Noirmoutier, Icône Au Naturel

Lovée dans le golfe de Gascogne , Noirmoutier est une île où l’on savoure le naturel — une île où le paysage semble nous être parvenu intact…

Noirmoutier, Île Simple Car Authentique

Rejoindre l’île de Noirmoutier n’est pas une mince affaire — l’aventure s’esquisse dès le passage du Gois. Soumis au rythme des marées, le passage impressionne, lorsqu’il se fait attendre… Une route spectaculaire submergée à marée haute, la chaussée tracée dans la baie de Bourgneuf au XVIIIème siècle donne un avant goût de ce qui attend le visiteur de cette île très particulière…

Bien sûr depuis on a construit le pont de l’île, un brin moins magique peut-être… Car c’est bien le Passage du Gois qui déjà titille l’imaginaire Noirmoutrin — une authenticité particulière qui continue d’inspirer tant Noirmoutier a conservé cette communion avec son environnement premier.

Un dédale de marées salants, les dunes et les forêts de chênes dessinent tout le charme de la topographie de l’île — une île où tout est harmonie, été comme hiver. D’ailleurs, c’est l’hiver qu’elle revêt le plus charmant des manteaux…

Surnommée l’île aux mimosas, Noirmoutier jouit en effet d’une douceur climatique permettant aux mimosas d’y fleurir l’hiver durant. Cette beauté naturelle, Noirmoutier la Vendéenne la sublime avec des maisons typiques de la région — blanches, toits de tuile et volets bleus. Le chic ici est authentique. Et les visiteurs ne s’y trompent guère.

Renoir, déjà. Il visita Noirmoutier en 1892. Un choc esthétique qu’il détailla ainsi: « admirable, beau comme le Midi, mais avec une mer autrement plus belle que la Méditerranée. » Il ajoute, écrivant à Berthe Morisot « Je suis allé à Noirmoutier, c’est superbe et tout à fait le Midi, bien supérieur à Jersey et Guernesey… » Auguste Renoir, peintre illustre, en sortit deux toiles — des chefs d’oeuvres qui capturent toute l’âme de Noirmoutier.

Au Xème siècle déjà, un célèbre marchand arabe envoyé par le Calife Omeyade de Cordoue, Ibrahim ibn Ya’qub décrit ainsi l’île de Noirmoutier: « île dans l’Océan, longue de vingt milles et large de trois. Elle est en pleine mer. Bon climat, sol fertile, eaux courantes et puits d’eau douce. Elle est habitée et cultivée. En raison de son climat et de son sol, qui sont sains, il n’y a aucun reptile, car les reptiles et les insectes naissent des miasmes, et il n’y en a pas dans l’île. On dit qu’il y pousse un safran d’excellente qualité qu’on ne trouve nulle part ailleurs. »

Agnès Varda et Jacques Demy, Claude Sautet ensuite… Il y a en effet beaucoup de cachet à Noirmoutier. Un décor idéal pour les films. Quelques maisons de pêcheurs demeurent encore. Le port, aussi. De quoi planter le décor idéal d’un film non moins iconique: César et Rosalie, de Claude Sautet. Quand Agnès Varda, elle, y plante le décor de deux films. En 1965 d’abord avec Les Créatures d’Agnès Varda. En 2008 dans le très poétique Les Plages d’Agnès.

C’est bien cela qui fait de Noirmoutier une destination prisée de ceux qui adorent la discrétion, mais abhorrent le show-off — une destination chic et sans chichi. On y apprécie les saveurs culinaires locales, la fameuse pommes de terre, les huîtres et tout ce que la mer peut offrir de délices.

En ce sens, c’est au restaurant tenu par le Chef Alexandre Couillon, doublement étoilé au Michelin, qu’il faut se rendre. Et ce restaurant brille par son approche de l’hommage rendu à la terre d’origine du Chef Alexandre Couillon.

Ayant grandi à Noirmoutier, il conjugue les arômes de la terre, la plage, le feu ou les embruns pour concocter un opéra de goûts — et il a un double restaurant pour cela. La Marine, face au port de l’Herbaudière, et La Table d’Elise, un bistrot marin misant sur la cuisine du marché.

L’Huître, la Coquille Saint-Jacques, le Cabillaud, le Canard de Challans… Deux menus différents distillent, en 9 ou 6 épisodes, le talent du Chef et sa vision gastronomique de ce que Noirmoutier offre à ses habitants, depuis des siècles !

L’idée est aussi simple que Noirmoutier est chic: sublimer, magnifier, revoir le potentiel des saveurs locales, pour offrir aux sens et aux palais une échappée hors du temps. Le tout introduit dans une sobriété et une discrétion typiques de Noirmoutier.

A Noirmoutier en effet, on savoure un rythme toujours à contre-courant du continent. Dans les petites plages secrètes, piquées de rochers, dans les criques du Bois de la Chaise… A la plage des Souzeaux ou à celle des Dames… On savoure la vie au rythme des traditions locales, et des curiosités patrimoniales.

Il y a plein de choses à voir à Noirmoutier. Ne reste qu’à s’y aventurer, l’âme et les sens aiguisés pour des aventures, aussi vivifiantes que succulentes !