La Big Bang E Par Hublot, Une Icône Connectée

La plus iconique des montres du répertoire Hublot abat une nouvelle frontière avec la Big Bang E. Une version inédite de l’icône, cette fois changée en montre connectée.

Hublot, La Fusion Entre Le Digital Et Les Matières Traditionnelles

On le sait, Hublot porte « l’art de la fusion » au coeur de sa création. Et c’est dans le logo même de la maison que l’on peut lire toute l’ambition portée, dès 1980, par Carlo Crocco, fondateur de Hublot.

Ainsi, les icônes que comptent le répertoire Hublot ne cessent de se réinventer au prisme des avancées technologiques ou esthétiques. Parmi elles, la montre Big Bang, imaginée en 2005.

La Nouvelle Big Bang E

La montre référence de l’UEFA se pare ainsi d’un nouveau concept faisant de la Big Bang E une montre connectée. Digitale, certes, mais une montre trempée du caractère et de l’esthétique Hublot.

Le CEO de Hublot, Ricardo Guadalupe, détaillait ainsi: « Nous voulons créer un nouveau marché avec une smartwatch de luxe qui s’adresse à une clientèle friande de technologie, mais qui recherche une montre connectée se différenciant par la qualité des composants extérieurs (qui sont exactement les mêmes que la Big Bang mécanique), un design reconnaissable (celui de notre icône, la Big Bang), ainsi que par sa rareté. »

Et il est vrai que la nouvelle Big Bang E révolutionne une fois encore le secteur de l’horlogerie. Boîtier céramique ou titane, bracelet caoutchouc, le système d’exploitation Wear OS de Google… « L’art de la fusion » Hublot opère donc autour de cette montre taillée entre technologies digitales et matières traditionnelles.

Les Fonctions de la Big Bang E Hublot

Car là où l’on peut aisément distinguer tous les codes de la Big Bang, la nouvelle Big Bang E Hublot surprend avec des fonctions jusque là inédites !

A côté des fonctions traditionnelles d’heure et de date, la Big Bang E dispose d’une fonction de cadran GMT… Couplée avec une représentation de la Terre, bénéficiant d’un effet 3D hors norme !

Ricardo Guadalupe précise encore: « Nous avons également développé un cadran calendrier perpétuel numérique d’une précision parfaite, impossible à créer mécaniquement. Vous pouvez voir la lune exactement comme vous pouvez la voir dans le ciel. Nous avons également décidé de faire participer nos ambassadeurs #Hublotlovesart, avec une première série de huit cadrans issus de l’imagination de l’artiste Marc Ferrero. Durant la journée, toutes les trois heures, le cadran change de couleur, ce qui permet de voir défiler les huit créations en 24 heures. La montre rythme donc la journée quand vous la portez. »

Le verre de l’iconique cadran de la Big Bang se couvre cette fois d’un écran tactile — à l’intérieur, le processeur Qualcomm Snapdragon wear permet à la Big Bang E de s’accommoder des fonctions d’une puce ePop… Soit à 1 Go de Ram et 8 Go d’espace de stockage.

De quoi décupler la désirabilité déjà exponentielle d’une telle icône de l’horlogerie, inspirée d’un hublot de navire… La Big Bang se réinvente en effet très vite, tant son design s’y prête allègrement !

Hermès, Une Nouvelle Montre Arceau d’Exception

La maison Hermès est depuis longtemps derrière les plus beaux objets de la mode et de luxe. Cette fois, c’est une nouvelle vision de l’iconique montre Arceau qui démontre l’extrême raffinement de la maison Hermès. La montre Arceau Harnais Français Remix.

La nouvelle Arceau présente, dans un cadran taillé façon miniature porcelaine peinte, un cheval fou de fantaisie ! Une véritable prouesse esthétique.

La Montre Arceau, Objet Du Temps Hermès

Le Savoir-Faire Hermès Et La Montre Arceau

Dans l’univers Hermès, le cheval tient une place particulière. D’abord dans l’histoire même de la maison. Car avant d’être la maison derrière les pièces les plus exquises de la mode et du luxe, Hermès est une sellerie. Et au lieu d’abandonner son expertise et son savoir-faire au tournant du XXème siècle, Hermès a su créer des pièces de mode et de luxe au diapason de cet héritage.

Arceau Cheval D’Orient Limited edition, 2014

Ainsi, le savoir-faire Hermès permet à la maison Française d’exceller dans nombre de domaines. Dans la fabrication des selles, toujours, mais aussi dans la maroquinerie, avec ce qui est sans doute le sac le plus recherché au monde. Le Kelly.

Aussi et surtout, le savoir-faire Hermès et l’esprit innovant de ses collaborateurs a amené la maison à entrer dans l’univers de l’horlogerie. Avec beaucoup d’émotion et de raffinement.

L’histoire de la montre Arceau est de cela. Une montre qui, comme nombre d’objets du désir signés Hermès, porte la légèreté de l’inattendu ! Un peu plus tôt en 2020 déjà, le temps Arceau Hermès se réinventait dans une version squelette.

La montre imaginée par Henri d’Origny en 1978, à partir du mouvement d’un cheval lancé au galop, peut tout ! Et notamment la singularité de l’exception…

La Nouvelle Arceau Harnais Français Remix

La nouvelle Arceau Harnais Français Remix, plutôt que de mesurer, séquencer, contrôler le temps, vise à en saisir l’émotion.

Dans cette version exceptionnelle, limitée à 24 exemplaires numérotés, la nouvelle Arceau Harnais Français Remix honore ainsi le cheval, la fantaisie et l’artisanat sans pareil sur lequel peut se reposer la créativité de la maison Hermès.

