Les Atours FreyWille Inspirés Par Vincent Van Gogh

capture_decran_2018-04-26_a_12.16.27.png

Il y a longtemps déjà que la maison Viennoise FreyWille enchante avec ses créations audacieuses et pertinentes ; des bijoux très stylisés en email décoré. Cette allure, FreyWille la tient d’une inspiration célébrant l’authenticité des pierres et matières travaillées dans une finesse exagérée. Cette saison, la maison édite ainsi deux atours inédits célébrant, à leur tour, l’audace et la palette de Vincent Van Gogh. Deux modèles de bracelet qui s’inspirent des fleurs d’amandier, élément central de l’impressionnante toile “Branche d’Amandier”.

« La météo ici est changeante, souvent venteuse avec des ciels turbulents, mais les amandiers commencent à fleurir partout » – note Van Gogh en 1888. A cette époque, le peintre à l’oreille coupée dédie son pinceau au charme d’Arles et de Saint Remy. Il en résulte un ensemble de peintures composées entre 1888 et 1890, où se lit toute l’influence de l’impressionnisme, du divisionnisme mais aussi, la matrice ultimement sensualiste des estampes Japonaises.

Suivant cette ligne, précise et pure, les bijoux FreyWille se composent autour d’un émail vibrant et décoré à la poudre d’or… Cette collection interprète avec fraîcheur toute la grâce des mouvements de Van Gogh – deux coloris différents tiennent ainsi du même enchantement. En version turquoise, L’Amandier bleu ciel resplendit dans un arrière-plan tout fait de dégradés légers et sourds… Dans une version rouge coquelicot, le bracelet L’Amandier distille un style éclatant, digne d’une ardente passion. Deux bijoux d’orfèvre à découvrir dès à présent.

Les Nouveaux Atours Freywille

freywille1.jpg

Il n’existe pareil émailleur que la maison d’orfèvre Freywille. Fondée en 1951, la maison Autrichienne encapsule une sorte de savoir-faire ancestral, précieux et ô combien magnifique dans des atours hautement désirables. La maison s’attache à conjuguer à d’anciennes techniques de travail de l’émail, une esthétique délicate et intemporelle. Pionnière dans la création de bijoux d’art en émail précieux, la maison autrichienne s’est ainsi construite sur une vision inédite de l’ornementation, alliée à la plus haute technicité…

Cet été, Freywille imagine une collection chatoyante de trois pièces d’atour inspirée du célèbre artiste d’origine slave Alphonse Mucha, tenu pour être le maître de l’art nouveau au XX siècle. Déjà en 2006, l’émailleur avait rendu hommage à l’immensité du talent de l’actrice Sarah Bernard autour d’une collection – et c’est ce grand succès que Freywille tente bien réitérer avec sa collection Poésie d’Art, Poésie d’Amour et Passion. S’il fallait décrire l’énergie et la beauté de ces nouveaux bijoux, l’on parlerait surement de modèles féeriques et colorés, ici décorés et composés autour de lignes douces et fluides. Ses courbes spirales, le bracelet Freywille les conjuguent pour la première fois depuis la création de la maison à un cerclage à l’or rose…

Et c’est justement ce cerclage doré à l’or rose qui injecte aux collections une élégance moderne et une esthétique épurée évidemment inscrite dans la lignée des intemporels éternels! Les trois 3 collections Poésie d’Art, Poésie d’Amour et Passion sont ainsi réinterprétées avec des plumes de paon dans des nuances de pierres précieuses, animal emblématique de l’art nouveau, éminemment chéri par Alphonse Mucha. L’un des mouvements les plus précieux et sans doute les plus abouties lorsqu’on en vient à parler de beau, côtoie la noblesse des bijoux Freywille… Et le résultat ne peut qu’engendrer des pièces aussi magnifiques qu’elles sont iconiques.

La Collection Claude Monet de Frey Wille

fr_mailing_cm_0114_mailing.jpg

L’univers de Frey Wille contraste avec l’air ambiant et dénote une véritable ode à la vie. Fondée en 1951 à Vienne par Michaela Frey, la maison est d’abord un atelier d’artisans locaux travaillant l’émail. En 1970, Frey s’associe à son avocat et expert comptable Friedrich Wille. Puis, à la mort de Frey en 1980, Wille prend les rênes de la maison. N’étant pas artiste, il retourne sur les bancs de l’école en s’inscrivant à l’Université des Arts Appliqués de Vienne. Là, il y fait la connaissance de Simone Gruenberger-Wille qui deviendra le chef designer de l’entreprise en 1981. Une rencontre placée sous le signe de l’amour puisqu’ils se marient quelque temps plus tard. L’amour toujours est en effet une des sources d’inspiration de la Maison. Animés par une philosophie épicurienne, les bijoux et accessoires de Frey Wille sont en effet un hommage à la vie et dont le lyrisme se lit dans la collection Claude Monet. Hymne à la joie, la ligne déclinée est un joyeux déferlement de couleurs et de formes en rappel aux formes impressionnistes. 

Artistes autant qu’artisans, les créateurs de la marque rendent également hommage aux différents mouvements qui ont marqué l’histoire de l’Art. Ici les Nymphéas de Monet viennent enchâsser délicatement le doigt. Frey Wille choisit de mêler l’univers de l’impressionniste mondialement connu à une autre forme d’art, l’Art Nouveau. Mouvement artistique créé en réaction à l’industrialisation à outrance, il s’impose quant à lui comme une évidence au sein des ateliers Frey Wille. À cette esthétique des XIXè-XXè, s’ajoute une touche néo-gothique avec un fond en référence aux vitraux. L’élaboration d’un seul bijou passe en effet par 80 étapes dont la plupart sont réalisées minutieusement à la main sur un émail travaillé avec un or de 24 carats dans un souci du détail des plus recherchés. La passion, la joie, la vie mais aussi l’idée de nature, sont autant de valeurs immatérielles dont les créations de Frey Wille se veulent l’allégorie afin d’apporter à leurs clients art et joie de vivre au quotidien. Il est vrai que les deux se marient bien car après tout, savoir vivre c’est tout un art.