Omega Célèbre L’Anniversaire Du Premier Calibre Sur La Lune

Le 21 Juillet 1969, la maison Omega accompagnait sur la Lune les premiers pas de l’homme — une révolution humaine, accompagnée de l’iconique calibre 321 de la montre Moonwatch.

Le Calibre 321 Omega Moonwatch, Premier Calibre Sur La Lune

Le 21 Juillet 1969, le monde entier s’accroche à son téléviseur pour suivre en direct les premiers pas de l’homme sur la Lune. Si l’événement est de taille, c’est que la mission Apollo 11 est sur le point de parvenir à réaliser un rêve aussi vieux que l’humanité.

La montre Omega au poignet d’un astronaute lors d’une sortie extravéhiculaire

Et c’est la maison Omega qui fut choisie pour les accompagner dans ce périple éminemment audacieux. Choisie, ou plutôt… Après une batterie de tests olympiens, la montre présentée par la maison Omega est la seule à résister aux exigences de la NASA.

Photo archive NASA, la Speedmaster à l’essai

Si l’histoire de la Speedmaster devenue Moonwatch au poignet de Buzz Aldrin se raconte plus amplement ici, cette fois, Omega célèbre le coeur même de son artisanat. Le calibre 321 Omega.

Car sans ce calibre, la Moonwatch n’aurait été en mesure d’accompagner les premiers hommes sur la Lune. Aujourd’hui Mardi 21 Juillet, la maison a décidé de célébrer ce petit bout de l’histoire horlogère — en même temps que ce grand pas pour l’histoire de l’humanité !

Cette année, Omega a donc minutieusement recréé le calibre 321 _ 2e génération pour habiter un garde temps plus exceptionnel encore. Baptisée Speedmaster Moonwatch 321, la montre, taillée en acier inoxydable, figure ici un véritable point d’ancrage dans l’histoire de la conquête spatiale !

La montre Speedmaster Moonwatch 321 déploie autour d’un boîtier de 39,70 mm toute l’expertise Omega. Mieux, c’est bien l’héritage de cette maison qui se figure dans ce boîtier, puisqu’il s’inspire du modèle 3e génération — à savoir, le modèle porté lors de la première sortie américaine dans l’espace en 1965 !

Autres clins d’oeil à l’engagement Omega auprès de la NASA, le garde-temps présente une lunette en céramique noire polie [ZrO2] munie d’une échelle tachymétrique en émail blanc… Son cadran noir à degrés est doté des aiguilles iconiques de la Moonwatch — orné d’un logo Omega vintage.

Forcément fascinante, la Speedmaster Moonwatch 321 offre une vision optimale de son calibre 321, grâce à son fond en verre saphir. Une prouesse technique rendue possible, là encore, par la persévérance des ateliers Omega. Et l’on comprend mieux cela lorsque l’on interroge la vision fondatrice de Louis Brandt, l’homme derrière cette maison plus que centenaire.

Deux années de reconstruction et de recherches approfondies furent nécessaires afin de redonner vie à ce mouvement… En s’appuyant sur la tomographie (une technologie de scanner numérique), la maison a ainsi pu étudier l’intérieur de la véritable Omega Speedmaster portée par l’astronaute Eugene Cernan, dit Gene Cernan, lors de la mission Apollo 17 en 1972.

Le résultat en 2020 est lui tout simplement saisissant !

La Speedmaster Omega 38 mm Se Pare d’Or

La montre qui a marché sur la Lune adopte une allure autrement plus éblouissante encore — taillée dans l’or. 

Elle a marché sur la Lune au poignet de Buzz Aldrin. La mythique Speedmaster se réinvente cette fois coulée dans l’or Sedna. 

La Speedmaster 38 mm, De La Lune à L’Or

La Speedmaster 38 mm En Or 18 Carats

La Speedmaster 38 mm s’invente dans une vision plus féminine. En prenant pour point de départ les lignes rondes mais puissantes de l’icône Speedmaster aussi nommée Moonwatch, la Speedmaster 38 mm gagne en raffinement… 

Idéale pour les femmes du monde entier qui l’ont déjà adopté, la montre qui a contribué à la conquête spatiale repousse encore un peu plus les limites. Cette fois, ce sont les standards du luxe qui se réinventent… façon or 18K, le garde-temps qui a participé aux six alunissages des missions Apollo a de nouvelles élégance à définir ! 

La Speedmaster 38 mm en or 18 carats, c’est deux versions, deux choix. Mais toujours la sensationnelle échelle tachymétrique sur lunette.

