Cindy Sherman se Met en Scène au Musée Gucci

Cindy Sherman avait 10 ans lorsqu’elle a commencé la photo. Anecdote touchante : en effet, sous chaque photo, elle prenait soin d’écrire « c’est moi », pour insister sur son identité et renforcer l’évidence. Aujourd’hui, si elle est devenue célèbre, c’est justement parce qu’elle ne se montre pas, ne se dévoile pas. Elle cache ce « moi » et se déguise à travers des mises en scène dans lesquelles elle apparaît comme une actrice, jouant différents rôles de femmes et anéantissant même la définition de l’identité. Cindy Sherman fascine, étonne et impressionne par son art conceptuel, unique et original. L’artiste se sert d’elle-même comme modèle pour ses photographies, elle est la source d’inspiration de son œuvre et procède par une multitude de mises en scènes. C’est grâce à ses multiples séries d’autoportraits caricaturés, qui questionnent l’identité féminine, qu’elle est devenue l’artiste qu’elle est aujourd’hui.

Sherman incarne à chaque fois un personnage différent. L’artiste ne parle pas d’elle-même mais de la femme, de la société et de ses codes, de ses valeurs, de ses stéréotypes et de ses clichés. Sherman avait même déclaré : « On se trompe si on pense que je réalise des autoportraits. J’agis exactement comme un acteur, une actrice. Sa série « Film Stills » en 1977 lui vaut une reconnaissance internationale. Elle se met en scène et interprète différents stéréotypes de figures féminines : femme fatale, femme au foyer, femme sans défense… Après s’être maquillée et déguisée, elle se met dans la peau de ses personnages, comme si elle était une actrice. Et c’est bien ce qu’elle est : elle tente de représenter le monde comme elle le voit à travers son œuvre, en fabriquant des personnages.

Sherman déclare à propos de son œuvre : « Bien que je n’aie jamais considéré mon œuvre comme féministe ou comme une déclaration politique, il est certain que tout ce qui s’y trouve a été dessiné à partir de mes observations en tant que femme dans cette culture. » Dans les séries mode « Fashion » (1983-1984 et 1993-1994) et « Sex Pictures » en 1992, elle représente les modèles des magazines et de la télévision. Puis, dans « History Portraits » (1989-1990), elle se déguise aussi bien en personnage de porcelaine de Limoges qu’en tableau de Raphaël. On retrouve le thème de l’horreur à travers ses œuvres surtout dans « Fairy Tale » (1985), « Disasters » (1986-1989) et « Horrors and Surrealist Pictures » (1994-1996).

Retrouvez l’incroyable exposition « Cindy Sherman : Early Works » au musée Gucci à Florence jusqu’au 9 juin 2013. Vous pourrez admirer et aduler cette artiste reconnue et époustouflante dans tous les rôles imaginables ! En effet, le musée Gucci présente en ce moment les premières œuvres de la célèbre photographe qui s’inscrivent dans l’art contemporain. Vous pourrez admirer Sherman dans divers costumes à travers son œuvre « Murder Mystery People » (1976) ou encore dans la peau de différents passagers de bus à Buffalo avec sa série « Bus Riders » (1976). Ces œuvres montrent la fascination impressionnante de Sherman pour l’identité et le genre. « L’histoire des troubles, des passions et de la créativité ici est fascinante » a déclaré Francesca Amfitheatrof, qui dirige le musée Gucci depuis 2011.

 

Cindy Sherman : Early Works
Jusqu’au 9 juin 2013
Musée Gucci – Florence, Italie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *