La J12∙20, Condensé Des Codes Iconiques De Chanel

On connaissait déjà la révolution J12, voici Chanel qui édite sans doute sa montre la plus emblématique des codes de la maison.

L’année 2020 marque l’anniversaire des 20 ans de la montre J12. Une montre qui, en 2000, révolutionna l’allure des montres féminines.

La Révolution J12, Le Masculin Féminin

On connait le génie de la maison Chanel à transfigurer les éléments du vestiaires masculins en ode à la féminité. C’était déjà le cas du temps de la mythique Coco Chanel.

De la veste en tweed, au jersey en passant par les chaînes… Coco Chanel a aisément pioché dans le vestiaire de ses amours la grammaire de sa mode. Une mode franchement éternelle qui, en 2000, gagne une nouvelle fois à être interprétée dans le monde de l’horlogerie.

On parle bien d’une nouvelle fois, car en 1987 déjà, la maison Chanel imaginait la Première. Montre iconique, elle aussi…

Ainsi en 2000, la maison Chanel introduit la J12. Une montre sacrément innovante. Parce qu’elle se présente comme une montre féminine mais qu’elle joue des codes massifs des garde-temps masculins, la J12 est un pur produit du vocabulaire Chanel.

Taillée dans la céramique, noire d’abord puis blanche en 2003, la J12 ne tarde à attirer l’attention. Sacrée première icône horlogère du 21ème siècle, la J12 est d’une beauté hypnotisante.

Une allure éternelle qui donne au poignet féminin une audace aussi éternelle qu’un diamant !

Et voici qu’en 2020, le garde-temps J12 fête ses 20 ans autour d’éditions d’un raffinement extrême. Les codes Chanel en prime !

La J12∙20, Un Condensé Des Codes Chanel

Avoir 20 ans rime souvent avec réinvention. A cela, la J12 s’est prise d’une envie de jouer… Du répertoire hautement iconique de la maison Chanel !

Un condensé des codes Chanel, voilà bien ce qu’ont travaillés les ateliers Haute Horlogerie de la maison de la rue Cambon.

Le sac 2.55, le camélia, la bouteille du N°5, la veste en tweed… Si ces pièces phares sont désormais connues et désirées de tous, une fois piquées dans la géométrie de la J12, elles se réinventent plus chic encore !

Avec ces motifs légendaires polis rhodiés sur la lunette et le cadran… La J12∙20 est ainsi la montre la plus Chanel qui soit. Une montre plus merveilleuse encore, dans sa version ponctuée de 12 diamants ! Une irrévérence qui figure l’essence même du chic Chanel.  Une exception limitée à 2020 exemplaires.

Déclinée dans une version Haute Horlogerie en émail, numérotée et limitée à 5 pièces. Une référence au numéro fétiche de Mademoiselle.

Et justement, le Studio de Création Horlogerie a édité cette année aussi une montre-bijou à l’aune de la figure éternelle de Mademoiselle. Une ligne Mademoiselle Privé Bouton comme une véritable figuration de l’adoration de Gabrielle Chanel pour les boutons et les galons. On retrouve ici le lion, le camélia, la croix byzantine — les véritables grigris de Chanel.

Et la manchette Mademoiselle Privée Bouton de Chanel s’inscrit déjà dans l’histoire des Art Décoratifs. Doublée d’un calibre hautement performant, un mouvement quartz de haute précision.

La J12, L’Icône Chanel A 20 Ans

Imaginée au tournant de l’an 2000, la montre J12 de la maison Chanel a devancé son époque sur nombre de questions. Une montre radicalement chic, à la singularité aujourd’hui incarnée dans une campagne anniversaire.

L’Histoire de La J12 de Chanel

Editée en 2000, la montre J12 est très vite devenue l’une des montres emblématiques de la maison de le rue Cambon. Avec un chic indéniable!

C’est que l’esprit de la J12 distille tout de celui de Coco Chanel. Il y a sa couleur, d’abord. La maison Chanel a habillé la J12 d’une céramique glacée, tantôt noire, tantôt blanche. Il y a le masculin-féminin, ensuite.