Les Deux Nouveaux Modèles De La Speedmaster 38 mm

En or 18k, la silhouette de la Speedmaster est galbée de sophistication. Une matière qui s’harmonise autour de couleurs douces et la rondeur de compteurs ovales…

Le premier modèle de la collection est ainsi monté sur un bracelet en cuir brun-taupe. Composé autour de tonalités flamboyantes de l’or Sedna, il s’adoucit au contact d’un cadran crème argenté. Les aiguilles, taillées dans l’or Sedna, elles aussi, propulse une élégance et une simplicité épurée… 

Le second modèle se décline en or jaune 18K. Un or lumineux qui, autour d’un cadran opalin argenté et un bracelet en cuir vert, magnifie un peu plus le caractère élégant et raffiné de la Speedmaster 38 mm. Les aiguilles, alternativement en or jaune 18K ou vernies de vert, capturent le temps avec une passion pour la sophistication. 

Deux versions, deux choix puisque chacun des ces modèles est proposé surmontée de l’échelle tachymétriquesur une lunette en aluminium. Ou d’une innovante lunette double dont l’intérieur est en aluminium. Son pourtour serti de 90 diamants taille pleine… Le charme pur !

La Nouvelle Speedmaster ‘Speedy Tuesday’ d’Omega

311.12.42.30.01.001_nato_pubspeedmaster_ultraman_omega_speedytuesday_1.jpeg

Lorsque la plus iconique des montres Omega se met aux couleurs d’une icône de la culture populaire, cela ne pouvait donner naissance qu’à cette pièce éminemment désirable. La nouvelle Speedmaster ‘Speedy Tuesday’ distille ainsi un style science-fi empreint de références Japonaises des années 70. Oui, le héros Ultraman est au Japon ce que James Bond est à l’Angleterre — mais ici, la figure incarne avec un détachement quasi-kitsch l’histoire spatiale de l’humanité! 

Imaginé par Tsuburaya Productions, Ultraman est en réalité l’un des plus fameux exemples du genre ‘kaiju’ ou ‘monstre géant’. Alors, lorsque cet univers un brin déjanté rencontre la technique, le savoir-faire et l’esthétique très iconique de la Moonwatch Omega de 1967, le résultat est captivant. Il y a d’abord l’orange fou qui teinte l’aiguille des secondes; assorti aux costumes de la patrouille scientifique anti-monstres de la série. Viennent ensuite des compteurs Speedmaster classiques, ici clairement taquins! La nouvelle ‘Speedy Tuesday’ réserve en effet quelques surprises…

Référence appuyée à l’univers d’Ultraman — qui ne peut rester en mode super-héros plus de trois minutes — les trois premières minutes du compteur à 3 heures sont rehaussées par cette même couleur orange. Mieux, un accessoire fourni avec l’objet permet de révéler l’ombre du visage d’Ultraman sur le compteur des secondes à 9 heures! Enfin, vient se graver le sceau Omega vintage sur un cadran de 42 mm… De cette pièce d’exception, Omega a ainsi choisi de diffuser 2012 exemplaires — 2012 pièces de collection qui se sont vendus en 01h53 et 17 secondes (!!)

 

Omega Pré-Bâle 2017: la Speedmaster 38 mm et la Speedmaster Racing Master Chronometer

omeg.jpg

1957-2017. Quelques semaines avant l’ouverture officielle de Bâle, et pour honorer ses 60 ans, Omega présente deux nouvelles versions inédites et racées de son garde-temps iconique. La Speedmaster se présente ainsi dans une de 38 mm, rappelant le style et l’allure de son ancêtre – un design légèrement épuré et remanié. Entre simplicité et design remarquable, la montre, surnommée « Cappuccino », se distingue par son boîtier en acier inoxydable et or Sedna 18K et son bracelet en cuir taupe-brun. Modèle exemplaire d’une collection complète pour homme et femme, l’une de ses caractéristiques les plus remarquables est sans aucun doute sa lunette pavée de diamants… Dotée d’une échelle tachymétrique sur une bague en aluminium brun, la Speedmaster 38 mm conjugue sans effort le raffinement des diamants à l’ADN résolument sportif du garde-temps original.

La seconde montre introduite, la Speedmaster Racing Master Chronometer s’éprend, elle, de l’héritage et de la tradition  automobile de la maison. Ici revisité ici sur un cadran noir mat, l’esprit et l’esthétique de ses ancêtres deviennent immédiatement évidents lorsque l’on observe le cadran de la nouvelle Speedmaster Automatic. La minuterie au style caractéristique de cette montre en acier inoxydable est apparue pour la première fois sur une Speedmaster de 1968 ! Un cadran en hommage à l’héritage des sports automobiles donc, le bracelet en cuir noir, quant à lui, accueille un insert en caoutchouc orange. Des micro-perforations furent réalisées à l’aide d’un outil de fraisage sur le bracelet pour révéler le caoutchouc orange, et ainsi mettre en exergue le look résolument sportif de la montre. Dernière Speedmaster certifiée Master Chronometer, la Speedmaster Racing Master Chronometer est entraînée par le calibre 9900 – le plus haut degré de précision. Deux réalisations sans fausse note à découvrir très bientôt.

