La Collaboration Artistique de Ruinart avec Jaume Plensa

ruinart_jp2017_04.jpg

La maison Ruinart a depuis longtemps partagé le goût des collaborations artistiques puisqu’elle a même été pionnière en la matière. La première maison de champagne au monde est en effet la première à innover dans le domaine de la communication en faisant appel au talent de l’artiste Tchèque, Alphonse Mucha. Nous sommes alors en 1896, et ce précurseur de l’Art Nouveau marque les esprits avec une réclame qu’il vient de dessiner –  c’est une première dans l’histoire ! Il faut dire que la maison elle-même est née sous le signe de l’art –  Dom Thierry Ruinart devient, ce qui est assez rare pour l’époque, maître d’Art en 1674, à l’âge de 17 ans. Dès lors les arts de toutes les civilisations, entreront dans l’histoire de la famille Ruinart pour être transmis à chacun, de génération en génération.

Après Mucha, Georgia Russel, Piet Hein Eek, Maarten Baas et Erwin Olaf,  la maison Ruinart fait ainsi le choix de porter son attention sur l’oeuvre de l’artiste Barcelonais Jaume Plensa. Ainsi, Ruinart a une fois de plus laissé « carte blanche » pour « rendre hommage à la Maison, aux cuvées, à l’histoire, au patrimoine ou aux crayères classés au Patrimoine mondial de l’UNESCO » – cette fois sous l’imagination de Jaume Plensa. Son art, reconnaissable par ses sculptures jouant du rapport entre les mots, les signes et le corps, tend a accepté la matière des lettres, réduites et devenues simplement elles-mêmes, afin de forger de nouvelles silhouettes humaines. Ainsi, pour Ruinart, l’artiste fait naître une sculpture qui rend hommage à celui qui est à l’origine de l’esprit de la Maison : dom Thierry Ruinart.

Ancrée dans le sol comme les vignes le sont, cette créature est constituée d’éléments de langage universels : des signes et des lettres provenant de huit alphabets différents – de l’arabe à l’hindi, en passant par le grec et le latin, alors si cher à dom Thierry Ruinart. En prenant pour matière principale un acier inox poli aux nuances satinées, les lettres enchâssées forment ici une sculpture « humaine », laissant subtilement filtrer la lumière. À la base de la sculpture, il a gravé deux dates : 1729 et 2016. Elles sont comme un code secret, un message crypté qui met en écho la fondation de la Maison Ruinart. Une nouvelle œuvre de Jaume Plensa donc, qui place à l’honneur le champagne iconique de la manufacture : le Blanc de Blancs. C’est ainsi que Ruinart décalque l’oeuvre dans un coffret réalisé en 20 exemplaires, contenant un magnum de Ruinart Blanc de Blancs – un petit bijou réalisé par les ateliers de l’Orfèvrerie d’Anjou ! A découvrir dès à présent.

 

Ruinart et l’Art en Quelques Dates

 

1895 : Le lien entre Ruinart et les arts commence quand Andre Ruinart invite le maitre de l’Art Nouveau Alphonse Mucha à dessiner une affiche publicitaire qui bientôt deviendra un symbole de la maison et de ses bouteilles.

2000s : Ruinart redécouvre son profond lien avec l’art en soutenant un large éventail de salons et événements artistiques dans le monde entier. Il y a les Frieze New YorkThe Salon Art + Design New York, l’Aipad New York, le Dallas Art Fair, le Expo Chicago, l’Art Basel Miami.

2000s : Dans les mêmes années Ruinart soutient plusieurs événements artistiques et salons en Europe, comme Pad ParisArt ParisLa Biennale des antiquaries ParisAsia Now ParisParis PhotoFiac ParisMiArt MilanoArt BrusselsBrussels Gallery WeekendArtMonte-CarloFrieze Art Fair LondonPad London Art + DesignFrieze Masters LondonArt BaselArco MadridLa Biennale di VeneziaUnseen AmsterdamArtgenèveGallery Weekend Berlin.

