Les Nouveautés Breitling Présentées au Baselworld 2018

navitimer_super_8_in_titanium_with_military_green_dial_and_brown_nato_leather_strap_kopie.jpg

C’est une nouvelle fois à Bâle que Breitling a introduit ses nouveaux modèles de garde-temps. Cette maison à qui l’on doit l’invention du premier poussoir indépendant à 2 heures en 1915 ; celle qui, en 1969, met au point le premier chronographe à remontage automatique – une base de l’horlogerie moderne… Aujourd’hui, Breitling réaffirme sa maîtrise des complications horlogères avec de nouvelles Navitimer flirtant aisément entre tradition et innovation. C’est ainsi que la Breitling Navitimer Super 8 dévoile un rapport avec la fameuse « Division 8 ». Une montre bien actuelle pour célébrer un fait d’histoire – dans les années 1930, la Royal Air Force approche la maison Breitling afin de concevoir des composants de tableau de bord. En 1937 et 1938, Breitling crée la ligne « Division 8 » pour équiper cockpits et montres militaires…

            La nouvelle Navitimer Super 8 présente ainsi un design tout droit inspiré de cette période – lunette tournante crantée et fine et marquage triangulaire… La Navitimer Super 8 emprunte ses lignes à la Reference 637 ; un chronomètre jadis porté à la cuisse par les pilotes de l’armée. Toute à la fois pratique et distinguée, la Navitamer Super 8 réitère ici le caractère audacieux de ce garde-temps autour d’un bracelet innovant. Seconde Navitamer introduite à Bâle, la Navitamer 1 Automatic 38 décalque elle aussi la plus célèbre des montres portées pas les pilotes. Le retour de cette icône – première Navitimer à trois aiguilles – signe la célébration d’une sobriété inédite.

            Dotée d’un boîtier de 38 millimètres, la nouvelle Navitamer 1 Automatic 38 avance aussi une caractéristique spécifique à l’aviation : une lunette bidirectionnelle perlée, à rochet, inspirée du modèle Montbrillant 1903. Avec son bracelet en alligator assorti au cadran tantôt bleu, tantôt noir, le garde-temps promet d’attirer une vague de fervents admirateurs. Il faut dire que Breitling édite nombre de montres d’exception. À Bâle, la maison a aussi introduit les Breitling Superocéan Héritage II – célébrant les 60 ans de la mythique montre de plongé – et les Breitling Chronomat B01 Chronograph 44 – les chronographes ultimes des pilotes. Ici, réinventés pour l’air, la terre et la mer. Une série d’icônes en devenir !

Les Nouvelles Breitling Navitimer 8

breitling_navitimer_8-icon-icon-sebastien-girard.jpg

La nouvelle collection de Breitling célèbre en réalité l’une des montres les plus révolutionnaires de l’histoire — la Navitimer, premier garde-temps à deux poussoirs. Willy Breitling n’a pourtant que 19 ans lorsqu’il reprend les rênes de l’entreprise familiale. Bercé depuis son enfance dans l’univers perfectionniste et novateur de Breitling, pour Willy, une caractéristique fait figure de défaut : les montres n’ont qu’un seul poussoir. Ainsi, en 1934, il dépose le brevet du premier chronographe à deux poussoirs — deux ans plus tard, il pense une montre de poignet. La Navitimer est née. Un cadran noir orné d’aiguilles et de chiffres luminescents : le jalon est posé dans l’histoire de l’horlogerie. 

Porté par le succès de son garde-temps, Willy Breitling poursuit sa petite révolution et, en 1938, il fonde le département Huit Aviation. Répondant aux exigences strictes de l’aviation civile et militaire, ce département propose des montres innovantes avec leur réserve de marche de huit jours. Mieux, ces pièces se distinguent aussi de celles de l’époque à travers des boîtiers très légers et une installation très facile. Les chronographes de poignet Breitling destinés à l’aviation entrent définitivement dans la légende. Et la semaine passée à Zurich, le nouveau patron de Breitling, Georges Kern annonçait la nouvelle collection Navitimer 8. Une ligne qui « rend à la fois hommage aux innovations de la marque et à ses prouesses pionnières aux premiers jours de l’aviation, mais [qui] laisse aussi entrevoir l’avenir. » 

La collection est en effet un condensé plus contemporain et graphique — simple et efficace. Les montres Navitimer 8 présentent ici un cadran dépouillé et taillé pour convaincre la nouvelle génération Breitling. Ses lignes, la dernière collection les emprunte toutefois à la Référence 768, avec sa lunette tournante et son repère triangulaire iconique… Les aiguilles légèrement redessinées, les cornes raccourcies : les Nativimer 8 revoient et corrigent ces éléments historiques des années 40. Des éléments qui, s’ils répondent à l’esthétique d’aujourd’hui, ne se substituent pas à l’icône qu’est la Navitimer 1.  Cela, Georges Kern tient à le préciser devant ses invités triés sur le volet lors de ce dîner somptueux qui s’est tenu au Hallenstadion de Zurich. « La Navitimer 8 ne remplace pas la 1. Comme porte-drapeau, nous avions besoin de quelque chose avec un design plus simple et un cadran plus clair. Tout ce que vous voyez sur la montre fait partie de l’histoire de la marque. Tout vient des instruments de bord des années 40 produits au sein du département 8 de Breitling. »

