Marlon Brando, Icône De La Mode Masculine

Il a incarné, à l’écran comme à la ville, l’idéal de la mode masculine. Mais à la différence d’autres icônes, le style Marlon Brando a notamment forgé celui de la rébellion de toute une époque.

Le style de Marlon Brando a si parfaitement articulé le zeitgeist de son temps qu’il est devenu une pierre angulaire de la mode. Une influence considérable sur ses contemporains et les générations à venir… T-shirts et vestes en cuir, jean ou caban — nombre des pièces fétiches de Marlon Brando sont devenues des basiques de l’élégance masculine. Une élégance qui tient surtout à une certaine idée de l’homme.

Marlon Brando, Les Films Et La Mode

Salué par beaucoup comme le véritable rebelle d’Hollywood, Marlon Brando a en effet joué selon ses propres règles. A l’écran comme à la ville.

Un Tramway Nommé Désir, Et Le T-shirt Blanc

1951. C’es un film sorti cette année là qui changera la façon dont les hommes vont se vêtir pour les générations à venir. Ce film, c’est l’oeuvre d’Elia Kazan, avec Marlon Brando en vedette. Il n’est peut pas encore le monstre sacré du cinéma, pour reprendre une expression de Jean Cocteau, mais Marlon Brando porte déjà tout des revendications de son époque.

Il y a d’abord son jeu d’acteur, hérité de sa formation à l’Actors Studio. Un jeu tout en retenu et en retrait plutôt qu’en grandiloquence. Et la formule marche aussi pour son style. Le style Brando se définit ainsi dans la mesure, le réalisme et le rejet des codes de son époque.

Loin de la masculinité formelle et endimanchée, celle de Marlon Brando va faire écho à la période de trouble et de bouleversements sociaux et culturels que connaissent les Etats-Unis dans les années 50.

Et le film Un Tramway Nommé Désir est un jalon de cette histoire. Le corps puissant de Brando fut en effet mis en valeur dans un t-shirt humble, mais puissant d’éloquence. Il dit ce à quoi Marlon Brando et sa génération n’adhère pas.

Ce t-shirt donc, emprunté au dessous des hommes, et notamment de l’uniforme militaire — ce t-shit va devenir une icône de la mode.

Et pour Un Tramway Nommé Désir, la légende raconte que le réalisateur Elia Kazan a fait laver les t-shirts plusieurs fois dans le but de les rétrécir. Il les a ensuite fait ouvrir dans le dos, avant de les coudre sur Marlon Brando.

Symbole vivant du rejet d’une esthétique masculine traditionnelle… Moulant, simple et fonctionnel, le t-shirt va devenir l’emblème de cette jeunesse qui rejètent les codes et le mode de vie de ses aînés. Gore Vidal, célèbre critique de cinéma, parlera de « tremblement de terre. »

par Richard Avedon, en 1951

Dès lors, Marlon Brando devient l’incarnation idéale de la jeunesse Américaine — cheveux décoiffés, corps athlétique, teint mat… Et rejet du conformisme. Un élément que l’on retrouve plus brillamment encore dans le film L’Equipée Sauvage.

Denim Et Perfecto, Icônes De L’Equipée Sauvage

La représentation iconique de Marlon Brando en 1953 dans L’Equipée Sauvage va, là encore, cimenter tout un pan de la mode masculine. C’est bien ce film qui a fait entrer le perfecto, le blue jean et l’attitude de l’anti-héros au panthéon de la culture populaire.

Dans le film de László Benedek, Marlon Brando campe Johnny Strabler, un membre de gang de motards — rebelle et très stylisé. En effet, on a principalement retenu de ce film le style de Marlon Brando.

Veste de motard lourde, et imposants bijoux métalliques, bottes et jean Levi’s enroulé… L’allure est devenue une icône, encore bien visible aujourd’hui !