La nouvelle Arceau Harnais Français Remix, montée sur un bracelet en alligator framboise, reprend un dessin original signé Hugo Grygkar, dessinateur de la maison entre 1940 à 1959.

Hugo Grygkar s’était inspiré d’une œuvre conservée dans la collection privée d’Émile Hermès — un attelage de chevaux richement caparaçonnés et coiffés de plumes multicolores, dessiné par deux jeunes architectes du XIXème siècle – Fontaine et Percier – chargés de concevoir un carrosse pour le sacre de Napoléon 1er en 1804…

C’est ce dessin que l’on retrouve désormais reproduit sur un ‘biscuit‘ de Porcelaine de Limoges. Une prouesse esthétique, gravée à la main, qui a abouti au terme de près d’un mois d’ouvrage.

« L’aspect mat et délicat de la matière correspond à l’étape de fabrication précédant l’émaillage, procédé qui rend la porcelaine lisse et brillante. Ici, les différentes couleurs sont appliquées directement sur cette matière brute au rendu si singulier. La pose délicate de chaque coloris est intercalée de passages au four, successifs et précis, pour fixer et sublimer les pigments » précise la maison Hermès.

Et il est vrai que cette Arceau Harnais Français Remix tient du sublime ! Ornée d’un cadran de porcelaine gravé et peint à la main, lovée dans un écrin d’or blanc serti de 82 diamants… La montre s’anime grâce au mouvement mécanique à remontage automatique H1912 de la maison Hermès.

L’Arceau Harnais Français Remix est une pure merveille signée des savoir-faire éminemment exceptionnels de la maison Hermès !

Les Deux Nouvelles Montres Blancpain

La collection Villeret de Blancpain se complète de deux nouvelles montres — une interprétation des modèles Villeret Ultraplate et Villeret Quantième Complet.

Les Nouvelles Montres Blancpain Villeret

Imaginée au début des années 80, la collection Villeret de Blancpain déploie toute son élégance autour d’un boîtier double pomme à la silhouette fine, un cadran sobre, des index appliques façonnés en or, ainsi que des aiguilles en forme de feuilles de sauge.

Caractérisée par des lignes épurées et une élégance pure donc intemporelle, la collection Villeret se complète cette année de deux montres !

La Villeret Ultraplate

La montre Villeret Ultraplate à quantième de 38 mm porte en elle les codes clé de la collection… Dans son charme blanc ou opalin, résultant qu’elle soit taillée dans l’acier ou l’or rouge, la montre Villeret Ultraplate est lumineuse.

Il faut dire que les 28 appliques en or patiemment disposées et fixées à la main pour former les index en chiffres romains y contribuent largement.

Piquée d’aiguilles en forme de feuilles de sauge évidées, l’indication des heures et des minutes se complète d’une fine aiguille ornée des initiales du fondateur de la maison, Jehan-Jacques Blancpain… Une montre facile mais noble qui, dans sa simplicité, fait régner une certaine sérénité à la vue du cadran.

La Villeret Ultraplate révèle toutefois la beauté de son mouvement riche en structures et contrastes au dos de son fond saphir. Le calibre Blancpain 1150, perlé et décoré des traditionnelles côtes de Genève.

De quoi transcrire avec finesse et pureté la marche du temps..

La Villeret Quantième Complet

L’autre nouveauté Blancpain, c’est cette nouvelle interprétation du Quantième Complet.

Icône de la collection Villeret, ce Quantième Complet à phases de lune de 38 mm combine aux codes de la maison, de légendaires complications horlogères. Et ce, puisque la complication qui reproduit les cycles de l’astre a été remise sur le devant de la scène par Blancpain, en 1983.

En effet, le quantième complet figure parmi les complications phares de Blancpain. Un succès qui tient d’abord à son utilité, mais aussi à sa beauté !
De fines ouvertures permettent ainsi l’affichage du jour de la semaine et du mois. Pour l’indication de la date, Blancpain utilise le plus souvent une aiguille serpentine en acier bleui.

Une forme qui fait écho à la tradition horlogère du XVIIIème siècle, qui voulait que les informations secondaires d’une montre soient données par une aiguille de forme caractéristique.

La nouvelle Villeret Quantième Complet introduit ainsi un cadran qui arbore des index élancés subtilement retravaillés et des aiguilles en forme de feuilles de sauge évidées.

La phase de lune fut également redessinée… L’idée est toujours la même: aboutir à une lecture claire, et à la pureté stylistique des montres signées Blancpain.

Là encore, le large fond saphir de la Villeret Quantième Complet dévoile les finitions exceptionnelles du calibre automatique 6763. Entièrement conçu et réalisé par la maison, ce mouvement est doté d’une réserve de marche de quatre jours et abrite un spiral en silicium… Une montre esthétique donc, disponible en acier avec un cadran blanc et en or rouge avec un cadran opalin.

Deux nouveautés Blancpain, à découvrir dès à présent.

La J12∙20, Condensé Des Codes Iconiques De Chanel

On connaissait déjà la révolution J12, voici Chanel qui édite sans doute sa montre la plus emblématique des codes de la maison.

L’année 2020 marque l’anniversaire des 20 ans de la montre J12. Une montre qui, en 2000, révolutionna l’allure des montres féminines.

La Révolution J12, Le Masculin Féminin

On connait le génie de la maison Chanel à transfigurer les éléments du vestiaires masculins en ode à la féminité. C’était déjà le cas du temps de la mythique Coco Chanel.

D’ailleurs, le cinéma ne s’y trompa guère. Nombre d’actrices, et de films, ont fait appel à Coco Chanel. A commencer par le président de la MGM, dans les années 1930. Chanel et le cinéma, c’est une histoire !

