Art Paris Art Fair: Emmanuel Perrotin

Présent pour la première fois à Art Paris Art Fair, l’iconique galerie Emmanuel Perrotin introduit les nouvelles oeuvres d’artistes qu’elle a contribué à élever au rang d’incontournable. 

On ne devient pas l’une des figures de proue de la scène de l’art contemporain sans prise de risque — à cela, Emmanuel Perrotin peut se targuer d’avoir su prendre la mouvance à contre-courant. Et plus d’une fois, cela lui a bien réussi. 

Aujourd’hui qu’il signe sa présence pour la première fois au rendez-vous iconique de l’art contemporain Art Paris, l’occasion est donnée de revenir sur la fulgurante ascension d’une icône du monde de l’art. 

Emmanuel Perrotin: La Prise De Risque 

« Très tôt, j’ai donné la possibilité à de jeunes artistes de produire leurs œuvres, alors qu’avant, l’argent n’était donné qu’aux artistes confirmés et établis. J’avance de l’argent sur la production de l’œuvre. Si ça ne se vend pas, je perds de l’argent. Je prends de vrais risques pour les artistes. » Et il est vrai que la prise de risque fait partie de l’ADN même de la galerie Perrotin. 

Damien Hirst, 1991

A 21 ans, Emmanuel Perrotin inaugure sa première galerie d’art — dans son petit appartement Parisien. A 23 ans, en 1991, il offre au Young British Artist Damien Hirst son premier show — le succès est fulgurant. Quelques mois plus tard, Damien Hirst devient l’icône d’un nouveau courant artistique. 

Perrotin, lui, devient la figure de proue d’une nouvelle façon d’introduire l’art aux collectionneurs et au public — donnant le libre champ à des artistes que l’on dirait aujourd’hui disruptives, pour ne pas dire à l’avant-garde d’une nouvelle scène plastique.

Car l’on doit bien à Emmanuel Perrotin d’avoir accompagné jusqu’au devant de la scène des profils aussi typiques que fascinants. Maurizio Cattelan, Takashi Murakami, Sophie Calle,Wim Delvoye ou encore KAWS ont su trouver chez Emmanuel Perrotin un tremplin efficace pour imposer leur vision peu conventionnelle. 

Ainsi la prise de risque à la Perrotin repose autant sur l’artiste que la capacité du galeriste à accepter de relever des défis. Ainsi Maurizio Cattelan l’a-t-il fait s’habiller, pour la soirée d’ouverture de sa premières exposition personnelle, en un grand lapin rose en forme de phallus. Le caustique Cattelan l’a ensuite surnommé ‘Errotin, le vrai lapin’. 

Autre prise de risque, même artiste — l’espiègle Maurizio Cattelan ne cesse de repousser les limites de l’art, et le dernier fait en date remonte à Art Basel Miami 2019. Un ready-made plus absurde encore que ceux de Duchamps: une banane scotchée au mur, « Comedian ». L’oeuvre devient virale, le succès est là encore total. 

Aujourd’hui, la galerie Perrotin compte neuf espaces, avec notamment des galeries pionnières à Hong Kong, Seoul, Tokyo et Shanghai. L’ensemble fonctionnant comme un tout, bâti grâce à l’œil dénicheur d’Emmanuel Perrotin, et la volonté d’être toujours à l’avant-garde des goûts et des gestes artistiques. 

Voici donc, pour la première fois, la présence remarquée de la galerie à Art Paris. 

Art Paris Art Fair: Les Icônes d’Emmanuel Perrotin

Jusqu’au 13 Septembre 2020, la Grand Palais sert d’écrin exceptionnel à la 22ème édition Art Paris Art Fair. Et pour sa première participation, Emmanuel Perrotin a su mettre en avant les icônes de son écurie. Une photographie de JR, avec Finding hope, day view, Paris, France, 2020…

JR

Que l’on annonce déjà vendue. L’artiste n’ayant pas son pareil pour injecter dans le quotidien une dose de grandeur, riche en poésie urbaine. 

Sophie Calle

Sophie Calle est elle aussi représentée, avec My mother, my cat, my father, 2017. Ou encore le sculpteur Daniel Arsham avec l’étonnante sculpture Rose Quartz Eroded Bust of Venus, 2020. Une pièce en résonance avec son concept d’archéologie fictive — éthérée et fascinante. 

Daniel Arsham, Rose Quartz Eroded Bust of Venus

On le voit, les pièces exposées ici ont, à leur tour, de quoi jouer un rôle déterminant dans la formation d’une autre trajectoire du monde de l’art — un monde de l’art qui, s’il est bousculé par la pandémie, a toujours de quoi compter sur des artistes tout sauf frileux d’exprimer leur vision. Qu’elle soit ou non en dissonance avec l’époque, Emmanuel Perrotin est là pour la faire valoir !