Le Légendaire Chronographe Navitimer

breitling_portrait.jpg

Breitling est une entreprise familiale, l’une des dernières manufactures horlogères suisses indépendantes. La maison horlogère est aussi l’une des seules maisons au monde à pourvoir tous ses modèles de mouvements officiellement certifiés chronomètre – le nec plus ultra de la précision, qui plus est intégralement fabriqués au sein de ses ateliers de La Chaux-de-Fonds. C’est en 1884, dans le Jura suisse, que Léon Breitling choisit de fonder une manufacture horlogère entièrement dédiée au domaine des chronographes et des compteurs. Des instruments de haute précision destinés aux sports, aux sciences et à l’industrie. A l’industrie aéronautique justement, Breitling dédie une gamme spécialisée au début des années 1930 : les chronographes de bord destinés aux cockpits d’avions. En 1952, la maison édite la toute première version de ce qui deviendra en quelques années une légende : le chronographe-bracelet Navitimer. Doté d’une règle à calcul circulaire, l’instrument de poignet, spécialement conçu pour les pilotes et les professionnels des airs, permet en effet d’effectuer et de résoudre toutes les opérations liées à la navigation aérienne. Vitesse moyenne, distance parcourue, consommation de carburant, taux de montée ou de descente, conversion de miles en kilomètres ou miles nautiques, la Navitimer a cela d’exceptionnel qu’elle encapsule dans un boîtier horloger les capacités d’un tableau de bord.

Le 24 mai 1962, c’est au poignet de l’astronaute Scott Carpenter que l’on retrouve la Navitimer ; essentiel pour distinguer le jour de la nuit lors du vol orbital de la capsule Aurora 7, le garde-temps devient le premier chronographe-bracelet de l’histoire à voyager dans l’espace. Durant près de dix ans, Breitling partage l’essor de l’aviation commerciale en équipant de ses chronographes de bord les avions à hélices, puis les jets de nombreux constructeurs et compagnies aériennes… C’est ainsi que la manufacture devient “fournisseur attitré de l’aviation mondiale“ ; dans le même temps, la Navitimer se mue en objet-culte – fabriqué sans discontinuer et sans cesse innové depuis près de 60 ans. Pourtant, il n’y a pas que dans le monde de l’aviation que la Navitimer séduit. Le long de ses pérégrinations, le dandy Serge Gainsbourg aimait à porter au poignet une réplique de la Breitling Navitimer de 1986, ancrée dans un bracelet un peu spécial. Ne pouvant supporter le contact du cuir, l’artiste avait fait en sorte que Breitling commande un bracelet réalisé sur-mesure par un bijoutier lyonnais… le bracelet, fait de métal, présentait des découpes élégantes et stylisées… Et 20 ans avant Gainsbourg, Miles Davis portait déjà la montre. Lors de son concert à la salle Pleyel en 1969, il arborait à son poignet la fameuse Breitling Navitimer, tout comme lors de son concert à Antibes.

Pour le directeur Jean-Paul Girardin, « la Navitimer, c’est notre deuxième montre icône, lancée en 1952. Il y a tout Breitling dedans, avec des spécifications de pilote, pour le calcul de navigation. C’est le plus vieux chrono sur le marché, même si tout a changé au niveau technique. Son design reste reconnaissable par rapport au modèle originel. » Mais en 2010, Breitling innove et lance la première Navitimer dotée du mouvement chronographe 100% maison : la Navitimer 01 Limited Breitling. Conjuguant les deux passions chères au fondateur, la montre unie l’horlogerie à l’aéronautique en proposant son iconique Navitimer dans une série limitée dotée du mouvement de manufacture Calibre 01. Editée à 2000 pièces en acier et 200 pièces en or rouge, la Navitimer Calibre 01 se distingue par son diamètre légèrement supérieur et son fond saphir transparent laissant l’œil admirer le mouvement d’un moteur hautes performances. Composée comme une vraie pièce de collection, la Navitimer signe le retour de sa légende en 2015 avec sa version AOPA. En hommage à la mythique Navitimer AOPA des années 1950, Breitling produit en fait une série de montres limitée à 500 exemplaires. Griffé du logo de l’« Aircraft Owners and Pilots Association » et du mouvement de chronographe automatique certifié chronomètre par le COSC (Contrôle Officiel Suisse des Chronomètres), la plus haute référence en matière de précision et de fiabilité, la Navitimer AOPA version 2015 promet d’accompagner avec encore plus de sûreté les as des cieux.