INTERVIEW : Le Goût d’Hubert de Givenchy à la Galerie Kugel

INTERVIEW : Le Goût d’Hubert de Givenchy à la Galerie Kugel

Hubert de Givenchy est bien sûr l’un des très grands noms de la mode et de la haute couture, reconnu pour son talent et pour être l’un de ceux à avoir cassé les codes de son époque, au milieu des années 50. La blouse Bettina ou bien la petite robe noire, on ne compte plus ses pièces iconiques. 

Mais s’il incarne la quintessence de l’élégance et du goût à la française, c’est également au travers de l’art. Puisqu’en effet, celui-ci a réuni au cours de sa vie une collection absolument exceptionnelle de meubles ou d’objets d’arts tous très différents. Ce qui lie ses deux passions, c’est une créativité et un sens du raffinement absolu ! 

Alors qu’à partir du 8 juin prochain Christie’s présente une vente exceptionnelle réunissant une collection de ses œuvres d’art à travers plus de 1000 lots, la Galerie Kugel rend hommage au grand goût du célèbre couturier. La famille Kugel, amie de Monsieur Givenchy, réunit un ensemble de mobiliers et objets lui ayant appartenu. 

Icon-Icon a rencontré Nicolas et Alexis Kugel, cinquième génération de cette famille de collectionneurs pour nous parler de cette exposition qui se tiendra du 9 au 15 juin prochain. 

Rencontre avec Nicolas et Alexis Kugel : Hommage à Hubert de Givenchy, Collectionneur

Comment définiriez-vous la galerie Kugel ? Quelle est sa spécificité, sa ligne directrice ? 

Nous couvrons un large éventail de spécialités, de la sculpture antique aux tableaux néoclassiques et avons la chance de pouvoir acheter les objets qui nous plaisent. Qu’il s’agisse d’un chef d’œuvre du mobilier XVIIIe ou d’une pièce d’orfèvrerie allemande de la Renaissance, chaque œuvre est choisie avec attention. L’essentiel des pièces que nous présentons proviennent de collections privées, nous aimons surprendre nos clients avec des objets inédits, souvent inconnus du marché.

Vous présenterez à partir du 9 juin prochain une exposition dédiée aux collections d’Hubert de Givenchy.  Vous avez eu la chance d’entretenir une relation privilégiée avec ce dernier, fidèle de votre galerie, pourriez-vous nous en dire un peu plus ? 

Hubert de Givenchy fut l’un de nos plus grands soutiens à la suite du décès de notre père, nous ayant encouragé à reprendre la galerie et poursuivre la passion qui anime notre famille. Son influence fut déterminante et notre reconnaissance immense. 

Il y a exactement trente ans, en 1992, Hubert de Givenchy nous proposa d’acheter l’œuvre iconique de sa collection, la célèbre armoire au char d’Apollon d’André-Charles Boulle, ainsi que la collection d’émaux de Limoges qu’elle contenait. Faisant preuve de la bienveillance et de la générosité qui le caractérisaient, il accepta de mettre en scène ces œuvres sur notre stand à la Biennale des Antiquaires en 1994. 

Au moment où se prépare la superbe vente de sa collection chez Christie’s, nous voulions lui rendre hommage en présentant au public certaines œuvres lui ayant appartenues.  

Armoire au Char d’Apollon
par André-Charles Boulle

La relation que vous entreteniez avec Hubert de Givenchy laisse donc entendre que vous partagiez une passion commune, celle de l’art. Bien que connu pour sa passion pour les objets, on le connaît surtout pour la mode, nous sommes curieux de savoir quelle relation entretenait Hubert de Givenchy avec les objets ? 

 Couturier est un métier qui prépare le regard à la fois au détail et à l’architecture. Les grands couturiers sont comme des architectes sensibles aux matières et aux proportions, ce n’est donc pas surprenant que beaucoup d’entre eux aient aussi été de grands collectionneurs. Et Hubert de Givenchy était sans doute le plus passionné. Son goût était sûr et précis. Il avait une capacité photographique à zoomer sur les moindres détails et reconnaître la qualité d’une ciselure, le galbe d’un meuble. Il était très sensible à la finition parfaite des ébénistes du XVIIIe siècle. 

Il avait une capacité à placer les meubles et les objets harmonieusement dans un ensemble, un volume avec une grande facilité. Chaque objet était magnifié sous son regard car il trouvait avec élégance l’endroit précis qui l’attendait. 

Mais quand il rencontrait un objet plus important qui pouvait se placer mieux encore, il n’hésitait pas à revendre ou échanger pour améliorer sa collection.

Il a fait des somptueux salons de l’hôtel d’Orrouer rue de Grenelle la plus belle demeure de Paris. 

Hôtel d’Orrouer, rue de Grenelle à Paris. © Christie’s France / François Halard

Nous imaginons que c’est un honneur de recevoir la célèbre armoire au char d’Apollon de la part d’Hubert de Givenchy, d’autant plus qu’elle a été son premier achat dans sa carrière de collectionneur. Cette dernière n’a d’ailleurs pas été montrée au public depuis plus de 28 ans !

Quelle est l’histoire de cette armoire ? 

André-Charles Boulle est l’ébéniste français le plus célèbre. Dessinateur de génie, il fut un des premiers à élaborer des éléments en bronze doré pour ses meubles. L’armoire au char d’Apollon est l’une de ses œuvres les plus sophistiquées de sa production. Ses proportions sont parfaites, et le travail de marqueterie est époustouflant. Il s’agit d’une des premières œuvres achetées par Hubert de Givenchy, on la retrouve sur les photos de ses nombreux intérieurs. C’est une pièce iconique.

Nous l’avions exposée lors de la Biennale des Antiquaires de 1994, accompagnée de la collection d’émaux de Limoges d’Hubert de Givenchy que nous avions vendue à Yves Saint Laurent et Pierre Bergé. C’est une expérience émouvante que d’exposer de nouveau cette œuvre, accompagnée d’autres objets ayant appartenus à Hubert de Givenchy.

Propos receuillis par Sébastien Girard président d’Icon-Icon et Saskia Blanc

Partager

Laissez une réponse

Your email address will not be published.