Les Vapeurs A Trouville, Une Institution

Certaines brasseries jouissent d’une réputation sans faille — les Vapeurs à Trouville sont de celles-ci. C’est que l’institution possède une aura qui charme les locaux et les grandes icônes du cinéma Américain. Depuis longtemps déjà. 

Les Voiles ou Les Vapeurs A Trouville: Deux Noms Pour Une Même Icône 

L’Histoire D’une Institution 

C’est en 1927 que fut implantée, face à la Touques, dans un immeuble typique, une brasserie peu commune aujourd’hui. Les Voiles ou Les Vapeurs — qu’importe le nom qu’on lui préfère aujourd’hui, cette brasserie hors du temps a su amener dans notre présent une tradition culinaire, et une ambiance tout simplement exaltante ! 

Et cette aura se lit dès que l’on pénètre dans la salle de cette brasserie Art Déco follement charmante. C’est simple, tout n’est que bon goût et espièglerie bien élégante. Des banquettes coupées dans un moleskine rouge-bordeaux. Aux murs, les affiches de Raymond Savignac signent tout l’esprit bon enfant de cette brasserie qui vise le bien vivre. 

L’affichiste Parisien qui trouva à Trouville une ville en parfaite écho avec son esprit allègre et frétillant — rieuses, ses affiches trônent désormais sur les murs de cette brasserie ô combien iconique. C’est d’ailleurs Savignac qui a signé la radieuse affiche de la brasserie Les Vapeurs. 

Et son nom même raconte un pan de l’histoire de Trouville. Car en 1927, le pont de Tancarville n’existant pas encore, ce sont les bateaux à vapeurs qui effectuaient la liaison avec le Havre… Débarquant, juste en face de ce bistrot, les mondains et autres élégantes en villégiature. 

Dès les années 30, tous les acteurs, les comédiens… Toutes les âmes d’esthètes qui ont fait l’âge d’or du cinéma et de l’art, aussi bien Français qu’international, y trouvent déjà leur compte.

Les Vapeurs ont ainsi conservé tout le cachet de leur époque — restée dans son jus, la brasserie compte ainsi pour être une bulle hors du temps où l’on savoure et l’on se remémore la grande tradition Française.
Peu étonnant alors de savoir que les stars Américaines en goguette à Trouville-Deauville le temps du Festival du Cinéma Américain trouvent toujours le temps d’y passer… Le propriétaire des lieux, Jérôme Meslin, mais surtout le maître d’hôtel, Hervé Tranquille, y veillent depuis 37 ans.

La Brasserie Iconique de Trouville

Plantée face au marché aux poissons, la brasserie Les Vapeurs a fait son succès sur des produits frais et locaux — que l’on déguste dans un décor fantasmagorique. On vient ici pour l’atmosphère du lieu; et pour les spécialités cuisinées sans chichi, mais avec beaucoup de lyrisme. 

Fricassée de bulots de Granville. Crevettes chaudes. Moules ou plateaux de fruits de mer gargantuesques et solaires. Petite friture trouvillaise. Huîtres creuses de la baie de Saint-Vaast-la-Hougue… Qu’on arrose volontiers du Calvados typique de la région — avant de ponctuer ces délices gastronomiques d’une tarte normande ou d’un sorbet, là encore au Calvados.

Au murs les dédicaces ne mentent pas. « C’est toujours aussi fou, merci » signait Johnny Hallyday. Car oui, Les Vapeurs, c’est cette brasserie iconique de Trouville. Une brasserie de charme et de traditions culinaires qui vise, avant tout, le plaisir et la convivialité. La douceur et la légèreté en plus. Qui en fut conquis? 

Il y eut Françoise Sagan et Michel Serrault. Il y a à présent Gérard Depardieu, De Niro, Tom Hanks, et Steven Spielberg. Eux qui, entre deux projections au Festival du Cinéma Américain de Deauville, s’y font joyeusement emmener pour goûter cette cuisine simple, fraîche et finalement succulente. C’est là le coeur de l’art de vivre Normand !