De la veste en tweed, au jersey en passant par les chaînes… Coco Chanel a aisément pioché dans le vestiaire de ses amours la grammaire de sa mode. Une mode franchement éternelle qui, en 2000, gagne une nouvelle fois à être interprétée dans le monde de l’horlogerie.

On parle bien d’une nouvelle fois, car en 1987 déjà, la maison Chanel imaginait la Première. Montre iconique, elle aussi…

Ainsi en 2000, la maison Chanel introduit la J12. Une montre sacrément innovante. Parce qu’elle se présente comme une montre féminine mais qu’elle joue des codes massifs des garde-temps masculins, la J12 est un pur produit du vocabulaire Chanel.

Taillée dans la céramique, noire d’abord puis blanche en 2003, la J12 ne tarde à attirer l’attention. Sacrée première icône horlogère du 21ème siècle, la J12 est d’une beauté hypnotisante.

Une allure éternelle qui donne au poignet féminin une audace aussi éternelle qu’un diamant !

Et voici qu’en 2020, le garde-temps J12 fête ses 20 ans autour d’éditions d’un raffinement extrême. Les codes Chanel en prime !

La J12∙20, Un Condensé Des Codes Chanel

Avoir 20 ans rime souvent avec réinvention. A cela, la J12 s’est prise d’une envie de jouer… Du répertoire hautement iconique de la maison Chanel !

Un condensé des codes Chanel, voilà bien ce qu’ont travaillés les ateliers Haute Horlogerie de la maison de la rue Cambon.

Le sac 2.55, le camélia, la bouteille du N°5, la veste en tweed… Si ces pièces phares sont désormais connues et désirées de tous, une fois piquées dans la géométrie de la J12, elles se réinventent plus chic encore !

Avec ces motifs légendaires polis rhodiés sur la lunette et le cadran… La J12∙20 est ainsi la montre la plus Chanel qui soit. Une montre plus merveilleuse encore, dans sa version ponctuée de 12 diamants ! Une irrévérence qui figure l’essence même du chic Chanel.  Une exception limitée à 2020 exemplaires.

Déclinée dans une version Haute Horlogerie en émail, numérotée et limitée à 5 pièces. Une référence au numéro fétiche de Mademoiselle.

Et justement, le Studio de Création Horlogerie a édité cette année aussi une montre-bijou à l’aune de la figure éternelle de Mademoiselle. Une ligne Mademoiselle Privé Bouton comme une véritable figuration de l’adoration de Gabrielle Chanel pour les boutons et les galons. On retrouve ici le lion, le camélia, la croix byzantine — les véritables grigris de Chanel.

Et la manchette Mademoiselle Privée Bouton de Chanel s’inscrit déjà dans l’histoire des Art Décoratifs. Doublée d’un calibre hautement performant, un mouvement quartz de haute précision.

La Speedmaster Omega 38 mm Se Pare d’Or

La montre qui a marché sur la Lune adopte une allure autrement plus éblouissante encore — taillée dans l’or. 

Elle a marché sur la Lune au poignet de Buzz Aldrin. La mythique Speedmaster se réinvente cette fois coulée dans l’or Sedna. 

La Speedmaster 38 mm, De La Lune à L’Or

La Speedmaster 38 mm En Or 18 Carats

La Speedmaster 38 mm s’invente dans une vision plus féminine. En prenant pour point de départ les lignes rondes mais puissantes de l’icône Speedmaster aussi nommée Moonwatch, la Speedmaster 38 mm gagne en raffinement… 

Idéale pour les femmes du monde entier qui l’ont déjà adopté, la montre qui a contribué à la conquête spatiale repousse encore un peu plus les limites. Cette fois, ce sont les standards du luxe qui se réinventent… façon or 18K, le garde-temps qui a participé aux six alunissages des missions Apollo a de nouvelles élégance à définir ! 

La Speedmaster 38 mm en or 18 carats, c’est deux versions, deux choix. Mais toujours la sensationnelle échelle tachymétrique sur lunette.

Les Deux Nouveaux Modèles De La Speedmaster 38 mm

En or 18k, la silhouette de la Speedmaster est galbée de sophistication. Une matière qui s’harmonise autour de couleurs douces et la rondeur de compteurs ovales…

Le premier modèle de la collection est ainsi monté sur un bracelet en cuir brun-taupe. Composé autour de tonalités flamboyantes de l’or Sedna, il s’adoucit au contact d’un cadran crème argenté. Les aiguilles, taillées dans l’or Sedna, elles aussi, propulse une élégance et une simplicité épurée… 

Le second modèle se décline en or jaune 18K. Un or lumineux qui, autour d’un cadran opalin argenté et un bracelet en cuir vert, magnifie un peu plus le caractère élégant et raffiné de la Speedmaster 38 mm. Les aiguilles, alternativement en or jaune 18K ou vernies de vert, capturent le temps avec une passion pour la sophistication. 

Deux versions, deux choix puisque chacun des ces modèles est proposé surmontée de l’échelle tachymétriquesur une lunette en aluminium. Ou d’une innovante lunette double dont l’intérieur est en aluminium. Son pourtour serti de 90 diamants taille pleine… Le charme pur !

La Montre Iconique Omega, La Moonwatch Speedmaster

Une montre très recherchée pour sa beauté et son histoire. C’est cette montre qui marcha sur la Lune, au poignet de Buzz Aldrin. 

Avant de devenir la Moonwatch, la montre iconique Omega est appelle Speedmaster. C’est après avoir marché sur la Lune, au poignet de Buzz Aldrin, qu’elle prit le nom de Moonwatch. Mais alors, quelle est l’histoire d’une des montres les plus exceptionnelles? 

Omega Et La NASA

L’esprit pionnier d’Omega rencontre rapidement les exigences de la NASA. Utilisée lors des six missions lunaires, l’icône Speedmaster devient légendaire !

