La Portugieser d’IWC

1636651.jpeg.transform.buying-options_watch_1000.jpeg

1868. Lorsque l’Américain Florentine Ariosto Jones fonde en Suisse la maison IWC, il est loin de se douter de l’impact considérable qu’elle aura sur le monde de l’horlogerie. En combinant les talents exceptionnels des artisans Suisses avec les technologies d’ingénierie modernes de son pays, IWC est en mesure de livrer des pièces aussi esthétiques qu’extrêmement précises. Preuve s’il en fallait une, la Portugieser, l’icône même de la maison. 

C’est au tournant des années 1930 que deux négociants Portugais approchent la maison — leur but, faire réaliser une montre bracelet aussi précise qu’un chronomètre de marine! A une époque où les garde-temps sont petits et peu puissants, IWC doit innover. Seule possibilité, utiliser un calibre de montres de poche 74 et 98. Dès lors, la Portugieser doit adopter un boîtier surdimensionné — des dimensions imposantes équilibrées par un jeu d’aiguilles feuilles élancées. Dès lors, le design devient la signature iconographique Portugieser! 

En interne, on la baptise Schaffhausen. La pièce est produite en 1939, imposant dans le même temps le goût d’une nouvelle époque pour les montres à grand boîtier. Jusque dans les années 1990, la Portugaise ne répond à aucun impératif commercial. Produite ça et là, son déclin s’opère sans agiter grand monde. Mais voilà qu’un jour que Kurt Klaus, meilleur horloger de la région, fait visiter les ateliers d’IWC basés à Schaffhausen, il remarque que le client porte au poignet une Portugaise 325. Il n’en faut pas plus pour charmer l’intéressé — une collection est alors développée autour du modèle original. En 1993, l’occasion du 125e anniversaire de la maison relance l’icône sur le marché. Sa minuterie chemin de fer, son esthétique et sa taille  marquent profondément les esprits — cette fois, le succès est extraordinaire. Désormais incontournable, la Portugieser entrent au panthéon des icônes horlogères. 

La Nouvelle Montre Portugieser Yacht Club Chronographe d’IWC

iw390503-new-.jpg

Fort d’un savoir-faire datant de 1868, l’horlogerie Suisse IWC Schaffhausen complète aujourd’hui sa collection de montres éminemment chic! Avec la Portugieser Yacht Club Chronographe, la maison pense aux virées estivales… Dans le cadre de ses ‘Summer Editions’, IWC édite donc une variante de l’iconique Portugieser Yacht Club — cette fois, c’est avec un cadran d’un bleu hypnotisant que ce chronographe sportif laisse admirer sa vie mécanique intérieure. 

Plus besoin d’hésiter avant de plonger dans le grand bleu, le boîtier étanche en acier inoxydable laisse hors d’atteinte son calibre manufacture 89361 avec fonction flyback. Les compteurs blancs, les aiguilles rhodiées et l’aiguille des secondes rouge du dit-chronographe distillent tout du style chic. Mieux, une collection spéciale de bracelets en textile bleu et ivoire signe un style détaché mais raffiné. Peut-on rêver à meilleur compagnon pour les prochaines croisières à la voile que cette nouvelle Portugieser Yacht Club? 

La Montre Big Pilot Par IWC

sans_titre_2.jpg

C’est avant tout une qualité de fabrication, un mouvement, et un caractère. Dans un second temps, la Big Pilot signée IWC est une preuve d’authenticité. Alors que la seconde guerre mondiale éclate, IWC est chargée d’équiper les pilotes : pionnier en la matière, n’ayant aucun exemple à suivre, IWC réalise l’impensable et met au monde une montre capable de résister à la pression de l’altitude, aux gants épais et aux combinaisons de vol piqué. Et c’est ainsi que la montre présente un design tout exceptionnellement énorme. Dans une volonté de rendre la montre la plus lisible possible, IWC n’a utilisé aucun matériel exotique, n’y a même pas apposé de fonctionnalités : la Big Plot est là pour donner l’heure du prochain raid ou contrôler un plan de vol à 20 000 pieds, rien d’autre. Pourtant, sa fabrication irréprochable et son charme indémodable ont hissé la Big Pilot au rang de montres hors norme. C’est une pièce extrême dont la qualité comble depuis longtemps déjà ceux qui l’ont acquis. Celà, IWC le doit à la finition exceptionnelle du boîtier.

Avec une alternance de surfaces polies, brossées et des angles vifs, la Big Plot a tout des icônes qui captivent le regard. Exclusive dans sa fabrication, la Big Pilot l’est aussi au porté : sa grande ouverture de cadran et ses cornes assez longues la font paraître encore plus grande qu’elle ne l’est déjà (46,2mm). La couronne en oignon signée « Probus Scafusia » mérite à elle seule le détour. En effet, le cadran se fait très épuré et, dans cette beauté lisse et racée, rien ne vient perturber la lecture des informations essentielles : heures, minutes, réserve de marche, et, seule concession faite à un usage civil, la date. Ainsi, la lisibilité diurne est parfaite. Garde-temps conçu et fabriqué dans les ateliers de la manufacture, IWC a aussi introduit à l’intérieur un mécanisme des plus sophistiqués. Sans aucun doute, la Big Plot est la montre des héros – quelle que soit l’époque et ses exigences.