Montre J12 Chanel, Blanc

On connait l’attrait de Coco pour le vestiaire masculin, et sa révolution en jersey en passant par le tweed et mythique petite veste Chanel. La J12 introduit ainsi la même élégance organique, sur un écran un brin imposant, et un bracelet en maillons… Racée, puissante mais extrêmement subtile.

Et c’est au regretté Jacques Helleu que l’on doit ce design. Lui qui déjà avait fait entrer la griffe aux deux C dans le monde de l’horlogerie en 1987, avec la montre Première.

Montre J12 Chanel, Noir

Première montre icône du XXIe siècle signée Chanel donc, voici que la J12 célèbre son vingtième anniversaire !

La Campagne Anniversaire de La J12

C’est autour d’une série de vidéos, glacée dans le noir et blanc favori de Coco, que Chanel retrace avec grâce et poésie ce que représente le temps, de 20 ans.

Naomi Campbell pour la montre J12 Chanel, 20 ans

« 20 ans ce n’est pas assez pour… »

Claudia Schiffer, Liu Wen, Naomi Campbell ou encore Vanessa Paradis… Autant d’égéries chères à la maison Chanel qui, chacune, donne à voir un peu de la vision de la J12.

Ali Macgraw pour la montre J12 Chanel, 20 ans

Pour Ali Macgraw, icône absolue du Hollywood des années 60 et 70, « 20 ans ce n’est pas assez pour… »

« 20 ans, ça ne suffit pas pour faire toutes les choses que j’ai envie de faire » dit-elle face caméra, distillant là tout le chic d’une muse Chanel.

Finalement, la J12 est une affaire de seconde, de temps, de poésie et de chic radical. Le tout, distillé dans une montre qui, elle, en 20 ans, a su devenir une icône de l’horlogerie.

Le Tailleur Tweedé Chanel Couture 2016

chanel2.jpg

La haute couture ne capture pas l’air du temps, elle en dessine les pourtours fantasmés. Et c’est sur cette idée que Karl Lagerfeld a choisi de célébrer la nature à travers un art incarnant l’apogée du pur artifice : pour réinterpréter un classique vieux d’un siècle, le directeur artistique de la maison aux deux C a pris le partie de l’approche écologique. « C’est amusant de le faire après avoir été high-tech » ajoute-t-il en coulisse. Il est vrai que la collection de l’automne passée intégrait l’impression 3D au cœur de l’artisanat français.

Alors la Couture 2016 réinvente le tailleur Chanel dans une veine plus spirituelle. Au Japon, il emprunte aussi l’importance de la silhouette. Et c’est ainsi que la veste du tailleur se gonfle au contact d’une jupe longue coupe I. Courte, avec les manches volumineuses, la veste du tailleur Chanel se teinte de couleurs naturelles – blanc, écru, grège, lin, et l’éternel beige, bien entendu. L’embellissement se fait inventive quand, à l’heure où les abeilles sont en voie de disparition, Karl Lagerfeld les pique, cristallisées, en broche pour orner d’un soupçon de conscience un art sublime car irraisonné.

Le Tweed Chanel

62-.jpg

On l’a compris : chaque détail de la maison Chanel a été inspiré par les éléments marquants de la vie de Coco, et le tweed n’y a pas échappé. Ce tissu d’outre-manche, elle le doit à l’un des hommes qui a partagé sa vie : le Duc de Westminster. L’homme le plus riche d’Angleterre, doté d’une élégance britannique qui sut la séduire six ans durant. Leur relation permit à Gabrielle de découvrir la campagne anglaise et ses particularités, dont le tweed. Habituellement utilisé par les hommes en hiver, apprécié pour sa résistance, il faisait partie intégrante du vestiaire de son amant de l’époque. Célèbre pour avoir pris aux hommes tout ce qu’elle pouvait de leurs vêtements pour le confier aux femmes, Gabrielle Chanel a une nouvelle fois frappé. Elle remanie ainsi la garde-robe du Duc et de ses compatriotes pour la féminiser au possible ; imposant du même coup ce tissu si british comme l’un des codes d’une des griffes les plus parisiennes qui soit.

