Le Rouge Valentino Renoue avec son Essence pour la Haute Couture 2018

rouge-valentino-haute-couture-spring-2018-icon-icon-sebastien-girard.jpg

« J’ai eu un des plus grands chocs de ma vie à Barcelone : alors étudiant, invité au théâtre de l’Opéra, émerveillé, je vis dans une loge une femme aux cheveux gris, très belle, habillée de velours rouge. Parmi toutes les couleurs portées par les autres femmes, elle m’apparut unique, isolée dans sa splendeur. Je ne l’ai jamais oublié. Elle est devenue la déesse rouge. Fabuleuse. Je crois qu’une femme habillée de rouge est toujours magnifique, elle est au milieu de la foule l’image parfaite de l’héroïne. » Aujourd’hui, on imagine que cette robe aurait les mêmes lignes que la pièce spectaculaire introduite par Pierpaolo Piccioli lors de la collection Haute Couture Printemps/Eté 2018.

            Dans les salons de l’Hôtel Salomon de Rothschild, c’est sur l’air d’opéra Vissi d’arte de Puccini que s’est présentée une collection Couture tout simplement grandiose. Parmi les 68 silhouettes qui se sont suivies, la robe passionnée de la maison Valentino achève de combler l’assistance. Elle est, sûrement, l’expression pure du souvenir du fondateur Valentino Garavani. Ce rouge puissant épouse là, sur du taffetas, des ondulations très théâtrales et un volume d’un raffinement extrême. Mais l’exercice est réussi puisque la robe ne fait que flirter avec l’opulence – elle illustre plutôt la grande tradition de la Haute Couture.

            Une maîtrise impeccable de la part du directeur artistique de Valentino qui scelle ici un moment de beauté bien rare. Comme la note d’intention l’indique : « L’histoire de la Haute Couture est sa raison d’être aujourd’hui. » Un voyage à travers le temps donc, où la collection Printemps/Eté 2018 de la Haute Couture Valentino puise sa raison dans les origines, l’essence et les cérémonies qui l’entourent. La robe passionnée est une pièce savoureuse, voilà tout.

 

Du Rouge Au Rose Valentino Printemps-Eté 2017

cc918662-e958-4304-96fb-b19c41b66e66_mobile.jpg

Chez Valentino, l’élégance répond à la définition même du raffinement – et c’est sans compromis que la maison, depuis huit ans déjà, s’attache, sous la direction de Pierpaolo Piccioli, à composer ou plutôt confectionner le vestiaire idéal des vestales en quête de distinction. Ainsi, pour cette saison, c’est le rose qui surprend à faire oublier le mythique rouge Valentino. Romance et belle maîtrise donc, pour ce « nouveau commencement ». Suite au départ de Maria Grazia Chuiri pour Dior, Pierpaolo Picciolo raconte : « En pensant à ma première collection en tant que seul Directeur Artistique, j’ai ressenti le besoin d’une narration humaine et personnelle. Il n’y a pas d’inspiration définie, mais une série de questions, d’idées, de suggestions qui me sont proches et à mes passions et qui stimulent ma pensée. »

Et le train de sa pensée l’a cette-fois mené à redécouvrir le fabuleux triptyque Le Jardin des Délices, imaginé il y a plus de 500 ans par un peintre non mois fabuleux – signée Jérôme Bosch, la toile rappelle ici l’humanité à sa condition première, et à sa condition toute faite de contradictions. Ainsi, l’on découvre toute l’inspiration essentiellement romantique du directeur artistique de Valentino qui, non sans y apporter de l’amplitude, distille cet esprit le long de pièces aussi légères que colorées. Parmi elles, cette robe longue rose sucré, glissant sur le corps comme les poignards imbriqués de cœurs semblent se glisser dans sa composition.  L’artiste Zandra Rhodes fut ainsi approchée par Valentino pour s’approprier l’esthétique de Bosch et ainsi signer les motifs de la collection – couleurs vives et imprimés poignards pailletés donc ! Sur cette pièce, les poignards sont comme des trompes l’oeil qui viennent incruster les plis parfaitement maîtrisés du tissu pour en magnifier le travail de Picciolo. Une pièce réalisée en mélangeant les genres ce qui, non sans beauté, concourt à l’élever au rang de must-have – de la saison prochaine.

Du manteau rose corail aux manches XXL chez Schiaparelli, une nuance de rose sucré chez Valentino ou un mateau Guimauve parssemé de strass et de motifs allégoriques chez Gucci. le rose, sur toutes ses nuances a été décliné durant de multiples collections. En touche ou en total look, une part de douceur et de rebellion.