Escale au SIHH 2015 pour la Portugaise IWC

iwc-portugaise-cp-03.jpg

L’histoire de la Portugieser s’esquisse dans les années 30, quand deux marchands Portugais se rendent en Suisse pour commander à l’International Watch Co. des montres-bracelets aussi précises qu’un chronomètre de marine. A l’époque, la manufacture de Schaffausen ne peut réaliser ce souhait qu’à condition de recourir à un mouvement de montre de poche, volumineux, mais résistant. IWC introduit ainsi un boîtier rond d’une taille démesurée – 43 mm – en pleine époque Art déco, où les garde-temps se présentaient dans des boîtiers minuscules minimalistes. En 1939 donc, IWC détonne dans l’univers de la haute horlogerie en y faisant entrer sa Portugaise. « Aujourd’hui, nous mesurons le coup de maître qu’ont réalisé les horlogers d’IWC de l’époque en élaborant le cadran et le boîtier de la Portugieser ; le design qu’ils ont alors conçu est désormais apprécié à sa juste valeur », explique Christian Knoop, directeur créatif de la manufacture. La Portugaise fut en effet à l’origine de l’engouement de l’horlogerie contemporaine pour les grandes montres-bracelets.

Et cette année signe le 75ème anniversaire de la Portugieser. C’est au SIHH 2015 que la manufacture faisait donc escale, profitant de l’occasion pour lancer une nouvelle collection. Intégrant de nouvelles caractéristiques techniques et esthétiques, quatre modèles de la collection Portugieser arborent désormais le calibre 52000. Mieux, une des pièces phares de la composition réside dans le calendrier annuel ; ancré dans le cadran, il indique dans trois fenêtres semi-circulaires, le mois, la date et le jour de la semaine. Si la Portugaise épouse ainsi le progrès technique, le design, lui, reste fidèle au modèle original de 1939. On y retrouve donc la lunette rainurée, les fines aiguilles feuilles et les chiffres arabes. Pour l’occasion aussi, la manufacture IWC édite des versions en or rouge et en platine, proposées en édition limitée à 250 exemplaires.

La Montre d’Aviateur Top Gun d’IWC

0000006494-iwc_big_pilots_watch_perpetual_calendar_top_gun_boutique_edition_iw502903_lifestyle_1.jpg

Depuis 1868, la manufacture horlogère suisse IWC Schaffhausen fabrique des garde-temps inestimables. Fondée par l’américain Florentine Ariosto Jones, cette manufacture produit des chefs d’oeuvre de haute horlogerie mariant ingénierie ainsi que précision dans un design exclusif et high-tech. En 1993, à l’occasion de son 125ème anniversaire, IWC avait aménagé son premier musée au dernier étage de son siège, un bâtiment déjà classé à l’époque, devenant ainsi la première manufacture horlogère suisse dotée de son propre musée. Reflet du savoir-faire et de la technique reconnue de la maison, un tout nouveau musée fut inauguré en 2007 mettant en valeur de nombreuses pièces exposées dans de grandes salles inondées de lumière autrefois dévolues à la fabrication des boîtiers et autres composants horlogers.

C’est en 1936 qu’eut lieu le lancement de la première montre spéciale aviateur. La pièce dispose d’une lunette tournante avec aiguille-repère pour enregistrer les heures de décollage ainsi que d’un mouvement amagnétique. Ainsi, c’est en 2012 que cinq nouveaux modèles sont prêts à prendre leur envol au sein de la collection : les montres aviateur TOP GUN. Une année de haut vol pour la maison puisque cette collection inspirée de la formation spéciale de «Strike Fighter Tactics Instructor», plus connue sous le nom légendaire de «Top Gun» est une réminiscence des montres d’observation, dont la construction est une longue tradition chez IWC. Trois des cinq modèles arborent le design classique TOP GUN caractérisé par les éléments évoquant les instruments de vol du cadran associé au contrepoids rouge vif. Reflétant une silhouette d’avion sur le fond cadran, elles n’en détiennent pas moins les fonctions classiques d’une montre d’aviateur combinées à une technologie de pointe.

Ainsi, pour les 145 ans de la maison, trois éditions spéciales ont été créées. Les designers d’IWC Schaffhausen se sont inspirés des écrans de bord des jets, qui, la nuit, s’illuminent de diverses couleurs. C’est pourquoi IWC assortit ses modèles d’aiguilles et d’index rouges pour la Grande Montre d’Aviateur Calendrier Perpétuel TOP GUN Edition Boutique, verts pour la Grande Montre d’Aviateur TOP GUN Edition Boutique et bleus pour la Montre d’Aviateur Chronographe TOP GUN Edition Boutique. Respectivement vendues en édition limitée dans le monde entier à 250, 500 et 500 exemplaires, ces trois modèles sont le reflet d’une Haute Horlogerie à la fois moderne, intemporelle, luxueuse et fonctionnelle. Autant d’ingrédients faisant que la magie IWC opère.

L’Or au Poignet

50c1fa783c9d7.jpg

Pépites, lingos, paillettes sans oublier les montres. L’or est partout mais surtout aux poignets de ces demoiselles. Ne perdez pas une minute, l’heure est à l’étincelant. L’or fascine, une attraction presque indicible pour le plus précieux des métaux. Il faudra désormais dire « Diamonds and Gold Are a Girl’s Best Friends ».