 Les Performances Des Montres Omega

C’est simple, les montres Omega furent les seules capables de répondre aux exigences techniques des aventuriers de l’espace. Il faut dire que dès sa fondation au XIXème siècle, la maison Omega est habitée du même esprit pionnier. Et de cette recherche de précision. 

Dans les années 50, les performances des montres Omega furent d’abord imaginées pour répondre à la demande des pilotes de courses. La vitesse et les courses, quelles soient marines ou terrestres, sont alors une fascination pour le monde entier. Pour Omega, aussi ! 

En 1957, la maison édite ainsi un trio de montre dédiés à la course. L’Omega Seamaster 300, l’Omega Railmaster et de l’Omega Speedmaster. Cette-dernière se destine principalement aux pilotes automobile. Mais avec son allure et son cadran, la Speedmaster va rapidement attirer l’attention. 

C’est la première montre-bracelet chronographe à être travaillée autour d’une échelle tachymétrique. Et cette échelle tachymétrique vient se placer sur la lunette, et non sur le cadran — une façon pour le pilote de la lire d’un coup d’oeil ! 

Au même moment, la NASA s’attache à réaliser la promesse faite par J. F. Kennedy — celle d’aller sur la Lune. Nous somme en 1961, et la NASA va tout mettre en oeuvre pour y aller. 

En prévision des vols extraterrestre Gemini et Apollo, elle approche les grands noms de l’horlogerie. Rolex, Longines, et Omega… Le cahier des charges est très précis. Les tests sont d’une ampleur sans précédent. 10 montres sont retenues. 

La NASA cherche en fait à équiper les astronautes d’une montre-bracelet précise et fiable dans le but de mesurer avec exactitude leur temps de sortie hors de la capsule… Rapidement quatre sont éliminées et, pendant un an, les six restantes subissent les épreuves du chaud (70 °C puis 93 °C), du froid (- 18 °C pendant 4 heures), du vide (la montre subit une pression de 10-6 atmosphères avant d’être chauffée à 70 °C puis refroidie à – 18 °C) . Humidité, corrosion, chocs, accélération, décompression, vibration, bruit acoustique… 

 Les performances de l’Omega Speedmaster résistent à ces conditions lunaires. Elle est ainsi homologuée pour toutes les missions spatiales, dès 1965… Animée par l’emblématique calibre 321. 

La Speedmaster et la Conquête Spatiale

La Speedmaster s’envole une première fois pour la galaxie en octobre 1962, au poignet de Walter Schirra. Choisie par l’astronaute pour la mission Sigma 7 du programme Mercury… A partir de ce moment-là, Omega fait de l’espace son terrain d’exploration.

Précision, lisibilité et robustesse. Le 20 juillet 1969, à 2h56 GMT, c’est lors de la mission Apollo 11 qu’au poignet de Buzz Aldrin, le garde-temps devient la première montre à côtoyer la Lune. Elle prend alors le surnom de Moonwatch. 

Le Gant de Buzz Aldrin qui marcha sur la Lune

Puis vint la mission Apollo 13… « Houston, we have a problem. » Lors du trajet menant à la Lune, le réservoir d’oxygène explose, endommageant gravement le module, et provoquant une importante panne à bord. Une panne qui a bien failli coûter la vie à l’équipe. 

Là, la montre Speedmaster a joué un rôle crucial. Lorsqu’il fallut retourner sur Terre, les astronautes eurent l’idée de remplacer les équipements cassés par leur Speedmaster. Ainsi, ils furent en mesure de chronométrer le temps exact d’allumage des fusées de la capsule – une poignée de secondes – afin de pouvoir rentrer dans l’atmosphère sans gaspiller l’énergie qui était, à ce moment précis, à son niveau le plus critique. 

Les instruments électriques n’étant plus opérationnels, la Speedmaster a bel et bien sauvé la vie des astronautes. Cet incident évitant l’accident valu à Omega un Snoopy Award, récompense remise par les astronautes aux collaborateurs et fournisseurs en remerciement d’un travail ayant permis d’améliorer la sécurité. 

La conquête spatiale, ce garde-temps y a ainsi participé avec les six alunissages de la mission Apollo. Dans le même temps, le Speedmaster atteignait le statut d’icône. 

Omega Et La Speedmaster Au Fil Du Temps

Pendant plus d’un demi-siècle, l’Omega Speedmaster a été au cœur de nombreux grands moments de l’histoire, des moments qui ont mis à l’épreuve l’endurance physique et le courage humain. 

C’est cela qui est tour à tour célébrer dans des éditions exceptionnelles de la Speedmaster. 

 Des Editions Exceptionnelles

En 2015, la nouvelle Speedmaster Moonwatch Professional Silver Snoopy Award célèbre l’anniversaire du sauvetage de la mission Apollo 13. C’est ainsi tout naturellement que le fond plein revêt un médaillon Snoopy en argent 925 – Snoopy, la mascotte de la Nasa, et peut être l’ange gardien de la mission Apollo 13.

Le chronographe fonctionne sur un calibre Omega 1861 – un chrono à remontage manuel offrant 48h de réserve de marche – le tout fixé au poignet le long d’un bracelet nylon. Mais la nouveauté résidait alors dans ce blanc immaculé.

Mieux, la Speedmaster Silver Snoopy Award amène à la réflexion lorsque l’oeil se pose sur l’inscription : « Que pourriez-vous faire en 14 secondes ? Car, lorsqu’il fallut retourner sur Terre, les astronautes de la mission Apollo 13 ont eu besoin de 14 secondes… Soit le temps d’allumage des fusées de la capsule afin de pouvoir entrer dans l’atmosphère terrestre.

2016. La Speedmaster Grey Side of the Moon est un vibrant hommage au rôle pionnier joué par Omega en matière d’exploration spatiale. En misant sur des matériaux innovants, un mouvement mécanique révolutionnaire et une apparence du modèle originel respectée, la maison ne cesse de rassembler de nouveaux amateurs autour de la Speedmaster.

Associant design et innovation révolutionnaire, Omega conjugue exploration spatiale, technologies et matériaux inédits pour toujours plus d’élégance. La nouvelle Speedmaster Grey Side of the Moon s’inspire de la poussière lunaire foulée par les astronautes à chaque mission et est constituée d’un authentique morceau de météorite. 

Son nom évoque un voyage spatial à travers des pluies de météorites jusqu’à la mystérieuse planète rouge Sedna et porte en lui des inspirations célestes. Cette nouvelle venue dans la collection Omega Speedmaster raconte l’histoire de la mission Apollo 8, illustrant la phrase prononcée par l’astronaute Jim Lovell « La lune est essentiellement grise ».

Ce modèle futuriste n’est pas seulement une invitation à l’aventure, il est également d’une élégance incomparable. 

La Montre D’Ultraman et… James Bond

Lorsque la plus iconique des montres Omega se met aux couleurs d’une icône de la culture populaire, cela ne pouvait donner naissance qu’à une pièce éminemment désirable.

La Speedmaster Speedy Tuesday distille ainsi un style science-fi empreint de références Japonaises des années 70. Oui, le héros Ultraman est au Japon ce que James Bond est à l’Angleterre. Mais ici, la figure incarne avec un détachement quasi-kitsch l’histoire spatiale de l’humanité! 

Imaginé par Tsuburaya Productions, Ultraman est en réalité l’un des plus fameux exemples du genre ‘kaiju’ ou ‘monstre géant’. Alors, lorsque cet univers un brin déjanté rencontre la technique, le savoir-faire et l’esthétique très iconique de la Moonwatch Omega de 1967, le résultat est intéressant.

Il y a d’abord l’orange fou qui teinte l’aiguille des secondes; assorti aux costumes de la patrouille scientifique anti-monstres de la série. Viennent ensuite des compteurs Speedmaster classiques, ici clairement taquins! La ‘Speedy Tuesday’ réserve en effet quelques surprises…

James Bond, lui, aime les Seamaster. Depuis 1995, le plus élégant des espions Britanniques porte toujours des OMEGA Seamaster dans chaque film.

C’est la costumière Lindy Hemming qui en a fait la favorite de l’agent 007 dans GoldenEye. 

« J’étais convaincue que le Commandant Bond, gentleman feutré issu des rangs de la marine britannique, était fait pour porter la Seamaster avec le cadran bleu. »

Mais ça, c’est l’histoire d’une autre icône de l’horlogerie. Celle de la Seamaster.

La Seamaster d’Omega

La maison Omega compte la Seamaster parmi ses montres iconiques. Un garde-temps conçu pour l’exploit maritime. 

Omega, c’est la maison à laquelle la NASA a su faire confiance pour envoyer ses hommes dans l’espace. Et c’est aussi la maison qui a su créer des montres pour les explorateurs des abysses ! 

L’Histoire De La Seamaster Omega, Explorations Marines Et Jeux Olympiques 

Créée, en 1948, la Seamaster est une montre taillée pour l’exploit.

La Seamaster, montre de plongée professionnelle

En 1932, l’icône Seamaster s’esquisse avec le projet Marine. Projet initié par Omega afin de concevoir la première montre-poignet dédiée aux exigences des plongeurs…

Avec ses aiguilles et repères phosphorescents, elle garantit ainsi une bonne visibilité sous l’eau. Testée dans le lac Leman, elle est la première montre de plongé à être commercialisée. 

Publicité pour la montre Marine, Omega

Très vite, l’inventeur de la bathysphère, Charles William Beebe, popularise cette montre de plongée Omega. Elle est, dit-il, « une véritable avancée pour les sciences horlogères. »

Charles William Beebe, à la sortie de son bathysphère

« J’ai porté mon Omega Marine dans l’océan Pacifique à une profondeur de 14 mètres, là où la pression est deux fois supérieure à la normale. Son étanchéité à l’eau et à la poussière ainsi que sa résistance à la corrosion représentent une véritable avancée pour les sciences horlogères » 1936, Charles William Beebe

Directement inspirée de cette Marine, la Seamaster voit alors le jour en 1948. Année du centième anniversaire de la maison Omega, fondée par Louis Brandt, en 1848. 

Charles William Beebe

La Seamaster, montre de plongée professionnelle, reprend alors les aiguilles et repères phosphorescents de la Marine. D’ailleurs, pendant la Seconde Guerre Mondiale, c’est la Royal Air Force Britannique qui l’adopte. Un an plus tard, inspiré par les ornements des gondoles vénitiennes, l’hippocampe vient se graver sur la Seamaster. 

C’est le début des exploits, portés par la Seamaster. Dotée d’une valve à hélium pour évacuer le gaz lors de la plongée, les montres Omega mélangent noir scintillant et bleu nuit, pour un total voyage sous-marin…

Le commandant Cousceau… L’apnéiste Jacques Mayol établit un record mondiale, en 1981, avec sa Seamaster 120. Il plonge à 101 mètres de profondeurs…

Testée dans des conditions extrêmes dans un souci d’amélioration continuelle, chaque Seamaster prétend à l’excellence. La montre conjuguant ainsi durabilité, précision et esthétique.

Des différentes collections Omega, la Seamaster est aujourd’hui la plus ancienne. Mais elle n’en bénéficie pas moins, avec chaque nouveau modèle des dernières avancées technologiques.

