la montre poursuit la célébration dans deux bracelets, au détail très recherché. L’un d’eux se pare du cuir de pécari, pareil à celui des élégants gants de conduite que les pilotes Ferrari portaient autrefois.

La seconde version, elle, entend incarner l’avenir de la Scuderia Ferrari. Pour cela, c’est dans une céramique carbone que se taille son boîtier large de 45mm. Une céramique carbone d’un noir profond — une matière identique à celle utilisée pour les disques de frein des monoplaces Ferrari. Le génie de cette version a pu aboutir grâce au travail conjoint de Hublot et la Scuderia Ferrari. C’est dire à quel point le clin d’oeil est poussé !

 Ne reste qu’à suivre cette course qui s’annonce endiablée sur le circuit du Mugello, ce dimanche 13 Septembre 2020, dès 15H10 !

F1: Le Grand Prix d’Italie A Monza

Le dimanche 6 septembre 2020 à 15H10 s’élancera le Grand Prix d’Italie à Monza !

Le Circuit De Monza, Icône F1

Construit en seulement 110 jours en 1922, l’Autodromo Nazionale Monza figure la troisième piste de course au monde, spécialement construite pour la F1. Après Brooklands au Royaume-Uni et Indianapolis aux États-Unis, le circuit original de Monza fut tracé autour d’une série intimidante de ligne droite et de courbes inclinées. A cela vient s’ajouter une large partie de la section « hors champ » — un bac à gravier encore redouté aujourd’hui.

Et il fut inauguré le 3 septembre 1922, soit une semaine avant d’accueillir le Grand Prix d’Italie cette même année. Circuit le plus ancien du calendrier actuel de la Formule 1, le tracé original du circuit s’étendait sur plus de 10 km et comprenait un tronçon de route de 5,5 km largement similaire à celui d’aujourd’hui. Mais la boucle de 4,5 km, elle, fut réaménagée en un ovale à grande vitesse incliné dans les années 1950.

Le tracé de 10 km du circuit, y compris l’ovale incliné, fut ainsi  utilisé pour quatre courses à la fin des années 1950. Ce, avant que les organisateurs ne reviennent à un tracé plus court, pour des raisons évidentes de sécurité. A la suite de plusieurs accidents mortels, d’autres modifications du circuit ont eu lieu au fil des années, afin de réduire la vitesse à Monza — y compris l’ajout des chicanes Variante del Rettifilo et Variante Ascari.

En 1950 donc, le circuit de Monza entre dans le calendrier officiel de la Formule 1 —  et les plus grands pilotes au monde se sont disputés la victoire sur son tracé très alambiqué !

Le tour le plus rapide jamais enregistré en Formule 1 y fut d’ailleurs réalisé — et c’est au pilote Rubens Barrichello et sa Ferrari F2004 qu’on le doit. L’as du volant a ainsi fait vrombir le moteur jusqu’à 260,6 km/h, lors du Grand Prix en 2004. Achevant le circuit en 1’20″089.

Mais ici les records de vitesse tombent très régulièrement. Ce n’est pas pour rien que le circuit de Monza est appelé ‘La Pista Magica’. Kimi Räikkönen, lui, s’est d’ailleurs octroyé le tour le plus rapide de l’histoire de la F1. Il a parcouru les 5,793 kilomètres en 1’19″119 à une moyenne de 263,588 km/h… Soit le tour le plus rapide de l’histoire !

5,793 kilomètres en 53 tours; les hurlements des moteurs iconiques ont consacré, dans des vrombissements étonnants, deux champions absolus sur le circuit de Monza — Michael Schumacher et Lewis Hamilton, avec tous deux cinq victoires au compteur.

Il faut dire que voitures roulent ici à plein régime pendant 80% du tour — donnant lieu à des accélérations démentes de leur moteur Vmax sur la ligne droite, longue de 900 mètres avant le premier virage. Cette ligne droite qui figure le départ et l’arrivée du circuit. De là, ils débarquent rugissant dans la section finale, où une série de chicanes serrées leur donne du fil à retordre ! Ici, en course, les pilotes doivent ainsi faire preuve d’une grande sagesse car il s’agit bien de réduire la vitesse à 80km/h en l’espace de 150 mètres !

On entend ici souffler les moteurs, avant de les sentir repartir à l’attaque dans la Curva Grande… Un spectacle fou !

Le dimanche 6 septembre 2020 à 15H10 s’élanceront ainsi les plus grands pilotes du monde pour un tour où l’adrénaline ne retombera qu’à la fin des deux heures de course ! Deux heures durant lesquelles le spectacle sensationnel mettra en compétition Lewis Hamilton chez Mercedes et Max Verstappen au volant de sa Red Bull. Peut-être aussi le circuit portera chance à Sebastian Vettel et Charles Leclerc au volant de Ferrari — l’écurie Italienne est pour le moment mise en difficulté à… 203 points de Mercedes.

