Eva Minge Haute Couture Hiver 2018-2019

defile-eva-minge-automne-hiver-2018-2019-paris-look-44.jpg

Des danseuses de ballet accompagnaient de leur mouvement éminemment gracieux des mannequins glissés dans des toilettes hautement couture — la maison Polonaise Eva Minge présentait à Paris une vision littérale de l’exercice. Dans l’atmosphère majestueuse de l’un des salons du Shangri-La Hôtel, les silhouettes évoquaient d’incroyables sculptures toutes faites de tulle, de broderie et de dramaturgie! Une collection ensorcelante éveillée par la musique de Czajkowski. 

Parsemées de teintes pastel, les robes spectaculaires et essentiellement théâtrales faisaient aussi la part belle aux fleurs et plumes d’oiseaux — mais ici, des corsets venaient enserrés la taille de façon à faire entrer le baroque du propos dans une forme de modernité. Des pièces monumentales qui content la réunion de deux mondes; l’un romantique, l’autre électrique. Deux mondes à l’image de la maison d’Eva Minge.  

L’Abeille du Shangri-La vous Attend pour la Saint Valentin

poires_fondantes_parfumees_aux_fleurs_de_cerisier_-_dessert_saint_valentin_-_restaurant_labeille_-_shangri-la_hotel_paris_-_icon_icon-_sebastien_girard-1.jpg

Ancien hôtel particulier du Prince Roland Bonaparte, c’est aujourd’hui le Shangri-La Hotel qui se dresse dans le très chic 16ème arrondissement de Paris. Comme l’alliance absolue entre l’art de recevoir asiatique et de l’art de vivre à la française, le palace se niche dans ce joyau architectural français datant du XIXème siècle. Inscrit aux Monuments Historiques depuis 2009, le Shangri-La Hotel peut aussi se féliciter de sa luxueuse table gastronomique. L’Abeille, baptisé en hommage à l’emblème préféré de Napoléon, est en effet un restaurant doublement étoilé au Michelin…

            Fort d’une cuisine alliant avec une extrême sophistication les saveurs du monde, voici que la Saint Valentin 2018 est l’occasion pour le restaurant de concocter un menu très spécial. Le chef Christophe Moret et le pâtissier Michaël Bartocetti ont imaginé un rendez-vous romantique et gastronomique autour des fruits de mer – et pour le dessert des « Poires fondantes parfumées aux fleurs de cerisier, sorbet griotte / thé sakura ». Et la surprise vient justement avec le dessert.

            Sur chacune des tables, les hôtes de l’Abeille déposeront préalablement un diamant. Mais une seule disposera d’un véritable bijou, et sera donc déclarée gagnante. Ce diamant sera ensuite échangé contre un somptueux bracelet « Cerise » de la Maison Bucherer. Taillé en forme de fruit car inspiré des gracieuses fleurs de cerisier annonçant l’arrivée du printemps, le bijou met ainsi en avant la finesse et la dextérité incomparable des artisans de la Maison Bucherer. Pièce délicate et féminine, voici une merveilleuse façon de ponctuer l’un des dîners les plus romantiques de l’année. Un plaisir des sens et un voyage d’une grande délicatesse.

Le Délice Des Nouveautés De l’Afternoon Tea Au Shangri-La Hotel Paris

vegan2.jpg

Depuis septembre 2015, l’Afternoon Tea au Shangri-La Hotel est à l’image de la créativité du Chef Christophe Moret et de son Chef Pâtissier Michaël Bartocetti – image d’une cuisine rythmée, influencée par le calendrier des saisons et de la nature. A l’époque, le duo relève déjà le défi d’une composition pâtissière gourmande et créative, mais sans une once de protéines ou de graisses animales. Et voici qu’aujourd’hui, le Chef Pâtissier met son expertise au profit de créations voulant argüer au profit du « tout végétal ».

En parfaite adéquation avec les valeurs éthiques de la maison, Le Chef Pâtissier est en réalité parvenu à un véritable équilibre – un coup de maître qui résulte de mets aux saveurs naturelles piquées d’innovations ! Ainsi, c’est au profit de ses pâtisseries que Michaël Bartocetti a revisité l’originalité des traditions… Figolu ou sablé, scones et shortbreads, les pâtisseries ne manquent pas d’audace et, à l’heure du thé, promettent de régaler les gourmands à la recherche d’authenticité. Croustillant Mûre Chocolat, un biscuit chocolat et cacao cru réalisé sans farine animé d’une mousse au chocolat ; le Sablé Noisette du Piémont et Yuzu, où une mousse aérienne aux noisettes du Piémont recouvre un cœur de praliné noisette et confit de yuzu ; ou encore la Sphère Ananas Coriandre… Toutes ces créations sont de véritables odes à la légèreté, prônant le vegan comme autant de façons de manger sain, tout en se délectant de découvertes gustatives ! A découvrir de 15h30 à 17h30, tous les jours. 

 

Le Bar Des Botanistes Du Shangri La

lebar2.jpg

L’histoire du Shangri La hôtel s’amorce en 1896. Cette année-là, Roland Bonaparte, neveu de Napoléon, écrivain et botaniste de renom, fit construire un hôtel particulier au 10 Avenue d’Iéna, à Paris. Bâti à l’époque pour abriter son herbier – le plus grand herbier privé du monde alors composé de plus de 2 500 000 spécimens – c’est là, aujourd’hui, que se plante le Shangri-La hôtel.