Ainsi, la Seamaster Planet Ocean fut la première montre à associer la céramique à la technologie Liquidmetal, un alliage à base de zirconium. 

Le résultat est la traduction matérielle de l’ambition Omega : une durabilité accrue, mais esthétiquement sublime. 

Car si la résistance est de rigueur, la marque n’entend pas pour autant sacrifier le design de ses montres.

Design sportif, verre inrayable et antireflet, bracelet en acier, étanchéité garantie jusqu’à 500 pieds… Tout la prédestine à affronter l’inconnu. Rien d’étonnant de la part d’une maison d’horlogerie qui fait du mythe son quotidien.

On se rappelle de la Speedmaster, première montre à avoir été portée sur la Lune, au poignet de Buzz Aldrin. On se souvient, aussi, que depuis 80 ans, Omega est le chronométreur officiel des Jeux Olympiques

La Seamaster Et Les Jeux Olympiques 

1932, à Los Angeles. Omega devient le chronomètre officiel des Jeux Olympiques. 2012, à Londres « If you start me up I’ll never stop! » Dès les premières notes du spot d’Omega pour les Jeux Olympiques, on entre dans la compétition, au rythme des Rolling Stones. 

Acteurs, sportifs, héros de fiction… Un seul point commun entre tous les ambassadeurs de la Seamaster : ce sont tous des hommes d’exception, pour qui la vie est un combat dans lequel ils se jettent avec enthousiasme. Porter la Seamaster, c’est refuser l’habitude, c’est relever un défi.

Chrométreur officiel des JO, Oméga introduisait cette année là sa nouvelle collection Seamaster Planet Ocean.

Fait méconnu, la Seamaster fut initialement aussi pensée comme une montre adaptée à la ville. Peu étonnant de voir James Bond porté, à son poignet, une Omega Seamaster 300.

Dans plus d’un épisodes depuis que Lindy Hemming, la costumière multi-récompensée, en a fait l’incarnation du commander. Raffiné et homme d’action. Une montre élégante et, donc, un instrument indispensable à l’espion.  

La J12, L’Icône Chanel A 20 Ans

Imaginée au tournant de l’an 2000, la montre J12 de la maison Chanel a devancé son époque sur nombre de questions. Une montre radicalement chic, à la singularité aujourd’hui incarnée dans une campagne anniversaire.

L’Histoire de La J12 de Chanel

Editée en 2000, la montre J12 est très vite devenue l’une des montres emblématiques de la maison de le rue Cambon. Avec un chic indéniable!

C’est que l’esprit de la J12 distille tout de celui de Coco Chanel. Il y a sa couleur, d’abord. La maison Chanel a habillé la J12 d’une céramique glacée, tantôt noire, tantôt blanche. Il y a le masculin-féminin, ensuite.

Montre J12 Chanel, Blanc

On connait l’attrait de Coco pour le vestiaire masculin, et sa révolution en jersey en passant par le tweed et mythique petite veste Chanel. La J12 introduit ainsi la même élégance organique, sur un écran un brin imposant, et un bracelet en maillons… Racée, puissante mais extrêmement subtile.

Et c’est au regretté Jacques Helleu que l’on doit ce design. Lui qui déjà avait fait entrer la griffe aux deux C dans le monde de l’horlogerie en 1987, avec la montre Première.

Montre J12 Chanel, Noir

Première montre icône du XXIe siècle signée Chanel donc, voici que la J12 célèbre son vingtième anniversaire !

La Campagne Anniversaire de La J12

C’est autour d’une série de vidéos, glacée dans le noir et blanc favori de Coco, que Chanel retrace avec grâce et poésie ce que représente le temps, de 20 ans.

Naomi Campbell pour la montre J12 Chanel, 20 ans

« 20 ans ce n’est pas assez pour… »

Claudia Schiffer, Liu Wen, Naomi Campbell ou encore Vanessa Paradis… Autant d’égéries chères à la maison Chanel qui, chacune, donne à voir un peu de la vision de la J12.

Ali Macgraw pour la montre J12 Chanel, 20 ans

Pour Ali Macgraw, icône absolue du Hollywood des années 60 et 70, « 20 ans ce n’est pas assez pour… »

« 20 ans, ça ne suffit pas pour faire toutes les choses que j’ai envie de faire » dit-elle face caméra, distillant là tout le chic d’une muse Chanel.

Finalement, la J12 est une affaire de seconde, de temps, de poésie et de chic radical. Le tout, distillé dans une montre qui, elle, en 20 ans, a su devenir une icône de l’horlogerie.

La Fifty Fathoms de Blancpain, Montre Iconique

Une montre taillée pour le corps d’élite des Nageurs de combat de l’armée Française devenue l’une des icônes esthétiques de l’horlogerie — la Fifty de Blancpain se raconte autour de ses innovations.

Blancpain Et L’Unité Des Nageurs De Combat

Comment née une montre taillée pour une unité d’élite de l’armée Française? Par la volonté conjointe de deux hommes. L’un était capitaine, l’autre lieutenant. Et, à force de désillusions hologères, ils décidèrent de tailler une montre à leur mesure.

Car voilà l’histoire de la montre Fifity de Blancpain — tout a commencé dans les années 50, lorsque le capitaine Robert dit Bob Maloubier et le lieutenant Claude Riffaud décident, ensemble, de créer une montre qui réponde à leurs besoins caractéristiques.

