Ghost Galerie: Futura Présent A L’Exposition de Graffiti Nos Fantômes

Ghost Galerie: Futura Présent A L’Exposition de Graffiti Nos Fantômes

La Ghost Galerie inaugure son espace Parisien avec une exposition événement mettant en lumière les liens étroits entre graffiti et art contemporain.

Ghost Galerie: 25 Artistes Et 40 Oeuvres, Pionnières Et Actuelles

Une filiation. Des pionniers et des artistes supers stars — l’histoire récente du graffiti se lit à l’aune du succès fulgurant de ses artistes. Des noms qui trônent désormais au panthéon des artistes contemporains et qui, au fil de collaborations avec les maisons du luxe et celles de la mode, ont su faire entrer leur art dans divers univers.

Dondi White, Self portrait, 1982

Ces noms sont ceux de Dondi White, qui a collaboré avec Off-white, Space Invader, Josh Sperling ou encore celui de Futura 2000, qui a notamment collaboré avec Hennessy, et autour d’une collection capsule Comme des garçons.

Futura 2000, Pointman, 2008

Et voici donc que la Ghost Galerie de Marseille inaugure son espace Parisien avec l’exposition Nos Fantômes — une exposition qui réussit à remonter le fil de l’histoire du Graffiti, des premiers initiateurs du Graffiti américain jusqu’à ses plus récents ambassadeurs, et surtout le mouvement dit post-graffiti.

« Les premières œuvres sur toiles des figures majeures du graffiti new-yorkais sont les rares témoins historiques physiques des prémices d’une expression populaire débridée et conquérante, devenue globale et toujours vivace. Ces oeuvres post-graffiti1, réalisées par les graffeurs les plus actifs sur les murs et les métros au début des années 1980 à l’invitation des galeries New-yorkaises les plus pointues du moment (Sidney Janis, Annina Nosei, Tony Shafrazi) révèlent l’évolution de leur pratique dans l’intimité de l’atelier. Ces peintures sur toiles plus personnelles nous donnent donc l’opportunité d’entrevoir les propres fantômes des artistes, ceux qui habitent leurs œuvres » note ainsi Jérôme Pauchant de la Ghost Galerie.

John Matos dit Crash_Massive A, 1981


Il est vrai que le passage de l’intimité d’un atelier à la grande scène sans limite ni règle qu’est la rue a eu un impact considérable sur le paysage urbain contemporain. Véritable art spontané, pour tous, le graffiti exprime à la vue de toutes et tous l’expression de son temps — sans filtre ni cadre officiel.

Blade, Galaxy Ganster, 1998

L’exposition Nos Fantômes met encore côte à côte une sélection pointue d’oeuvres d’artistes contemporains où l’on peut lire l’influence des graffitis, mais aussi et surtout le contexte socio-culturel dans lequel ces oeuvres ont émergés. Voici donc ce qui se cache derrière le titre évanescent de cette exposition…

« Nos références culturelles sont autant de fantômes qui nous hantent et nous permettent de découvrir et de décrypter les références des artistes eux-mêmes hantés par leurs histoires personnelles, leurs cultures et leurs propres sensibilités » note la Ghost galerie.

Josh Sperling, Poppycock, 2017

L’espace Parisien se découvre ainsi comme l’antre de l’art contemporain – décomplexé et pourtant chargé en questions sociales et politiques… Un espace artistique avant tout où l’on croise les oeuvres de Daniel Arsham, Sam Francis, Henry Chalfan ou encore Todd James, Dondi White, Space Invader, Josh Sperling et Futura 2000 donc. Des oeuvres qui entre elles dialoguent pour mieux plonger le visiteur au coeur de la filiation entre le street-art, fragile et éphémère, et l’art contemporain, protégé et exposé dans les galeries.

Todd James, 3 pirates, 2015