Le Classique de Jean-Paul Gaultier

Accueil / Cosmétiques / Le Classique de Jean-Paul Gaultier
jpg.jpg
Un corps de verre corseté dans un bustier rose chair aux seins coniques, presque phalliques, une fragrance sensuelle évoquant volupté et intimité du boudoir, le parfum Classique est sûrement l’icône par excellence de la Maison Jean-Paul Gaultier.
Pour s’ancrer dans le modernisme, l’homme à la marinière sait peut-être mieux que personne s’inspirer d’époques passées. Avec le corset, Jean-Paul Gaultier mit la mode sans dessus dessous et les dessous dessus. Loin d’enfermer le corps des femmes, il affûte leurs atours de seins coniques. La pièce, présentée en 1984, devient aussitôt l’un des emblèmes du créateur. La critique est unanime et en 1987, Jean-Paul Gaultier reçoit l’Oscar de la mode. Ce n’est donc pas un hasard si, en 1993, l’enfant terrible de la mode habille son premier parfum d’un bustier de cuivre, inspiré des tenues qu’il a créées pour Madonna et du flacon Shocking d’Elsa Schiaparelli. Fragrance destinée à un public féminin, le parfum joue sur la confusion des genres en portant le nom éponyme de son créateur. Quelques années plus tard, il prendra naturellement le nom de ce qu’il est devenu, un classique.
C’est en puisant dans les souvenirs de son enfance passée avec sa grand-mère dont il était très proche, que Jean-Paul Gaultier a imaginé le Classique. Le parfumeur Jacques Cavallier fut chargé de composer un parfum sensuel, rappelant les odeurs de boudoir. La rose en tête et l’iris en cœur, le Classique évoque alors une époque qui n’a plus lieu d’être, faite de souvenirs de poudre de riz et de bas de soie. Bouquet mêlant ambre boisée et fleurs exotiques, il invite à un imaginaire féminin, charnel, que l’on regarderait à la dérobée. Un peu comme si l’on observait au travers d’une serrure, une femme se glissant dans ses plus beaux dessous avant de rejoindre le temps d’une nuit un amant, sans doute Le Mâle, autre parfum mythique de la Maison, avec lequel le Classique se livre souvent à un jeu de confusion des rôles et des genres dans les publicités.
Cherchant toujours à mélanger les codes, le créateur emballe son bustier de verre dans une boîte de conserve ou comment ne jamais se prendre au sérieux. Tous les ans, au gré des défilés de la Maison, Jean-Paul Gaultier rhabille son parfum. Là encore, avec amusement, il couvre la peau de verre du flacon d’un bustier de dentelle ou de tatouages pour l’été.
L’édition de cette année, Belle en corset, fête les vingt ans du parfum. Le créateur réinterpréta la robe du défilé printemps-été 2012 qui rendait hommage à la chanteuse Amy Winehouse. Tout en relief, le verre semble se mouvoir en une onde sur le corps du flacon, comme si l’on en eût à peine effleurer les seins. Sublimée de ses plus beaux atours, la Belle en corset offre un très bel anniversaire au Classique. Si elle pouvait parler, on l’entendrait presque susurrer « Happy Birthday to you »…

Laissez une réponse

Your email address will not be published.