Le duo derrière la création de l’unité des Nageurs de combat veut en effet une montre capable de résister à tout, notamment aux champs magnétiques. Et surtout capable d’offrir une lecture optimale du temps de plongée. Bob Maloubier cherchait alors, de ses propres mots: « une montre avec un cadran noir de grands chiffres et des indications claires sous la forme de triangles, cercles et carrées ainsi qu’une lunette extérieur tournante qui reprend les repères du cadran. »

« Finalement, une petite entreprise horlogère, Blancpain, accepta de développer notre projet qui prévoyait une montre avec un cadran noir, de grands chiffres et des indications claires sous la forme de triangles, cercles et carrés ainsi qu’une lunette extérieure pivotante qui reprenait les repères du cadran.

Nous souhaitions au début d’une plongée être en mesure de positionner la lunette en regard de la grande aiguille des minutes afin d’indiquer le temps restant. Nous voulions enfin que chacun des repères soit aussi évident qu’une étoile pour un berger » écrit, dans sa biographie, Bob Maloubier.

En 1954, la montre Fifty Fathoms de Blancpain est introduite à Bâle. Nous sommes un an avant le lancement de la légendaire Submariner de Rolex, ce qui fait de la Fifty Fathoms la première montre de plongée destinée aux professionnels.

La Montre Fifty Fathoms de Blancpain

La montre Fifty Fathoms de Blancpain ainsi introduite à Bâle en 1954 présentait un diamètre à contre-temps de son époque — avec 41mm, le cadran est plus large. Dotée d’aiguilles et d’index luminescents, la Fifty Fathoms cherche à remplie sa mission principale: celle d’offrir une lecture optimale, en toutes circonstances.

Trois brevets en sortent — l’un protège la couronne doublement verrouillée, un second le système de joints toriques qui visse le fond, et enfin c’est la lunette et son mécanisme de blocage qui bénéficient d’un brevet. Une petite révolution dans le monde horloger, et voici la Fifty Fathoms de Blancpain qui pose les nouveaux jalons de l’exigence horlogère.

En 1954, la montre présente en effet la quasi-totalité des caractéristiques indispensables aux montrse répondant à la norme NIHS 92-11 ISO 6425… Cette norme, posée en 1996, signe les caractérisées clé des montres de plongée !

Au tournant des années 60, Blancpain comprend le potentiel esthétique de sa montre taillée pour l’élite. Alors, elle transforme légèrement son icône avec le modèle Bathyscaphe — cette même montre de plongée adopte une taille adaptée pour tous les jours.

Elle conserve le nom de Fifty Fathoms pour traduire sa capacité de plongée — cinquante brasses, soit la limite de l’époque pour la plongée à air comprimé… Limite de 90m de profondeur.

En 2013, la maison réédite l’icône Fifty Fathoms Bathyscaphe dans une version anniversaire — le succès est tel que Blancpain réintègre cette montre professionnelle dans sa grammaire quotidienne. La Bathyscaphe existe désormais dans un large choix de modèles, aussi innovants dans leur complication que leur matériel.

D’ailleurs, en 2020, c’est dans l’or Sedna® que se taille la nouvelle Fifty Fathoms Bathyscaphe de Blancpain — dans ce bleu si cher à la maison. Elle qui, il y a près de 70 ans, imaginait l’une des montres professionnelles les plus révolutionnaires; ayant la double fonction d’instrument de plongée et de garde-temps civil, destinée aux élégants émérites !

Le Savoir Faire Omega, Le Tourbillon

Le tourbillon est une complication horlogère des plus fascinantes. Et elle distille, depuis 1947, l’un des savoir faire clé de l’univers horloger — celui de la maison Omega.

Le Tourbillon Et La Révolution de l’Horlogerie

C’est à Abraham-Louis Bréguet que l’on doit le premier tourbillon de l’histoire horlogère, en 1801. Le pionnier fut en effet à l’origine de cette révolution de l’horlogerie. Il faut dire qu’à l’époque, l’invention de Bréguet tient lieu de solution à un problème horloger, plutôt qu’à une complication éminemment belle et fascinante.

A cette époque, la vogue pour les montres de poche requiert en effet une solution à l’arrêt des balanciers; arrêt provoqué par l’immobilité du garde-temps maintenu dans la poche. Sensible au positionnement, soumise au magnétisme et à la gravité, la montre de poche nécessite ainsi une solution afin de conserver sa précision pour une restitution exacte de l’heure.

L’invention du tourbillon en 1801 ouvrait ainsi l’univers horloger à une solution bien plus pertinente que celle consistant jusque là à en remonter les balanciers. Le tourbillon, aussi appelé cage tournante, vient ainsi ajuster l’équilibre du centre de gravité en contrebalançant les perturbations dues à la gravité.

L’un des premiers Tourbillons Bréguet

Ainsi libérées de la gravité et des imprécisions, les montres mécaniques dotées d’un tourbillon restituent l’heure avec exactitude, quelque soit leur position. Le tourbillon fonctionne en effet à la manière d’une cage tournante. A l’intérieur de cette cage réduite à l’extrême, le balancier et l’échappement sont en rotation sur eux-mêmes. Mais rare et exigeant, le tourbillon ne peut équiper toutes les montres mécaniques.

Et aujourd’hui encore, le tourbillon est considéré comme l’un des mécanismes les plus difficiles à exécuter. Mais voilà, en plus de 200 ans, l’horlogerie a su trouver des solutions plus pertinentes encore. C’est le cas de la montre-bracelet — où le mouvement naturel du poignet fournit le même effet que celui permis par le tourbillon contre la traction de la gravité.

Mais la beauté et la fascination d’une telle complication horlogère a mené les maisons les plus audacieuses vers des inventions complétant allègrement celle de Bréguet. Et notamment la maison Omega !

Le Savoir Faire Omega, Les Tourbillons Pour Montre Poignet

Fondée en 1848 par Louis Brandt, Omega s’est forgée, tout au long de son histoire, une réputation inégalée pour ses innovations dans l’art du tourbillon. A commencer par cette révolution de 1947 !