2002 : Ruinart fait un pas de plus en commençant un certain nombre de collaborations avec des jeunes artistes contemporains. Le premier est le coffret Kotoli par Nendo. Le studio japonais de design crée un nouveau coffret pour de nombreux champagnes Ruinart.

2006 : Les collaborations artistiques continuent avec la cuillère à champagne par India Mahdavi pour la Collection Prestige. L’artiste crée une cuillère très élégante et artistique afin de préserver l’effervescence du champagne en tant que suspendue dans le goulot d’une bouteille de champagne ouverte.

2007 : Gideon Rubin est protagoniste d’une charmante collaboration avec Ruinart à travers une série de portraits consacrés aux grandes figures emblématiques de l’univers Ruinart, aux pères fondateurs et aux personnalités incarnant l’esprit Ruinart.

2008 : Marteen Baas crée un lustre sculpture pour table nommée “Bouquet de Champagne”, dédiée à l’exclusive ligne de champagnes vintage Dom Ruinart Blanc 2002 et Dom Ruinart Rosé 1998.

2010s : Puisque la globalisation avance et le monde de l’art s’étend à de nouvelles nations Ruinart encourage des événements dans des pays exotiques. C’est le cas de Art DubaiArt Basel Hong KongKyotographie and Art Stage Singapore.

2010 : Dessinée pour la cuvée Ruinart Blanc de Blancs, et partie de l’édition 2010 de la Collection prestige Le fil d’Or par Patricia Urquiola, un muselet ou cage de fils, c’est l’hommage contemporain d’une designer talenteux, internationalement reconnue à un objet symbolique dans le monde du champagne.

2012 : Hervé Van Der Straeten crée pour Ruinart le «Miroir», un rafraichissoir en argent entièrement réalisé à la main en édition limitée.

2013 Piet Hein Eek dessine pour la collection Blanc de Blancs un large éventail de caisses individuelles en sapin adaptées à chaque flacon de champagne en ligne avec la tradition inaugurée par Ruinart en 1769.

2014 : Georgia Russell crée pour la collection Blanc de Blancs une série d’ornements incisés et entaillés autour des bouteilles comme hommage aux caves Ruinart.

2015 : Hubert Le Gall lance le projet artistique “Calendrier de Verre”, 12 uniques chefs-d’oeuvre en verre pour rendre hommage à l’histoire de Ruinart et en particulier à la collection Blanc de Blancs.

2016 : Erwin Olaf conclut son long projet dédié à photographier et peindre les traditions de Ruinart, ses lieux emblématiques et ses rituels. Blanc et noir sont les couleurs clefs pour immortaliser la richesse et l’intensité de l’art de produire du champagne. 

2017 : L’artiste catalan Juame Plensa signe une nouvelle édition limitée de 20 coffins Blanc de Blancs qui sont des vraies sculptures plutôt que de simples coffins. Ces vraies pièces d’art sont réalisées en acier inoxydable avec de nuances satinées.

Krug Rosé, L’audace de l’Excellence

krug_rose.jpg

Créée en 1843 par Johann Joseph Krug, qui a instillé la dynamique de ce champagne, la maison Krug s’est imposée comme leader sur le secteur. La participation à l’Exposition Universelle de 1900 de KRUG lui a permis de se positionner parmi les plus grandes maisons de Champagne, d’autant plus qu’elle en a gagné le Premier Prix. Vendue à Rémy Martin dans les années 70, elle passe dans le giron de LVMH en 1999, mais garde néanmoins les techniques de vinification propres à Krug. Le respect draconien – même après 6 générations – des règles permet l’élaboration de ces œuvres d’art. Le champagne Krug est en effet né de la volonté de créer un champagne au goût extraordinaire et consistant, qui n’existait pas à l’époque. Pour définir le style Krug l’actuel directeur Olivier Krug affirme qu’il « rappelle toutes les caractéristiques d’un grand vin, c’est riche en arômes, c’est complexe, c’est long, c’est profond »Ainsi, ce champagne – équilibre entre la force d’un grand vin et la beauté d’un grand champagne – se marie naturellement avec les cuisines les plus raffinées.

