L’Hermitage La Baule, L’Emblème Du Luxe A La Barrière

L’iconique palace du groupe Barrière à La Baule distille tout de ce qui fait la réputation du luxe sans tapage des resorts à la Française.

Qu’est ce qui fait qu’un hôtel dépasse sa seule fonction pour devenir un lieu iconique?

Il y a d’abord son charme visible du dehors, et toute la fantasmagorie que conte son architecture… Il y a ensuite la qualité de ses services. Un savoir-recevoir bien à part. Puis il y a les histoires que chuchotent ses murs et…. Celles que l’on raconte de lui. Puis il y a les plaisirs de la vie qu’on y découvre, lorsque celle-ci justement se vit à contre-temps.

L’Hermitage de La Baule, hôtel devenu palace en 2009, est bien tout cela à la fois.

L’Hermitage de La Baule, Audace Et Raffinement En Héritage

L’Audace De François André, L’Héritage Barrière

Si l’on connait François André, le fondateur du groupe Barrière, pour être l’homme par qui La Baule s’est édifiée en haut lieu de villégiature à la Française, on sait un peu moins que l’hôtel Hermitage constitue le seul et unique lieu construit par ses soins.

Car voilà bien l’histoire de l’icône absolue de La Baule — celle d’un hôtel sorti de terre en huit mois seulement. Nous sommes en 1926 lorsque François André décide en effet d’ériger à côté de l’hôtel Royal et son casino, acquis quelques années plus tôt, un hôtel qu’il veut en tout point conforme à sa vision audacieuse.

Au coeur des années 20, François André propulse un peu plus la destinée balnéaire de la Baule en confiant la construction de la bâtisse à un enfant de la région. L’architecte Nantais Ferdinand Ménard. C’est à lui que l’on doit aussi la métamorphose de la villa La Garidelle — en 1929, celle-ci délaissait alors sa dimension individuelle pour devenir le Castel Marie-Louise.

Le Castel Marie-Louise

Ferdinand Ménard capturait ainsi dans des colombages et toits d’ardoise pentus tout le panache du style anglo-normand qui faisait alors fureur. Il marqua donc le paysage de La Baule d’un édifice inspirant mille et une fantaisies. Dans son allure chic et de caractère, on peut encore lire aujourd’hui tout le raffinement panaché des Années Folles !

Témoin original d’une splendeur passée, L’Hermitage a su conserver cette fantaisie et ce luxe discret qui ont fait de lui une icône du genre. Car voilà bien ce qui concourt aussi à hisser un hôtel au rang de mythe moderne — sa capacité à embrasser les époques, sans ne rien perdre de son authenticité.

D’ailleurs, lorsqu’en 2016 le groupe Barrière confiait à l’architecte et décoratrice d’intérieur, Chantal Peyrat, le soin de rénover l’emblème du savoir-recevoir de La Baule, celle-ci avait pour mot d’ordre: « L’Art de vivre en héritage. »

Soit. Chantal Peyrat a ainsi fait entrer L’Hermitage en accord avec son temps et son environnent — entre mer, Art Déco et l’espièglerie que l’on sait propre aux premiers temps des villégiatures Bauloises.

Le mobilier années 20 a laissé place à des pièces cosy et graphiques, élégantes et épurées. Entrant en complémentarité avec le faste des lustres à pampilles et des dorures, eux restés inchangés, l’atmosphère délasse l’oeil des habituelles conquêtes esthétiques de la modernité.

Plus loin, c’est le volume et les lignes à l’esprit navire qui viennent dessiner la silhouette des larges couloirs — façon coursive. Le bleu marine rappelle la splendeur naturelle de la baie de La Baule qui capta l’attention de François André, un jour de 1912. Les teintes de beige qui habillent, ça et là le lieu, font écho à la finesse de ce sable…

L’Hermitage La Baule a bel et bien une âme. Conviviale, chic et décontracté.

De l’espace donné à l’esprit et à l’imagination grâce à ses volumes imposants; de la lumière qui entre de chaque baie vitrée et grande fenêtre… des vues simplement époustouflantes…

Qu’écrivait-on à son propos, justement en 1928 suite à la fin de la 2ème tranche de travaux? On lisait ainsi dans le journal La Mouette, son rédacteur-en-chef, Maurice Tournadour s’extasier sur l’icône des resorts à la Française:

« L’Hermitage est de style normand, à pans de bois, mais modernisé. L’architecte Ferdinand Ménard l’a traité avec des coloris chatoyants, chauds de tons, avec des pignonnés et un jeu de toiture qui lui donnent une remarquable élégance. […] Hall superbe, décoration toute en marbre de deux couleurs. Le sol du hall est lui-même en marbre. Plafond magnifique, avec des lustres d’une élégance vraiment affirmée et tout à fait moderne. Ce qui complète la beauté de cet immense rez-de-chaussée c’est toute la série de grandes baies cintrées dont l’ensemble est vraiment harmonieux. »

N’est-ce pas le même enchantement qui nous envahit lorsqu’on en franchit la grande porte qui mène au lobby? Un équilibre qui berce vers la sérénité; une sobriété luxueuse qui ajoute un peu plus au raffinement du lieu !

Avec ses chambres et suites donnant sur la mer, la réputation de l’Hermitage est aussi le fruit d’un savoir-recevoir et distraire, simplement hors pair. Un raffinement poussé dans une puissante simplicité.

L’Hermitage de La Baule, Expérimenter Un Nouvel Art De Vivre

Posé sur la place, l’Hermitage a été pensé dans une vision bien précise — celle d’un art de vivre centré sur les plaisirs, les loisirs et le bien-être.

Ainsi lorsque François André établissait son concept de resort à la Française, il ne se contenta ni d’acquérir puis d’agrandir l’hôtel Le Royal, ni d’édifier L’Hermitage. Il distille dans des installations annexes sa vision des plaisirs balnéaires. Des expériences vivifiantes, chic et accommodantes.

Il organise alors des régates, fascine ses convives avec des meetings aériens. Il pense à aménager un golf, et des courts de tennis lovés dans la verdure.

Il fait alors venir à La Baule des pur-sang pour les premières courses hippiques. Un siècle plus tard, son Jumping international s’est d’ailleurs hissé parmi les trois plus grandes manifestations hippiques au monde.

Sur la plage, Bugatti, Ferrari et Mercedes concouraient au Grand Prix automobile de La Baule  — jusqu’en 1952.

Dîners de gala, soirées, récitals… Dans les années 30, La Baule, devenue la perle de la Côte d’Amour, attire à elles les grands noms du music-hall, et les grands noms tout court. Maurice Chevalier, Mistinguette. Edith Piaf. Winston Churchill, l’Agha Khan, Sacha Guitry, ou encore Aristote Onassis. Tous viennent y goûter ce nouvel art de vivre.

L’Hermitage, Le Bien-Être En Héritage

Car à L’Hermitage, la vie joue ses plaisirs à contre-temps. Sa piscine de mer chauffée à 28 °C offre le régal en toute saison. Mieux, c’est nichée dans une nature luxuriante qu’elle impose toute la délectation de l’instant.

Entre luxe et intimité, beauté et relaxation, c’est aussi l’intérêt des nouveaux espaces LPG, sauna, hammam, fitness, salle de repos. Et du Spa Diane Barrière.

Une vision innovante de la beauté qui s’approche de deux manières bien complémentaires — la beauté sereine et apaisée avec la Ligne Saint-Barth; et celle un brin plus clinique, puisqu’elle repose sur l’expertise Biologique Recherche.

Et c’est une nouvelle fois l’atmosphère du lieu qui berce vers la sérénité. Une atmosphère intime qui puise dans des teintes opalines – blanc, or, gris anthracite – raffinement et élégance détachée.

Une harmonie pour les sens que l’on retrouve aussi dans l’expérience culinaire que propose l’iconique Eden Beach.

Eden Beach, Paradis Gastronomique

Face à la baie, l’Eden Beach offre un régal de tous les sens.

On se délecte d’abord d’une vue qui laisse contemplatif — une vue imprenable sur la magnificence turquoise de la baie de La Baule; au loin, l’île des Evens.

On savoure ensuite une cuisine locale, sublimée par l’esprit Hermitage. Une touche de magie, beaucoup de couleurs, et une variété de saveurs pour renverser les papilles.

Les huîtres ont évidement la part belle, mais pas n’importe lesquelles. On pioche dans ce que le littoral Atlantique a de plus précieux. Forcément exquises, les huîtres sont de l’Ile aux Moines, Tsarskaya, Saint-Vaast ou Prat-Ar-Coum.

On déguste sans façon les grands plateaux de fruits de mer ou les poissons. Acquis à la première criée du Croisic, ces délices de la mer se dégustent allègrement, travaillés crus, en croûte de sel, ou en paella.  Sublimés et divinement délicieux !

L’Eden Beach est le point d’orgue d’un lieu concocté pour le bonheur.

A l’Hermitage La Baule, les souvenirs sont finalement à créer ou à recréer. Car les voûtes de l’Hermitage chuchotent bien des poésies… Le charme de l’histoire qui se répète de génération en génération. Tant des familles furent marquées par leur séjour passé dans ce lieu tout bonnement fabuleux.