Roland Bonaparte aimait tant la flore que le Barman de l’hôtel, Arnaud Thirel, eut l’idée de rendre hommage à l’insatiable curiosité du ‘Prince Bonaparte’. L’idée : muer l’espace en bar botaniste – à la carte ? 15 cocktails signature qui explorent l’audace et le délice des bienfaits de la nature. Inspirés par les découvertes, animés par l’esprit et la surprise de la collection de Bonaparte, les cocktails imaginés par Arnaud Thirel se font aussi délicieux qu’audacieux. Des Alpes au Mexique, la collection revisite les classiques et les fait sortir des sentiers battus.

Extravagantes, sophistiquées, imprévisibles et inoubliables, les expériences proposées au Bar des botanistes transformeront à jamais votre approche de l’alcool. Rhum zacapa, vermouth antica, formula sirop de grué de cacao, et poivre de sichuan, voici la recette d’un cocktail qui mêle au rhum le chocolat : tout simplement irresistible. Frais, pur et si puissant qu’il vous fera remonter aux sources du plaisir. Et, puisque qu’une vie sans folie ne vaut le coup d’être vécue, c’est sur des chemins de traverses qu’Arnaud Thirel amène son équipe. Frisson et intrigue, l’heure est au Carpe Diem au Bar du Shangri-La Hôtel !

 

Le Canard Dans Tous Ses Etats Au Shangri-La Paris

shangrila.jpg

La Cour impériale arrive dans votre assiette… Invité exclusif du Shangri-La, le Chef Yuan est le maître incontesté du canard laqué, depuis plus de trente ans. Ancien Chef au sein du Kerry Hotel, puis dans deux restaurants à Pékin, l’illustre cuisinier fait perdurer la tradition, de l’Empire du Milieu à l’Occident.

Depuis près d’un siècle, la recette ne cesse de satisfaire les générations : parfumé au bois de jujube, cuit pendant 70 minutes, et tendrement découpé, le canard se déguste chaud et croustillant. Symbole de l’héritage sino-français profondément présent au sein du Shangri-La, il sera accompagné de crêpes chinoises et petits pains, pour un véritable voyage au cœur de l’Asie. Omniprésent au sein de l’ancienne demeure du Prince Bonaparte, cet héritage ne cesse de briller, sous diverses formes. Pour profiter de ce fabuleux repas, ne perdez plus une minute : Réservation obligatoire en précisant « Chef Yuan » – 160€. Attention,  nombre de canards limité à 15 par jour.

 

Le Palace Parisien Shangri-La Dévoile Ses Soirées Éphémères

shangrila.jpg

Au dernier étage du Palace, sur une terrasse de 100m², les amoureux de la capitale pourront admirer Paris dans une ambiance chic et cosy. Dégustation de champagne, assortiment de petits fours, et vue époustouflante sur la Tour Effeil et Montmartre : le rendez-vous proposé par le Shangri-La satisfera les plus exigeants… Pour l’occasion, le Chef Barman présentera le cocktail phare « 701 » infusé au galanga et agave bio.

Chaque soirée sera annoncée de manière exclusive, 24h à l’avance, par emailing. Inscrivez-vous jusqu’au mois de septembre à slpr@shangri-la.com, ou au 01.53.67.19.98. Attention, nombre de places limité aux 35 premiers inscrits. N’attendez plus pour respirer Paris disait Victor Hugo, « cela conserve l’âme »…

L’Oeuf en Chocolat de Tian-Long, signé du Chef Michaël Bartocetti 

chocolat.jpg

 Il est des artistes qui n’en oublient tout l’intérêt de leur art et, dans une visée purement altruiste, mettent au monde des trésors à la croisée des cultures… C’est ainsi que Michaël Bartocetti a puisé son inspiration à la croisée de l’Orient et de l’Occident, pour insuffler à son œuf de Pâques des notes de Chine et du soleil-levant. Baptisée Fils du dragon Tian-Long de Chine, ou Dragon du Ciel, le gardien des demeures divines devient aujourd’hui l’ancre d’un œuf de Pâques réalisé comme le parfait symbole de l’héritage sino-français omniprésent dans les murs de l’ancienne demeure du Prince Bonaparte.

Le Dragon du ciel est l’allégorie même de l’élévation vers un état supérieur – figure de sagesse, de force et de bonheur. Et l’œuf de Tian-Long se présente de la même façon : un onctueux mélange de la puissance du chocolat allié à la finesse du gianduja. Ce chocolat noir Caraïbe 66%, aux notes de fruits secs grillés, rondes et épicées, imprègne une longueur en bouche exceptionnelle, et légèrement boisée ! Dans l’enceinte d’une demeure d’un temps perdu, la dégustation harmonieuse débute par la fine couche de gianduja noisette – une touche de douceur sucrée pour un croquant délicatement cacaoté. Composé de plus de 200 écailles posées individuellement, puis recouvert d’un voile d’or, l’œuf émerveille de par la délicieuse complexité de sa composition. Fruit de l’esprit vif du Chef Pâtissier, le Dragon du ciel est une véritable invitation à l’envol de l’imaginaire.