C’est dans la lignée du renommé Krug Grande Cuvée que s’inscrit le Krug Rosé, avec l’ambition toujours renouvelée de transcender la notion de millésime. Il réussit le défi d’être à la fois délicat et subtil, tout en offrant une palette aromatique inédite par sa profondeur. Une sélection exigeante des vins de trois cépages différents, issus de plusieurs récoltes et d’un Pinot noir macéré en conservant les peaux lui confère une couleur et une texture uniques pour un champagne rosé. L’excellence de ce champagne est due au respect de « piliers » définis par la maison. On pourrait citer la sélection très minutieuse des raisins, mais également la vinification particulière dans des petits fûts de chêne traditionnels et très anciens qui permettent un échange mystérieux entre vin et oxygène. Mais, c’est l’assemblage – de crus, de millésimes, de terroirs – qui donne la valeur ajoutée au champagne Krug et lui permet de ne pas se cantonner dans un millésime ou une spécialité puisque sa Grande Cuvée n’est pas datée.

Le Krug Rosé s’inscrit dans ce savoir-faire qui lui permet d’exprimer sa différence, son exception. Qualités qui se traduisent par des bulles fines et régulières et par une robe cuivrée exceptionnelle. Krug ne commercialisant ses champagnes que cinq ans après la mise en bouteille, ce Rosé est prêt à déguster, seul ou pour accompagner des plats épicés, un dessert ou les repas de fêtes des vacances de Noël qui approchent doucement. Nul doute que la fraîcheur, la finesse et le caractère de ce champagne raviront les Krug Lovers – des personnes vouant un culte à la maison – et les autres amateurs de champagne. Et pour ceux qui n’auraient jamais eu la chance de déguster un champagne Krug, le premier verre pourrait bien être une « révélation » pour reprendre les mots d’Olivier Krug, tant son style tout en richesse, élégance et intensité marque et ravit l’amateur.

La Grande Dame Veuve Clicquot

veuve-clicquot-grande-dame-2006.jpg

Grande Dame, un nom simple, établi parmi les plus grands du terroir champenois, pour cela, il provient de l’assemblage des 8 grands crus historiques de la maison Veuve Clicquot. La cuvée dominée par le Pinot Noir, équilibrée par une touche de Chardonnay est plébiscitée par tous, connaisseurs ou simples amateurs de Champagne, pour sa finesse, l’abondance de ses bulles ainsi que son allonge inimitable. C’est ainsi, que Veuve Clicquot, une des plus anciennes Maisons de Champagne continue, en concordance avec sa devise « une seule qualité, la toute première », de se distinguer via sa cuvée La Grande Dame au travers d’un savoir-faire immémorial caractérisé par des décades de modernité, une qualité sans pareille ainsi qu’une audace certaine. Cette cuvée, d’une intensité remarquable, présentée dans une bouteille aux lignes épurées, arborant les emblèmes de la maison, l’ancre et la comète, demeure un symbole prestigieux de par le monde et incarne encore et toujours, les valeurs chéries par Madame Clicquot. 

C’est le 23 Octobre 1805, au décès de son mari que Barbe Nicole Clicquot née Ponsardin devient la première femme dirigeante d’une maison de champagne ainsi qu’une des premières femmes d’affaires de notre ère. Avec une vision nouvelle sur la façon de gérer un domaine mêlée à un sens aigu des affaires et une force de caractère affirmée, Madame Clicquot réussit à multiplier par sept la production de bouteilles, pour notamment offrir au monde, le champagne le plus connu depuis l’Empire, celui qui permit à la maison de s’installer parmi les noms champenois les plus prestigieux, la cuvée Grande Dame.

« La reine de Reims » comme l’écrivait Mérimée, qui s’intéressa de près aux méthodes d’élaboration du champagne et qui inventa au cours d’une de ces expériences la « table de remuage », se voit aujourd’hui encore, célébrer par la maison éponyme, qui perpétue le souvenir de Nicole Barbe Ponsardin au travers de l’aérienne et raffinée cuvée Grande Dame. Cette cuvée Grande Dame, issue des terroirs classés Grand Cru de la maison Veuve Clicquot, est un champagne  à l’image de celle qui fut surnommée « la grande dame de Champagne », une cuvée des plus complexes, renommée pour sa classe mirifique, son inimitable style ainsi que ses millésimes légendaires.