Le tweed, Chanel l’a présenté à sa façon, en 1954, des années après la fin de sa relation avec le Duc de Westminster. 1954 sonne en fait la réouverture de la maison de la rue Cambon, et pour l’occasion, elle fait fort : le tweed prend la forme de la petite veste à boutons dorés qui fait encore la réputation de la marque aujourd’hui. Mais, le tweed de Chanel n’est pas le tweed anglais : il est plus souple, moins lavé, plus féminin en somme, et sûrement plus libre. Après tout, la liberté de mouvement de la femme a toujours été l’effet recherché par la couturière, et elle y tenait !

Les Américaines ont été les pionnières, les premières à adopter le tweed à la Chanel. Les Françaises les ont suivies, et le reste du monde aussi. L’engouement pour le tweed n’a pas cessé depuis, qu’on le porte en veste, en jupe ou en tailleur complet. La maison Chanel ne l’a jamais abandonné et continue de le réinventer chaque saison. Si le plus emblématique reste le tweed noir et blanc, il se pare aujourd’hui de rose, de brun, de bleu, se métamorphosant au contact de couleurs phares, au fil collections et des saisons, sans jamais se dénaturer, surtout quand il s’essaie à la maroquinerie. Karl Lagerfeld a réussi à donner à ce tissu connoté vieux bourgeois, le côté séducteur, trendy et parfaitement contemporain, sans rien perdre de son essence toute d’élégance, et ce par exemple dans le récent défilé Haute Couture de la maison.

Le tweed Chanel est de ceux qu’on hérite, de ceux que l’on garde, précieusement, jalousement, bref, il est celui que l’on transmet, puisqu’il est une valeur sûre. L’une des créations les plus emblématiques de la maison Chanel. Le tweed Chanel n’a rien perdu de son caractère et continue de s’afficher sur le dos de it-girls  comme Gigi Hadid , Kendall Jenner et autres célébrités.

Le tweed Chanel en quelques dates

1924 : Coco Chanel emprunte des vêtements de sport à son amant, le Duc de Westminster, et charge une usine écossaise de fabriquer ses emblématiques tissus en tweed. C’est le début des premières robes Chanel en tweed.

Les années 1930 : Coco Chanel commence à mélanger ses classiques tissus en tweed avec de la laine, de la soie, du coton et même de la cellophane. Marlene Dietrich est l’une de ses clientes.

1934 : La mode du tweed se répand comme du feu, quand un magazine affiche l’image de l’actrice Ina Claire avec une robe Chanel en tweed brun.

1954 : Dans l’hôtel autrichien Baron Pantz, Coco remarque une veste tyrolienne avec quatre poches et des ornements tressés, portée par un membre du personnel. C’est une robe masculine qu’elle transformera en une robe féminine avec le tweed : c’est la naissance de la légendaire veste Chanel en tweed.

1955 : Une version tressée de la veste Chanel en tweed présentée pendant la saison précédente figure dans la nouvelle collection.

1962 Brigitte Bardot est une des premières utilisatrices de la nouvelle variante de la veste Chanel en tweed.

1963 : Jackie Kennedy, icône de la mode, est une des plus grandes admiratrices de la veste Chanel en tweed.

1983 – Aujourd’hui Karl Lagerfeld réadaptera et réinventera les vestes et robes en tweed en les mélangeant avec les nouvelles tendances.

1997 :  Lady Diana tombe amoureuse de la veste en tweed présentée dans la collection Automne/Hiver. La princesse deviendra une ambassadrice parfaite pour cette robe.

Les années 2000 : Puisque l’univers de Chanel s’étend, le tweed pénètre aussi d’autres catégories de produits comme les chaussures, la lunetterie, les accessoires, les sacs, l’horlogerie et la cosmétique.

2007 : Keira Knightley est le nouveau visage de Mademoiselle Chanel. Vestes et robes en tweed, pour elle, deviennent obligatoires.  

2012 : la collection des Métiers d’Arts Paris-Edimbourg est un hommage à l’Ecosse, que Chanel avait découvert grâce au Duc de Westminster et dont elle s’inspira pour ses créations en tweed.

2013 : Karl Lagerfeld photographie une campagne Automne/Hiver 2013/14 en apesanteur pour laquelle trois mannequins furent appelées à se glisser dans des pièces emblématiques en tweed.