Mais c’est ici que Sebastian Vettel, en 2008, remportait sa première victoire en F1; devenant à 21 ans le plus jeune champion de ce sport hors norme.

En 2019, il confiait ainsi: « Quand j’étais enfant, Michael Schumacher dans la voiture rouge était mon idole, et c’est aujourd’hui un incroyable honneur d’avoir finalement la chance de conduire une Ferrari. J’avais déjà eu un avant-goût de ce que l’esprit Ferrari signifie lorsque j’ai remporté ma première victoire à Monza en 2008 avec un moteur du cheval cabré conçu à Maranello. La Scuderia a une grande tradition dans ce sport et je suis particulièrement motivé pour l’aider à revenir au sommet. Je mettrai mon âme et mon cœur pour que cela se réalise. »

Le ‘Temple de la vitesse’ comme on surnomme ce circuit iconique peut bien renverser la balance. Charles Leclerc s’était déjà imposé l’an passé dans une victoire éclaire ! D’autant que Monza sera la… 999ème course de l’histoire de Ferrari.

La Scuderia y a, après tout, écrit sa légende, avec Michael Schumacher par cinq fois victorieux sur ce circuit très disputé.

Tout se jouera, peut être, autour du virage iconique du circuit de Monza — la Parabolica, le dernier virage qui sépare les bolides de la ligne d’arrivée. Une fois encore, le Grand Prix d’Italie reposera sur l’expertise Rolex en matière de chronométrage précis au possible. De quoi laisser les génies du volant s’affronter avec pour seul objectif celui de remporter la victoire sur ce circuit légendaire !

Une Porsche, Mais Une 911

« La Porsche 911, c’est un corps, une créature incarnée » disait d’elle Ferry Porsche, fondateur de la maison. Il est vrai qu’elle a l’aura d’une icône.

Il y longtemps déjà que la Porsche 911 est bien plus qu’une simple voiture — véritable mythe automobile et populaire, la voiture jouit d’un culte pareil à nul autre. La Porsche 911 est unique.

La Porsche la Plus Recherchée

Dès sa présentation en septembre 1963, si la Porsche 911 détonne par sa beauté, mais aussi par sa puissance, c’est que les concepteurs de cette voiture iconique sont partis d’une feuille blanche. Le cahier des charges était à l’image de l’écurie — réalisable, mais non par n’importe qui.

Ferry Porsche, le fondateur, voulait là encore une voiture alliant design et fonctionnalité, tradition et innovation, sportivité et utilisation quotidienne. Une voiture exclusive mais populaire. Versé dans l’imaginaire de son père, ce fut donc le talent de Ferdinand Alexander, alias Butzi, fils de Ferry, qui donna naissance à la Porsche 911.

Sa différence en fait la voiture la plus charismatique de la galaxie — le coffre à bagages installé à l’avant, et le moteur à plat à l’arrière. Et c’est encore Ferry Porsche qui capture le mieux le statut iconique de la Porsche 911… « La 911 est la seule voiture au volant de laquelle on peut rentrer d’un safari en Afrique pour aller au Mans, puis se rendre au théâtre ou évoluer sur l’asphalte new-yorkais. »

La Cote de La Porsche 911

Comme finissent souvent les belles voitures, la Porsche 911 devient rapidement l’étalon de mesure de l’univers automobile. Et quelle référence!

La 911 a pratiquement remporté toutes les courses du monde. Des 24 Heures du Mans en 1979 au mythique circuit de Monte-Carloou encore le Paris-Dakar… Peu de circuits eurent raison de son audace.

La Porsche 911 compte ainsi quatre titres de championnats d’Europe des rallyes entre 1966 et 1968. Plusieurs victoires clés dont quatre à Monte-Carlo en 1968, 1969, 1970 et 1978. A cela vient s’ajouter trois titres en Suède – 1968, 1969, 1970. Et les fameuses 24 Heures de Daytona en 1973, 1975 et 1977…

Peu étonnant de savoir que ces exploits sportifs servent aujourd’hui la cote de la 911 — une voiture de collection, certes, mais surtout l’incarnation de l’excellence automobile. L’objet du désir est aussi un objet de convoitise.

Une Voiture de Cinéma

La Porsche 911 possède une aura — son design quasi-inchangé depuis 1963 sert ainsi aux récits les plus chaloupés de l’histoire du cinéma.

Voiture la plus connue du monde, la 911 est aussi celle qui immédiatement contextualise une histoire. Sa présence dans le 7ème art en fait l’une des voitures les plus cinématographiques; des films iconiques où elle joue son propre rôle, comme Le Mans (1971) avec Steve McQueen ou encore Cars (2006)… elle est aussi la voiture épitomé du cool.