Krug Grande Cuvée 2004, l’Opus Ultime

krug_2004.jpg

L’année 2004 fut une affaire de patience – un hiver froid et un printemps vivifiant ont donné à la Champagne des températures basses dans un temps plus long qu’à l’habitude… Quand enfin arrive le mois de Mai, c’est une douce chaleur qui prend possession des vergers Krug. Là, les raisins ont pu mûrir dans des conditions idéales, sous un soleil radieux – 2004 fut dès lors une année particulière. Les vendanges, généreuses, furent idéales tant le raisin jouissait d’un caractère plus prononcé que celui d’aucune autre année. La nature, dans son le hasard de son allégresse, a permis de mettre au monde un vin exceptionnel – et aujourd’hui, le Krug Grande Cuvée 2004 est enfin disponible.

Créée chaque année depuis la fondation de la maison en 1843, la Krug Grande Cuvée est le symbole de l’attachement de Krug à l’excellence. Éric Lebel, Chef de Caves chez Krug, témoigne de la majesté de celle de 2004 : « Les vins de l’année sont à la fois expressifs, lumineux et d’une élégance indéniable. La vivacité, la nervosité et les notes d’agrumes des Meuniers ainsi que l’éclat des Chardonnays se combinent à la solide structure des Pinots Noirs pour former une palette très équilibrée. » Il faut dire que Krug n’a pas son pareil pour respecter la personnalité d’un vignoble – l’individualité de chaque parcelle, de chaque vin ressort dans l’identification faite par Eric Lebel. Et en 2004, le virtuose a donné vie à une composition élégante, où les Chardonnays vifs (39%) et les solides Pinots Noirs (37%) jouissent de la tensions des notes d’agrumes contenues dans les Menuniers (24%)…

Mais le bouquet  Krug 2004 révèle des notes plus puissantes encore, évoquant la tarte au citron meringuée, la prune et la mirabelle ! En bouche, les notes légères de brioche et de miel cèdent  la place à un éventail d’agrumes frais sublimés par un final très élégant. « Par sa fraîcheur, sa brillance et ses notes d’agrumes, Krug 2004 se marie à merveille avec des oursins, un tartare de saumon ou du caviar » souligne aussi Eric Lebel. « Il accompagnerait aussi très bien un cabillaud à l’huile d’olive et sauce citron, une sole meunière, ou les plats thaïlandais au gingembre et à la citronnelle. C’est typiquement le genre d’accord tout en finesse qui rend hommage à la vivacité du Champagne. » Composé pour être un véritable plaisir des sens, ce nectar fait indéniablement du Krug 2004 l’ultime opus de la seconde trilogie de la maison, après celle de Krug 1988, Krug 1989 et Krug 1990.

Les Mois Krug en 2017 Mettent à l’Honneur le Champignon

1.jpg

C’est une tradition de la manufacture Krug, et en 2017, c’est le champignon qui devient l’ingrédient singulier aux multiples facettes qui inspire certains des chefs les plus prestigieux de la planète. De Bordeaux à Lille en passant bien évidemment par la capitale, nombreux sont les grands noms de la gastronomie à travailler le produit aux mille visages de manière originale pour créer une pléthore de mets captivants… Les chefs ambassadeurs Krug proposeront ainsi l’aliment sous toutes ses formes, selon l’inspiration et la technique des différents participants…

L’idée : stimuler la créativité par le challenge, en distillant ça et là des ingrédients et des saveurs complémentaires. Comme chaque année, cette expérience culinaire unique tente d’associer savoir-faire et inventivité des plus grands chefs locaux à l’icône même de la Maison Krug, le Krug Grande Cuvée. Ce champagne est lui-même issu d’un assemblage harmonieux de 120 champagnes issus de vins de réserve et de vins de l’année ! Ainsi, c’est au champignon que le Krug Grande Cuvée tente de se mêler pour un nombre infini de préparations, évidemment fidèle à l’esprit anticonformiste de Joseph Krug.

