Patrick Roger, Chocolatier et Artiste Audacieux

Peu d’artistes font du chocolat leur matière de prédilection — Patrick Roger en a fait la base de son expérimentation, autant culinaire que visuelle.

Plus Qu’un Chocolat De Noël, Celui De Patrick Roger

Patrick Roger entre sur la scène internationale en 1994, lorsqu’il remporte la Coupe du monde de chocolat. Six ans plus tard, il obtient la récompense de Meilleur Ouvrier de France — chocolatier et sculpteur, Patrick Roger a fait du chocolat bien plus qu’un élément de gourmandise. Le chocolat, pour lui, « c’est un passeport pour le monde. Ça a été une révélation d’un coup. Tout était possible alors qu’au départ je n’aurais jamais imaginé que ma vie se passe comme ça. Je suis allé dans soixante pays, je suis souvent en voyage ; là je pars pour Madagascar, pour aller voir une des plantations avec lesquelles on travaille. Les matières viennent à nous aussi, c’est un échange très riche. »

Patrick Roger Sculpte Des Gourmandises De Noël

Libre et audacieuse, sa création détonne autant qu’elle régale. Des mélanges aussi fous que réussis alliant le yuze à la verveine; la ganache citronnelle sublimée de menthe poivrée en passant par le mélange caramel au citron vert… Rien n’est impossible pour Patrick Roger. Ses sculptures en attestent — gourmandes et follement poétiques, ses créations ont dernièrement fait la une de la presse pour les 30 ans de la chute du mur de Berlin. Son oeuvre géante, composée en chocolat, reproduisait ainsi le mur avec une exactitude époustouflante. Une fois brisée, les copeaux de chocolat se dégustaient avec un plaisir tout sauf feint.

Et en cette fin d’année, il a mis son talent au service des douceurs iconiques de Noël. Une collection qui met en vedette des pignes de pin aux éclats d’amande, enrobées de miel, des sapins en chocolat ainsi que des coques au chocolat noir et citron vert. Fondantes et désirables à souhait pour Noël 2019.


La Collection Hiver 2015 de Diptyque

bougies2.jpg

L’arbre a cela d’exceptionnel qu’il symbolise l’éternité, capturant, au cœur de ses écorces, l’histoire oubliée de l’humanité… Avant les hommes, il y avait le ciel, la terre, et l’arbre, puissant registre de mystification et de poésie. De son bois s’exaltent des odeurs, des souvenirs et des contes qui, de saison en saison, émeuvent tout à chacun. Aujourd’hui, la maison Diptyque capture l’esprit de Sylvain, dieu de la forêt, au cœur d’une bougie forte d’enchantement. Et pour cette nouvelle escapade sensorielle, la maison de parfum s’associe à Julien Colombier, un peintre consacré aimant à décalquer l’aura mystérieuse des jungles et des forêts envoûtées.

Des premières hypnoses qui conduisirent le pinceau de Matisse ou celui Keith Haring, en passant par les artistes capables de peindre l’énergie de la gaieté, Diptyque a souvent cherché à capturer l’essence olfactive de ces instants. Dans ces captivants tableaux olfactifs ou visuels, la Nature intervient en un constant détonateur : Diptyque y puise ses matières premières les plus nobles, tandis que Julien Colombier eut en charge de dessiner cet écrin… Une géométrie universelle qui fut ici prétexte aux volumes souples ou pointus, dans des tons très hivernaux. Une poétique des contrastes qui charme à la fête autour de trois parfums : Sapin, Liquidambar, et Oliban… Disponible dès novembre prochain.

La Collection Hiver 2015 de Diptyque

bougies2.jpg

L’arbre a cela d’exceptionnel qu’il symbolise l’éternité, capturant, au cœur de ses écorces, l’histoire oubliée de l’humanité… Avant les hommes, il y avait le ciel, la terre, et l’arbre, puissant registre de mystification et de poésie. De son bois s’exaltent des odeurs, des souvenirs et des contes qui, de saison en saison, émeuvent tout à chacun. Aujourd’hui, la maison Diptyque capture l’esprit de Sylvain, dieu de la forêt, au cœur d’une bougie forte d’enchantement. Et pour cette nouvelle escapade sensorielle, la maison de parfum s’associe à Julien Colombier, un peintre consacré aimant à décalquer l’aura mystérieuse des jungles et des forêts envoûtées.

Des premières hypnoses qui conduisirent le pinceau de Matisse ou celui Keith Haring, en passant par les artistes capables de peindre l’énergie de la gaieté, Diptyque a souvent cherché à capturer l’essence olfactive de ces instants. Dans ces captivants tableaux olfactifs ou visuels, la Nature intervient en un constant détonateur : Diptyque y puise ses matières premières les plus nobles, tandis que Julien Colombier eut en charge de dessiner cet écrin… Une géométrie universelle qui fut ici prétexte aux volumes souples ou pointus, dans des tons très hivernaux. Une poétique des contrastes qui charme à la fête autour de trois parfums : Sapin, Liquidambar, et Oliban… Disponible dès novembre prochain.