La Veste Perfecto Bouchra Jarrar Printemps-Été 2016

bouchra_jarrar_perfecto2.jpg

C’est dans la tranquillité et l’intimité de son atelier du premier arrondissent que Bouchra Jarrar a présenté sa collection Printemps-Été 2016. Une collection composée comme un vestiaire de pièces essentielles et classiques, où éléments masculins et féminins s’éprennent à fusionner. La fondatrice de la maison éponyme met ainsi en place une mode fonctionnelle et portable, où c’est le détail qui se charge de sublimer la silhouette tout en subtilité. Une véritable leçon d’épure.

Ainsi la veste perfecto s’imagine dans une veine raffinée dirigée dans un esprit “allure couture moderne“. La superposition est de mise ; une superposition d’intention et de graphisme : un peu long, un poil oversized, taillé comme il faut, le perfecto s’imagine à revers noir sur motif graphic duochrome, tandis que des découpes douces affinent l’allure de la pièce. Les pans deviennent motif quand les références animalières se brouillent dans un monochrome appréciable…

Le Perfecto Bouchra Jarrar 2015

defile-bouchra-jarrar-printemps-ete-2015-paris-look-12.jpg

Une couture actuelle, surtout conçue pour être portée, c’est tout le talent de Bouchra Jarrar. Fidèle à son esprit très parisien, Bouchra Jarrar ne mise ni sur l’opulence, ni sur l’extravagance. « Force et féminité – c’est cela la femme d’aujourd’hui. » Pour l’été 2015, elle pense une haute couture urbaine et chic, féminine et masculine, sans jamais entrer dans la confrontation des deux. Ainsi le perfecto, pièce maîtresse de ses collections, se taille dans des accents couture ; une association bi-matière aussi improbable que géniale.

Avec beaucoup d’audace, la designer mêle le rock au tweed tellement classique dans une pièce pleine de contraste, et tellement cohérente avec notre temps. Elle upgrade ainsi la veste de biker en conservant néanmoins tous ses détails. Toutes les caractéristiques y sont reprises : la fidèle fermeture éclair placée sur le côté, la ceinture intégrée ou encore, les pattes sur les épaules… Dans le mariage du chic et de l’urbain, Bouchra Jarrar fait émerger un punk en accord avec un swing à la parisienne, et une sensibilité bien féminine.

La Vision Perfecto de Bouchra Jarrar

bouchra_jarrar.jpg

Cette collection présente des silhouettes très urbaines. Plus casual que tout ce que Bouchra Jarrar a pu présenter jusque là, ses perfectos, pièces de prédilection de la créatrice, ne sont pas pour autant moins attirant. On lorgne littéralement sur sa version de l’icône de caractère. En fait, Bouchra Jarrar revisite le perfecto en mode couture ; constellé de cristal vert d’eau par le brodeur Lesage, il s’associe ici à une jupe plissée en mousseline de soie. Et, dans ce dressing à la française, la créatrice fait entrer la sensualité par un doux jeu d’asymétrie.

Pour ainsi mettre à jour l’icône de sa maison, Bouchra Jarrar a ajouté une sculpture de cuir juste au-dessus de la hanche, comme si la veste de motard obtenait ici ses entrées dans les cocktails les plus mondains. L’effet est sexy et charmant. Maniant à la perfection l’art de la découpe organique, la maison déstructure la forme classique du perfecto pour ériger, de chaque côté du cou, un col savamment déployé. Rendu ultra féminin, l’emblème rock se porte sur un pantalon colonne en satin fluide, parfois à larges galons de couleurs. Une sophistication folle !

La Précision Scientifique de Bouchra Jarrar

bouchra-jarrar-fascinee-par-la-matierem49850.jpg

Ambassadrice  d’une couture abordable, Bouchra Jarrar travaille ses coupes avec une précision extrême, analyse les proportions avec une rigueur mathématique. Ses créations d’une intemporelle modernité ont d’emblée convaincu la planète mode, avec ses silhouettes élégantes et pures, le style de la créatrice détonne au milieu des tenues clinquantes. La féminité est suggérée dans ses collections, subtilement dévoilée, jamais criarde. Consacrée par la presse, dès la présentation de sa seconde collection, Virginie Mouzat – journaliste du Figaro à l’époque, aujourd’hui rédactrice pour Vanity Fair – témoigne de  l’ingéniosité de la créatrice, de « son talent pour la rigueur, la tenue, les effets mesurés, l’anti-esbroufe se confirme. Difficile de tenir une ligne et une seule, mais Bouchra Jarrar, au sein d’une charte graphique réduite au blanc, noir, or, ivoire et marine, excelle ». 

Cette jeune fille d’origine marocaine, née à Cannes en 1970 était-elle prédestinée à devenir une étoile au sein de la galaxie mode ? Son intérêt pour la couture va mûrir tout au long de son enfance, au fil des pages de magazines qu’elle découvre avec curiosité. Elle déménage à Paris à 21 ans et sort diplômée après trois ans d’études à l’Ecole Supérieure des Arts Appliqués Duperré. C’est en 1996 qu’elle commence à travailler pour Balenciaga, une heureuse collaboration qui durera 10 ans. Elle poursuit sa carrière professionnelle auprès de Scherrer et de Christian Lacroix. La fermeture de la maison Lacroix est une opportunité qu’elle prend pour un signe du destin : c’est le moment pour elle de se lancer, seule, dans la cour des grands : « A un moment j’ai juste senti qu’il était temps de faire ce que je savais faire: du prêt-à-porter haut de gamme » se remémore la créatrice.

Sa mode est rigoureuse, rien ne doit dépasser. Le monde de la Couture est réputé pour son opulence ? Qu’à cela ne tienne, les créations qu’elle propose pourront être portées au quotidien, du matin au soir. D’où lui viennent ses idées ? « L’arrière pays niçois et mes racines méditerranéennes me nourrissent. Cependant, j’essaie de ne pas me charger d’influences car je privilégie l’épure, le minimaliste, pour ne garder que l’essentiel. Plus que le vêtement, c’est la femme qui m’inspire » confie t-elle. Après ses lignes Couture, c’est le domaine du Prêt-à-porter qu’elle va investir avec la même exigence. Pour sa collection Couture printemps-été 2013, la créatrice a fait défiler ses silhouettes entre les statues du musée Bourdelle dans le XVè arrondissement de Paris. Ses collections sobrement numérotées ont pour marque de fabrique une palette de couleurs bien précise : noir, bleu marine, ivoire et beige constituent les coloris phares de la marque. Les silhouettes sont toujours à la fois minimalistes, chics et précises. « J’ai un amour absolu pour la matière, je sais tout de suite comment elle va tomber, comment on peut la tenir pour que le corps de la femme soit sublimé », et ça se voit.