C’est sur la Côte Basque que s’installe en Juillet l’itinérance des Mois Krug – à l’Ithurria, Place du Fronton, à Ainhoa, ou encore Le Kaiku, à Saint-Jean-de-Luz. En Septembre-Octobre, c’est à Marseille, Bordeaux et Lille que les savoureuses associations seront à découvrir. En Novembre-Décembre, c’est Strasbourg et Reims qui verront les palets les plus exigeants s’ouvrir et se délecter de l’inventivité des chefs et de la manufacture. Enfin, en Décembre, c’est à Paris, au  Royal Monceau et au Shangri-La, entres autres, que les Mois Krug éveilleront une nouvelle fois les sens, avant de clore leur tour de France à Courchevel, au mythique Chabichou et 1947 !

L’Été en Terr’Ice par Moët & Chandon

moet.jpg

Le champagne Moët & Chandon a acquis tout au long de ses trois siècles d’existence une reconnaissance universelle ; avec audace et élégance, la maison française a ancré la dégustation du champagne autour des valeurs de partage. Au XVIIIe siècle déjà, la formule du champagne et des Grands Millésimes se fige : depuis toujours, le mythique Moët Imperial assemble Pinot Noir, Pinot Meunier et Chardonnay. Sa singularité, le champagne l’obtient notamment grâce à une oenologie précise, adaptative et peu interventionniste. Ainsi, c’est la diversité naturelle des cépages, des terroirs et des années qui ancrent les nuances infinies de ce champagne hautement désirable.

En 2010, la maison qui a initié à l’international la pyramide de champagne innove une fois de plus en introduisant le Moët Ice Impérial, premier champagne à boire sur son lit de glaçons. D’une fraîcheur idéale pour accompagner les soirées estivales, le Moët Ice Impérial dévoile ainsi une robe lumineuse qui, au contact des glaçons, laisse échapper une intensité fruitée si particulière qu’elle a rapidement su conquérir les palets les plus exigeants. « Pour tout autre champagne, l’adjonction de glace produirait un déséquilibre. Or l’innovation qui a présidé à la conception de Moët Ice Impérial, devenue la marque de fabrique, permet de n’atteindre l’équilibre parfait que s’il est servi sur glace » précise le chef de cave Benoît Gouez.

Aujourd’hui, et ce jusqu’à Septembre prochain, le Moët Ice Impérial se déguste sur les terrasses les plus courues de l’hexagone. « Un été en Terr’Ice » s’ouvre ainsi sur des saveurs originales ; en Blanc ou en Rosé, ce vin spécialement élaboré pour être servi exclusivement avec des glaçons dévoile une nature un brin plus luxueuse. Dans un décor tout blanc – à l’image de la bouteille Moët Ice – la Terr’Ice invite à la détente et à la délectation avec ses fauteuils en forme d’oeuf… Dans cette atmosphère finalement très luxueuse, c’est une dégustation des plus simples qui s’offre au public : un verre à Cabernet et 3 glaçons, rien de plus ! De Paris, en passant par les cités balnéaires de la côte Basque, les Sables d’Olonne ou encore Monaco, c’est au Trianon de Versailles, dans Les Jardins du Marais à Paris, au Baoli Beach de Cannes, à la Terrasse l’O2 de Deauville et à L’Abbaye de la Celle en Provence que les amateurs pourront notamment profiter d’un concept encore inédit.

Le Krug Festival Anime les Puces de Saint-Ouen

krug-festival-2017-visuel-ambiance-1.jpg

Source d’inspiration sans pareille pour les décorateurs, les chineurs et les galeristes du monde entier, le marché Paul Bert-Serpette de Saint Ouen orchestre pour la première fois son marché d’antiquités dans une dimension internationale. Et c’est sans doute parce que la maison Krug partage les mêmes valeurs d’exception, de savoir-faire et de préservation d’un héritage centenaire que le Krug Festival venait accompagner ce rassemblement du 1er et 2 juillet 2017. Ainsi le temps d’un weekend, le Marché Aux Puces de Saint Ouen se dédiait un peu plus à la découverte ou la redécouverte des alliances subtiles entre art et gastronomie, musique et champagnes.