2014 : L’évocation de l’identité Chanel est constante, ainsi le tweed pour la collection Haute Couture Printemps/Eté 2014  évoque les  perles de Mademoiselle Chanel avec les reflets nacrés de l’organza.

2015 : L’emblématique collection 2015 Printemps/été est une des meilleures célébrations du tweed Chanel.

2016 : Le tweed de Chanel entre aussi dans le domaine de la Haute Horlogerie: les versions masculines et féminines de la montre Boy-friend sont nées.

Mars 2016 : le tweed mêle héritage et modernité dans la collection Automne/Hiver 2017, en mixant total look rose, carreaux, pied-de-poule, chiné et ponctuations de lurex.

Avril 2016 : pour la collection couture 2016, c’est au Japon que Karl Lagerfeld emprunte sa spiritualité et sa célébration de la nature pour réinterpréter le tweed.

Décembre 2016 : pour les 15 ans des défilés des Métiers d’Art, le tailleur jupe en tweed est parée de galons de perles, de fleurs et feuilles de tweed et de broderies florales.

Juillet 2017 : pour la collection Automne/Hiver 2017/18, les mannequins défilent dans des complets pensés en tweed, jusque sur le chapeau de Mademoiselle.

 

La Petite Veste Noire de Chanel

clemence-poesy-boheme-dans-sa-veste-noire.jpg

L’unique but de Coco était d’habiller la femme le mieux possible : dessiner le buste, allonger la taille, dégager les bras. Sous le tissu, les coutures de la petite veste noire témoignent de cette histoire. 

A Salzbourg, la dame aux camélias croise, dans un hôtel, un liftier dont l’uniforme appelle à elle l’image d’une veste à quatre poches. On raconte que son amant de l’époque, le duc de Westminster, lui lègue ce goût proprement british pour le tweed. Sans surprise, la couturière opte pour cette chair : une laine moins lavée afin d’y garder souplesse et moelleux. La peau est invitée  à côtoyer la veste à travers la soie, le taffetas et le jersey. Le perfectionnisme qui meut l’avant-gardisme de la demoiselle la conduit à ouvrir le monde de la Mode à une petite veste aux lignes nettes.

Coupée droite, la jaquette est articulée de manière à donner une aisance aux mouvements : Chanel veut des femmes gracieuses, de celles dont les pas glissent. Le devant du vêtement est monté en fil droit, sans pince poitrine, faisant de ce tissu un tout. Le dos en est séparé par une simple colonne de coutures. Le secret de ce tombé parfait : une chaînette dorée ourle la doublure. Devenue depuis signature de la maison, seule à employer cette technique servant l’impeccable verticalité. 

Pour Gabrielle Chanel, tout devait avoir une fonction et, elle se devait d’être pratique. Son esprit se distille dans chacune des parties de son chef d’oeuvre. Les quatre poches devaient être en mesure d’abriter un mouchoir, un bout de papier ou, un briquet. Quant aux manches montées au sommet de l’épaule, l’aspect étriqué n’est illusoire : grâce à une pièce de tissu placée juste sous l’aisselle, le mouvement du bras se libère du carcan du vêtement.

Des galons enserrés de cordons y sont apposés : libre et inventive, ils sont la matérialisation de l’imaginaire Chanel. Chacun d’eux était singulier, car « par principe, j’invente toujours, je ne fais rien qui existe déjà. Je me consacre à l’unique » disait Gabrielle Chanel. D’or, de soie, ou d’argent, ils sont néanmoins toujours en complexion avec les boutons. Traitées comme de précieux bijoux, les attaches ont pris vie sous différents traits, dont les plus aimés par la créatrice étaient ceux à tête de lion. 

La petite veste continue d’enchanter. Déjà un an que l’exposition qui lui était consacré posait ses valises au Grand Palais à Paris. Karl Lagerfeld a su maintenir encore cette année dans sa collection Printemps-Eté 2014, cet héritage tout en y posant sa patte : les motifs de boutons s’agrandissent avec le double C, le trèfle à quatre feuilles ou le Camélia ; se colorant de différentes teintes selon les saisons. Finalement, c’est une sorte d’éternelle jeunesse que véhicule cette pièce qui, par ailleurs, est la plus copiée au monde.