L’Eternelle Nautilus de Patek Philippe

patekphilippe.jpg

 

Un design unique

Lorsque Patek Philippe a lancé sa première Nautilus en 1976, la maison suisse a fait un joli contre-pied à la tendance de l’époque en termes de montres sportives. Alors que la mode semblait être à la montre de sport de luxe mince et de couleur or, Patek Philippe a décidé de sortir un modèle en acier. La couleur argent et le design font alors sensation dans l’univers des montres sportives. Sa coupe unique et robuste a forcément marqué les esprits. Cette touche avant-gardiste a donné naissance à une montre de prestige. Quand Omega explore l’espace avec sa Speedmaster Moonwatch « Grey side of the moon », Patek Philippe décide de se tourner vers les fonds marins pour chercher son inspiration. Le cadre de la Nautilus s’inspire d’un hublot pour lui donner un style marin unique. Le premier modèle de Nautilus reste un grand classique, toujours disponible à la vente. Au fil des années, Patek Philippe a réinventé sa Nautilus pour la décliner dans de nombreuses versions. Le site Chrono24.fr propose divers modèles de la Nautilus pour les collectionneurs ou amateurs de montres de luxe.

Une tradition qui perdure

Comme l’explique cet article, les montres confectionnées par Patek Philippe ont le don d’attiser la curiosité des collectionneurs. Et la Nautilus est bel et bien un symbole de cette fougue puisque le modèle ne cesse de surprendre. La montre rencontre un tel succès pour plusieurs raisons. Tout d’abord, l’horloger a su allier sobriété et modernité à travers ses différentes versions. La couleur argent de la première Nautilus disparaît avec les versions féminines pour laisser la place aux coloris rose, or ou bien encore bicolores. Patek Philippe garde ainsi sa tradition mais les mouvements ou les fonctions de la montre évoluent au fil des années. C’est le cas de la nouvelle version Nautilus sortie l’an dernier. Sa forme s’inspire toujours des univers marins mais ses fonctionnalités et son système automatique laissent apparaître un aspect futuriste. Nautilus de Patek Philippe dispose donc de tous les codes d’une montre iconique et indémodable.

Le Nautilus d’Hermès

marc-newson-hermes-pen2014-3.jpg

Issu de la collection « Objets d’écriture », le Nautilus, en référence au sous-marin du capitaine Nemo dans Vingt mille lieues sous les mers de Jules Verne, entretient le mystère quant à sa fonction. Objet énigmatique s’apparentant à une baguette, il a la longueur d’un stylo mais n’a ni capuchon, ni bague, ni clip et aucune plume ou bille apparente. Il faut tourner son corps pour faire apparaitre ou disparaitre une plume ou une bille prête à encrer une feuille. Le designer Marc Newson, qui a conçu en 2005 l’intérieur des Airbus A380 de Qantas – la principale compagnie aérienne australienne – souligne la difficulté rencontrer pour concentrer une telle prouesse technique dans un si petit objet : « Concevoir ce stylo n’a été ni plus simple ni plus compliqué qu’imaginer l’intérieur d’un avion. La vrai contrainte était qu’il fallait faire entrer un mécanisme rotatif dans un tout petit objet ». Quatre ans d’élaboration ont été nécessaires tant ce mécanisme d’extrémité rétractable est complexe. 

Fidèle à son éthique, la maison Hermès a porté une fois de plus une grande attention aux matériaux employés. Le stylo-plume est sculpté dans de l’aluminium massif gansé de cuir (bleu cobalt, noir ou couleur ébène) tandis que la plume en or 18 carats est coiffée d’une pointe en iridium. Proposé avec six largeurs de pointes, ce stylo-plume garantit un confort d’écriture maximal. Pour l’accompagner, la maison a créé des encres exclusives, comme le rouge Hermès ou l’orange sanguine, vendues dans des étuis à cartouches qui ressemblent à des boites d’allumettes gainées de cuir.