Pour l’occasion, des espaces privatisés ont été entièrement consacrés à la dégustation des Champagnes Krug à travers l’exploration de différentes cuvées, mais surtout celle d’expériences gustatives  et musicales uniques composées par la maison. Audacieuses et inédites, c’est autour de  scènes ouvertes, de pop-up éphémère et de terrasse événementielle, qu’une multitude de formules a été proposée pour ravir ces hôtes d’un jour. Les contributeurs furent ainsi précieusement sélectionnés par la manufacture Krug elle-même pour leur savoir-faire, leur passion et leur curiosité…

Ainsi, Caroline Villain et Matthieu Gazier ont réfléchi à des accords culinaires et musicaux, variés et inspirés au cœur d’un écrin éclectique ! Chaque expérience a été étudiée comme un moment de dégustation riche et unique – et c’est notamment au Chef Alexandre Giesbert que Krug a confié l’expérience de dégustation de trois Champagnes Krug autour de  saveurs inventives venant s’imbriquer avec l’atmosphère musicale et gustative de Caroline Villain et Matthieu Gazier. Mieux, au cœur du marché, c’est un dîner d’exception qui a attendu les convives puisque le Marché Paul Bert-Serpette avait été exceptionnellement accessible de nuit. Un repas imaginé par la Cheffe Chloé Charles autour d’une dégustation mise en musique par un des talents proposés par le collectif Radiooooo.

Tous les ans Krug laisse s’exprimer ses « Ambassades » (les établissements amis de la marque) sur toutes sortes d’association sublimant deux ingrédients : le Champagne Krug et une matière première simple. Cette année, le champignon est élu, après l’oeuf en 2016.
 

Le Spécial Cuvée De Bollinger En Format Jéroboam

bollinger.jpg

L’histoire de la maison de champagne Bollonger ne date pas d’hier puisque c’est en 1829 que la société Renaudin-Bollinger & Cie. fut fondée. Au vu de son ancrage actuel, l’on pourrait croire que la manufacture a toujours été du goût de tous – et pourtant. L’histoire s’amorce avec Athanase de Villermont, cadet d’une famille noble au destin lumineux. Grand soldat, l’homme s’est illustré lors de la guerre d’indépendance des Etats-Unis. A son retour, Athanase hérite de sa famille un vaste domaine dans les environs d’Aÿ. L’esprit visionnaire et ambitieux ne tarde pas à pressentir le formidable potentiel des vins de Champagne. Mais à l’époque, un aristocrate ne peut faire acte de commerce – cela est réservé aux bourgeois ! C’est ainsi que le jour où Villermont fait la connaissance de Paul Renaudin, grand voyageur ayant quitté son Allemagne natale pour se former au commerce des vins de Champagne, l’aristocrate n’hésite pas : le 6 février 1829, la société Renaudin-Bollinger & Cie. Est donc créée – Joseph prend en charge la vente, et Paul de la cave…

Des siècles plus tard, la réputation n’est plus à faire tant le style Bollinger brille de sa densité et sa subtilité. L’assemblage délicat des nectars est l’expression même d’une vendange et d’une majorité de vins de réserve conservés, parfois pendant plus de 15 ans, dans les caves de la Maison. L’attention, l’accomplissement en somme. À l’œil, la robe dorée donne le signe distinctif des cépages noirs de Champagne, tandis qu’au palais, la subtile combinaison de structure, de longueur et de vivacité achève de le ravie comme du velours. Voici qu’aujourd’hui, le Spécial Cuvée de Bollinger est disponible à la vente format Jéroboam, enfin en double magnum. Et pour une fois, les fêtes de fin d’année peuvent constituer l’excuse idéale à l’impatiente des connaisseurs !