Une allure si universelle qu’elle habillera la norme, les motards ou les punks — le W-Style One Star de Schott porté par le personnage de Johnny Strabler va entrer dans la légende des contre-cultures.

L’outrage à la société Américaine d’alors est d’une telle force que le perfecto est banni des lycées.

Il s’en étonne lui-même, dans une interview en 1994, à propos de ces films qui changèrent la mode masculine: « Je me suis amusé à le faire, mais je ne m’attendais pas à ce que cela ait un tel impact. J’ai été aussi surpris que quiconque lorsque des t-shirts, des jeans et des vestes en cuir sont soudainement devenus des symboles de rébellion…

Les ventes de vestes en cuir ont explosé, et cela m’a rappelé ‘New York, Miami’, quand Clark Gable a retiré sa chemise, révélant qu’il ne portait pas de maillot de corps, ce qui a entraîné un désastre pour l’industrie textile. »

Mais voilà, aussi sulfureux et populaire que devint ce style de rebelle, Marlon Brando, lui, affichait volontiers sa désinvolture dans des pièces un brin moins connotées. Dans des chemises à carreaux en flanelle, des pantalons amples en coton et des tricots ajustés, Marlon Brando allait aussi redéfinir l’élégance casual des hommes de son temps.

Une élégance casual qui, d’ailleurs, a résonné plus tard avec celle du mocassin Tod’s.

Marlon Brando, Figure de l’Elégance

Marlon Brando figure l’élégance de même manière qu’il travaille ses personnages. Sans tapage ni ostentation, l’élégance de l’acteur s’appuie sur des pièces devenues des classiques. Des classiques toutefois imprégnés de son attitude insoumise !

Marlon Brando, Icône Du Glamour Décomplexé

Marlon Brando a cela de différent des autres acteurs de son époque qu’il n’a jamais cherché à jouer avec les mêmes règles. Il n’avait ainsi pas aucun souci d’étiquette à se présenter aux premières de ses films, vêtu d’un jean. Un choix très mal vu à l’époque — mais une révolution pour la mode.

Le sex-symbol de son temps était en fait un homme de style. De ceux qui lancent des légendes. A l’instar des montres Rolex.

À 19 ans, Brando reçut une Rolex Oyster Royalite par ses parents. Dès lors, l’acteur restera fidèle à la maison horlogère qui accompagna nombre d’exploits.

D’ailleurs, en 2019, c’est l’une de ses Rolex, portées dans Apocalypse Now, qui établie un nouveau record. Comme la maison d’enchère Phillips le disait: « Nous avons peut-être battu un nouveau record. Pas celui de la Rolex la plus chère, mais celui de l’enchère la plus longue. »

Le résultat? La Rolex de Marlon Brando portée en 1979 pour le film s’est envolée pour plus d’un millions d’euros.

Adepte d’un style élégant et des costumes bien taillés, le style Marlon Brando est aussi versatile qu’il sonne toujours juste. Et, comme un contrepoint à son début de carrière ayant forgé les icônes mode de la jeunesse, c’est Le Parrain qui relancera sa carrière. Ainsi qu’une nouvelle vogue pour les costumes. Très sophistiqués.

Le Parrain, Et Les Costumes Italiens

Marlon Brando et son attrait pour la sophistication des costumes bien taillés se lit déjà dans un éditorial, réalisé en 1946, par le mythique photographe Cecil Beaton. Dans les pages du Vogue, on y voit le futur idole des jeunes rebelles briller d’élégance dans un pardessus oversize à double boutonnage.

En 1972, il fait son retour dans le Parrain de Francis Ford Coppola. Un film aussi iconique pour son histoire que pour le goût de ses personnages pour les costumes trois-pièces. Et c’est bien ce film avec Marlon Brando qui remis au goût du jour l’intérêt et l’admiration pour l’art des tailleurs Italiens.

