Juste un Clou Cartier: Bijou Révolutionnaire

Juste un Clou Cartier: Bijou Révolutionnaire

Juste un Clou Cartier… Un clou qui entoure le poignet ! Mais un clou coulé dans l’or, qui associe l’extraordinaire savoir-faire Cartier à l’esthétique révolutionnaire des années 70.

Depuis 1847, Cartier, le joaillier des Rois et Roi des joaillers, brille par ses prouesses techniques dans la Haute-horlogerie. Et par sa maîtrise des pierres les plus précieuses… De la montre Tank à la Pasha, en passant par les diamants et les couronnes des aristocraties Européennes, Cartier a su réinventer son répertoire en étant toujours sensible à l’air du temps.

Juste un clou Cartier

Au XXème siècle, les trois frères aux commandes de l’illustre maison joaillière n’ont cessé d’être à la proue de la créativité des époques. Et lorsque les années 70 rebattent les cartes du luxe, Cartier a su là encore devancer les attentes.

Le Bijou d’une Epoque

On doit le bijou Juste un Clou de Cartier au joaillier Aldo Cipullo. Ce jeune Italien alors immigré à New York va en effet introduire deux des pièces les plus révolutionnaires et les plus désirées du répertoire Cartier… Le bracelet Love et Juste un Clou.

L’esprit audacieux et créatif d’Aldo Cipullo bouillonnait ainsi au rythme d’une époque moderne et éminemment révolutionnaire. Ce fils de bijoutier Italien évoluait dans les milieux artistiques et underground de New York. Dans les années 60, la ville est bien l’épicentre de ceux qui veulent changer le monde, l’art et la vie !

En cela, Aldo Cipullo baigne dans ce bain culturel qui porte haut des valeurs nouvelles. Aldo Cipullo fréquente la Factory de Warhol, et ses étoiles à l’avant-garde d’une libération sans précédent dans l’histoire !

Des valeurs de libération des moeurs, et notamment sexuelles, que l’on retrouve encore chantées dans le groove incomparable de James Brown. Oui, l’époque est alors au renouveau et à la modernité — radicale mais élégante ! Et si luxe il y a, celui-ci se devait d’être décontracté, comme déchargé du poids du passé…

Un peu comme pour le bracelet Love, Aldo Cipullo a l’idée géniale de piocher dans les objets de tous les jours un bijou à la hauteur de son époque. A la manière du Pop Art, il va érigé un simple clou en atour d’un chic absolu !

Pour Cartier, en 1971, Aldo Cipullo imagine ainsi un bracelet en forme de clou. Cette pièce est alors l’objet-phare d’une collection toute de vis et d’écrous. « Cette quincaillerie, aussi dure soit-elle en apparence, possède une vraie chaleur, essentielle à la joaillerie » confit-il à l’époque au Women’s Wear Daily. En ce sens, le clou est « un reflet de la vie. Nous sommes entourés par des choses qui sont vissées, boulonnées, clouées. Et je pense qu’il ne peut pas en être autrement. »

Juste Un Clou de Cartier: Icône de La Joaillerie

L’idée est simple, géniale. Electrisé par une liberté créative influencée par le Pop Art, Aldo Cipullo livre là une icône atemporelle. Car, par-delà les modes et les caprices des époques, le Clou de Cartier est aujourd’hui encore une pièce hautement convoitée.

Il faut dire que l’inspiration fonctionnelle de Cipullo a su rencontrer le majestueux savoir-faire de la joaillerie de la Place Vendôme. Juste un Clou est ainsi imaginé comme un lien industriel et anticonformiste qui vient enserrer le doigt ou le poignet — une simplicité sublimée par l’or jaune, gris ou rose.

Et lorsque Irving Penn le capture en broche nonchalamment posée sur une blouse lavallière, pour le magazine Vogue, l’objet devient icône. La grande Elizabeth Taylor ne tarde à se l’approprier…

Et, voici comment le Clou Cartier est devenu un mythe de la joaillerie, en même temps qu’un des bijoux les plus convoités de l’histoire !