Flashdance (1983), Pretty Woman (1990) ou plus récemment dans la sulfureuse série HBO Californication, le charisme de la 911 sert bien souvent celui des personnages. Et puis, quand ce n’est pas elle, c’est son design qui sert le cinéma — comme dans le dernier Star Wars : L’Ascension de Skywalker. L’un des chasseurs de combat des rebelles est en effet l’oeuvre des designers de Porsche. Comme on le devine, c’est cette voiture de légende qui a prêté ses lignes au vaisseau. De quoi lui promettre un avenir encore plus stellaire !

Le Grand Prix de Monaco, Un Circuit Légendaire Enserré de Glamour

Un circuit iconique où se révèle la haute virtuosité des pilotes depuis 1929.

Alain Prost. Ayrton Senna. Niki Lauda ou encore Michael Schumacher. Autant de pilotes qui se sont révélés sur un circuit au tracé quasi-inchangé en 90 ans. Oui, cette édition 2019 marque le 90e anniversaire du Grand Prix de Monaco. Un GP où vrombissent les Formule 1 depuis 1950 — un circuit où les voies, sinueuses, étroites et bordées de rails, requiert une concentration absolue. « On a l’impression de rouler à 1000km/h au milieu des immeubles. C’est très simple: Monaco c’est zéro erreur » à en croire les mots mêmes d’Alain Prost. Si le Grand Prix de Monaco fait aujourd’hui figure d’évènement iconique par-delà l’univers des courses automobiles, c’est que le 26 mai est devenu une étape obligée pour les A-listers du monde entier. Et cela, le Grand Prix le doit beaucoup à son tracé et son cadre idyllique! 78 tours nichés sur le Rocher le plus glamour de la galaxie…

« Monte-Carlo est un circuit très physique parce que bosselé et qui fait très mal, les épaule, le cou etc… Il fait vraiment mal, mais j’ai gagné, je suis heureux » Ayrton Senna. Dès le départ, la piste s’ouvre sur le virage de Saint-Devote. Un véritable entonnoir toujours considéré comme l’un des passages les plus dangereux au monde… Les pilotes, lancés à plus de 300km/h sont obligés de ralentir et, débarquant d’une ligne droite, se sentent aspirés dans un espace très ouvert et hautement impressionnant ! Autre point clé du tracé, le virage dit du Casino. Le Casino de Monte-Carlo, connu pour avoir été l’antre de La Belle Otéro, mais aussi le lieux de rencontre des génies qu’étaient Coco Chanel, Serge Diaghilev et d’autres, borde en effet l’un des points iconique de ce circuit. « C’est le virage rapide du circuit. Lors de la montée qui précède, on passe les vitesses progressivement, jusqu’à la 7e. C’est une sensation très grisante : tu as l’impression de décoller, de ne voir que le ciel. On arrive sur une plateforme et, là, on met le pied sur le frein pour ne pas « taper » sur le rail. Il y a un virage à gauche qu’on passe à l’aveugle et il faut rester à l’intérieur pour enchaîner avec un virage à droite. C’est l’une des seules courbes qui permet d’avoir une réelle sensation de vitesse sur le circuit » raconte le pilote Français Franck Montagny.

De 1983 à 1993, Monaco est le terrain d’affrontement de deux titans de la F1: Alain Prost et Ayrton Senna. Entre performances, exploits et victoires, ils ont contribué à forger la légende de ce circuit, décrochant à eux deux le plus grand nombre de victoires. Six pour Senna, quatre pour Prost. « C’est un vrai défi de rester extrêmement précis sur ce tracé, c’est beaucoup plus intéressant que d’avoir simplement à rouler vite » Michael Schumacher, avec cinq victoires en Principauté, se hisse à la deuxième place de son histoire. C’est dire l’importance de ce circuit pour les prodiges de la F1.

La nouvelle génération n’est pas en reste. Lewis Hamilton, en 2008, raffle sa première victoire pour Mercedes — s’enthousiasmant de son succès au Grand Prix de Monaco : « c’est ma plus belle victoire, sur mon circuit préféré, celui où je voulais gagner plus que sur n’importe quel autre. » A 21 ans, le très prometteur Charles Leclerc, natif de Monaco, compte bien cette année raffler la mise: « c’est un rêve depuis tout petit et c’est pour ça qu’on travaille. C’est là où Ferrari mérite d’être. Ça ne va pas être un Grand Prix facile mais j’espère bien sûr une victoire à la clé. » Chaque édition amène son lot de moments et d’images devenus cultes dans l’histoire du Championnat de F1. Du crash d’Ayrton Senna à sa finale au coude à coude avec Alain Prost, en passant par les éditions complètement hallucinées sous des pluies torrentielles… Ce dimanche 26 mai, le GP écrira sans doute une nouvelle page de l’histoire.