1947, Première Montre Bracelet A Tourbillon

1947. Lorsque la maison Omega se lance dans le développement de la première-montre bracelet à tourbillon, c’est d’abord pour entrer dans une compétition de chronométrie. Omega concourt en effet dans la catégorie « montre-bracelet » des concours d’observatoire de Kew-Teddington, Genève et Neuchâtel.

A cette époque, le tourbillon n’anime que les montres de poche, ou les horloges de table.

L’un des premiers mouvements de montre-bracelet à tourbillon est ainsi imaginé en 1947 sous le nom de Calibre 30 I. Un tourbillon du calibre 30I effectue ainsi une révolution toutes les 7,5 minutes. Un plaisir pour l’oeil, et le jalon d’un savoir-faire exceptionnel.

Cette année là, Omega imagine en réalité douze mouvements « 30 I » à tourbillon, de seulement 30 mm de diamètre. Entre 1947 et 1952, les douze calibres ont participé à plusieurs tests pour ces concours.

Et la maison ne tarde à réussir son pari. Omega obtient en effet les meilleurs résultats jamais enregistrés par une montre-bracelet. Hautement précise, grâce à son échappement à tourbillon avec balancier Guillaume, la première montre-bracelet à tourbillon révolutionne l’univers horloger, pour toujours. La maison Omega vient de répondre une nouvelle fois à l’ambition première de son fondateur… Celle de réaliser les montres les plus précises au monde.

Epurée et simple à regarder, cette montre prototype de 1947 indique simplement ‘Omega tourbillon’ — voir le tourbillon suffit à fasciner son porteur.

En 1950, Omega décroche aussi la meilleure note jamais obtenue jusqu’alors à Genève dans la catégorie montre-bracelet. D’une précision sans pareille, les montres Omega écrivent l’histoire.

Des pièces d’histoire qui restent à l’état de prototype… De véritables pièces de collection qui s’arrachent lors de ventes toujours évènements. Comme lors de la vente chez Phillips à Genève en novembre 2017. Où un prototype unique de montre-bracelet à tourbillon de 1947 fut adjugé au terme de 19 minutes d’enchères. Pour 1 222 247 euros, soit la montre Omega la plus chère de l’histoire.

La Montre Tourbillon Omega de 1994

1994. La maison Omega perfectionne son métier d’art et présente le premier mouvement tourbillon moderne. Nommé ‘calibre Omega 1170’, le tourbillon se positionne au centre du cadran de la montre. Mieux, c’est un tourbillon automatique ! Ainsi, les secondes trottant via le tourbillon se placent au centre, tandis que les aiguilles des minutes et des heures sont appliquées directement sur des cristaux de saphir.

Une merveille technique et esthétique qui rappelle toute l’audace du savoir faire Omega.

D’ailleurs, les garde-temps tourbillon de la maison Omega sont toujours affaire de savoir faire magistraux. Ainsi, le département tourbillon Omega ne travaille qu’à repousser un peu plus les limites de la fabrication horlogère. Avec, en tête, le beau et le métier.

1997 marque aussi un développement sur le mouvement tourbillon. Il devient le calibre 2600A. Pour la première fois là encore, le système de remontage automatique fait désormais partie du mouvement lui-même.

Entre 1994 et 2010, Omega a confectionné près de sept variations du mouvement tourbillon.  Une complications affichant l’expertise de la maison dans la miniaturisation de ce système inventé en 1801…

L’Echappement Co-Axial, Icône du Savoir Faire Omega

C’est en 1999 que la maison Omega reprend l’invention du génial George Daniels. L’échappement Co-axial.

Il note ainsi: « L’échappement Co-Axial est de fait révolutionnaire et radical. Il permet de résoudre une question qui préoccupait les horlogers depuis 500 ans : le problème de la lubrification. Les montres mécaniques ont une longue histoire. Les améliorer présente des défis que des siècles de maîtres horlogers ont tenté de relever. Les problèmes de la viscosité de la lubrification et le besoin de lubrification occasionné par les frottements du glissement ont été étudiés par les horlogers pendant des siècles et ils n’ont été résolus qu’à l’apparition de l’échappement Co-Axial. »

Le Co-Axial repose sur l’énergie apportée par l’échappement, qui transmet la force générée par des mouvements tangentiels de ses composants.
Une impulsion est ainsi transmise dans le sens horaire directement de la dent de la roue d’échappement au plateau. L’équilibre, lui, s’opère lorsque l’impulsion est délivrée au plateau via l’ancre, dans le sens anti-horaire. La roue d’échappement se trouve alors en repos, tandis que le balancier perpétue ses oscillations librement. Sans perturbation.

En 2010, Omega présentait à Baselworld une montre Squelette Tourbillon Central Co-Axial Platine. Exceptionnelle, elle met en lumière toute la poésie de ce mouvement Co-Axial.

« Le résultat est spectaculaire. Elles semblent flotter librement au-dessus du mouvement » précisait la maison. Et le savoir faire lui-même est spectaculaire.

Squelette Tourbillon Central Co-Axial Platine Omega

Les horlogers de la maison ont ainsi épuré la matière superflue des ponts du tourbillon. Chaque tourbillon est ici le résultat de la maîtrise parfaite d’un seul horloger… ayant passé jusqu’à 540 heures sur la confection de cette montre Squelette Tourbillon Central Co-Axial Platine !

Et dix ans plus tard, en 2020, voici la nouvelle merveille née des ateliers et du savoir faire hors norme d’Omega… La montre De Ville Tourbillon Édition Numérotée. Une vision plus fascinante encore de la complication inventée par Bréguet, il y a près de 220 ans !

De Ville Tourbillon Édition Numérotée