Omega Célèbre le 45ème Anniversaire de l’Alunissage

omega-speedmaster-apollo11-02.jpg

1969, la promesse de John F. Kennedy prend vie : dans la nuit du 21 juillet 1969, deux astronautes de la NASA sont les premiers hommes à poser le pied sur la surface d’un corps céleste. Un des plus grands succès technologiques de l’humanité. Et Omega était là – le modèle Speed professionnel, celui qui, après avoir été choisi par Buzz Aldrin, alla sur la Lune et permit d’assurer un secours fiable du système d’horloge électronique du vaisseau spatial. En marchant sur la Lune, Neil Armstrong et Buzz Aldrin ont relevé le défi lancé par la mission Apollo 11. Et, en 2014, l’alunissage fête son 45ème anniversaire. A cette occasion, Omega a conçu un modèle qui ravivera connaisseurs et amateurs : le Chronographe Moonwatch Professional « Apollo 11 ».

En jouant d’échos inspirés aux couleurs de la Lune, du module lunaire et du module de commande de l’Apollo 11, les ateliers Suisses ont créé un garde-temps doté d’un boîtier coulé dans un titane, offrant à la fois solidité et élasticité. Satiné gris pour 42 mm, le cadran est agrémenté d’une touche d’or, comme une lumière spatiale et solaire. Le fond vissé est estampillé de l’hippocampe, emblème d’Omega ; le cercle extérieur, lui, est frappé en noir des inscriptions « flight qualifield by nasa for all manned space missions », « the first watch worn on the moon », et « apollo 11, 45TH anniversary, limited edition, 0000/1969 ». Il n’en existe d’ailleurs que 1969 exemplaires. L’Omega Speedmaster Professional Apollo 11, édition limitée 45ème anniversaire, se distingue surtout par son pourtour de tissu inspiré des bracelets Nato. Des bracelets inventés pour le Ministère de la défense Britannique au début des années 70, la version d’Omega revisite son confort dans un matériau haut de gamme qui, associé à un nouveau design, augmente l’exceptionnel de la montre qui a marché sur la Lune. En attendant sa sortie le 21 juillet prochain, Omega retrace aussi, le temps d’une exposition, la « Speedmaster, de 1957 à nos jours… » ; ou la généalogie d’une montre star. À voir jusqu’au 12 juillet, à la boutique du 12 Rue de Sèvres, dans le 7eme arrondissement de Paris.

La Montre Speedmaster Mark II de Omega

Omega a toujours donner au monde l’excellence et le prestige. Cette année, Omega présente une version mise à jour de l’une de ses icônes : La Speedmaster Mark II. Agrémentée d’une touche de couleur vibrante, la nouvelle montre ne perd rien de la mécanique comme de la réussite du modèle 1969.

La Seamaster d’Omega

Icon-icon-montres-watches-seamster-acqua-terra-ladies-femmes-omega.png

« If you start me up I’ll never stop! » Dès les premières notes du spot d’Omega pour les Jeux Olympiques, on a envie d’entrer dans la compétition, au rythme des Rolling Stones. Et, pour ce faire, quel meilleur partenaire que la Seamaster ?

Créée en 1948, la Seamaster est une montre taillée pour l’exploit. Design sportif, verre inrayable et antireflet, bracelet en acier, étanchéité garantie jusqu’à 500 pieds, tout la prédestine à affronter l’inconnu. Rien d’étonnant de la part d’une maison d’horlogerie qui fait du mythe son quotidien : on se rappelle de la Speedmaster, première montre à avoir été portée sur la Lune, au poignet de Buzz Aldrin ; on se souvient que depuis 80 ans, Omega est le chronométreur officiel des Jeux Olympiques ; et l’on découvre avec excitation la toute nouvelle édition limitée de la Seamaster, la London 2012, pour les héros du XXIe siècle.

Acteurs, sportifs, héros de fiction… Un seul point commun entre tous les ambassadeurs de la Seamaster : ce sont tous des hommes d’exception, pour qui la vie est un combat dans lequel ils se jettent avec enthousiasme. Porter la Seamaster, c’est refuser l’habitude, relever un défi.

« Ride like the wind, at double speed, I’ll take you to places that you’ve never, never seen! » chantent les Rolling Stones dans le nouvel hymne d’Omega. Voilà qui pourrait bien être la devise de la Seamaster.