Intemporelle, cette élégance masculine remet en lumière, aussi, les vestes de dîner et les longs cabans en cachemire. Don Corleone par Marlon Brando imprègne ainsi l’imaginaire de la mode, et la culture populaire de l’intemporalité du style à l’italienne. Un style qui révèle tout l’art de la couture, et le glamour au masculin.

On voit ainsi toute l’influence de Marlon Brando sur la mode, la figure d’idéal et le corps masculin… Un corps qui devient un objet, aussi sensuel qu’alluré !

Le Bomber Perfecto De Louis Vuitton Cruise 2017

lvbomber.jpg

Il semblerait que le directeur artistique de la maison Vuitton, Nicolas Ghesquière, ait cherché à capturer toute l’énergie, la vitalité et l’esthétisme incroyable du Brésil. Influencé, on le sait, par la science-fiction et autres avant-gardes, voici qu’il imagine avec romantisme un bomber-perfecto dans un blanc crémeux. « Je crois qu’à notre époque les femmes veulent avoir l’air sophistiqué et elles veulent aussi des vêtements casual – ceux sont les deux vraies obsessions de notre temps » assure Ghesquière en backstage.

Une silhouette sophistiquée donc, mais pas trop ? C’est en tout cas tout le design de cette pièce : bomber-perfecto à rangée de boutons d’officier simplifiée, encoches façon pomme de pin métallisée logiquement complexifié par la fermeture à glissière – voici la formule d’une des vestes les plus désirables de la saison ! En boutique fin octobre et jusqu’en mai, la collection Croisière 2017 libère une fois de plus la créativité de Nicolas Ghesquière !

 

La Veste Perfecto Bouchra Jarrar Printemps-Été 2016

bouchra_jarrar_perfecto2.jpg

C’est dans la tranquillité et l’intimité de son atelier du premier arrondissent que Bouchra Jarrar a présenté sa collection Printemps-Été 2016. Une collection composée comme un vestiaire de pièces essentielles et classiques, où éléments masculins et féminins s’éprennent à fusionner. La fondatrice de la maison éponyme met ainsi en place une mode fonctionnelle et portable, où c’est le détail qui se charge de sublimer la silhouette tout en subtilité. Une véritable leçon d’épure.

Ainsi la veste perfecto s’imagine dans une veine raffinée dirigée dans un esprit “allure couture moderne“. La superposition est de mise ; une superposition d’intention et de graphisme : un peu long, un poil oversized, taillé comme il faut, le perfecto s’imagine à revers noir sur motif graphic duochrome, tandis que des découpes douces affinent l’allure de la pièce. Les pans deviennent motif quand les références animalières se brouillent dans un monochrome appréciable…

Le Perfecto Bouchra Jarrar 2015

defile-bouchra-jarrar-printemps-ete-2015-paris-look-12.jpg

Une couture actuelle, surtout conçue pour être portée, c’est tout le talent de Bouchra Jarrar. Fidèle à son esprit très parisien, Bouchra Jarrar ne mise ni sur l’opulence, ni sur l’extravagance. « Force et féminité – c’est cela la femme d’aujourd’hui. » Pour l’été 2015, elle pense une haute couture urbaine et chic, féminine et masculine, sans jamais entrer dans la confrontation des deux. Ainsi le perfecto, pièce maîtresse de ses collections, se taille dans des accents couture ; une association bi-matière aussi improbable que géniale.

Avec beaucoup d’audace, la designer mêle le rock au tweed tellement classique dans une pièce pleine de contraste, et tellement cohérente avec notre temps. Elle upgrade ainsi la veste de biker en conservant néanmoins tous ses détails. Toutes les caractéristiques y sont reprises : la fidèle fermeture éclair placée sur le côté, la ceinture intégrée ou encore, les pattes sur les épaules… Dans le mariage du chic et de l’urbain, Bouchra Jarrar fait émerger un punk en accord avec un swing à la parisienne, et une sensibilité bien féminine.